Quels sont les actes médicaux pratiqués par le pédicure-podologue ?


COMMUNIQUÉ

 

Les pieds sont particulièrement sollicités et il est important d’en prendre soin en allant régulièrement voir un pédicure qui va leur apporter des soins esthétiques bien sûr, mais aussi améliorer le confort de marche, soigner les infections, faire pratiquer des exercices de déplacement…

 

Qu’est-ce qu’une pédicure ?

Pratiquée par un spécialiste des pieds, une pédicure peut soulager un grand nombre de problèmes. Le podologue peut ainsi intervenir pour :

• soulager les douleurs
traiter des cors aux pieds ou des ongles incarnés
• confectionner des semelles orthopédiques
conseiller ses patients pour améliorer leur posture et les aider à mieux marcher
soigner et prévenir des infections…

Pour cela, il va commencer par établir un diagnostic en discutant avec son patient, en analysant son pied et en réalisant une empreinte ou une image numérique de ce dernier.

D’un point de vue esthétique, le pédicure-podologue peut également nettoyer, désinfecter, exfolier et hydrater les pieds, de façon à ce qu’ils se montrent sous leur meilleur jour dans les sandales. Il prendra aussi soin des ongles et pourra effectuer un massage pour améliorer la circulation du sang. Certaines mutuelles pratiquent le remboursement podologue sous certaines conditions, il serait donc dommage de se priver de ces rendez-vous si bénéfiques pour nos pieds.

À qui sont destinées les pédicures ?

Il est conseillé à tous d’aller consulter régulièrement un podologue mais les personnes qui y ont le plus souvent recours sont les randonneurs et les sportifs qui mettent leurs pieds à rude épreuve. Le médecin traitant peut également le conseiller suite à un trouble personnel ou dans l’accompagnement d’une autre maladie (diabète, arthrose…). Enfin, de nombreuses personnes exerçant des professions qui nécessitent d’être très souvent debout se font également suivre régulièrement.

Dans quel cas avoir recours à un pédicure-podologue ?

Le pédicure peut intervenir pour aider son patient à améliorer sa posture en utilisant des semelles ou des appareillages spécifiques. Cela l’aidera à se tenir bien droit et favorisera ses déplacements. Le but est également de réduire les douleurs au niveau des pieds, mais aussi du dos, des jambes ou des hanches.

Il arrive que des frottements importants soient la cause de cors ou de durillons qui peuvent devenir douloureux. Dans ce cas, le pédicure peut intervenir pour les traiter et éviter que le problème ne s’aggrave.

Les ongles incarnés sont également un problème qui peut vite devenir douloureux et handicapant. Le podologue intervient alors avec un traitement adapté et en profite généralement pour couper les ongles déformés car ils risquent de pénétrer dans la peau à cause de la dureté des chaussures.

Les problèmes des pieds sont très souvent dus à des mauvaises habitudes en matière d’hygiène. Le pédicure pourra donc conseiller le patient pour qu’il adopte les bons gestes et lui prescrire un ensemble de soins, si besoin.

Comment bénéficier de la complémentaire santé solitaire ?


COMMUNIQUÉ

 

La complémentaire santé solitaire (CSS) est issue de la fusion de l’Aide à la complémentaire santé (ACS) et de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). Il s’agit d’un dispositif permettant au ménage d’accéder à une complémentaire santé soit avec contribution financière ou non en fonction des ressources du bénéficiaire ou de la situation. Pour bénéficier de ce programme, découvrez ici la démarche à suivre.

 

Quelle démarche pour la demande de Complémentaire santé solidaire ?

Pour faire la demande de complémentaire santé solidaire, deux possibilités s’offrent à vous : le format papier via le formulaire cerfa n° 12504*08 et en ligne à partir du compte ameli. À votre requête, ajoutez les pièces justificatives notifiées par le formulaire.

L’assurance maladie répond au demandeur dans un délai de 2 mois, et ce, à partir de la date de réception du dossier entier.

Si sa requête connait une suite favorable, l’assuré pourra recevoir une attestation de droits à la CSS. Dans le cas échéant, la mise à jour de sa carte Vitale se révèle indispensable.

Par ailleurs, il faut noter que l’effet des droits à la CSS gratuite s’étend sur 1 an à compter du 1er jour du mois d’emission de la demande. En cas d’hospitalisation, elle devient rétroactive sur 2 mois au maximum.

