Vermifuger son chien : in-dis-pen-sable !

Donner un vermifuge à son chien est un acte de soin nécessaire pour protéger l’organisme de l’animal et le débarrasser des vers qui pourraient mettre en danger sa santé et la vôtre.

 

Les parasites internes constituent une menace pour la santé des chiens et sont aussi parfois responsables de maladies humaines, les zoonoses. Il est donc très important de traiter son chien en le vermifugeant régulièrement, à un rythme qui dépend de son environnement – par exemple, un chien de chasse est forcément plus exposé aux parasites qu’un chien citadin qui vit en appartement. Une étude menée en 2020 en France sur le parasitisme canin a montré que seulement 6 % des chiens étaient suffisamment vermifugés, compte tenu de leur mode de vie et de leur entourage familial. Les traitements antiparasitaires sont pourtant essentiels pour éliminer les hôtes indésirables, et leur application régulière doit être prise au sérieux et scrupuleusement respectée.

Les parasites font de la résistance

Les parasites font de la résistance

Les résistances aux produits antiparasitaires pour chiens restent exceptionnelles, mais des cas commencent à émerger dans certains pays, en particulier aux États-Unis. Le phénomène est spécifiquement apparu dans les élevages de lévriers de course, les greyhounds. Ces résistances concernent surtout des parasites tels que les ankylostomes, fréquents dans les chenils rassemblant de nombreux chiens vivant dans de mauvaises conditions sanitaires. L’ampleur du phénomène reste cependant à explorer.

 

Des chiots très porteurs

Parmi les parasites les plus susceptibles de passer du chien à l’homme, il y a les ascaris (ex. : Toxocara canis), un ver hébergé par les chiots dès leur plus jeune âge mais qui est également fréquent chez les chiens adultes. En Europe, une enquête récente a montré que 15 % des chiens environ en sont porteurs et le pourcentage dépasse 40 % chez les chiots âgés de moins de 6 mois.

 

Un parasite peut en cacher un autre

Les ascaris sont les vers que l’on observe le plus souvent dans le tube digestif des chiens. Néanmoins, une étude menée sur plus de 7 000 chiens de compagnie aux États-Unis en 2019 a montré que bien d’autres parasites pouvaient aussi être présents – 5 % des chiens étaient d’ailleurs porteurs de multiples parasites. Des ankylostomes, des trichures, des ténias et de nombreux parasites plus anecdotiques ont été identifiés, ainsi que des protozoaires (parasites unicellulaires) tels que les coccidies ou les giardia. Pour tous ces parasites, le risque est maximal quand le chien est jeune mais cela ne veut évidemment pas dire qu’il ne faut plus traiter les chiens âgés.

En plus des parasites internes, pensez également à protéger votre chien des puces, qui transmettent souvent à l’animal des vers intestinaux.

 

Conseils de pharmacien

Conseils de pharmacien

Le fait qu’un chien vive avec des enfants impose une vigilance particulière. Chez eux, la contamination peut en effet avoir lieu très facilement : en se léchant, le chien colle des œufs de parasites sur ses poils et, quand l’enfant le caresse et porte ensuite ses doigts à la bouche, il peut ingérer des œufs accidentellement. Ces infestations parasitaires entraînent parfois des troubles de santé graves. Les adultes sont également concernés car ils ne se lavent pas toujours les mains après avoir caressé leur chien…

 

Contre les parasites, on anticipe !

Régularité et prévention sont les maîtres mots d’une protection réussie. Vous devrez aussi veiller à traiter votre chien après les vacances. Pour ne pas oublier, tenez un calendrier de vermifugation.

La plupart du temps, le chien se contamine en ingérant des œufs libérés dans le milieu extérieur. Il est important de vermifuger son animal avant qu’il dissémine des parasites dans ses selles et pollue durablement l’environnement. En effet, nul besoin du contact direct avec un autre chien pour que la transmission ait lieu.

 

Après un séjour en pension

Si votre chien a séjourné dans une pension pendant les vacances, et même s’il était hébergé dans un box individuel, il a très bien pu être infesté par des parasites dont les autres pensionnaires étaient porteurs au cours de ses sorties dans les parcs de détente. Quel que soit le niveau d’hygiène de la structure de garde, tout rassemblement de chiens au même endroit accroît les risques de contamination parasitaire. Si les conditions climatiques sont favorables, les œufs de certains vers digestifs peuvent survivre plusieurs mois dans l’environnement, laissant le temps aux parasites de boucler leur cycle de développement dans le tube digestif des autres chiens. Vermifuger rapidement votre animal lorsqu’il revient à votre domicile est donc recommandé.

 

Au retour des vacances

La dirofilariose cardio-pulmonaire est une maladie parasitaire due à la présence dans le sang de vers très fins et très longs (microfilaires). Les parasites adultes se localisent dans le système cardio-respiratoire du chien, où ils causent de nombreux troubles circulatoires, pouvant aller jusqu’à déclencher une insuffisance cardiaque grave. Ils sont transmis par des moustiques et la maladie sévit surtout dans les régions chaudes et humides. Elle existe dans le sud de la France et dans les DOM-TOM. Un chien ayant été infesté pendant l’été ne développera pas de symptômes avant l’hiver qui suit, mais il ne faut pas attendre pour faire dépister la maladie par le vétérinaire. Au cas où votre chien serait contaminé, le traitement doit être entrepris rapidement pour éliminer les vers adultes de son organisme avant qu’ils se multiplient.

