Quelles sont les meilleurs salles de sport à Paris ?


COMMUNIQUÉ

 

Vous souhaitez pratiquer une activité sportive en salle à proximité de la ville de Paris ? Quelle que soit la nature de votre projet (remise en forme ou pratique intensive), vous avez besoin de mieux connaître les infrastructures existantes, ainsi que les offres proposées. A vos baskets !

 

Pourquoi pratiquer une activité sportive en salle ?

Vous vous demandez sans doute pourquoi vous auriez besoin de vous inscrire à un club sportif, alors que vous avez la possibilité de profiter des parcs et des quais pour improviser une séance de footing ? S’il est vrai qu’à Paris, les espaces « outdoor » dédiés à la pratique du sport sont nombreux, la pratique dans une salle de sport à Paris comprend néanmoins de multiples avantages. Pour commencer, vous avez la possibilité d’obtenir les conseils avisés d’un coach, qui élaborera avec vous un programme personnalisé à votre demande. Ensuite, vous accédez à un équipement moderne, vous aidant à cibler les différentes parties du corps que vous souhaitez mobiliser.

 

Quelles sont les meilleures adresses ?

Vous avez un budget quasiment illimité, et votre motivation est grande ? Dans ce cas, rien de mieux qu’une salle de sport dotée de tout l’équipement nécessaire à la récupération. Ainsi, plusieurs clubs mettent à la disposition de leur clientèle un spa de luxe, pour savourer un moment de détente après une séance de musculation. On trouve ce genre d’infrastructures par exemple dans le 15e et 16e arrondissement de Paris.

 

Quels sont les bons plans à retenir ?

Vous êtes un peu juste niveau budget et vous souhaitez simplement optimiser le temps consacré à la pratique d’un sport en club ? Pas de panique ! Sachez qu’il existe bon nombre de salles accessibles sur le plan financier, et mettant à votre disposition une offre sportive complète. Le groupe Neoness, présent sur Paris et en Ile-de-France, propose à partir de 15 euros / mois de profiter d’un programme personnalisé avec un coach. Bien sûr, pour accéder à des services premium (douches individuelles, collations), il vous faudra dépenser un peu plus chaque mois.

En conclusion, sachez que les possibilités de reprendre une activité sportive sur Paris sont infinies ! Quel que soit votre budget ainsi que vos ambitions, vous accédez à chaque instant à des services qui vous correspondent, et qui vous accompagnent dans votre évolution et vos besoins.

Dentiste à Castelnau-le-Lez : un nouveau centre accessible à tous


COMMUNIQUÉ

On peut aujourd’hui soigner ses dents à moindre frais en périphérie de Montpellier grâce à un modèle de groupe innovant qui démocratise l’accès aux soins dentaires. Pour ses nouveaux locaux le groupe recrute un chirurgien dentiste à Castelnau-le-Lez.

 

Fort de son concept innovant (des centres dentaires dans toute la France regroupant des praticiens à bas prix), Dentego poursuit son expansion en Occitanie avec son centre à Castelnau-le-Lez, en périphérie de Montpellier. Pour ses soins bucco-dentaires, il est basé sur les mêmes principes que les autres  :

• Des prix bas pour que chacun puisse bénéficier d’une bonne santé bucco-dentaire sans avoir à renoncer aux soins. Une démarche complétée par la nouvelle loi du reste-à-charge zéro (RAC O) qui favorise un peu plus l’accessibilité aux soins.

• Aucune discrimination de moyens ou de couverture sociale.

• Plusieurs spécialités sous un même toit, avec tous les praticiens essentiels à une bonne santé bucco-dentaire : chirurgiens-dentistes, orthodontistes, pédodontistes (spécialistes des dents pour les enfants), implantologues (spécialistes des implants dentaires).

• Une prise de rendez-vous rapide avec un Dentiste Castelnau Le Lez

• De larges amplitudes horaires pour s’adapter à tous les clients.

• Des centres accessibles à tous, notamment aux personnes à mobilité réduite, y compris avec les transports en commun, et dans des zones sous-dotées. Une mesure de la satisfaction client et un service après soins.

