THALASSEO THERMES
Anne Roumanoff : « Je suis une irrésistible angoissée, mais je me soigne ! »

Anne Roumanoff : « Je suis une irrésistible angoissée, mais je me soigne ! »

10 mars 2016
L’humoriste préférée des Français est en tournée dans toute la France, et même aux États-Unis, pour Aimons-nous les uns les autres. Anne Roumanoff a pris le temps de faire avec nous une pause sourires et confidences.

 

Votre spectacle à l’Alhambra a affiché complet pendant six mois. Cela vous rend-il plus sûre de vous ?

Je pense que les doutes sont inhérents à tout artiste qui se respecte. Peut-être y a-t-il une question de dosage… Quand on ne doute pas, on n’avance pas. Et je suis donc super-gâtée car je suis une irrésistible angoissée, mais je me soigne ! Moi, je prends de la force des ondes que je reçois du public – et je les lui renvoie aussitôt. C’est un échange parfait.

Avoir suivi des cours de théâtre doit aussi vous apporter davantage d’assurance ?

Dans les cours de théâtre, j’ai croisé beaucoup de jeunes aspirants comédiens. Certains sont devenus célèbres, d’autres ont choisi une autre voie. Ce qui me frappe, avec le recul, c’est que les stars du cours, celles devant lesquelles tout le monde s’extasiait, ont rarement fait une grande carrière. Ce sont souvent les gens apparemment les moins doués qui ont le mieux réussi. Vincent Lindon bégayait. Yvan Attal avait des photos d’Al Pacino dans sa chambre. Mylène Farmer passait une scène de Tchekhov en chuchotant. Vincent Cassel parlait si vite que l’on ne comprenait rien à ce qu’il disait… Et moi, j’étais un peu pataude. Les gens trop lisses et parfaits n’ont pas forcément les bonnes armes pour réussir. Je pense que ce sont les handicaps que nous avons, si nous parvenons à les transcender, qui nous apportent ce talent.

Vous êtes actuellement en tournée dans toute la France. Quelle est la réaction des spectateurs face à vos sketchs ?

Je sens l’auditoire très réceptif à mon regard sur le mariage gay, la phobie administrative, la téléréalité,
la commande d’accessoires coquins sur internet… et bien sûr Radio Bistrot ! C’est très important, pour moi, de ne pas prendre position : c’est une question de respect vis-à-vis du public qui vient me voir. J’essaie d’équilibrer les attaques entre la droite et la gauche afin de ne pas blesser les gens. Mais je prends position tout de même contre l’extrême droite. Je préfère pratiquer un humour qui réunit plutôt qu’un humour qui divise.

Avez-vous mesuré combien votre saynète sur le chômage a un côté thérapeutique ?

Je voulais trouver une certaine manière de rire du chômage sans toutefois choquer les personnes qui sont dans cette situation difficile. Et cela doit être réussi car à la fin certains spectateurs viennent me voir en me disant qu’ils sont au chômage et que ce sketch les a fait rire. Faire rire est un beau métier. Pour détendre les gens et les aider à oublier leurs soucis, il faut d’abord les écouter et les comprendre. L’humour est une forme d’hypersensibilité. Mais je suis aussi consciente que si l’humour permet de supporter la vie, cela n’enlève pas la douleur pour autant.

Êtes-vous prévoyante au niveau de votre santé ?

J’affectionne les thérapies alternatives et je suis une véritable plaque tournante pour mes amis car je leur donne plein d’adresses de thérapeutes. Pas autant que Michel Drucker !, mais j’ai autour de moi des médecins, des magnétiseurs, des homéopathes, des phytothérapeutes… Ce qui ne m’empêche nullement de rester fidèle à mon pharmacien pour la propolis qui est l’un des premiers remèdes naturels contre la grippe, les angines et autres maux de gorge. Beaucoup de mes amis chanteurs s’en servent lorsqu’ils ont des extinctions de voix.

Faites-vous particulièrement attention à votre ligne ?

J’ai lu tous les bouquins sur les régimes mais j’ai toujours, quoi qu’il arrive, deux kilos en trop ! Alors, je fais attention à mon alimentation. J’ai tendance à manger quand je suis stressée. Je tâche de me limiter au niveau des quantités car je suis gourmande. Je ne mange pas de pâtes, plus de pizza ni de sucreries. Je prends du riz blanc et je bois beaucoup d’eau. Côté sport, car je sens que vous allez m’en parler, je ne pratique pas beaucoup… J’ai fait de la barre au sol, à un certain moment, puis j’ai abandonné. J’ai une amie qui m’emmène courir, mais c’est assez irrégulier.
Je m’efforce plutôt de prendre des moments de repos, et je suis une adepte de la sieste.

Comment entretenez-vous votre bien-être et votre beauté ?

J’aime bien me rendre en thalassothérapie notamment pour l’air marin, les enveloppements d’algues, les bains bouillonnants et les massages. J’ai particulièrement apprécié le Royal Thalasso Barrière de La Baule et je compte me rendre, aussitôt que j’en aurai le temps, au centre Thalazur de Cabourg. Côté beauté, je suis persuadée que l’amour des gens reste le meilleur des maquillages !

Que pensez-vous de notre système de santé actuel ?

Il ne doit pas être si mal que cela puisqu’il y a des gens du monde entier qui viennent se faire soigner chez nous. Dès que nous avons un problème, nous avons la possibilité d’appeler aussitôt un médecin, ou d’aller chez le pharmacien pour nous conseiller. Nous n’avons pas à nous plaindre.

Vous venez juste d’avoir 50 ans. Les signes du temps vous inquiètent-ils ?

Plus le temps passe, plus je me sens bien ! Mais je suis consciente de la précarité de la vie. J’ai perdu mon père récemment et, du coup, je me dis que les choses que j’ai envie de faire, il faut que je les fasse tant que c’est possible. Désormais, j’évite de remettre à demain !

Pouvez-vous nous parler de vos projets professionnels ?

Après l’Alhambra, j’exporte Aimons-nous les uns les autres outre-Atlantique, à San Francisco, Los Angeles et New York. Bien que ce soient surtout des francophones qui viennent me voir, j’ai allégé un peu mon spectacle dans sa partie sur la politique française pour ces représentations. Je suis actuellement en tournée dans toute la France avant de remonter sur la scène de l’Alhambra à partir du 26 juillet. Il est évident que je pense déjà à apporter des nouveautés au spectacle et ça me rend très heureuse d’imaginer la suite. J’ai eu beaucoup d’années où j’avais du succès, et je ne savourais pas mon bonheur. Maintenant, ça va beaucoup mieux  !

À voir

À voir

Aimons-nous les uns les autres
En tournée dans toute la France.
Pour connaître les dates et les villes, cliquez sur le site officiel www.anneroumanoff.com
Le DVD du spectacle chez TF1 Vidéo.

Propos recueillis par Didier Galibert

Le choix de la rédac

Les règles abondantes et douloureuses

Gynécologie

Les règles abondantes et douloureuses

Faciliter le dialogue entre patientes et gynécologues

Le jour et la nuit

Stress

Le jour et la nuit

Une journée sereine et une nuit reposante

Un petit coup de mou ? On a les solutions.

Autres

Un petit coup de mou ? On a les solutions.

Deux options s’offrent à vous !

Un autre regard sur Alzheimer

Maladies neurologiques

Un autre regard sur Alzheimer

Aider et accompagner les malades