 

Un planning à jour

Comme toujours en matière de santé, mieux vaut prévenir que guérir ! Cela est d’autant plus vrai que les signes d’infestation parasitaire ne sont pas toujours nets au début. Votre chien risque de « bricoler » longtemps avant que vous vous rendiez compte de la situation. Or, si vous laissez des parasites se multiplier dans son organisme, son état général s’altérera significativement. Il est recommandé de vermifuger un chien tous les trois à quatre mois, surtout si des enfants vivent au foyer. Si le chien vit dans un milieu très protégé, deux administrations par an sont parfois suffisantes.

 

Élimination ciblée = menace écartée

Il existe plusieurs sortes de vermifuges pour chien. Si vous ne savez pas quel médicament choisir ni comment l’administrer, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

Un vermifuge doit idéalement être choisi en fonction des parasites à éliminer. Un professionnel de la santé animale saura vous aiguiller dans l’achat du traitement adéquat en fonction de l’âge de votre chien, de son poids, de son état de santé et de son mode de vie. Si vous avez plusieurs animaux à la maison, prenez soin de les vermifuger tous en même temps pour éviter qu’ils se contaminent ou se recontaminent les uns les autres.

 

Le bon choix

En tout premier lieu, demandez à votre vétérinaire de pratiquer un examen des selles au microscope (ou coproscopie). Ce dernier permettra d’identifier les parasites présents, d’évaluer l’importance de l’infestation parasitaire et de traiter de manière ciblée. En effet, tous les vermifuges n’agissent pas sur l’ensemble des parasites pouvant être hébergés par le chien. Par exemple, les trichures ne sont pas forcément sensibles aux médicaments antiparasitaires actifs sur les ascaris. De même, pour lutter contre le ténia échinocoque, qui représente une menace gravissime sur la santé humaine, le vermifuge à utiliser doit contenir une substance active appelée praziquantel. Actuellement, cette molécule est la seule à être efficace contre ce parasite.

Des parasites par milliards

Des parasites par milliards

Il y a quelques années, des chercheurs britanniques ont tenté d’évaluer le nombre d’œufs d’ascaris éliminés dans les selles des chiens vivant dans la ville de Bristol, comptant 600 000 habitants environ. Une femelle adulte de Toxocara canis étant capable de pondre 12 500 œufs par jour, voire davantage, le total d’œufs émis au quotidien a été estimé à… 3,7 milliards ! Si ce chiffre dépend des régions et des populations canines présentes, il doit non seulement nous inciter à vermifuger notre chien, mais aussi à ramasser systématiquement ses déjections.

 

Protocole d’administration

Les vermifuges sont disponibles en pâte, sous forme liquide et en comprimés à placer dans la gueule de l’animal ou dans son alimentation, mais aussi en pipettes à appliquer sur la peau, entre les omoplates de préférence. Vous pouvez donc éventuellement choisir la forme d’administration qui vous paraît la plus pratique à utiliser. Selon les parasites hébergés par le chien, la durée du traitement peut varier. Si une administration unique suffit dans la plupart des cas, certains parasites réclament une administration répétée plusieurs jours de suite. Lisez bien le mode d’emploi avant de traiter votre chien et consultez le vétérinaire en cas de doute.

La santé des sabots

De nombreux compléments sont commercialisés pour entretenir, voire améliorer la qualité des sabots des chevaux. Assurez-vous que celui que vous choisirez contient les bons éléments.

 

La corne des sabots est majoritairement constituée d’une protéine, la kératine. Lorsque son état laisse à désirer, par exemple chez les chevaux âgés, un complément alimentaire stimulant la synthèse de cette protéine peut être très bénéfique. Plusieurs nutriments doivent alors être associés.

 À lire aussi : La rhinopneumonie équine

 

Acides aminés soufrés

La présence de soufre, un composant essentiel de la kératine, confère à la fois une grande résistance et une certaine souplesse aux sabots. Certains acides aminés contiennent du soufre, comme la cystine, l’un des principaux constituants de la kératine. L’organisme du cheval sait la fabriquer à partir d’un autre acide aminé, la méthionine ; associer les deux, la cystine et la méthionine, peut avoir un effet « booster » sur la synthèse de la corne.

 À lire aussi : Jamais sans ma trousse de secours

 

Biotine

Une supplémentation en biotine, qui fait partie des vitamines du groupe B, augmente la vitesse de croissance de la corne ; ses effets positifs sur la locomotion des chevaux âgés ont été montrés. À l’inverse, une carence en biotine altère la structure de la corne. Elle est donc un élément nutritionnel clé pour la santé et la résistance des pieds.

À savoir

À savoir

Comme les sabots, les crins sont essentiellement composés de kératine. Le complément alimentaire délivré pour stimuler la pousse de la corne assurera donc également la beauté de la crinière et de la queue du cheval.

 

Zinc et cuivre

La qualité des sabots est directement liée à leur teneur en zinc car ce minéral favorise la synthèse des protéines, dont la kératine. Une carence en zinc entraîne une détérioration de la qualité de la corne, voire des lésions cutanées. Le cuivre est aussi important pour la santé de la corne puisqu’il participe à la formation du collagène, un tissu élastique qui aide à amortir les chocs. Les compléments visant à améliorer la qualité des pieds contiennent aussi souvent du manganèse et du sélénium, en raison de leurs propriétés antioxydantes, qui luttent contre l’usure cellulaire.

Vitamine A

La vitamine A fait partie des nutriments indispensables pour maintenir des sabots sains. En fin d’hiver, les chevaux peuvent parfois manquer de vitamine A car celle contenue dans le foin se dégrade au cours du stockage.