Pour ce qui est de la complémentaire santé solidaire payante, l’assuré sera informé par la compagnie d’assurance maladie de la somme de la contribution à verser par les membres de la famille si éventuellement celui-ci est redevable d’une participation financière dans le cadre de la CSS.

Précisons qu’en cas de décès du titulaire de la CSS, la couverture des membres de son foyer demeurera jusqu’à expiration du droit de départ.

Comment renouveler sa complémentaire santé solidaire ?

Valable pour 12 mois, la Complémentaire santé solidaire ne propose pas un mode de renouvellement automatique, excepté les bénéficiaires au Revenu de solidarité active (RSA) et de l’Allocation de scolarité aux personnes âgées.

L’assuré devra émettre une nouvelle demande de CSS adressée à la caisse d’Assurance maladie dans un délai de 2 à 4 mois avant la date d’expiration du contrat. Dans cet exercice, il devra suivre les mêmes formalités que la demande initiale. Le bénéficiaire se doit de :

• remplir un formulaire ;
• sélectionner son organisme gestionnaire ;
• préparer un dossier à l’aide de ses pièces justificatives.

Après acceptation du dossier, il doit soumettre son bulletin d’adhésion préalablement rempli à son gestionnaire de même qu’une méthode de paiement. Au cas où la situation financière et personnelle de la personne désireuse de renouveler la CSS ne connaitrait pas d’évolution, l’étape de transmission du bulletin d’adhésion ne serait pas nécessaire. Il en serait de même pour la pièce qui autorise le prélèvement sur son compte bancaire. Ici, la requête de renouvellement auprès de la caisse serait suffisante.

Enfin, sachez que vous avez la possibilité de renoncer à la CSS sans frais à partir du 1er juin 2022. En cas de désistement en cours de droit, vous pourrez toutefois conserver le droit d’en faire la demande du bénéfice une nouvelle fois

Pour ou contre le régime dissocié

Le principe du régime dissocié est de respecter, à chaque repas, de bonnes associations d’aliments pour optimiser la digestion, ce qui suppose une bonne connaissance de la composition des aliments.

 

Contrairement à de nombreux régimes, le régime dissocié n’est pas restrictif, ni en variété ni en quantité d’aliments. Il n’exclut aucun aliment, mais préconise de ne pas les consommer tous en même temps. Il suggère de limiter chaque repas ou même une journée entière de nourriture à un seul groupe d’aliments, et recommande de regrouper ceux dont la digestion est similaire et de les associer selon des combinaisons précises. L’objectif de ce régime est de faciliter le travail de digestion de l’organisme et de lui épargner un gaspillage d’énergie et de temps pour métaboliser des mélanges de nutriments nécessitant des processus d’assimilation différents. Ainsi, en n’ingérant qu’une même catégorie d’aliments (viandes, légumes, féculents ou fruits), les organes du tube digestif (duodénum, estomac, intestins) ne mobilisent que les enzymes nécessaires au métabolisme de chaque type de nutriments. Il en résulte une digestion plus rapide et une meilleure assimilation du bol alimentaire, sans risque de fermentation ou d’inflammation des muqueuses.

 À lire aussi : L’alimentation anti-stress

 

Motivations et objections

Les adeptes de ce type de régime recherchent un bien-être général. Ils veulent éviter les lourdeurs d’estomac, les maux de ventre douloureux, les troubles gênants type flatulence, émissions de gaz. Bien que recherchée par certains, la perte de poids n’est pas un objectif prioritaire, mais elle peut résulter d’un rapide rassasiement ou d’un manque d’appétit dû à la consommation exclusive d’un même type d’aliments.

 À lire aussi : Le sel ? Avec modération !

 

Manger dissocié ne présente pas que des avantages. Ce régime suppose une bonne connaissance de la composition des aliments pour bien gérer les associations. Il est par conséquent difficile à suivre en société. Par ailleurs, le fait de sélectionner et de limiter les catégories d’aliments à consommer chaque jour et à chaque repas peut devenir fastidieux et favoriser les écarts. La dissociation des prises alimentaires peut provoquer à long terme un déséquilibre nutritionnel et physiologique (fluctuation de la glycémie, stockage des graisses).

