FLORADIX
3 activités pour se relaxer

3 activités pour se relaxer

16 septembre 2020

Pour combattre le stress, vous connaissez bien sûr le yoga et le tai-chi… Mais savez-vous que l’apnée aussi peut vous aider à lâcher prise ?

 

Positif quand il est occasionnel – il nous permet de réagir en situation de « menace » –, le stress devient néfaste s’il perdure. Notre capital d’adaptation s’affaiblit. Les réserves énergétiques s’amenuisent. L’organisme peine à récupérer. La fatigue s’accumule. Pour éviter d’en arriver là, il est indispensable de réapprovisionner nos réserves d’énergie en apprenant à se détendre, à reprendre notre souffle – et à nous retrouver. Respirer calmement, lentement et profondément, permet de relâcher les tensions. En ressentant comment l’air entre et ressort de votre ventre, on entre dans une démarche de mieux-être. De nombreuses méthodes de relaxation cherchent à réduire les tensions, à harmoniser le corps et l’esprit en les réconciliant. Si la cohérence cardiaque, la sophrologie et la méditation ont le vent en poupe, d’autres plus ancestrales allient gymnastique mentale et physique.

 À lire aussi : Le diaphragme, votre allié bien-être

 

Le calme par l’asana

Le yoga est l’une des meilleures pratiques pour se détendre tout en douceur. Car il va agir sur plusieurs plans : physique, mental et émotionnel. Le fait de contracter un muscle très fortement puis de le relâcher entraîne l’abaissement du tonus musculaire. Plus la contraction est forte, plus il se relâche. Les postures (asanas) se réalisent sans esprit de compétition ni de concurrence. L’important est de viser le lâcher-prise, aussi bien au niveau du corps que de l’esprit. En comprenant les postures, l’intérêt de la lenteur et de la respiration, on gagne en sérénité. Avec une pratique régulière, on prend du recul sur soi comme sur les événements.

 

La méditation en mouvement

Tout comme le yoga, le taï-chi associe le corps, le souffle et la conscience. Les enchaînements de mouvements répondent à trois principes : lenteur, continuité et régularité. Chacun d’entre eux se développe autour du bassin et se base sur le déplacement constant du poids du corps en cercle, sur des jambes pliées. L’objectif est d’harmoniser le corps et l’esprit. La respiration se veut le pont entre les deux, mais aussi entre l’être humain et l’univers. En réapprenant à inspirer et à expirer, on arrive à rythmer sa respiration ou à la mobiliser afin de conserver un flux énergétique équilibré. Ainsi, si l’on est énervé, l’attention s’oriente sur l’expiration qui permet d’évacuer les tensions. Quand on est fatigué ou en baisse de tonus, on se concentre sur l’inspiration pour nourrir le corps. Ce qui compte c’est l’intention, l’esprit qui va avec cette respiration. Cet art martial interne conjugue la relaxation, la concentration et la maîtrise de soi.

 À lire aussi : Je retrouve mon énergie avec le Qi gong

 

La paix dans une bulle d’air

L’apnée conjugue la philosophie du yoga et celle de la méditation. On apprend à respirer par le ventre. On ralentit chacune de ses respirations. Le long de la « ligne de vie », le filin auquel on se tient pour descendre, on stabilise sa position dans l’eau. On bouge peu, très peu. On contemple – sans rien toucher. Sous l’eau, on se vide la tête et on déconnecte. Et dans nos sociétés où l’on vit à mille à l’heure, l’apnée est une véritable bulle d’air ! Nul besoin de côtoyer les abysses pour profiter de ses bienfaits. Flotter sur le dos, avec une frite au niveau de la nuque (ou pas), suffit : les oreilles immergées, les bruits s’évanouissent. On se sent dans un cocon. On se laisse porter et bercer par la houle. On se relaxe. Tout stress évacué, on se recentre sur de nouvelles sensations très agréables. En mer, dans une piscine ou encore dans son bain, c’est un authentique retour aux sources. L’eau, notre matrice, s’avère une puissante alliée pour un mieux-être global.

 

On passe des ondes bêta aux alpha

En apprenant à respirer et à retenir son souffle, on s’affranchit du stress. Placer une rétention d’air de 5 secondes entre l’inspiration et l’expiration a un impact direct sur l’activité cérébrale. On passe ainsi des ondes bêta, comme lorsque nous parlons, aux ondes alpha, produites quand on est en état de méditation profonde ou sur le point de s’endormir. Raison suffisante pour transformer sa manière de ventiler dans la vie de tous les jours, dans une file d’attente ou au bureau…

 À lire aussi : Se relaxer avec le Watsu

 

Réponses d'expert : réapprenez à respirer !

Réponses d'expert : réapprenez à respirer !

Yoann Jean,
Moniteur de plongée en apnée au centre UCPA de Niolon (Le Rove)

• Apprenez à dissocier la respiration thoracique (gonflement des poumons) de l’abdominale (gonflement du ventre). Le diaphragme est le muscle principal de la ventilation. En le mobilisant, vous massez vos viscères, siège des émotions. D’où l’importance de savoir l’isoler et de l’utiliser plus souvent dans la vie de tous les jours.

• Ne soyez pas dans la retenue. N’ayez pas peur de faire ressortir votre ventre ou d’expirer fortement en faisant du bruit. Constatez que vous pouvez contrôler le débit de votre expiration. Essayez de faire durer celle-ci le plus longtemps possible.

• Assouplissez votre diaphragme. Rentrez votre ventre et essayez, tout doucement, de « manipuler » votre diaphragme par un massage progressif sous les côtes. Au fur et à mesure, vous parviendrez à passer les doigts sous celles-ci.

• Amusez-vous à « scanner » votre corps pour repérer la moindre tension musculaire qui pourrait être dérouillée, surtout au niveau de la nuque.

 

Clarisse Nénard

Le choix de la rédac

Soigner les troubles urinaires masculins

Autres

Soigner les troubles urinaires masculins

Recourir à des solutions naturelles

Du 2 en 1 pour nos mains

Corps

Du 2 en 1 pour nos mains

Hydratante et antibactérienne

Adieu irritations et rougeurs post épilation

Corps

Adieu irritations et rougeurs post épilation

Pour soulager les sensations d’inconfort

La Petite Française

Dents

La Petite Française

Labellisée Origine France Garantie