Un réseau de plus de 170 cabinets dentaires low-cost

Ce nouveau concept de soins dentaires low-cost est en pleine expansion sur toute la France. En six ans, seulement, plus de 170 cabinets dentaires avec un dentiste pas cher et de nombreux praticiens expérimentés ont été ouverts sur une quarantaine de sites. Un succès qui réside dans leurs tarifs modérés, et leur expertise médicale.

Après plusieurs implantations en Occitanie près de Toulouse, à Blagnac et à Labège, ainsi qu’à Perpignan, le groupe propose aujourd’hui une annonce emploi dentiste.

Dentiste pas cher avec un accès aux dernières innovations

Un dentiste castelnau le lez, comme tous les autres dentistes du groupe, bénéficie des outils les plus récents pour pratiquer les radios et les scanners dentaires. Les dentistes ont aussi accès aux dernières innovations de la profession. Pour se former en permanence, ils peuvent recevoir des formations cliniques à l’école du groupe. Ils ont aussi la possibilité d’évoluer en interne.

Chaque praticien est libre de son temps de travail, ainsi que du temps consacré à son patient pour les différents traitements. Il n’a pas de chiffre d’affaires minimum imposé : le praticien doit seulement traiter les besoins de manière adaptée.

Autant de raisons pour lesquelles les dentistes et les autres spécialistes des dents choisissent le groupe pour exercer leur profession.

Offre d’emploi dentiste près de Montpellier

Le site près de Montpellier fait partie de ceux qui recrutent du personnel, à l’image d’autres centres dentaires dans toute la France. En plus du recrutement d’un chirurgien dentiste, ils sont à la recherche de d’assistants dentaires, de commerciaux, de secrétaires médicales, d’orthodontistes, souhaitant travailler sereinement dans un environnement de qualité.

Pour faciliter leur travail,  le centre d’appel spécialisé et l’équipe administrative sont là pour permettre aux praticiens de se concentrer sur l’essentiel : le patient et la partie clinique.

Le centre dentaire low-cost en périphérie de Montpellier, qui recrute actuellement des dentistes, permet à tous d’avoir accès à des soins dentaires de qualité. Les personnels spécialisés souhaitant y travailler y trouveront un matériel innovant et des conditions de travail privilégiées.

Solutions douces pour bien dormir

Quand les troubles du sommeil sont légers ou modérés, la phytothérapie constitue une solution naturelle pour renouer avec des nuits réparatrices.

 

Certaines plantes utilisées depuis la nuit des temps pour leur effet calmant et sédatif, aujourd’hui validé par des études scientifiques, sont indiquées en première intention dans les troubles légers du sommeil. Autrement dit avant tout recours à un médicament hypnotique car elles sont dénuées d’effets secondaires importants. Et elles ne provoquent ni dépendance ni effet rebond à l’arrêt. Proposées séchées pour faire des infusions ou, plus pratiques et au bon dosage, sous forme d’extraits en gélules ou en comprimés, les unes favorisent l’endormissement et améliorent la qualité du sommeil. D’autres ont aussi des propriétés anxiolytiques : elles agissent sur l’anxiété diurne ou nocturne en ralentissant l’activité du système nerveux central. Leurs effets se font pleinement sentir au bout de quelques jours, voire quelques semaines.

 

On baisse la tension

L’une des plus efficaces, l’eschscholtzia (pavot de Californie), est traditionnellement employée en cas d’agitation au coucher, de difficultés à s’endormir et de réveils nocturnes liés à l’anxiété. La mélisse est également sédative à faible dose. Ses feuilles ont une action similaire à celles des anxiolytiques au niveau des récepteurs cérébraux ; des études ont montré son intérêt pour les insomnies d’endormissement et même les cures de sevrage aux benzodiazépines, trop prescrites en France. La passiflore (fleur de la Passion), déjà prisée des Aztèques, abaisse le niveau de tension nerveuse et favorise la détente musculaire grâce à sa teneur en flavonoïdes et alcaloïdes. Elle est surtout recommandée aux personnes stressées et suractives qui ont du mal à « couper le contact » au coucher et à se rendormir après un réveil en cours de nuit. Utilisée comme somnifère depuis l’Antiquité et parfois appelée « tranquillisant végétal », la valériane a effectivement de puissants effets calmants. Elle est plutôt conseillée pour raccourcir le temps d’endormissement.