 À lire aussi : Les secrets du régime Okinawa

 

Précautions

Précautions

Il est important de prendre l’avis d’un professionnel de santé avant de commencer un régime dissocié, puis d’être suivi sur le plan nutritionnel. Pour préserver un bon équilibre alimentaire, il est conseillé de faire un repas de protéines, un repas de féculents et un repas de fruits sur une journée.

 

La teigne, fréquente chez le chat persan

On redoute cette affection parasitaire tant il s’avère difficile de s’en débarrasser… Elle est hélas commune chez les animaux de compagnie, en particulier le chat persan.

 

La teigne est une maladie liée au développement sur la peau de champignons microscopiques, qu’on appelle des dermatophytes. Scientifiquement, la teigne est donc une dermatophytose et le champignon le plus souvent à l’origine de la teigne féline se nomme Microsporum canis.

Pourquoi le persan ?

Environ 30 % des cas de teigne féline sont observés chez des persans. Une réceptivité génétique particulière aux dermatophytoses est suspectée mais des raisons « mécaniques » peuvent aussi expliquer cette prédisposition. Quand un chat à poil court fait sa toilette, il élimine facilement les spores (servant à la reproduction du parasite) qui pourraient se déposer sur les poils – sa langue rêche agit comme un balai brosse. Chez un chat à pelage long et dense comme le persan, le retrait des spores par le léchage est en revanche plus aléatoire.

 À lire aussi : Chats : les allergies dues aux puces

 

Comment le chat se contamine-t-il ?

Les signes de teigne sont parfois extrêmement discrets et les chats atteints dits alors « porteurs sains ». Ils peuvent cependant contaminer leurs congénères s’ils vivent en groupe ou s’ils fréquentent les expositions félines. Les chatons sont particulièrement sensibles à ces champignons parasites.

La transmission de la teigne peut avoir lieu par contact direct entre chats mais aussi par l’environnement. Une fois détachées du pelage, les spores sont capables de résister au moins 18 mois et, dans une maison où vit un chat « teigneux », l’air peut contenir jusqu’à 1000 spores par m3 !

Le matériel de toilettage, les cages de transport, les lieux de couchage, etc., sont autant de supports qui peuvent servir de vecteurs de contamination.

 À lire aussi : Chats : Calculs urinaires, que faire ?

 

Peut-il la transmettre à l’Homme ?

Oui… Le diagnostic de teigne chez un chat est même souvent fait quand le propriétaire est lui-même contaminé. Les enfants se révèlent très réceptifs à ce champignon parasite et l’incidence de cette maladie a considérablement augmenté en Europe ces dernières années. Ce n’est pas une affection grave mais elle peut laisser des traces indélébiles sur la peau. Si des lésions cutanées circulaires apparaissent dans les zones régulièrement en contact avec le chat, comme les bras, le visage et le cou, il faut consulter son médecin – en lui spécifiant la présence d’un chat au domicile.

À savoir

À savoir

Au moment de son adoption, un persan peut déjà être porteur de teigne. Le stress causé par le changement d’environnement risque alors de favoriser le développement de la maladie. Montrer le chat à un vétérinaire dès son arrivée pour effectuer un test de dépistage constitue une sécurité. Si d’autres animaux sont présents, éviter les contacts avec le nouveau venu en attendant les résultats. Enfin, un animal participant à des expositions félines doit bénéficier d’un shampooing antimycosique au retour.

 

Diagnostiquer la teigne féline

Quand des spores arrivent sur la peau du chat, elles se développent en créant un réseau de filaments qui fragilise le pelage car les champignons parasites se nourrissent de kératine, la principale protéine des poils.

Les signes de la maladie

Les premières lésions deviennent visibles quand les poils du chat se cassent et que sa peau se dénude.

Des lésions en anneaux

Les lésions caractéristiques de teigne sont plutôt rondes et se développent en anneaux de plus en plus larges. Des croûtes apparaissent au centre ou en périphérie des lésions. Normalement, le chat ne se gratte pas… mais il y a des exceptions. Chez certains individus, les lésions sont très envahissantes ; chez d’autres, elles se cantonnent au menton, au-dessus de la queue, au pourtour des griffes…

 À lire aussi : La beauté de votre chat persan dépend de vous !

