HYALUGEL 1ere DENTS
chloe Bonnard

Anaïs Delva : « Croire en moi doit être écrit dans mon ADN ! »

15 mars 2018
La chanteuse à la belle crinière rousse s’est libérée de son univers féerique pour chanter les choses de la vraie vie. Actuellement sur les planches, Anaïs Delva jongle entre la préparation de son nouvel album et son soutien à diverses associations.

 

On vous a découverte dans de nombreuses comédies musicales. Comment sont-elles venues à vous ?

Toute jeune, je suis tombée amoureuse des comédies musicales en écoutant Starmania. Je voulais, moi aussi, raconter des histoires en chantant. Comme je suis très acharnée et très bosseuse, je me suis formée au chant et à la comédie – et j’ai commencé à passer des castings. Ces efforts m’ont permis de me retrouver dans Roméo et Juliette en 2010, Cendrillon en 2011, Dracula puis Salut les copains en 2012 ! Et même sur la scène du théâtre du Palais-Royal aux côtés d’Arthur Jugnot dans la Dame blanche de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino. C’est en expérimentant des choses différentes que l’on peut trouver sa voie. Et cela m’a plutôt réussi puisque je suis allée aussi bien du côté du théâtre que de la chanson, du doublage, de la télé, de la comédie musicale… Mais je suis tout à fait consciente que, dans ces métiers, lorsque l’on a la chance d’avoir un moment de gloire, cela peut s’arrêter du jour au lendemain.

Vous avez été mise en lumière par la chanson Libérée, délivrée ?

Je suis très fière d’avoir porté la voix d’Elsa dans la version française de la Reine des Neiges. La chanson Libérée, délivrée a été reprise en chœur par des millions d’enfants. J’en garde un excellent souvenir. Mais après avoir passé quatre ans dans le sillage de Disney, il était important pour moi de prendre mon envol vers d’autres formes artistiques.

Et on vous retrouve ainsi au théâtre Trévise, dans Énooormes

Encore une comédie musicale ! J’y incarne Mia, une jeune célibataire qui tombe enceinte en même temps que ses deux meilleures amies. Elle est en recherche perpétuelle, elle fait les choses avant même de se poser les bonnes questions, mais elle est touchante et ne manque pas d’humour !

La maternité, est-ce un sujet qui vous touche ?

Cela m’intrigue, évidemment. J’ai 31 ans et ça commence à m’interpeller. Je vois les copines autour de moi faire des enfants et j’envisage cela avec sérénité. Mais ce n’est pas au programme pour le moment ! Quand je suis née, ma maman avait déjà 38 ans – c’était assez tard et même risqué pour l’époque. Je me dis que j’ai encore le temps… Il me reste sept ans si je veux faire comme ma maman !

Pourquoi soutenir des associations comme Mécénat Chirurgie Cardiaque et Le Refuge ?

J’ai été contactée par beaucoup d’associations. Quand je peux aider, je le fais avec plaisir. Mécénat Chirurgie Cardiaque m’a proposé d’être son ambassadrice et j’ai aussitôt accepté. L’association fait venir en France des enfants malades du cœur vivant dans des pays où ils ne peuvent pas être soignés dans de bonnes conditions. Accueillis dans des familles volontaires, ces petits malades sont opérés avant de repartir chez eux en pleine santé. L’association Le Refuge, elle, vient en aide aux jeunes chassés de leurs familles en raison de leur homosexualité. C’est fou que, à notre époque, des parents mettent à la porte de chez eux leurs propres enfants à cause de leur différence. Si je peux les aider, je le fais sans la moindre retenue !

Le 13 mars, l’Institut Curie donne le départ de la 14e édition d’une Jonquille pour Curie. Qu’est-ce que cela vous inspire  ?

