Les bénéfices du lavage de nez

Les bénéfices du lavage de nez

29 janvier 2021
« Peut-on éviter le rhume grâce au lavage de nez ? », Sylvie, 43 ans.

 

Les narines constituent la porte d’entrée principale des microbes générant les infections des voies aériennes les plus fréquentes. On comprend mieux l’intérêt de les neutraliser dès leur arrivée dans le nez. Les fosses nasales jouent aussi le rôle de filtre des impuretés que nous respirons (allergènes, pollution, poussières). Elles sont capables  d’effectuer un travail d’épuration car leur muqueuse est tapissée de cils qui transportent un mucus qui est soit dégluti soit expulsé – les microbes sont ainsi éliminés quand on se mouche. Mais parfois la muqueuse est débordée et le système de nettoyage naturel du nez est perturbé, par exemple en cas de production excessive de mucus ou de croûtes. Les lavages avec du sérum physiologique ou des solutions d’eau de mer constituent le premier geste de prévention sans attendre la survenue d’infections. Ils devraient constituer une routine d’hygiène quotidienne.

 À lire aussi : Prenez soin de vos oreilles

 

Nez sec ou encombré

L’eau de mer stérilisée nettoie et apaise les zones irritées, elle les humidifie et les décongestionne. Elle protège et nourrit la muqueuse nasale grâce à sa richesse en minéraux. Il est conseillé d’utiliser des solutions salines isotoniques dont la composition est analogue à la composition minérale du sérum nasal. Elles respectent les mécanismes naturels d’épuration et de régénération. Elles peuvent être utilisées aussi souvent que nécessaire sans risque d’altération de la muqueuse nasale ou d’accoutumance.

En cas de nez bouché, en revanche, il est préférable d’utiliser des solutions d’eau de mer hypertoniques. Ces solutions hypersalées, fonctionnant par appel d’eau (effet osmotique), dégagent rapidement le nez des mucosités gênantes et l’aident à mieux respirer. Leur emploi est plus ponctuel. Certaines présentations sont enrichies en oligoéléments ou en antiseptiques.

 À lire aussi : Traiter la toux sèche

 

Les bons gestes

Les lavages de nez constituent une action qui va au-delà d’une simple hygiène. Ils représentent une véritable prévention des atteintes courantes de tout l’arbre respiratoire, y compris sur les terrains allergiques en période pollinique. Le nez doit être lavé au moins deux à trois fois par jour, une narine après l’autre, et le lavage suivi d’un mouchage correct. La marche à suivre chez le grand enfant et l’adulte : se placer devant le lavabo, la tête penchée en avant et tournée sur le côté ; boucher une narine, aspirer le sérum de l’autre, cracher le liquide passé dans la bouche ; changer de narine et enfin se moucher.

La force du jet (spray) est adaptée aux muqueuses du nourrisson, de l’enfant ou de l’adulte selon les embouts. Par souci d’hygiène, les présentations multidoses ne doivent pas être utilisées par plusieurs personnes.

 À lire aussi : L’angine : virale ou bactérienne ?

 

Christine Nicolet

Le choix de la rédac

(Très) haute protection

Soins solaires

(Très) haute protection

Convient à toute la famille dès 6 mois.

Les huiles essentielles ciblées

Huiles essentielles

Les huiles essentielles ciblées

Soigner les petits maux du quotidien

Un corps apicole

Corps

Un corps apicole

Trois formules uniques pour toute la famille

La recette naturelle pour des gambettes légères

Circulation sanguine

La recette naturelle pour des gambettes légères

Créez votre huile bienfaisante