 

D’autres formes possibles

Dans certains cas, toucher la peau du chat évoque des grains de mil, on parle alors de « dermatite miliaire ». Le chat peut aussi présenter une otite, avec présence d’un cérumen très abondant.

Quand un persan a été contaminé par griffure ou morsure d’un congénère, des lésions nodulaires, remplies d’un pus granuleux, peuvent apparaître à l’endroit de l’inoculation. Cette forme est appelée « mycétome dermatophytique ».

Pas de spores chez soi !

Pas de spores chez soi !

Traiter un chat contre la teigne ne suffit pas, il faut aussi se débarrasser des spores dans l’environnement pour éviter les récidives.

• Éliminer les tissus sans valeur qui ont été au contact du chat ; lavez à la température maximale ceux qui ne peuvent pas être jetés.

• Aspirer très soigneusement la maison, en insistant sur les lieux fréquentés par le félin ; jeter ensuite le sac de l’aspirateur.

• Sur les meubles où le chat aime s’installer, poser des housses pouvant être lavées et désinfectées très régulièrement pendant le traitement.

 

La preuve par les UV ou le microscope

Lorsque l’état du pelage et de la peau d’un chat inquiète, il convient de consulter un vétérinaire. Si celui-ci suspecte une teigne, il fera les examens nécessaires pour la confirmer. La méthode de référence consiste à racler la peau et à mettre en culture les prélèvements, afin de prouver la contamination et d’identifier l’espèce en cause. Avec cette technique, il faut malheureusement plusieurs jours pour obtenir le résultat.

Si la dermatophytose est due à Microsporum canis, les poils du chat peuvent émettre une couleur fluorescente verdâtre lorsqu’ils sont éclairés avec une lampe à ultraviolets (UV). Ce test fait donc partie des examens réalisables par le vétérinaire mais, dans environ 30 % des cas de teigne, le résultat se révèle négatif – un champignon parasite différent est en cause.

Un autre moyen de faire le diagnostic est d’observer au microscope des poils prélevés en périphérie des lésions : les poils teigneux ont un contour flou et leur diamètre est élargi à cause de la présence des spores.

Traiter un chat teigneux

Venir à bout d’une teigne féline exige de cinq à six semaines de soins… Au minimum ! Et même si cela fend le cœur, il est indispensable de tondre le chat – pas d’inquiétude, le poil repoussera ! – pour que le traitement soit efficace et surtout limiter la dissémination des spores dans l’environnement. La première fois, le vétérinaire pourra réaliser cette « opération » à la clinique mais il faudra la répéter tous les mois jusqu’à guérison complète. Pour éviter la dissémination des spores pendant la tonte, on pose le chat sur un sac poubelle, à l’extérieur ou dans un endroit facile à nettoyer. Et on désinfecte ensuite le peigne de la tondeuse à l’eau de Javel.

Du traitement cutané…

Même si les lésions sont localisées, le vétérinaire conseillera de traiter l’ensemble du corps du chat une ou deux fois par semaine avec un produit antifongique (en shampooing, crème ou lotion). Des gants à usage unique et une blouse lavable s’imposent. Un tel produit peut être toxique si le félin se lèche : une collerette portée pendant quelques minutes après l’application, le temps que l’antifongique pénètre dans la peau, l’en empêchera. Les collerettes souples s’avèrent plus confortables pour les chats que les carcans en plastique rigide.

… Au général

Si la teigne du chat prend une forme envahissante, le chat recevra aussi un traitement par voie générale, en comprimés. Plusieurs médicaments peuvent être prescrits par le vétérinaire : il choisira le plus adapté à l’âge du chat et à son statut sexuel (certains sont contre-indiqués chez une chatte gestante).

Délai de sécurité

Surtout, ne pas cesser le traitement dès que l’état du pelage et de la peau du chat semble s’améliorer ! Après la durée recommandée, le vétérinaire proposera de vérifier que le félin est effectivement guéri, en envoyant un prélèvement de poils au laboratoire. Même si le résultat est négatif, le traitement sera encore administré au moins deux semaines supplémentaires, par sécurité.

Mini-cures zen

Thalassos et thermes sont des écrins précieux pour se ressourcer et bénéficier de soins stratégiques anti-stress.

