Les aléas de la libido

Les aléas de la libido

04 mars 2022
Souvent femme varie. Ses envies de sexe aussi. À défaut de s’en inquiéter, pourquoi ne pas commencer par déculpabiliser ?

 

On a cru pendant longtemps que l’envie de faire l’amour était essentiellement une affaire d’hommes, que seul le pénis tout-puissant dictait les lois du désir. Faux : l’imaginaire érotique n’est pas plus masculin que féminin. Chaque être humain dispose d’un capital libido à amplitude variable selon l’âge, l’humeur du moment, l’éducation reçue, le passif émotionnel, les motivations contextuelles ou l’état de santé physique ou psychique. Partant de là, il est normal que nous connaissions toutes (et tous) des périodes plus propices que d’autres aux ébats amoureux. Reste à les comprendre pour mieux les traverser.

 À lire aussi : Le livre qui dit tout sur le sexe féminin

 

La faute aux hormones

L’œstradiol est au désir féminin ce que la sérotonine est à la bonne humeur. Sans cette hormone, l’appel de la chair serait moins bien entendu. Heureusement, le cerveau en produit ; il fournit même des pics pendant l’ovulation et les six premiers mois de grossesse. D’un point de vue métabolique, la libido est à son comble à ces moments-là. Elle dégringole cependant à l’accouchement et plus encore à la ménopause. En prévision de l’allaitement, le corps fabrique dès la délivrance de la prolactine, l’« hormone anti-désir ». De son côté, l’arrêt des règles signe celui de l’activité hormonale et la diminution des sécrétions vaginales, ce qui peut rendre les rapports sexuels inconfortables, voire douloureux.

 À lire aussi : Une sexualité épanouie à tout âge

 

Libre dans sa tête

Après la pression du métro-boulot, il est normal que l’on soit plus dodo que sexo. Quand l’esprit n’y est pas, le corps ne s’émoustille pas. Trop de stress, de fatigue morale, de charge mentale, et bye-bye l’envie de galipettes. Inverser la tendance consiste à reposer ses neurones en solo, le temps d’un bain relaxant, d’une visite chez le coiffeur, d’un massage en institut…

Pas envie : et alors ?

Pas envie : et alors ?

Au vu des consultations médicales, les femmes s’inquiètent plus que les hommes de leur baisse de désir. Or les spécialistes s’accordent à dire que cette souffrance psychologique est créée par l’image que les gens ont de la sexualité aujourd’hui. Il faut être performant et/ou atteindre l’orgasme à tout prix. Ces schémas enferment dans une contrainte, créent un stress, et font fuir le désir. Même à 25 ans, ce n’est pas une catastrophe de ne pas avoir envie de faire l’amour pendant quinze jours.

 

La flamme du couple

L’excitation de la rencontre et de la nouveauté rend le désir incontrôlable. Puis, au fil des mois, le quotidien aidant, ce délicieux frisson s’estompe. Il se peut que, sous la couette, monsieur soit un lièvre et madame une tortue. Autrement dit, le désir masculin se met rapidement en marche, tandis que le désir féminin réclame quelques attentions pour se mettre en route. Si l’acte sexuel se résume chaque fois à la pénétration sans préliminaires, la libido féminine n’a pas le temps de s’exprimer et finit par capituler.

 À lire aussi : Ne passez plus à côté des préliminaires

 

Quand consulter ?

Quand consulter ?

À cette question, la sexologue Ghislaine Paris donne la réponse suivante : « L’absence d’envie doit être constatée pendant plusieurs mois, voire dépasser une année, avant de s’en remettre à un spécialiste. Exprimer une plainte, une frustration à une personne extérieure et neutre permet de se sentir écoutée, comprise, et d’y voir clair. »

 

Juliette André

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Chat

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL