HYALUGEL 1ere DENTS
6 idées reçues à oublier sur le sexe des hommes

6 idées reçues à oublier sur le sexe des hommes

08 mars 2018
Le pénis… Entre sa taille, la qualité de ses érections et sa manière d’éjaculer, le phallus de l’homme suscite bien des fantasmes. Peut-on faire grandir son pénis ? Le muscler ? Simuler un orgasme ? On trie pour vous le vrai du faux afin de laisser le sexe de ces messieurs vivre en paix.

 

1 – Il est possible de faire grandir son pénis.

FAUX ! Enfin, pas tout à fait. La taille moyenne d’un pénis au repos, à l’état flaccide, est de 7 à 10 cm. En érection, on grimpe entre 13 et 18 cm. On parle de micropénis lorsque la verge en érection ne dépasse pas les 9 cm, et les 4 cm au repos. Jusqu’à la fin de la puberté, on peut compenser cette anomalie de développement via un traitement hormonal, avec des injections de testostérone, mais après, c’est trop tard. A l’âge adulte, la chirurgie permet de gagner jusqu’à 2 cm de longueur en sectionnant le ligament qui attache le pénis à l’os du pubis.

Pour augmenter la circonférence, l’opération consiste à injecter de la graisse abdominale sous la peau du pénis, mais le résultat n’est pas très convaincant : lorsque le pénis est en érection, la graisse, elle ne change pas de consistance… Toutes les méthodes d’étirement, de massage, crème ou autres potions magiques que l’on trouve sur Internet ou dans les sexshops sont à proscrire, car elles sont dans tous les cas inefficaces, et parfois même dangereuses.

 À lire aussi : Messieurs, réveillez votre point P !

 

2 – On peut se casser le pénis.

VRAI ! La fracture du pénis correspond, d’après ceux qui l’ont vécu, à un claquement sonore lors d’un coït (en général très animé), suivi d’une douleur intense. Il n’y a pas d’os dans le pénis (contrairement à une autre idée reçue), mais la science utilise le terme fracture car les symptômes sont similaires à ceux d’une fracture osseuse ou d’une grosse entorse. Un hématome bleu apparaît sur le phallus dans les minutes qui suivent le claquement, et les testicules gonflent fortement. Si cela vous arrive, la première chose à faire est d’appliquer une poche de glace sur la verge, avant de courir aux urgences.

 

3 – Il est utile de faire de la musculation du phallus.

FAUX ! Le pénis n’est pas un muscle et n’en contient aucun, tout comme la poitrine des femmes. Il est donc illusoire d’espérer le muscler pour améliorer ses performances. Il se dresse uniquement grâce à l’augmentation du débit sanguin dans la verge lorsque l’homme est excité. Reposez donc ces haltères, vous pourriez vous blesser.

 À lire aussi : Les mystères du point G

 

4 – Point de plaisir féminin sans grand zizi

FAUX ! La taille de leur pénis préoccupe bien des hommes, inquiets sur la capacité de leur outil à procurer des orgasmes vaginaux à leur partenaire. Les femmes ont beau répéter que cela n’a pas d’importance, le message semble avoir du mal à passer. Revenons au point 1 : en érection, un pénis mesure en moyenne entre 13 et 18 cm. Le vagin, lui, culmine entre 12 et 14 cm lorsque la femme est excitée, et mesure seulement 6 à 8 cm dans son état normal. Si l’on sait compter, on réalise qu’un grand pénis ne rentre pas dans la cavité vaginale. Deuxième bonne nouvelle : seuls les 4 à 5 premiers centimètres du vagin sont sensibles à la pénétration.

 

5 – Les hommes ne peuvent pas simuler.

FAUX ! On pense à tort qu’éjaculation égale orgasme. Eh bien non. Il est possible pour l’homme d’éjaculer sans avoir pris de plaisir. Stress, fatigue ou tracas peuvent empêcher la jouissance sans bloquer l’éjaculation.

 

 6 – Les hommes ne peuvent pas jouir sans éjaculer.

FAUX ! Les adeptes du taoïsme ou du tantrisme le savent depuis belle lurette : il est possible d’avoir de puissants orgasmes sans éjaculation. On parle alors d’orgasme sec ou d’injaculation. Cette technique s’acquiert après un entraînement prolongé pour maîtriser sa montée orgasmique et contrôler sa tension sexuelle. Elle permet à ceux qui la maîtrisent de prolonger à volonté leurs ébats amoureux, et de ressentir des orgasmes beaucoup plus longs et profonds. Mais attention, l’injaculation doit rester une pratique occasionnelle afin de ne pas créer de congestions au niveau du bas-ventre.

 À lire aussi : Est-il normal d’avoir des fantasmes ?

 

Câline Gabard

Le choix de la rédac

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais

L’huile de coco : l’huile végétale multi usage de l’été

Corps

On en parle de mon périnée ?

Gynécologie

Mesdames, pensez périnée !

Un livre vous propose de le rencontrer pour mieux l’apprivoiser.