 

Un break s’impose pour chasser les tensions – qu’elles soient physiques ou psychiques – et les transformer en énergie positive. Les centres de thalassothérapie et de thermalisme proposent des courts séjours régénérants pour déconnecter du travail, des écrans et des soucis.

Les eaux thermales apaisantes

Dans le Puy-de-Dôme, à Châteauneuf-les-Bains, les thermes bénéficient d’une eau relaxante riche en lithium, un élément équilibrant pour le système nerveux. Des demi-journées sont proposées sur le thème de la détente avec, au programme : bain et douche hydromassants, cataplasme, enveloppement de boue de la mer morte ou encore piscine (de 35 à 75 €). Il existe des forfaits sur deux ou trois demi-journées, baptisés « escapade bienfaisante » et « halte bien-être » (132 ou 192 €), qui offrent des massages du corps, des hydrothérapies décontracturantes et des bains aromatiques. thermes-chateauneuf.com

 À lire aussi : Thermalisme : zoom sur les nouveautés 2022

 

À la limite du plateau d’Aubrac, Chaudes-Aigues bénéficie d’une eau naturelle – antalgique et myorelaxante – à 82 °C unique en Europe, idéale pour un « break antistress » (à partir de 103 € pour un jour, trois soins et une nuit à l’hôtel). caleden.com

Fort de son expertise pour soigner les états anxieux, le centre de Néris-les-Bains a créé deux mini-cures de six jours :  « Charge mentale »  (479 €) et Halt’O stress (509 €) pour aider le cerveau à lâcher prise avec massages, sophrologie, méditation et hydrothérapie dans une eau riche en lithium. thermes-neris.com

 À lire aussi : Thermalisme et Thalasso : Occitanie, terre de bienfaits

 

Les escales détente de Thalazur

De Cabourg à Antibes en passant par Saint-Jean-de-Luz et Le Grau-du-Roi, les neuf instituts de thalassothérapie du groupe Thalazur proposent plusieurs « Escales » de trois jours et neuf soins axés sur la relaxation avec différentes thématiques (prix variables selon les destinations). Le centre qui siège sur la plage d’Ouistreham personnalise chaque séjour avec une acupuncture ciblée (insomnie, arrêt du tabac…), un lâcher-prise aquatique, une séance de digito-pressing facial et crânien anti-stress. Détente zen à Royan avec un massage ayurvédique des points énergétiques marmas. À Arcachon : enveloppements du corps cocooning à l’aloe vera et à la pulpe de coco. thalazur.fr

 À lire aussi : Cures thalasso : et si on s’accordait une pause ?

 

Les weekends de Thalassa Sea and Spa

À Hyères, Biarritz, l’Ile d’Oléron, Trouville, le Touquet, Quiberon et le Golfe d’Ajaccio, les thalassos organisent des « Pauses zen » de un à trois jours, avec trois soins quotidiens. Au choix : massages (énergie ou sérénité), soins marins, enveloppements… thalassa.com

 

Réponses d'expert : l'hypnose pour lâcher prise

Réponses d'expert : l'hypnose pour lâcher prise

Nathalie Toro,
hypnothérapeute à Balaruc-les-Bains

Pendant les mini-cures ou les cures conventionnées, mes séances d’hypnose ericksonienne – basée sur une légère modification de la conscience où l’on garde toujours son libre-arbitre – permettent de mettre à distance stress, angoisse, anxiété ou encore troubles du sommeil. Cette pratique naturelle invite à lâcher prise en gagnant un autre point de vue sur une situation stressante ou une rumination chronique. Le contexte de la cure avec ses soins quotidiens et ce changement d’environnement favorisent la relaxation inhérente à la pratique de l’hypnose, un outil très puissant qui peut agir en deux ou trois séances. On y apprend des astuces (gestes, mots positifs) à répéter dans son quotidien pour que la tension retombe aussitôt. J’ai également créé des marches en pleine conscience autour de la lagune de Thau (thermesbalaruclesbains.com).