 

Pour la synergie

D’autres plantes sont apaisantes et sédatives. L’aubépine est indiquée en cas de palpitations associées à l’insomnie. Le houblon s’avère intéressant dans les troubles du sommeil liés à la ménopause car il a aussi des propriétés hormonales. La lavande officinale réduit l’anxiété et facilite le sommeil profond.

Quelques produits en pharmacie, associant souvent plusieurs plantes agissant en synergie : Phytostandard (Pileje), Élusanes Passiflore (Naturactive), capsules Aromanoctis (Pranarôm), Seriane sommeil (Naturactive), Calmosine sommeil bio (Laudavie), Spray sommeil-relaxation (Pranarôm)…

 

Prenez (aussi) de bonnes habitudes

Prenez (aussi) de bonnes habitudes

•Essayez de vous coucher et de vous lever à des heures régulières. Le week-end, on peut se lever une heure, voire une heure et demie plus tard, mais pas à midi sous peine de déstructurer le sommeil.

•Évitez les dîners lourds ou gras. Et doucement sur l’alcool ! Celui-ci favorise l’endormissement mais son action ne dure pas longtemps. Résultat, des réveils en cours de nuit et une diminution du sommeil lent réparateur.

•Aérez la chambre et contrôlez sa température : entre 18 et 20 °C.

•Dormez dans le noir complet (volets ou rideaux occultants, à défaut masque sur les yeux). En agissant sur l’hypophyse, une glande qui agit sur l’horloge biologique, la lumière (et son absence pendant la nuit) joue le rôle d’un synchroniseur puissant.

 

Une pincée chaque jour éloigne le médecin

Riches en antioxydants et divers composés actifs, poivre et autres aromates ou condiments offrent de multiples bienfaits. Aussi la consommation d’épices devrait-elle être quotidienne.

 

Celles venues de pays lointains furent le symbole du luxe et du raffinement au point d’avoir été longtemps l’enjeu d’un commerce florissant transitant par les pays autour de la Méditerranée (Égypte, Rome, Moyen Orient) et d’au-delà (Indes Orientales…). Actuellement, on les utilise surtout pour leurs goûts, saveurs et couleurs, voire pour leurs effets salutaires.

Une famille nombreuse

Si les épices évoquent la cannelle, le cumin, le curcuma, le paprika, le gingembre, le ginseng, sachez que cette famille comprend aussi les herbes aromatiques comme le thym, l’origan, le romarin, le basilic, le persil… Ainsi que l’ail, l’oignon ou l’échalote. C’est donc une vaste famille. Leurs effets bénéfiques seraient dus à la présence de composés bioactifs comme l’allicine (ail), la curcumine (curcuma), la pipérine (poivre), la capsanthine (paprika), l’eugénol (clou de girofle), le gingérol (gingembre). Beaucoup de ces composés ont des propriétés antioxydantes qui expliquent une grande partie des effets bénéfiques des épices.

 À lire aussi : Soupe d’agrumes aux épices

 

Un grand pouvoir antioxydant

On peut doser la quantité d’antioxydants dans un aliment. Concernant les épices, celles qui en sont le plus pourvues sont, par ordre décroissant, le clou de girofle, les feuilles de menthe séchées, le piment, la cannelle, l’origan, le thym, la sauge, le romarin. C’est ainsi que l’on estime qu’une cuillère à café d’origan apporte autant d’antioxydants qu’une grappe de raisin noir de 80 g ; une cuillère à café de cannelle en offre autant qu’un grand verre de jus de grenade (250 ml). Les épices sont donc une source très intéressante d’antioxydants, consommable sous un faible volume.