Donner un complément alimentaire favorise certes la santé de la corne, mais il ne faut pas pour autant oublier que les pieds du cheval, qu’il soit ferré ou non, ont aussi besoin de soins réguliers prodigués par un professionnel. Plus la corne pousse vite, plus le parage des sabots doit être fréquent.

 

Attention aux supplémentations anarchiques !

Attention aux supplémentations anarchiques !

Au minimum, un complément alimentaire visant à améliorer la qualité de la corne doit associer des acides aminés soufrés, de la biotine et du zinc, même si d’autres nutriments peuvent être utilement présents. Préférez toujours l’utilisation d’un aliment complémentaire spécialement formulé pour les chevaux plutôt que de tenter des supplémentations hasardeuses : certains minéraux en excès peuvent en effet nuire à l’absorption des autres !

 

Les probiotiques pour les nourrissons

« Puis-je donner des probiotiques à mon bébé ? », Agnès, 30 ans.

 

Les premières années de sa vie, bébé a un microbiote intestinal encore fragile qui se construit par le contact avec son environnement. Pendant cette période de colonisation microbienne, des « bonnes » et des « mauvaises » bactéries vont plus ou moins s’équilibrer. Si votre bébé est né par voie basse (et non pas par césarienne) ou si vous l’allaitez, il va plus rapidement avoir des « bonnes bactéries », indispensables pour le transit et la digestion mais aussi pour le bon fonctionnement du système immunitaire.

 À lire aussi : Mon enfant a des coliques

 

Parfois, le microbiote est déséquilibré par un traitement antibiotique, un virus… La prise de probiotiques peut alors être conseillée pour réguler le microbiote, renforcer la fonction barrière de l’intestin et lutter contre certaines affections.

 À lire aussi : Quel lait choisir en cas de régurgitation ?

 

Les probiotiques sont, entre autres, efficaces contre les troubles du transit : diarrhée, constipation et coliques du nourrisson. Chaque souche va combattre un désagrément particulier. C’est ainsi que de nombreuses formules de lait infantile renferment désormais des souches de probiotiques pour lutter contre les coliques et diminuer la durée des pleurs, notamment Lactibacillus reuteri. Les bifidobactéries (Bifidobacterium lactis, bifidum…) et les lactobacilles (casei, rhamnosus…) sont les bactéries les plus utilisées avec la levure de bière (Saccharomyces boulardii NCM I-745) pour lutter contre les diarrhées aiguës à rotavirus ou suite à une prise d’antibiotiques. La prise de probiotiques raccourcirait aussi la durée des symptômes de la gastroentérite aiguë.

Les secrets du régime crétois : manger mieux pour vivre vieux

Allonger votre espérance de vie et atteindre (ou maintenir) votre poids santé, ça vous dit ? On vous initie aux mystères du régime crétois, aussi appelé régime méditerranéen : c’est prouvé, il maintient en bonne santé, diminue le risque de maladies cardio-vasculaires, et réduit le risque de troubles cognitifs. À table !

 

Paysages idylliques, eaux turquoises, la Crète a bien des raisons de nous faire rêver. Mais cette île riche d’une histoire millénaire a attiré l’attention de la communauté scientifique après la Seconde Guerre Mondiale en raison de son espérance de vie supérieure à celle des autres populations européennes. Une longévité attribuée au régime alimentaire spécifique du pourtour méditerranéen, baptisé diète méditerranéenne, inscrite en 2010 au patrimoine de l’Unesco.

 

Un régime alimentaire scruté – et validé ! – par la communauté scientifique

C’est le médecin américain Ancel Keys qui a fait connaître au reste du monde les vertus du régime crétois. Dans les années 50, il a initié une vaste étude1 dans sept pays différents, qui s’est poursuivie jusqu’à la fin des années 90. Cette étude a montré que le régime alimentaire des îles grecques et italiennes, notamment, allait de pair avec un nombre inférieur de maladies cardio-vasculaires et de mortalité, toutes causes confondues.

Cette étude a également démontré qu’une alimentation équilibrée couplée à une consommation d’alcool modérée et une activité physique régulière pouvait repousser le déclin des facultés cognitives et réduire le risque de développer les maladies d’Alzheimer et de Parkinson… Bref, que du bon !

 À lire aussi : Les secrets du régime Okinawa

 

Les grands principes du régime crétois

Mais alors que mange-t-on en Crète et sur le pourtour méditerranéen, pour vivre plus vieux et mieux ? Beaucoup de végétaux, de graisses insaturées de qualité – avec la fameuse huile d’olive ! – et de céréales complètes, pour très peu de viande rouge, de sucre et de produits transformés. Ce qui fait un cocktail épatant de vitamines, fibres et anti-oxydants. Les apports importants en acides gras mono-insaturés et la faible quantité d’acides gras saturés (présents dans la viande rouge et les produits industriels) apporte un équilibre qui réduit le taux de cholestérol et préserve la santé des artères.

Accessoirement, le régime crétois favorise aussi la perte de poids puisqu’il réduit au minimum la consommation d’aliments gras et sucrés. N’imaginez pas toutefois vivre centenaire et mince en adoptant simplement la diète méditerranéenne : les effets positifs et protecteurs de ce régime alimentaire ont été observés lorsqu’ils sont couplés à une activité physique régulière.

 

Quels aliments choisir pour se composer une assiette crétoise ?