« Dois-je donner de la vitamine C à mon cochon d’Inde ? », Erwan 16 ans

Supplémenter en vitamine C un cochon d’Inde permet de lui éviter nombre de maladies : malocclusion dentaire, stase digestive, pododermatite, infections bactériennes, douleurs articulaires…

 

Le cochon d’Inde est le seul rongeur à ne pas pouvoir synthétiser la vitamine C. Or, une carence en vitamine C – le scorbut – peut avoir de nombreuses conséquences sur la santé de l’animal. Dont malocclusion dentaire, stase digestive, pododermatite (lésions des pattes avec risque de surinfection et d’atteinte osseuse), infections bactériennes, douleurs articulaires… Pour répondre à tous ses besoins, le régime alimentaire du cobaye doit ajouter au foin, donné à volonté, des fruits et des légumes frais. Et, parmi ceux-ci, privilégier ceux riches en vitamine C : chou frisé, salade, agrumes, kiwi…

 À lire aussi : Lapin : Mange-t-il assez de fibres ?

 

L’alimentation suffisant rarement à l’apport préconisé en vitamine C malgré ces précautions, une supplémentation se révèle souvent nécessaire. Elle peut être donnée sous forme liquide ou solide (comprimés ou granulés). Une dose quotidienne de 15 à 20 mg/kg/jour est en général recommandée, cette dose devant être augmentée à 60 mg/kg/jour en période de convalescence, de gestation ou de lactation. Noter que la vitamine C étant sensible à la lumière, elle doit être stockée à l’abri de la lumière.

 À lire aussi : Furets : la stérilisation chimique

 

Enfin, pour assurer une supplémentation optimale grâce à une forme liquide, l’idéal est de donner la vitamine C directement dans la gueule du cobaye à l’aide d’une seringue. La diluer dans l’eau de boisson est une fausse bonne idée : elle y est dégradée rapidement et la dose versée n’est pas toujours ingérée intégralement.

« Le CBD peut-il soulager les douleurs ? », Maude, 50 ans

Le CBD, dit aussi « chanvre bien-être », se positionne aujourd’hui comme un actif naturel non addictif mais anxiolytique, antalgique, anti-inflammatoire et neuroprotecteur.

 

Les propriétés antalgiques, relaxantes et anti-inflammatoires du cannabidiol (CBD) sont connues depuis des millénaires. Le chanvre, dont cette molécule est issue, était déjà cultivé par nos ancêtres néolithiques pour la qualité nutritive de ses graines et les vertus médicinales de sa résine. Cependant, la mauvaise réputation de son cousin, le tétrahydrocannabinol (THC), provenant de la même plante, a longtemps classé à tort le CBD dans la catégorie des substances illicites et dangereuses.

 À lire aussi : Du cannabis en pharmacie ?

 

Il faut dire que cette molécule active du cannabis confère aux feuilles de chanvre leurs effets psychotropes. La marijuana fabriquée à partir de ces feuilles étant interdite à la consommation, les huiles, fleurs et résines extraites des autres parties de la plante ont donc fait l’objet de toutes les méfiances. Réhabilité depuis quelques années par des études scientifiques, le CBD, dit aussi « chanvre bien-être », se positionne aujourd’hui comme un actif naturel non addictif mais anxiolytique, antalgique, anti-inflammatoire et neuroprotecteur. En version gélules, huiles, infusions, e-liquide, produits culinaires ou cosmétiques, il se révèle très efficace contre les états de stress et d’anxiété, les insomnies, les crampes, les douleurs musculaires ou névralgiques. Quel que soit le but recherché, il faut tenir compte du taux de CBD contenu dans le produit acheté. Pour connaître le bon dosage, mieux vaut s’orienter au début sur une concentration minimale à 2,5 %, voire 5 %. Dans le cas où les effets sont trop légers et insatisfaisants, il suffit d’augmenter progressivement la posologie.

 À lire aussi : Quand les articulations font mal

 

« Comment arrêter la cigarette électronique ? », Isaac, 34 ans

Moins dangereuse que la cigarette classique, la cigarette électronique ou vapoteuse délivre dans sa vapeur des doses de nicotine, une substance très addictive. Un sevrage nécessite de réduire ce taux de nicotine au fil du temps.

 

Fumer une cigarette traditionnelle revient à aspirer à chaque bouffée près de 5 300 substances dangereuses pour la santé. Chacun y allant de sa toxicité, le goudron, le monoxyde de carbone, le mercure, le plomb, l’ammoniac et autres composantes font certes la part belle aux risques de cancers et d’accidents cardio-vasculaires, mais ils ne créent pas de dépendance au niveau métabolique. Avec la nicotine, c’est une autre histoire.