Des effets bénéfiques démontrés

Grâce à leur action antioxydante, les épices limitent l’oxydation de molécules comme la vitamine E et en préservent donc l’efficacité dans le corps humain. Or, la vitamine E est apportée principalement par l’huile. Donc, il est utile d’ajouter des herbes aromatiques dans une salade. Non seulement on protège de l’oxydation la vitamine E qui s’y trouve, mais de plus on augmente le pouvoir antioxydant de cette salade dans le corps humain, après son ingestion. Mais ce n’est pas la seule qualité des épices. Y recourir permet de manger moins de sel. En France, nous devrions apprendre à utiliser davantage les épices en tous genres, au lieu du classique sel-poivre. Pensez-y également pour donner du goût aux légumes cuisinés ; des études prouvent que les enfants mangent davantage de légumes dans ces conditions. De plus, il est démontré que, à doses suffisantes et régulières, certaines épices ont un effet protecteur à l’égard des maladies cardiovasculaires et de l’inflammation des intestins ou des articulations… Nous avons donc tout intérêt à en consommer chaque jour, aussi bien dans les plats salés que sucrés.

À savoir

À savoir

Une étude a montré que lors d’une cuisson au barbecue, en recouvrant la viande d’une couche d’épices (origan, poivre, paprika, romarin), on diminue considérablement dans la viande (de 70 %) et dans le sang (de 40 %) la quantité de composé carcinogène (malondialdéhyde) formé au contact des flammes.

Des remèdes forts en goût

On dispose de nombreuses études s’étant intéressées à l’impact de la consommation d’épices en prévention et traitement de nombreuses pathologies. Les plus concernées sont les maladies cardiovasculaires (dont l’hypertension artérielle), les pathologies inflammatoires aussi bien digestives qu’articulaires ou musculaires. Ces problèmes sont très courants et les traitements médicamenteux doivent être pris sur le long terme ; ils exposent donc aux effets secondaires. Une bonne qualité de vie permet d’en diminuer les doses ; et ceci passe entre autres par une bonne alimentation… dont la consommation régulière d’épices.

 À lire aussi : Le sel : avec modération !

 

Hypertension artérielle ? mangez de l’ail

L’analyse de 24 études menées auprès de sujets hypertendus a montré que, en moyenne, après 12 à 26 semaines d’une consommation régulière de 1 g de poudre d’ail (ou de 2 g d’ail frais, soit une petite gousse), la pression artérielle baissait de 8 mmHg. C’est-à-dire qu’une personne qui avait 168 mmHg de pression systolique (en consultation, le médecin annonce 17) se retrouvait à 160 mmHg. Presque 1 point de baisse de la tension artérielle ! C’est donc un résultat intéressant. Qui se retrouvait aussi chez les personnes ayant une tension normale mais avec un effet moindre (baisse de 3 à 4 mmHg). En somme, hypertendu ou non, mangez de l’ail régulièrement ; ce sera excellent pour votre système cardiovasculaire.

Articulation rouillée ? Consommez de la curcumine

Composé actif du curcuma, la curcumine possède un effet anti-inflammatoire bien connu. À condition d’en prendre sous une forme présentant une bonne biodisponibilité (c’est-à-dire qu’elle est bien absorbée au niveau de l’intestin), pendant au moins un mois, et à doses suffisantes (plus de 1 g par jour). Toutefois, la forme micellaire de la curcumine augmente de près de 200 fois cette biodisponibilité ; dans ce cas, de plus petites doses peuvent se révéler tout aussi efficaces. Par ailleurs, l’adjonction de pipérine (du poivre) augmente également cette biodisponibilité – mais, chez certaines personnes, cela peut provoquer à la longue une irritation intestinale. On peut alors remplacer la pipérine par du gingembre (1 à 2 g par jour). Les résultats peuvent se révéler étonnants : 80 % de douleurs et de gonflements articulaires en moins – des effets supérieurs à ceux d’un anti-inflammatoire non stéroïdien, et sans les effets secondaires…

Douleurs musculaires ? pensez au gingembre

À la suite d’efforts musculaires répétés, les muscles peuvent s’en trouver enflammés et douloureux. Un protocole prévoyant la consommation de 2 g de gingembre en poudre par jour a réduit significativement l’intensité de la douleur au bout de 3 semaines de consommation. Sachez aussi que le gingembre se révèle très efficace en cas de nausées (transports).

Diabète ? À vous la cannelle et la cardamome

Une étude a montré que la cannelle et la cardamome, à raison de 1 à 2 g par jour (en poudre), contribuent à équilibrer la glycémie et l’insulinémie après le repas. Cela ne doit toutefois pas se substituer au traitement médicamenteux nécessaire mais, le diabète étant un facteur de risque cardiovasculaire, il est utile pour un diabétique de consommer chaque jour des épices pour freiner le stress oxydant et diminuer le risque cardiovasculaire. Mettre de la cannelle dans sa compote et de la cardamome dans ses plats s’avère un geste non seulement savoureux mais aussi très utile !