La base de la diète méditerranéenne, ce sont les légumes, variés et en abondance, qui fournissent des quantités importantes de vitamines et d’antioxydants. Les desserts sont quasiment absents des menus, hormis les fruits. On n’hésite pas à consommer des oléagineux – noix, noisettes, amandes, grands pourvoyeurs d’acides gras insaturés, et notamment les oméga-3. On bannit tout autre graisse que l’huile d’olive pour assaisonner et préparer ses repas, et on mange aussi souvent que possibles des légumineuses pour leurs apports en protéines et en minéraux. On passe au pain complet et aux céréales à grain entier. On remplace le sel par des herbes aromatiques et des épices, et la viande rouge par de la viande blanche et des produits de la mer, hormis en de rares occasions. On passe aux produits laitiers à base de lait de brebis et de chèvre. Enfin, côté boisson, on se cantonne à l’eau, aux thés et tisanes, et à une consommation très modérée de vin rouge, accepté pour sa richesse en polyphénols, de puissants antioxydants. Le reste, c’est niet.

 À lire aussi :Les nutriments pour augmenter sa longévité

 

Se convertir au régime crétois comporte-t-il des risques ?

Au contraire, c’est un régime varié, riche en vitamines, nutriments et antioxydants, qui couvre tous les besoins de l’organisme. Bref, rien à dire, vous pouvez vous y mettre les yeux fermés. Pour renouveler vos idées de recette, et adapter les principes du régime méditerranéen à tous les repas de la journée, plongez-vous avec délices dans le livre Le Régime Crétois, Les Secrets de la longévité, d’Alexandra Rétion et Stéphanie de Turckheim. Vous y trouverez des dizaines de recettes et des conseils de nutritionnistes pour tirer le meilleur parti de vos nouvelles habitudes alimentaires.

En attendant de souffler votre centième bougie dans quelques années grâce à votre nouveau régime alimentaire, on vous souhaite un bon appétit d’ici là.

1 – Étude Seven Countries Study.

Sommeil : quelle est la meilleure position pour dormir ?

Dormir sur le ventre, le dos, le côté, en travers ou en étoile, avec ou sans coussin : chacun a une position favorite dans laquelle il s’endort plus facilement. Mais cette position rime-t-elle avec sommeil récupérateur ? Ne risque-t-elle pas de créer ou d’aggraver des problèmes de dos ? Découvrez l’impact de votre position sur votre sommeil et la meilleure position pour dormir.

 

Le sommeil, et a fortiori un sommeil de bonne qualité, est primordial pour recharger ses batteries, récupérer du stress de la journée, favoriser les mécanismes de régénération dans l’organisme. Mais adopter une position plutôt qu’une autre peut s’avérer néfaste pour la qualité du sommeil, et engendrer des problèmes de dos à plus ou moins long terme. Vous vous réveillez souvent fatigué, avec des raideurs dans la nuque et / ou le dos ? Votre position de sommeil favorite ne vous convient sans doute pas. Dans laquelle vous reconnaissez-vous ?

 À lire aussi : Les clés d’un vrai sommeil réparateur

 

Dormir sur le ventre, sinon rien !

Vous ne vous endormez que dans cette position ? Dommage, les spécialistes du sommeil et du dos s’accordent à dire que c’est la pire position pour dormir. Garder la tête tournée sur le côté génère des tensions cervicales, et les systèmes respiratoires et digestifs, attendu qu’ils restent comprimés pendant de longues heures, ne sont pas dans les meilleures dispositions pour fonctionner correctement. Dormir sur le ventre favorise les maux de tête et les douleurs dorsales.

Inenvisageable pour autant d’abandonner cette position ? Dans ce cas, munissez-vous de deux accessoires qui favoriseront le repos de votre corps.

  • Un coussin en demi-lune à mémoire de forme où poser votre front : vous gardez ainsi la tête droite pendant la nuit, comme si vous étiez installé sur une table de massage.
  • Un oreiller à placer sous votre bassin pour surélever le torse et lui laisser l’espace de respirer et digérer tranquillement.

 

Dormir sur le dos, c’est ma grande passion

Vous êtes plutôt face que pile ? Dormir sur le dos répartit bien le poids du corps et repose la colonne vertébrale : plutôt bénéfique pour la qualité du sommeil ! En revanche, cette position favorise les ronflements, l’apnée du sommeil et les remontées acides. Elle peut également fatiguer les lombaires chez les personnes très cambrées.

Pour optimiser la qualité de votre sommeil dans cette position, glissez un coussin sous vos genoux afin d’atténuer la cambrure de vos lombaires. Attention à l’épaisseur de votre oreiller, qui ne doit être ni trop mince (tête penchée en arrière), ni trop épais (tête penchée en avant) pour éviter les tensions dans la région cervicale.

 À lire aussi : Les solutions en cas d’apnée du sommeil

 

Dormir sur le côté, what else ?

Vous ne vous endormez qu’en position fœtale, bras et jambes repliées devant vous ? Voilà qui tombe bien, c’est, de l’avis général, la meilleure position pour dormir. Le corps peut se détendre totalement, favorisant une bonne récupération. Quelques précautions toutefois :

• Si vous avancez une jambe devant l’autre, glissez un coussin sous le genou avant afin de limiter les torsions lombaires et la pression sur le genou.
• Utilisez un autre coussin pour reposer vos bras. Eh oui, ils sont lourds ! vous réduirez ainsi considérablement les tensions dans la nuque et les épaules.
• Choisissez un oreiller plutôt fin pour garder la tête bien horizontale dans l’alignement de la colonne vertébrale.

