Le livre qui offre des pauses

Le livre qui offre des pauses

26 mars 2020
Pour déstresser, se décontracter, se ressourcer, s’énergiser, selon que vous souhaitez faire une pause de 2, 5, 10 ou 20 minutes, la sophrologue Laurence Roux-Fouillet a la pause qu’il vous faut.

 

Si ce livre sert dans toutes les situations, il s’avèrera très utile en ces jours de confinement. Car qui n’a pas besoin d’une petite pause ? Une petite extraction du monde, de chez soi, de ceux qui nous entourent, de notre solitude.

2 minutes, 5 minutes, 10 minutes ou 20 minutes, ce sont les temps de pause que nous offre Laurence Roux Fouillet, sophrologue. Le matin pour se dynamiser ou pour se motiver ; le soir pour évacuer, se purifier ou se décontracter ; au coucher pour s’assoupir ou laisser filer ses pensées… Quand ça déborde, que le conjoint ou les enfants vous font craquer, on opte pour les pauses qui font baisser la pression ou celles qui redonnent de l’énergie. Ou alors, pour se rapprocher, on utilise les pauses à deux.

Dans ce livre, plus de 120 pauses originales et faciles, pour évacuer le stress comme la fatigue, pour se ressourcer et vivre pleinement et sereinement ses journées.

POWER PAUSES de Laurence Roux-Fouillet. Editions Leduc.s. 2019, 17 euros

C'est cadeau !

C'est cadeau !

La pause « pompage », en cas de surchauffe avec votre entourage :  « A faire au plus vite, dès que vous sentez que vous allez exploser. »

  • En position debout, inspirez, retenez l’air quelques instants dans vos poumons et « pompez » énergiquement avec les épaules (haussez-les et abaissez-les vigoureusement et rapidement) une dizaine de fois.
  • Expirez profondément et relâchez.

Répétez cet enchaînement trois fois, en imaginant à chaque fois que vous « pompez » ce qui vous submerge : stress, colère, fatigue… »

 

Le choix de la rédac

Pour tous les corps

Maladies chroniques

Fines douches

Corps

Fines douches

Pour toute la famille

100 % naturelle

Corps

100 % naturelle

Des actions multiples

Le long silence

Femmes enceintes

Le long silence

« On ne dit rien avant la première échographie »