 À lire aussi : Réussir votre arrêt du tabac

 

Présente à l’état naturel dans les feuilles de tabac, elle seule agit comme n’importe quelle autre drogue : elle déclenche dans le cerveau une production de dopamine et crée une addiction physiologique à cette « hormone du bonheur ». Arrêter de fumer oblige donc à affronter les retours de bâton du manque de nicotine (nervosité, déprime, troubles du sommeil et de l’appétit, difficultés de concentration…). Les vapoteuses aident à passer le cap de la désaccoutumance et permet d’éviter les symptômes qui l’accompagnent en délivrant dans leur vapeur des doses de nicotine. Quant au sevrage complet, chacun doit le faire à son rythme et sans urgence. Les tabacologues conseillent en effet de réduire de 2 à 3 mg tous les trois à quatre mois le taux de nicotine inhalée. Si des signes de manque réapparaissent, il suffit d’augmenter un peu le dosage pendant quelques semaines, puis de tenter une nouvelle diminution. Même si les derniers milligrammes de nicotine peuvent être les plus difficiles à éliminer, mieux vaut prendre son temps plutôt que d’être tenté de racheter un paquet de cigarettes. À ce jour, les données scientifiques n’ont pas montré de toxicité à long terme de la cigarette électronique. Néanmoins, la Société francophone de tabacologie joue la prudence et invite à ne pas continuer à vapoter plus de 12 mois après l’arrêt du tabac.

 À lire aussi : Addiction : quand le cerveau devient accroc 

 

Bon pied bonheur

La saison des nu-pieds arrive à grands pas… Pour ne pas afficher des orteils secs et des talons fendillés, on met le cap sur la douceur cutanée.

 

Nous marchons en moyenne, au cours de notre vie, l’équivalent de deux fois et demie le tour de la Terre. Nus à même le sol ou munis de sandales, fagotés dans des chaussettes ou perchés sur des talons, les pieds font de leur mieux pour tenir la distance. Mission accomplie, certes, mais pas sans conséquence pour la peau : elle s’épaissit pour résister à la pression que chaque pas lui impose. En guise de boucliers cutanés, des agglomérats de kératine se forment sur les zones de frottements, du dessous des orteils jusqu’en haut des talons. Aussi inesthétiques qu’inconfortables, ces callosités sèches et rugueuses peuvent aller jusqu’à se fissurer si l’on ne prend pas la peine de s’en débarrasser.

 À lire aussi : Hygiène et fraicheur des pieds

 

L’hydratation en prévention

Qu’il s’agisse de la macération de la transpiration dans les chaussures, des immersions dans l’eau calcaire, des stations debout prolongées ou des variations de température, les pieds accusent au quotidien de sacrés coups. Malmenés par leur environnement, ils ne sont pas mieux lotis par leur nature même. Le derme plantaire est en effet pauvre en glandes sébacées et ne produit pas le sébum nécessaire au maintien de l’hydratation dans l’épiderme. L’unique moyen d’empêcher la rugosité de gagner du terrain consiste à éviter que la peau se déshydrate. Matin ou soir, on la nourrit à grand renfort de soins spécifiques riches en actifs émollients, comme la glycérine, les huiles végétales, type amande douce et avocat, ou la lanoline.

 À lire aussi : Épilation de saison

 

Séances hebdomadaires

Pour prévenir l’apparition de fissures, les gommages à gros grains sont les bienvenus. Sous réserve de ne pas les utiliser plus d’une fois par semaine au risque que la peau contre-attaque en s’épaississant davantage. L’idéal est d’appliquer le produit uniformément sur les pieds et de les recouvrir avec une serviette humide et chaude pour ramollir la corne et faciliter son retrait. On patiente ensuite 10 minutes avant d’ôter le surplus de produit avec la serviette, en frottant doucement. Pratiqué le soir, le rituel se conclut avec l’étape hydratation profonde, à savoir un baume tartiné généreusement sur les pieds avant de les emmitoufler dans des chaussettes en coton pour le laisser agir toute la nuit.

 À lire aussi : Cor, durillon, ampoule… quel soin ?