Très important si vous vous endormez régulièrement en chien de fusil : forcez-vous à changer de côté. Au fil des nuits, le poids du corps appuyé toujours à gauche ou à droite crée des déséquilibres dans la région des épaules et du bassin et peut entraîner des douleurs chroniques.

Un dormeur averti en valant deux, on vous souhaite désormais de faire de très beaux rêves… dans la bonne position !

 À lire aussi : Retrouver le sommeil grâce aux huiles essentielles 

 

Pendant la grossesse, barre à gauche toute !

Pendant la grossesse, barre à gauche toute !

On conseille aux femmes enceintes de dormir sur le côté gauche pendant les derniers mois de la grossesse. Cette position laisse libre de toute compression la veine cave, la plus grosse veine du corps, qui ramène le sang vers l’oreillette droite du cœur. Le poids de l’utérus et du fœtus risque de gêner le retour sanguin, cet hypodébit pouvant déboucher sur un malaise.

On fait provision de fruits secs

Inclure des fruits secs ou à coque dans notre alimentation, c’est faire le plein d’énergie.

 

Certains fruits sont naturellement secs – ce sont ceux à coque : amandes, divers types de noix et de noisettes, pignons, pistaches… D’autres doivent être déshydratés et leur consistance est souvent plus moelleuse – citons les abricots, les figues, les dattes, les raisins, les bananes, les pruneaux. Attention, pour profiter de leurs bienfaits, il est nécessaire de les consommer « nature », sans ajout de sel ou de sucre ni d’arôme. Contrairement aux fruits frais, ils ont l’avantage de se conserver facilement et de pouvoir nous régaler en toute saison.

 À lire aussi : Les bons nutriments pour une bonne humeur

 

 

Concentrés en nutriments…

À coque ou séchés, les fruits offrent une grande variété de vitamines (la C exceptée) et d’oligoéléments.

Les noix et les noisettes sont intéressantes pour leurs apports en antioxydants, en vitamines B1, B6, B9 et en cuivre, manganèse, magnésium, phosphore, zinc et fer. La noix de cajou est le fruit à coque qui fournit le plus de vitamines et d’oligoéléments. L’amande se distingue par sa teneur en calcium ; la pistache ou la noix du Brésil par leur sélénium.

 À lire aussi : Les ingrédients et nutriments pour une belle peau

 

Les fruits séchés contiennent en plus des fibres qui favorisent le transit mais ce sont aussi d’importantes sources d’antioxydants, de vitamines A, E, K et PP et d’oligoéléments. La figue est très riche en calcium et, comme l’abricot et le raisin, elle apporte aussi du potassium, du fer et du magnésium.

 À lire aussi : Des baies de toutes les tailles

 

À savoir

À savoir

Il existe de multiples façons de consommer les fruits secs ou à coque :

– au petit-déjeuner, accompagnant des flocons d’avoine, de blé ou d’orge ;
– pendant la journée, pour calmer une petite faim ;
– dans les salades (endives et noix, taboulés), les plats (couscous, terrines, tajines) ou les desserts (gâteaux à la pistache, tartes aux amandes).

 

… Et en calories

Les fruits séchés ne contiennent pas plus de sucre que les fruits frais mais, en raison de leur faible teneur en eau, ils sont plus caloriques : en moyenne, 100 g représentent de 200 à 300 kcal. Les fruits à coque sont encore plus énergétiques car ils ont une forte teneur en corps gras polyinsaturés dont des oméga 3. Selon les recommandations du PNNS, il est conseillé de consommer des fruits secs à raison d’une poignée par jour, moitié fruits séchés, moitié fruits à coque. En raison de leur importante concentration énergétique sous un petit volume, les fruits déshydratés sont conseillés pendant ou après une épreuve sportive et aux étudiants en période de révision.

 

Garde et précautions

Garde et précautions

• Les fruits secs déshydratés se conservent environ un an à condition d’être gardés à l’abri de l’air et de l’humidité.

• Les fruits secs ou à coque sont à éviter chez les personnes qui présentent des allergies ou des intolérances, des calculs urinaires, des aphtes (noix fraîches) ou une hypertension artérielle (fruits secs salés).

Tout savoir sur l’acupression et l’utilisation d’un tapis champs de fleurs


COMMUNIQUÉ

 

Ayant fait preuve de son efficacité pour gérer le stress, l’acupression sert généralement à calmer les tensions et à se détendre. Du point de vue pratique, l’acupression est une technique qui consiste à stimuler certaines zones du corps, à savoir les points d’acupuncture et les méridiens. Efficace pour rééquilibrer l’organisme, cette pratique apporte de nombreux bienfaits pour le système immunitaire.

 

L’acupression, de quoi s’agit-il exactement ?

Si nous avons tendance à reconnaître les bienfaits de l’acupuncture, cette médecine traditionnelle chinoise, sachez qu’il y a désormais l’acupression. Méconnue de tous, c’est une thérapie à la fois douce et efficace. À l’inverse de l’acupuncture, vous n’avez pas besoin de l’assistance d’un praticien pour faire votre thérapie, mais de faire confiance à un spécialiste du tapis champs de fleurs.

L’usage de l’acupression vise à soulager les tensions et les douleurs ressenties par notre organisme. Il consiste à faire une pression sur les points stratégiques de notre corps. Sachez que la pression doit être maîtrisée et contrôlée. Le but de l’acupression est d’apporter un état de relaxation au corps pour assurer son bien-être et son confort.

 

À qui s’adresse l’acupression ?