Je trouve cette façon de collecter le plus de dons possible pour « prendre ensemble le cancer de vitesse » intelligente et l’appellation est plutôt jolie. En invitant les Français à se mobiliser aux côtés des chercheurs, des médecins et des soignants, l’Institut Curie prouve que l’on peut parler du cancer sans que cela ne fasse véritablement peur. C’est dommage que certaines maladies soient encore un sujet tabou car cela fait partie de la vie. Je suis toujours favorable à tout ce qui est mis en œuvre pour aider ou informer.

Êtes-vous vigilante en ce qui concerne votre santé ?

Je dis très volontiers aux autres qu’il faut faire attention et prendre soin de soi mais, en réalité, je suis un peu négligente… Comme je travaille beaucoup et que je cours après le temps, je ne fais pas très attention à moi. Côté alimentation, je suis végétarienne-tendance légèrement vegan : je mange parfois du fromage et des œufs, mais ni viande ni poisson.

Que faites-vous pour rester en forme ?

Je pratique la gymnastique en salle, notamment du renforcement musculaire, et aussi le yoga – c’est très bon pour le corps comme pour l’esprit. Mais, comme ce dernier est toujours très occupé chez moi, je ne parviens pas à faire de la méditation… Aussi, j’ai du mal à me débarrasser du stress. Et quand j’arrive à un point de non-retour, il faut que je voyage – c’est le dépaysement qui m’apaise.

Avez-vous des astuces beauté ?

Disons plutôt deux habitudes essentielles : bien me démaquiller et bien hydrater ma peau ensuite. Côté cheveux, une de mes très bonnes amies est coiffeuse ; je lui délègue avec plaisir la tâche de prendre soin de mes cheveux ! C’est la beauté intérieure qui m’importe le plus. Je suis loin d’être parfaite mais je crois à la bienveillance, aussi bien envers soi-même qu’à l’égard des autres. La bienveillance devrait être le maître mot de notre monde occidental.

Pensez-vous avoir réalisé vos rêves ?

Je me dis souvent que je suis la plus chanceuse sur cette planète car j’ai réalisé tous mes rêves d’enfant. Je dois maintenant concrétiser mes rêves d’adulte… Ils sont sensiblement différents mais j’ai déjà l’impression de passer mon temps à les vivre. Je fais le métier que j’ai choisi, ce qui n’est déjà pas donné à tout le monde. Je vis de ma passion et cela me réussit. Actuellement, j’enregistre mon premier album solo dans lequel j’ai juste envie d’être moi-même. Comme je le dis dans la chanson Partons, que l’album reprend, nous n’avons qu’une seule vie et elle finit trop vite. Plus on vieillit, plus on en prend conscience : elle passe en un claquement de doigts. Il y a donc des choix à faire. Peu importe si l’on se trompe parfois, la vie appartient à ceux qui bougent. L’important, c’est d’avancer. Croire en moi doit être écrit dans mon ADN !

À écouter

À écouter

PARTONS

Le single Partons d’Anaïs Delva sera inclus dans son prochain album solo dont la sortie est prévue en 2018.

Anaïs Delva interprète La Fée des Perles de Rosées dans le conte musical Isadora et le rêve africain. Un livre-CD pour enfants de 14 chansons inédites au profit des enfants touchés, directement ou indirectement, par le Sida, à l’initiative de Sol En Si et de Kidz Hush. Vous pouvez vous le procurer sur www.solensi.org

À voir

À voir

Affiche ENOOORMESÉNOOORMES Une comédie originale et musicale de Emanuel Lenormand avec Anaïs Delva, Cecilia Cara et Marion Posta au théâtre Trévise à Paris, du jeudi au samedi à 21 h
et le samedi à 17 h jusqu’au 28 avril. Réservations au 01 48 65 97 90 et sur www.enooormes.fr

Propos recueillis par Didier Galibert

Le choix de la rédac

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais

L’huile de coco : l’huile végétale multi usage de l’été

Corps

On en parle de mon périnée ?

Gynécologie

Mesdames, pensez périnée !

Un livre vous propose de le rencontrer pour mieux l’apprivoiser.