 

S.O.S. crevasses

Malgré les attentions portées, la peau s’est fendillée. Tant que les crevasses sont plus inesthétiques que douloureuses, il est possible d’en venir à bout à la maison grâce à des crèmes pharmaceutiques aux vertus réparatrices. Si les huiles végétales ou la glycérine restent des incontournables dans les formulations, l’actif cicatrisant vedette n’est autre que l’urée. En phase d’attaque, le soin doit contenir 25 % d’urée. En phase d’entretien, 5 % suffisent. Si les crevasses sont douloureuses ou si elles sont vraiment profondes et qu’un traitement simple n’a pas donné satisfaction, il est préférable de consulter un podologue pour éviter les infections.

La tendance des cosmétiques bio : un must « made in France »


COMMUNIQUÉ

 

Les produits de cosmétique bio ou naturels sans ingrédients chimiques et made in France représentent la nouvelle tendance beauté feelgood. Conçus pour être à la fois simples et efficaces, durables et économiques, ces produits sont fabriqués à la main, 100 % artisanalement. Les marques montent en gamme.

Les cosmétiques naturels et écologiques

37 % des consommatrices françaises utilisent un produit de cosmétique bio pour le corps et 31 % des soins capillaires bio d’après l’étude Statista.

Issus de la nature, les ingrédients utilisés pour l’élaboration de savons ou de shampoings solides pour adultes et enfants sont pensés pour améliorer votre bien-être général. Tous sont sains pour la peau et ne déclenchent pas d’irritations.

Le procédé de fabrication artisanal a un double impact. Premièrement, le gaspillage est très limité grâce à un mode de production éco-responsable de façon à préserver la planète. Deuxièmement, l’utilisateur bénéficie d’un cosmétique aux nombreuses qualités, doux et sain à la fois, pur car sans conservateurs, ni adjuvants : colorant ou parfum.

Le produit de beauté 100 % nature va à l’essentiel en n’intégrant que les ingrédients indispensables.

Quels ingrédients dans un cosmétique biologique made in France ?

Les substances utilisées pour la confection d’un produit de beauté naturel respectent le derme, la texture du cheveu, la fragilité des dents, etc. À base de plantes, d’herbes aromatiques, de fruits, de feuilles d’arbres et arbustes ou autres productions agricoles bio… ces ingrédients préservent les peaux les plus fragiles et les protègent des agressions extérieures. Certaines huiles comme l’huile de chanvre ou l’huile de noisette renforcent la fibre capillaire, purifient et éliminent l’excès de sébum alors que d’autres comme l’huile d’olive ou l’huile de bourrache adoucissent la peau. Largement utilisé également, le beurre de karité est bien connu pour ses propriétés réparatrices et hydratantes.

Les bienfaits de ces ingrédients prélevés dans la nature se ressentent immédiatement : la peau ne tiraille pas et les cheveux restent souples, sont débarrassés des impuretés et respirent la santé, quelle que soit leur nature : secs, abîmés, gras, fins, colorés, etc.

Quels produits bio et naturels trouver en ligne ?

Les sociétés spécialisées dans les produits cosmétiques sains et écologiques sont encore peu nombreuses en France. Leur force est leur créativité, avec un objectif majeur : préserver la planète en appliquant la règle du zéro déchet. C’est pourquoi les produits solides sont privilégiés : savon, shampoing, déodorant, répulsif anti-moustiques, crème solaire minérale… sont tous testés sous contrôle dermatologique. L’autre avantage du pain solide bio est d’être durable : pour exemple, un pain correspond à deux bouteilles pleines de shampoing liquide, ce qui favorise les économies au quotidien. Même les emballages sont écologiques car recyclables.

Parce que les produits bio constituent un cadeau d’exception, des coffrets dédiés aux nourrissons, aux hommes et aux femmes ou ciblés sur un thème précis tel que les soins d’avant répondent à des certifications reconnues : Cosmos Organic, Cosmos Natural, Vegan ou encore Slow Cosmétique. Ces coffrets font partie des meilleures ventes en ligne et rassemblent l’essentiel pour se sentir bien au quotidien.

Si trouver un cosmétique sans conservateurs, sain et naturel, élaboré de façon écologique demande quelques recherches, choisir une marque spécifique l’est encore plus. Les critères à examiner sont prioritairement le lieu de fabrication et la provenance des ingrédients, la qualité de conception et de conditionnement.