Que ce soit à titre préventif ou curatif, l’acupression convient à toutes les personnes qui veulent se sentir bien en diminuant leurs frustrations. S’agissant de la dérivée de l’acupuncture, cette pratique reste sûre, non invasive et surtout elle apporte un véritable changement. Après une acupression, la personne doit pouvoir retrouver une certaine harmonie avec son corps et corriger les différentes imperfections. Conscient des soucis rencontrés par les personnes au quotidien à cause des différents changements, la médecine chinoise ne cesse de se développer pour réduire les dysfonctionnements.

 

Comment faire pour pratiquer l’acupression ?

Étant donné que l’acupression nécessite une certaine pression sur le corps, vous devez vous munir d’un tapis champ de fleurs. Cet élément sert à produire les mêmes résultats qu’un d’acupression, notamment des poids et des forces de gravité similaires à un vrai massage. Comme nous l’avons évoqué auparavant, cette pratique ne réclame pas l’intervention d’un praticien. Vous n’avez qu’à utiliser le tapis d’acupression ou tapis champ de fleurs. Ce dernier permet aussi de libérer le « qi » prononcé en chinois « chi » sans devoir vous déplacer au cabinet d’un expert. En libérant votre corps du blocage, vous pouvez obtenir un sentiment de soulagement tout en éliminant la douleur.

Vous pouvez reconnaître un tapis d’acupression par les divers points qu’il renferme. Généralement faits en plastique, ces points sont nommés picots et ils agissent sur des endroits précis du dos. Outre le dos, il y a aussi des tapis dédiés pour le cou, la tête, les pieds et les mains. Chaque point du tapis a été étudié et mis en place pour apporter un soulagement au corps de l’utilisateur, notamment pour libérer les maux de tête et supprimer les douleurs dans le dos.

 

Tapis champs de fleurs, quels avantages pouvez-vous en tirer ?

Le premier privilège d’un tapis champs de fleurs, c’est que vous n’avez pas à vous rendre chez un praticien. Vous pouvez rester tranquillement chez vous et utiliser le tapis pour réduire vos douleurs. Mise à part la réduction de la perte de temps pour le déplacement, vous êtes libre de vous servir de votre tapis à tout moment. Vous restez indépendant, car vous pratiquez librement l’automassage de vos points. Vous ressentez des douleurs dans le dos ? Vous êtes stressé ou vous avez des soucis de tension au niveau musculaire ? Il suffit de vous servir de votre tapis champs de fleurs. La question est : comment faire pour se servir d’un tapis d’acupression ?

Pour y répondre, il faut’avoir du temps afin d’apprendre à utiliser le tapis champs de fleur. Au début, vous pourrez être gêné par la douleur. Toutefois, vous pouvez vous améliorer au fil du temps, sans négliger l’étude des différents points.

Prothèses dentaires : les trois types disponibles


COMMUNIQUÉ

Les prothèses dentaires fixes servent à remplacer une ou plusieurs dents, ou bien seulement une partie de dents, de façon permanente. Il en existe plusieurs types.

 

Lorsque l’on perd une dent, ou qu’une dent est trop abîmée, des prothèses dentaires fixes s’imposent souvent. Une prothèse dentaire fixe est une solution permanente. Trois types de prothèses sont disponibles : des couronnes, des bridges, des onlays/inlays.

Pour les installer, un chirurgien-dentiste d’un centre de santé Dentego s’engage à offrir à ses patients une expertise médicale irréprochable et des tarifs modérés. Aujourd’hui 1er réseau de centres de santé dentaire en France, Dentego, compte plus de 58 centres répartis sur tout le territoire.

 

Premier type de prothèse dentaire : les couronnes

Une couronne recouvre une dent malade en prenant appui sur elle. On a le choix entre plusieurs sortes de couronnes :

• des couronnes dentaires métalliques, très résistantes, mais plus visibles, privilégiées pour les molaires et prémolaires. Ce sont les moins chères.

• des couronnes céramo-métallique : résistantes, mais toujours assez visibles, avec une structure en métal, et une partie en céramique.

• des couronnes en céramique : ce sont les plus esthétiques.

 

Deuxième type de prothèse dentaire : les bridges

Ce sont des prothèses qui s’appuient sur les dents adjacentes pour compenser le manque d’une ou de plusieurs dents. On a le choix entre plusieurs sortes de briges, soit en métal, soit en métal et en céramique, soit uniquement en céramique.

• le bridge conventionnel requiert de tailler les dents adjacentes pour qu’elles supportent la structure.

• le bridge dentaire collé se colle sur la dent, sans avoir besoin de tailler les dents adjacentes.

• le bridge en extension prend appui sur une dent adjacente qui sert alors de pilier.

 

Troisième type de prothèse dentaire : les onlays/inlays

Ce sont des prothèses partielles, moins invasives que les précédentes.

• l’inlay, réservé aux parties internes d’une dent, comble une dent sans exercer de pression contre ses parois et donc sans risquer de la fragiliser.

• un onlay en métal ou en céramique complète souvent l’onlay, en recréeant la partie superficielle de la dent.

L’épilation à la cire chaude avec Mamie Réglisse : notre avis


COMMUNIQUÉ

Non, l’épilation à la cire chaude n’est plus réservée aux salons d’esthétique ! La marque Mamie Réglisse nous propose désormais des kits complets pour s’épiler simplement à la maison. Mais de quoi se composent ces kits et comment les utiliser au mieux ? Découvrez notre crash test.

