Advertisement Banner
Tabac : En finir avec lui !

Tabac : En finir avec lui !

17 mars 2016
Vous voulez vous arrêter de fumer, mais vous redoutez l’échec. C’est vrai, la volonté ne suffit pas toujours. Pour réussir, mettez tous les atouts de votre côté.

 

Chiffre

Chiffre

25 %
des fumeurs ont une espérance de vie raccourcie de 20 ans !
Source : Observatoire régional de santé d’Île-de-France

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le tabac est la deuxième plus grande cause de mortalité dans le monde. En Europe, chaque année, près de 700 000 personnes meurent prématurément de maladies liées à la consommation de tabac. En 2000, des chercheurs de l’université de Bristol (Grande-Bretagne) ont montré clairement que chaque cigarette fumée réduisait la vie de 11 minutes et qu’un paquet l’abrégeait de 3 heures et 40 minutes ! De quoi réfléchir ! Autres arguments antitabac, mais peut-être insuffisants pour convaincre les fumeurs non concernés par l’écologie : cinq millions d’hectares de forêts sont détruits chaque année pour sécher le tabac, ce qui contribue à l’inquiétante déforestation de la planète. Plusieurs milliers de milliards de mégots sont aussi jetés dans la nature chaque année, or les filtres ne sont pas biodégradables et contiennent de nombreuses substances nocives pour la santé de tout le monde. Rien qu’en France, tous les ans, 30 milliards de mégots viennent ainsi polluer les sols et les rivières. En 2005, des chercheurs ont même calculé que les filtres de cigarettes, les paquets et les modes d’emploi pour les cigares constituaient 40 % de tous les déchets marins en Méditerranée. Tandis qu’en Équateur, les déchets liés au tabac représentent plus de la moitié des déchets échoués sur les côtes.

 

Arrêter, mais pourquoi ?

Après une baisse des ventes de tabac, due à la loi Évin de 1991 bannissant la publicité en faveur du tabac et du tabagisme dans les lieux publics, au décret de 2006 interdisant de fumer dans les lieux publics et professionnels et à l’augmentation du prix des cigarettes, la consommation du tabac est repartie à la hausse en 2010. Résultat : la France compte 11 à 12 millions de fumeurs dont beaucoup vont décéder de leur tabagisme.

Habitude mortelle

Chaque année, plus de 60 000 Français meurent prématurément à cause de la cigarette. C’est plus que l’alcool, les accidents de la route et le sida réunis. Le tabac est responsable de cancers, mais aussi de bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) et, en favorisant les plaques d’athérome sur les artères, de maladies cardiovasculaires, infarctus, insuffisance cardiaque, accident vasculaire cérébral (AVC), artérite des jambes. Ce que les fumeurs ignorent ou sous-estiment largement.

Cancers, au pluriel !

À savoir

À savoir

FAITES DES ECONOMIES !
Une calculette permet, sur le site www.tabac-info-service.fr, de savoir combien vous économisez en arrêtant de fumer, en fonction du nombre de cigarettes que vous fumez par jour et du prix des paquets. En un mois, un an et cinq ans. Vous serez étonné !
Si le cancer bronchique est dû au tabac, ce n’est pas le seul : les cancers du pharynx, des lèvres et de la bouche également.

Cancer de la vessie
Il est aussi largement lié au tabagisme, encore une notion méconnue. Il occupe en effet la cinquième place des cancers en nombre de cas (11 965 nouveaux cas en 2012). Avec l’augmentation du tabagisme féminin, il est en hausse constante chez les femmes.

Cancer du rein
21 % des décès liés au cancer du rein (11 753 cas) sont également imputables au tabac.

Faites-vous aider

Autre fait incontestable : la cigarette augmente aussi le risque d’avoir tous les types de cancer, y compris du sein et de la prostate. En général, les cancers surviennent à partir de quinze à vingt ans d’exposition à la fumée de cigarette.

Renouez avec la santé

N’attendez pas cette échéance pour vous arrêter, d’autant qu’avec les années de tabagisme, la dépendance physique est de plus en plus installée et, par voie de conséquence, le sevrage plus difficile. Même si ces risques sont liés au nombre de cigarettes fumées quotidiennement et surtout au nombre d’années de tabagisme, il y a intérêt à s’arrêter de fumer à tout moment. Les bénéfices sont rapides, mais variables selon les organes : en quelques mois on récupère du souffle, au bout d’un an, le risque d’infarctus est déjà divisé par deux et le risque d’AVC rejoint celui des non-fumeurs. Le risque de cancer du poumon baisse peu à peu pour diminuer de moitié au bout de cinq ans. Le surrisque de cancer du rein disparaît, lui, dix ans après le sevrage. Au final, après dix à quinze ans d’arrêt, l’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé. Ça vaut la peine ! Sans parler des effets bénéfiques sur le teint, les dents et l’haleine.

Conseils de pharmacien

Conseils de pharmacien

Substituts nicotiniques vendus en pharmacie sans ordonnance.
• Les patchs, gommes à mâcher et pastilles à sucer, de différents dosages, diffusent de la nicotine de manière lente et régulière, sans pics comme la cigarette, et permettent ainsi au fumeur de se libérer petit à petit en diminuant progressivement les doses.

• Le spray de nicotine au goût mentholé, plus récent, empêche de craquer. Une pulvérisation dans la bouche réduit l’envie dès 60 secondes et améliore ainsi les chances de s’arrêter.
Vous pouvez associer plusieurs formes de substituts, mais parlez-en à votre pharmacien ou votre médecin. Selon les personnes, il faut compter entre 6 semaines et 6 mois de traitement.

