Advertisement Banner
Mycose génitale

5 gestes importants pour votre hygiène intime

16 novembre 2017
Mycose génitale, cystite et autres désagréments peuvent être évités en appliquant de bons réflexes au quotidien.

 

L’équilibre de la flore vaginale est fragile, et nécessite certaines précautions au quotidien afin d’éviter la prolifération de bactéries ou de germes à l’origine des mycoses, cystites, vaginites et autres désagréments subis par les femmes. Voici cinq mauvaises habitudes à perdre sans attendre pour prendre soin de votre intimité.

 

1 – Gare aux protections intimes

Pendant vos règles, veillez à changer régulièrement votre protection, même si le flux est peu abondant. Les bactéries raffolent de l’humidité et s’y multiplient à vitesse grand V : ne leur laissez pas le champ libre en changeant régulièrement de tampon (ne les gardez pas plus de 4 heures) ; c’est préférable également pour les serviettes. Ne dormez jamais avec un tampon (l’humidité offerte alors pendant 8 heures peut mener vers le syndrome du choc toxique), et préférez une serviette adaptée au flux nocturne. Évitez aussi le port quotidien d’un protège-slip : moins respirant qu’une culotte, il favorise la prolifération bactérienne et les cystites.

 À lire aussi : La flore vaginale, un équilibre précieux à préserver

 

2 – Après l’amour, direction les toilettes

Ce n’est pas optionnel : après chaque rapport sexuel, allez vider votre vessie aux toilettes. Pourquoi ? L’urine lave votre urètre, et évacue ainsi d’éventuelles bactéries qui auraient pu profiter de vos ébats pour remonter jusque-là, risquant de provoquer une infection urinaire si elles y restent et s’y multiplient.

 

3 – Pas d’ovules à tout va

Les ovules contre la mycose étant en vente libre, il est tentant d’y recourir aux premiers signes d’irritation. Sauf qu’elle n’est pas toujours due à un champignon, mais peut résulter d’une vaginose induite par une modification du pH vaginal, auquel cas vous avez besoin d’un traitement pour rééquilibrer l’acidité du vagin et non d’un ovule. En cas de gêne, consultez un professionnel de santé avant de démarrer un traitement !

 

4 – Mollo sous la douche

Certaines sont tentées de nettoyer leur vulve et leur vagin avec des produits décapants, voire une poire de lavement. Surtout pas ! L’équilibre de la flore vaginale en est bouleversé, les lactobacilles (les « bons » germes qui protègent le vagin) sont éliminés, et les mauvais germes disposent d’un boulevard pour coloniser la zone. Règle n° 1 : jamais de douche vaginale. Règle n° 2 : utilisez un produit d’hygiène intime adapté au pH acide de votre vagin. Règle n°3 : proscrivez l’usage du gant de toilette, véritable nid à microbes, pour votre toilette intime, notamment.

 À lire aussi : Hygiène intime, on veut de la douceur !

 

5 – Épilation sous surveillance

La peau de la vulve est très fine et fragile : les poils sont là pour la protéger des frottements et éviter l’apparition de micro-coupures favorisant l’introduction de germes. L’épilation intégrale est plutôt déconseillée afin de préserver cette zone fragile, et le rasoir carrément à proscrire pour éviter l’apparition de poils incarnés susceptibles de s’infecter et de se transformer en douloureux (et disgracieux !) kystes.

 À lire aussi : Tout sur l’hygiène intime chez la femme

 

Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

MEDOUCINE

Autres

Maquillage et peaux fragiles

Visage

Peau saine et teint frais

Maquillage et peaux fragiles.

Stimium®

Tous les sports

Faire du sport et soigner son corps

Des compléments alimentaires pour les sportifs !

ma Bible des huiles essentielles

Huiles essentielles

Le super cadeau pour les amateurs de santé au naturel

Une édition spéciale 10 ans et, cerise sur le gâteau, pourvue de belles illustrations.