 

 

Épilation à la cire chaude Mamie Réglisse : à la découverte du kit spécial douillette

Avant de nous lancer dans notre première épilation maison, découvrons ensemble le contenu du kit spécial douillette de Mamie Réglisse

Kit spécial douillette versus autres méthodes d’épilation 

Contrairement à la cire chaude que vous pouvez trouver dans la plupart des supermarchés, le pack Mamie Réglisse comprend un chauffe-cire digne de votre salon d’esthétique préféré. 

De qualité professionnelle, celui-ci vous permettra de réaliser votre épilation dans les règles de l’art. 

Ainsi, vous éviterez les allers-retours intempestifs de la cuisine à la salle de bain afin de réchauffer votre cire au micro-ondes ou au bain-marie. 

Le kit spécial douillette Mamie Réglisse

Il comprend plusieurs sachets de cire sous forme de petits galets délicatement parfumés. 

Enfin, vous disposez d’une quantité suffisante de spatules en bois, d’un gel apaisant et d’un petit flacon de talc pour réaliser vos épilations en douceur. 

Pour finir, une planche explicative accompagne le kit : vous n’aurez qu’à suivre les différentes étapes illustrées pour prendre soin de vos jambes, de votre maillot ou de vos aisselles, notamment s’il s’agit de votre première utilisation.

 

Mamie Réglisse : l’épilation accessible à toutes les débutantes

Les explications fournies par Mamie Réglisse sont claires, simples et détaillées à la fois.

Vous n’aurez donc aucun mal à utiliser votre kit, et ce quel que soit votre degré d’expérience dans le domaine de l’épilation à la cire. 

L’épilation avec Mamie Réglisse, c’est avant tout un moment détente pour soi

 

La première étape consiste à préparer votre cire 

Il suffit de verser une quantité suffisante de galets dans le chauffe-cire et de régler la température souhaitée. Le couvercle de l’accessoire favorise une fonte plus rapide : comptez 10 à 15 minutes pour obtenir une texture optimale. 

Une fois la cire fondue, on attend quelques minutes pour qu’elle refroidisse et on dépose une petite noisette à l’intérieur du poignet. 

Ainsi, on est sûre de ne pas se brûler pendant son épilation du maillot ou du visage. 

 

La seconde étape est de l’appliquer simplement sur la zone souhaitée 

Appuyer légèrement avec une spatule en bois pour obtenir la meilleure adhésion possible aux poils. Cette petite pression de la spatule permet à la cire d’emprisonner tous les poils ciblés. 

Après quelques secondes d’attente, on retire la bande de cire dans le sens inverse de la pousse tout en maintenant bien la peau de l’autre main. Le tour est joué ! 

Il n’y a plus qu’à répéter l’opération jusqu’à ce que la zone à épiler devienne toute douce. 

 

Dernier avantage du kit spécial douillette

Une première bonne nouvelle vous attend : avec Mamie Réglisse, pas de gaspillage ! 

Les galets de cire sont réutilisables : s’il en reste au fond du chauffe-cire après votre épilation, vous pourrez toujours les conserver pour votre prochaine séance en refermant simplement le couvercle. 

Seconde bonne nouvelle : il vous reste plusieurs fins de sachets de cire différents ? Vous pouvez les mélanger entre elles. 

 

Épilation avec Mamie Réglisse : notre avis et nos conseils pour votre première utilisation

 

Notre avis sur le kit 

L’expérience Mamie Réglisse s’avère donc globalement réussie : même pour une débutante, le coup de main s’acquiert en quelques applications seulement. 

En plus d’être simple, l’épilation devient beaucoup moins douloureuse qu’en salon et beaucoup plus efficace qu’avec des bandes de cire froide. 

La cire spéciale douillette adhère mieux aux poils et moins à la peau grâce à sa texture innovante ultra souple composée des meilleurs agents actifs naturels.

Enfin, les kits Mamie Réglisse permettent de réaliser des économies conséquentes : après l’achat du chauffe-cire, vous n’aurez plus qu’à vous soucier de vos recharges de galets tous les 2 à 3 mois.

Vous l’aurez compris, nous sommes plutôt satisfaites de la solution d’épilation proposée par Mamie Réglisse

 

Nos conseils pour une première utilisation réussie

Si vous pensez vous laisser tenter aussi, voici quelques conseils qui pourront simplifier la prise en main et les premières utilisations du kit ! 

Tout d’abord, pensez à préparer votre peau avant de vous épiler. Réalisez des gommages réguliers au préalable (au minimum 2 jours avant la séance d’épilation). L’exfoliation permet de débarrasser la peau de ses cellules mortes associée à la chaleur de la cire, cela favorisera la dilatation des pores : les poils partiront ainsi plus facilement. Juste avant l’épilation, prenez une douche bien chaude pendant que vous faites fondre vos galets de cire. 

Mais n’oubliez pas non plus de bien remuer les galets pendant que vous les faites fondre pour obtenir une texture homogène

Ensuite, n’hésitez pas à vous servir du petit flacon de talc compris dans le kit juste avant d’appliquer la cire. Ce produit permettra une meilleure adhésion des bandes sur la peau et vous évitera de repasser plusieurs fois sur la même zone pour éliminer les poils récalcitrants.

Enfin, hydratez bien vos jambes, votre maillot ou vos aisselles après l’épilation : vous favoriserez ainsi une repousse saine, sans risque de poils incarnés !

À noter que Mamie Réglisse propose une garantie 100% satisfait ou remboursé pendant 30 jours. C’est l’occasion idéale pour tester cette nouvelle formule de cire d’épilation à la cire chaude.

 

Comment bien choisir sa mutuelle senior ?


