Au secours, il refuse de faire caca

Au secours, il refuse de faire caca

06 mars 2016
Si certains enfants ont du mal à contrôler leur vessie, d’autres ne parviennent pas à libérer leur sphincter, ce qui occasionne des souffrances physiques et psychologiques. On décrypte pour vous les causes et remèdes de ce phénomène.

 

Quand tout se passe bien, l’apprentissage de la propreté se fait entre deux et quatre ans : quel soulagement pour les parents lorsque leur enfant jette enfin aux orties sa dernière couche ! Parfois, cet apprentissage est compliqué pour certains petits par des difficultés à éliminer leurs selles, que ce soit sur le pot ou dans les toilettes.

 

Quand ça bloque à la sortie

Selon l’âge de l’enfant, il est parfois difficile d’identifier ce qui le retient d’évacuer ses selles. Les causes peuvent être physiques : les enfants qui ont connu des épisodes de constipation et qui ont souffert lorsqu’ils ont enfin réussi à éliminer leurs selles peuvent redouter de revivre cette douleur. Parfois, les selles dures occasionnées par la constipation provoquent de petites fissures de l’anus, et la présence de sang sur les selles. Ces fissures sont extrêmement douloureuses, et la douleur provoque le réflexe de se retenir au lieu de pousser, engendrant ainsi un cercle vicieux : plus l’enfant se retient, et plus ses selles seront dures et difficiles à évacuer. Le souvenir de cette douleur est très vivace, et c’est pourquoi le traitement de la constipation chez les petits est parfois difficile.

 

Et parfois dans la tête

Mais la psychologie rentre aussi souvent en ligne de compte. Pour un enfant, évacuer une selle peut susciter la peur de perdre une partie de lui-même, parce qu’il considère le caca comme une partie de son corps. Des événements perturbants le cours habituel de sa vie peuvent aussi provoquer des comportements régressifs, comme un déménagement, l’entrée à l’école, ou la naissance d’un frère ou d’une sœur. Enfin, l’enfant peut être aussi sensible à un manque de propreté des toilettes dans sa crèche ou son école, ou subir lorsqu’il voyage du syndrome de la « constipation du voyageur », très fréquente chez les adultes.

 

La bonne conduite à adopter

Si les causes du blocage sont psychologiques, plutôt que de se fâcher ou de punir l’enfant, ce qui aura pour seul effet de faire monter son stressomètre sans résoudre le problème, les parents doivent rester à l’écoute et aider l’enfant à s’affranchir de ses inquiétudes. Il est possible de faire une pause dans l’apprentissage de la propreté, le temps d’identifier la cause du problème et de rassurer son enfant sur la stabilité de sa vie et l’amour qui l’entoure en créant des moments de complicité et des routines réconfortantes pour lui. L’apprentissage peut ensuite reprendre, sans lui mettre la pression, et en pratiquant sans retenue le renforcement positif, comme féliciter son enfant lorsqu’il a réussi à éliminer une selle, ou qu’il a réussi à ne pas souiller ses vêtements. Si le blocage vient de causes physiques, un médecin pourra aider l’enfant à faire disparaître sa douleur, grâce à des bains de siège ou des onguents, en le laissant libre d’éliminer où il veut et quand il veut grâce à une couche, avant de reprendre l’apprentissage de la propreté, en douceur.

 

Réviser son alimentation

Si un enfant a tendance à être constipé, il est essentiel de revoir son alimentation pour lui apporter plus de fibres alimentaires. A partir de 4 mois, il peut manger des fruits, et des céréales sous forme de purées pendant ses repas. Après un an, un enfant doit manger un fruit ou un légume au moins trois fois par jour : dattes, raisins, prunes, courgettes… à compléter avec des apports en céréales complètes. Un excès de produits laitiers occasionne de la constipation : on limite donc la consommation de chocolat, fromage, lait ou glace. Et bien sûr, on donne beaucoup à boire à son enfant.

 

À lire

À lire

Pour aller plus loin avec son enfant : des histoires rigolotes à raconter le soir pour aider les enfants à comprendre les mystères du corps.

 

MAIS OÙ IL VA MON CACA ? Collectif aux Editions Larousse ; 14 pages ; 13,50 €. Un livre amusant et instructif de 14 pages avec plus de 50 volets à soulever qui explique en détail le grand voyage des aliments, du frigo jusqu’à leur réintégration dans le cycle naturel de l’eau et de la terre

LE GRAND VOYAGE DE MONSIEUR CACA, d’Angèle Delaunois et Marie Lafrance, Editions Les 400 Coups. Un livre facile à digérer qui explique avec humeur le voyage des aliments jusqu’aux toilettes.

CACA PROUT, de Catherine Dolto et Colline Faure-Poirée, éditions Gallimard Jeunesse, de 2 à 7 ans. Tout est dans le titre : un livre pour parler sans complexe de ces phénomènes naturels et universels.

LE LIVRE DU CACA, de Nicolas Davies et Neal Layton, éditions Milan Jeunesse. Un livre qui ne prend pas les enfants pour des quiches et leur explique l’utilité du caca, et le pourquoi de sa mauvaise odeur, avec des mots drôles et savants.

Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais