À flore de peau

À flore de peau

18 septembre 2020

Fini le temps de la chasse aux bactéries sur notre épiderme ! De leur équilibre dépend notre force contre les agresseurs cutanés.

 

Nous avons tous désormais connaissance de notre microbiote intestinal, cette flore de micro-organismes qui fourmille dans notre système digestif et participe à l’écosystème de notre corps. Nous savons tous à quel point ces milliards de bactéries œuvrent en faveur de notre système immunitaire, nous prémunissant de certaines maladies, et aident à extraire les vitamines des fibres alimentaires. Ce que nous savons moins, c’est qu’il existe à la surface de notre peau le même type de population, faite de bactéries alliées – baptisées saprophytes – ou ennemies – dites pathogènes. Ce microbiote cutané tient son équilibre et sa sauvegarde essentiellement de notre hygiène de vie. Même si chacun d’entre nous possède sa propre « identité microbienne », celle-ci fluctue en effet en fonction de l’âge, du sexe mais aussi de notre environnement. La diversité de notre flore étant gage de santé, nous nous devons d’adopter les bons gestes à son égard.

 À lire aussi : Microbiote intestinale, un monde d’influence

 

D’abord, ne pas nuire

Le vieillissement n’est pas le seul responsable de la détérioration de notre microbiote cutané. En effet, nous avons souvent la toilette un peu trop leste… Alors que débarrasser délicatement la peau de ses impuretés suffirait, on la décape avec des produits abrasifs et qui assèchent la peau en détruisant le film hydrolipidique. Le temps qu’il se reconstitue, les « mauvaises » bactéries prolifèrent et les troubles cutanés apparaissent. Pour maintenir l’équilibre, l’idéal est d’éviter les lavages excessifs et agressifs ainsi que l’eau trop ch­­aude. Et utiliser de préférence des produits dont le pH avoisine 5, soit légèrement acide comme celui de la peau, et qui contiennent peu ou pas de conservateurs.

 À lire aussi : Comment prendre soin de sa flore vaginale ?

 

Des probiotiques dans nos cosmétiques

Fortes des avancées scientifiques en matière de flore bactérienne, de plus en plus de marques de beauté proposent désormais des soins enrichis en probiotiques. Bactéries, levures ou micro-organismes sont inactivés (afin d’éviter une multiplication bactérienne indésirable !) mais ils gardent leurs propriétés. Résultat : à la manière d’un engrais naturel, ils stimulent la production des bactéries alliées afin de limiter la prolifération des pathogènes. En renforçant ainsi notre barrière cutanée, ces cosmétiques nouvelle génération aident à lutter contre les agressions extérieures, comme la pollution, le stress ou les virus. Elles améliorent aussi les défenses naturelles, réduisent les irritations cutanées et protègent l’équilibre du film hydrolipidique.

 À lire aussi :  Prébiotiques et probiotiques, le duo gagnant

 

Conseils de pharmacien

Conseils de pharmacien

Faire le plein d’oméga en consommant de l’huile d’olive ou de lin ou de l’avocat mûr à point apporte à l’organisme des acides gras indispensables à la production d’un sébum équilibré. C’est l’idéal pour le développement des bonnes bactéries. Et, après un nettoyage de peau, n’appliquez pas tout de suite votre crème afin de laisser aux bactéries qui ont résisté à « l’agression » le temps de se multiplier.

 

Véronique Aïache

Le choix de la rédac

Faites-vous une flore

Transit et digestion

Faites-vous une flore

Rétablir le confort digestif

La culotte de règle pour les jeunes filles

Gynécologie

La culotte de règle pour les jeunes filles

Finies les protections jetables !

Des lingettes intimes pour les hommes, enfin !

Autres

Des lingettes intimes pour les hommes, enfin !

À avoir toujours sur soi !

Lumière !

Visage

Lumière !

Une peau lissée et défatiguée…