COMMUNIQUÉ

 

Choisir une complémentaire santé peut rapidement devenir un casse-tête. Entre le jargon complexe et les différences de remboursement entre les postes, il est facile de se sentir perdu et de ne plus savoir quoi choisir.

 

Certaines formules comme les complémentaires santé pour senior, peuvent rapidement faire monter le prix des cotisations. Comparer les offres, c’est s’assurer de choisir le contrat le plus adapté à ses besoins et on vous explique comment.

Anticiper avant tout

Cela peut paraître simpliste, mais anticiper ses besoins permet de mieux choisir son assurance santé. En effet, les besoins variant d’un individu à l’autre, il est important d’identifier vos postes de dépenses.

Avec l’âge, les besoins en prothèses dentaires et en appareils optiques peuvent augmenter. Il peut ainsi être nécessaire d’augmenter son niveau de garantie pour obtenir de meilleurs remboursements.

 

Évaluer ses dépenses annuelles

Avoir un haut niveau de garantie n’est pas forcément synonyme de rentabilité, vous pourriez payer pour des postes non nécessaires. Par exemple, si vous ne consultez que des praticiens conventionnés de secteur 1, pas besoin de prendre des garanties élevées sur la consultation de médecins spécialistes. Une garantie de base à 100 % est largement suffisante.

A contrario, dans les grandes villes il peut être difficile de trouver un spécialiste de secteur 1. Prendre des garanties sur ce type de poste peut s’avérer vite rentable si vous vivez dans une grande métropole.

Un autre type de poste peu pris en charge par l’Assurance Maladie et pourtant de plus en plus plébiscité par les assurés est le poste des médecines douces (acupuncture, ostéopathie, hypnose…). Là encore choisir une mutuelle prenant bien en charge ce type de dépense peut s’avérer être intéressant.

 

Attention aux prix trop attractifs

Avec le développement des comparateurs sur Internet, petit prix est devenu synonyme de bonne affaire. Or payer une cotisation peu élevée ne veut pas forcément dire que vous allez être bien assuré. Inversement payer une forte cotisation ne vous assurera pas forcément de gros remboursements.

Il est monnaie courante pour les acteurs du secteur de baisser le prix des cotisations afin de rendre un produit attractif lors de sa sortie. Se faisant, en vendant à perte, ils sont obligés d’augmenter le prix des cotisations l’année suivante.

Faites bien attention si vous choisissez ce type de produit à vous résilier votre contrat avant que le prix des cotisations n’augment trop.

 

Les garanties adaptées aux seniors

Les besoins augmentant avec le temps, il est bon d’anticiper de futurs besoins :

• Les dépassements d’honoraires : dans les grandes agglomérations, les dépassements d’honoraires sont fréquents
Les frais d’hospitalisation et séjours en maison de convalescence. Ce type de séjour augmente aussi bien en frais qu’en durée
• Les frais médicamenteux. De même, la durée et l’intensité des traitements tendent à augmenter avec l’âge
• Les prothèses et implants dentaires
• Les prothèses auditives
• Les cures thermales à visée thérapeutique

Les garanties prévues par les assureurs pour les seniors peuvent ne pas être adaptées à tous. L’exemple le plus parlant est le forfait pour cure thermale. Il est courant pour une complémentaire spéciale senior de contenir ce type de garantie, or ce type de poste fait considérablement augmenter le prix de cotisation.

Si vous n’avez pas prévu de faire de cure thermale, pensez bien à choisir une mutuelle qui n’inclut pas ce type de garantie. Cela vous fera économiser sur le montant de vos cotisations.

 

Les points de vigilance

L’âge limite de souscription 

Certaines complémentaires ont une limite d’âge pour la souscription de leurs produits. Si vous êtes intéressé par un produit en particulier, le mieux est de souscrire juste avant la limite d’âge. Ainsi le prix augmentera certes, mais vous serez couvert par une complémentaire adaptée à vos besoins.

La garantie viagère 

La garantie viagère est une garantie spéciale senior. En effet, si vos dépenses sont plus importantes que vos cotisations, il est possible pour l’assureur de résilier votre contrat. La garantie viagère permet d’éviter cela.

Cette garantie se souscrit en même temps que le contrat santé. Pensez bien à demander si ce type de garantie est inclus lors de votre souscription.

Les plafonds et délais de carence

De moins en moins de produit santé imposent des délais de carence, mais il est important de savoir ce que c’est et ce que cela implique.

Un délai de carence est un délai qui peut aller jusqu’à 9 mois pendant lequel il n’est pas possible de toucher de remboursement. Il commence à courir le jour de la souscription du contrat. Ce type de délai est généralement associé au poste dentaire qui peut coûter très cher rapidement.

Les plafonds touchent également le poste dentaire. En raison des coûts assez élevés, certaines complémentaires fonctionnent avec un plafond annuel, c’est-à-dire que vous ne pourrez pas être remboursé plus haut que ce plafond.

 

Pensez au 100 % santé

Depuis le 1er novembre 2021, de nombreux appareils sur les postes auditifs, dentaires et optiques sont disponibles sans reste à charge : lunettes, couronnes, dentiers… C’est ce que l’on appelle le panier 100 % santé.

Chaque professionnel lors de la réalisation d’un devis se doit de vous proposer un équipement 100 % santé. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez l’exiger où vous adressez à un autre professionnel.

Cette réforme est destinée à augmenter l’accès aux soins aux personnes ayant de faibles revenus en leur permettant de s’équiper à moindre coût. Si vos besoins ne sont pas très importants en optique, une paire de lunettes 100 % santé fera parfaitement l’affaire !