Méthodes douces.
•Homéopathie : Nux vomica, Argentum nitricum, Caladium, Gelsemium, Lobelia inflata.
•Phytothérapie : infusions ou gélules de valériane, ballote et ginkgo biloba.
•Aromathérapie : huiles essentielles de lavande et de menthe poivrée.
•Acupuncture, auriculothérapie, sophrologie, yoga, hypnose médicale, mais aussi le sport pour aider à se déconditionner et à diminuer la tension nerveuse.

 

Craquer ? surtout pas !

Il est difficile d’arrêter quand on est accro depuis longtemps.

Dépendance réelle

Ne sous-estimez pas le phénomène de la dépendance. Psychique et comportementale (au travail, en soirée, pour lutter contre le stress, se sentir à l’aise en société), mais avant tout physique. Au bout de deux heures sans fumer, le taux de nicotine dans le sang diminue de moitié, le manque commence à se faire sentir et le corps réclame sa dose pour faire remonter ce taux et éviter le mal-être, et ainsi de suite.

Faites-vous aider

Le tabagisme étant une véritable addiction, mettez toutes les chances de votre côté pour décrocher.

Votre pharmacien vous aide
Parlez-en à votre pharmacien qui vous proposera un rendez-vous à l’officine pour une « consultation » discrète et vous orientera au besoin vers un centre de tabacologie.

Choisir le bon moment
Important, choisissez une période favorable pour vous arrêter, les vacances par exemple, prévenez l’entourage pour qu’on ne vous tente pas et adoptez une stratégie qui corresponde à votre cas : degré de dépendance, travail, mode de vie, poids… Et si vous rechutez, n’en faites pas un drame, réessayez en tenant compte de vos erreurs.

Pourquoi la prise de poids ?

Plusieurs raisons expliquent la prise de poids, fréquente à l’arrêt du tabac.

Tabac et nourriture
Fumer une vingtaine de cigarettes par jour permet de brûler quotidiennement 200 calories. Sans tabac, on retrouve les parfums et les goûts des aliments et on mange plus. Quand on ne fume plus, on remplace la cigarette par un en-cas superflu, gras et/ou sucré en cas de stress.

Flore intestinale
Des chercheurs suisses ont constaté de grandes modifications dans la composition de la flore microbienne intestinale des ex-fumeurs, au bout de neuf semaines d’arrêt, par rapport aux non-fumeurs, alors que leur alimentation était quasi identique. Selon eux, l’énergie fournie au corps se trouve ainsi modifiée et c’est ce qui engendre une prise de poids chez les fumeurs récemment sevrés. Il n’y aurait donc pas que le grignotage…

 

Vapoter, une bonne solution ?

Les avis divergent sur la e-cigarette (vendue hors pharmacies) et elle suscite des interrogations. Le Pr Bertrand Dautzenberg, président de l’Office français de prévention du tabagisme, pointe des avantages : elle ne contient pas de monoxyde d’azote ni de particules et moins de substances cancérogènes que la fumée du tabac. Mais les recharges renferment du propylèneglycol et du glycérol et, pour certaines, de la nicotine, plus proches alors de la vraie cigarette. Le pneumologue s’inquiète surtout que le vapotage devienne pour les jeunes une porte d’entrée vers le tabagisme. C’est du reste ce que vient de montrer une grande étude américaine chez les collégiens. Tout le contraire d’une aide au sevrage.

À savoir

À savoir


TABAC-INFO-SERVICE
Objectif de Tabac-Info-Service : apporter une aide gratuite aux fumeurs et fumeuses qui veulent arrêter. Deux possibilités, toutes deux gratuites.
Bilan et suivi personnalisé par téléphone
Chaque fumeur est différent face à l’arrêt du tabac, des solutions adaptées à votre profil vous sont proposées par un tabacologue qui vous suit tout au long de votre arrêt. Appelez le 3989 (0,15 €/minute depuis un poste fixe), du lundi au samedi de 8 à 20 heures, pour prendre rendez-vous. Un tabacologue vous rappelle gratuitement au moment que vous aurez choisi ensemble.

Coaching personnalisé par mails
Connectez-vous sur le site www.tabac-info-service.fr et créez votre espace personnel. Votre coaching se déroulera en deux phases. Tout d’abord, une quinzaine de mails pour vous préparer : conseils pour renforcer votre motivation et anticiper les difficultés, astuces pour ne pas craquer, etc. Pour en profiter pleinement, inscrivez-vous au coaching dans les 15 à 20 jours précédant la date choisie pour vous arrêter. Quand vous vous sentez prêt, vous entrez dans la phase dite de sevrage : des mails vous aideront à déjouer les pièges du manque et des habitudes, à comprendre vos ressentis, à dédramatiser les faux pas et à vous encourager.

À lire

À lire


Livre_arreter-de-fumer-pou-les-nulsS’ARRÊTER DE FUMER POUR LES NULS
Un guide complet pour réussir son sevrage tabagique. Il expose toutes les méthodes et astuces pour se débarrasser de la cigarette.
Pr Bertrand Dautzenberg, éd. First, coll. Poche pour les nuls, 12,50 €.
Evelyne Oudry

Le choix de la rédac

Faire la cuisine avec ses enfants : la bonne idée (et le bon livre qui va avec)

Les bons aliments

White Box Icon
7 plantes + 2 bourgeons = détox

Compléments alimentaires

7 plantes + 2 bourgeons = détox

Nettoyage intérieur !

Des salades qui nous font du bien

Les bons aliments

Variations sur les salades

Un livre de recettes exceptionnel

70 recettes aussi gonflées en antioxydants que savoureuses

Les bons aliments

70 recettes aussi gonflées en antioxydants que savoureuses

On vous livre ici 2 recettes parfaites !