CYSTALIA
iode

À nous les aliments riches en iode

21 décembre 2017
L’hiver est propice aux coups de froid, coups de fatigue et coups de mou… Pour les pallier, on traque les carences en tout genre. On vous explique tout sur l’iode, ses bienfaits et les aliments à privilégier pour ne pas en manquer.

 

L’iode est un oligo-élément indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. Il intervient dans la synthèse des hormones de la glande thyroïde, nécessaires à la régulation de la croissance, du développement et du métabolisme. Une carence en iode lors du développement du fœtus peut entraîner un retard mental et des troubles psychomoteurs, et chez l’adulte, provoque des dérèglements de la glande thyroïde pouvant aller jusqu’à l’hypertrophie, c’est-à-dire le goître.

 

Ces dysfonctionnements causés par une carence en iode sont désignés sous le terme de « crétinisme » (tout un programme…). Ils ont longtemps été plus répandus dans les régions les plus éloignées de la mer, notamment en montagne, d’où l’expression « Crétin des Alpes » (sans rire), où le sel de carrière utilisé par les montagnards était pauvre en iode, provoquant des cas de nanismes, des goîtres et des retards mentaux.

 

Quels sont les aliments riches en iode ?

Dans les années 50, lors d’une grande campagne de santé publique pour lutter contre la carence en iode, il a été décidé que le sel de table serait systématiquement enrichi en iode. Aujourd’hui, toujours pour des questions de santé publique, il est désormais recommandé de délaisser ce fameux sel de table pour limiter les risques d’hypertension et les maladies cardiovasculaires. Cherchons donc l’iode ailleurs !

 À lire aussi : Moins de sel, plus de fibres, le cocktail gagnant

 

La mer est une excellente source d’aliments riches en iode : on en trouve dans les coquillages et crustacés, les poissons (morue, aiglefin et saumon en tête de classement), mais aussi les algues, bourrées d’oligo-éléments. Ces dernières ne sont pas encore très répandues dans les assiettes des Français, mais sont une bonne alternative pour les végétariens et vegan afin de consommer des aliments d’origine marine. Le lait, les produits laitiers (particulièrement le fromage), les œufs et la viande contiennent aussi de l’iode, conséquence de l’utilisation de produits iodés pour limiter les infections dans les élevages. Concernant l’eau minérale, le taux d’iode varie de l’une à l’autre, et dans tous les cas, sa consommation quotidienne ne suffit pas à combler les besoins de l’organisme. Quelques légumes verts contiennent de l’iode comme le chou, les épinards ou encore les haricots verts, ainsi que des fruits rouges à consommer en smoothie par exemple : fraises, mûres et myrtilles.

 À lire aussi : Nutrition : cap sur les fruits de mer et leurs bienfaits !

 

L’huître, une perle rare aux nombreux bienfaits.

Sur le podium des aliments riches en iode, l’huître occupe une place de choix. Non seulement l’huître nous offre la précieuse iode, mais elle regorge de multiples autres nutriments ! Oméga 3, vitamines, minéraux, ou encore protéines… Ce coquillage renferme un vrai trésor pour l’organisme. L’huître est délicieuse, et faible en calories par-dessus le marché, alors pourquoi se priver ? En se régalant d’une à deux douzaines d’huîtres par semaine, on évite les carences en tout genre et on booste son système immunitaire.

Deux légers hics toutefois : elle ne se trouve pas partout en toutes saisons, et côté porte-monnaie, cette perle n’est pas donnée… Raison pour laquelle l’huître reste un mets de fête : au réveillon, faites-lui sa fête !

 

Qui doit veiller aux apports en iode dans son alimentation ?

Les femmes enceintes et allaitantes doivent être très vigilantes car l’iode joue un rôle essentiel dans le bon développement de l’embryon et du nouveau-né. Les fumeurs, eux, auront besoin de consommer plus d’iode que les non fumeurs pour en assimiler la même quantité : en effet, le tabac freine l’absorption de l’iode. Avis aux grands sportifs : une activité physique intense et répétée entraîne une perte d’iode par la sueur. Le régime vegan ne fait pas non plus très bon ménage avec l’iode puisque cet oligo-élément est principalement présent dans des produits d’origine animale. Enfin, les plus de 55 ans présentent plus souvent des carences en iode, l’apport est à surveiller particulièrement.

 À lire aussi : Faisons le plein d’oligo-éléments

 

Sylviane Gougeon

Le choix de la rédac

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais

L’huile de coco : l’huile végétale multi usage de l’été

Corps

On en parle de mon périnée ?

Gynécologie

Mesdames, pensez périnée !

Un livre vous propose de le rencontrer pour mieux l’apprivoiser.