 À lire aussi : Cholestérol : surveiller son alimentation

 

Douces ou corsées mais toutes vertueuses !

Les épices sont nombreuses mais certaines d’entre elles sont plus faciles à intégrer dans l’alimentation que d’autres. Voici donc une approche un peu plus détaillée de quatre d’entre elles.

 Le poivre

C’est l’épice la plus utilisée dans le monde. Tous les poivres proviennent du fruit séché du poivrier (une liane non parasitaire). Les grains de poivre vert correspondent à des baies immatures ; ceux de noir à des baies arrivées presque à maturité, fermentées puis séchées ; les grains de poivre blanc sont des baies matures dont on a retiré la peau. Le poivre gris est tout simplement du poivre noir moulu ; la couleur grise résulte du mélange de la peau noire et du cœur blanc du grain. Plus un poivre est dense, plus il est de qualité. Plus il contient de pipérine, plus il est piquant. Plus il contient d’huiles essentielles, plus il a de goût. Les meilleurs poivres noirs viennent de Lampong (Indonésie), de Tellichéry (Inde) et de Madagascar. Ne sont pas des poivres au sens botanique du terme : les baies roses, le poivre de Cayenne (du piment en réalité), le poivre du Sichuan. Riche en antioxydants, le poivre améliore aussi la biodisponibilité de la curcumine. À préférer en grains à moudre au dernier moment.

La cannelle

L’écorce du cannelier doit son goût à une huile essentielle aromatique. La « vraie » cannelle, vendue en « tuyaux », vient de Ceylan (elle ne contient pas de coumarine et n’a donc pas d’effets secondaires). Douce en goût, elle remplace le sucre dans des boissons chaudes ou froides : thé, café, vin chaud, sangria… Elle peut s’intégrer dans des compotées, tartes et crumbles, desserts à base de fruits – mais aussi dans des soupes d’hiver, des tajines, des currys, des plats de légumes secs. Elle est très riche en antioxydants. En phytothérapie, on lui reconnaît des propriétés antispasmodiques (spasmes coliques) et antiseptiques.

L’origan

Cette marjolaine sauvage provient surtout du bassin méditerranéen (Grèce, Turquie…). Son arôme diffère de celui de notre marjolaine française. Attention, c’est une des herbes les plus adultérées, c’est-à-dire mélangées à d’autres herbes cousines comme le myrte ou le ciste. L’Origanum vulgare a un arôme puissant (il contient de 2 à 7% d’huile essentielle). L’Origanum onites est plus doux (les feuilles sont moins vertes). Riche en antioxydants, l’origan est recommandé en prévention des maladies cardiovasculaires. En phytothérapie, il est réputé pour faciliter la digestion. À mettre en abondance dans vos plats, en l’ajoutant en dernière minute. Il se marie très bien avec la tomate – dans la fameuse salade grecque ou les sauces tomates entre autres sur les pizzas. Il entre aussi dans la composition des herbes de Provence.

Le piment

C’est le fruit d’une plante mais ce sont ses graines qui sont le plus chargées en principes piquants car riches en capsaïcine. Le fruit est récolté à maturité puis séché avant d’être réduit en poudre. Il existe des piments de forces piquantes différentes ; le paprika, par exemple, étant en bas de l’échelle de Scoville, est considéré comme un piment doux. Attention, les forts sont à consommer avec modération car le piment peut provoquer des brûlures digestives – il produit dans l’intestin ce que vous ressentez en bouche… Pour calmer cette sensation de brûlure, ne vous précipitez pas sur un verre d’eau ! il faut boire un liquide un peu gras, comme du lait, afin que les huiles essentielles s’y diluent. Dans les pays chauds, le piment est consommé pour se rafraîchir car il favorise la transpiration.

Retrouver le sommeil grâce aux huiles essentielles

Les huiles essentielles sont parées de mille et un bienfaits, dont celui de vous faire dormir… Voici celles à privilégier, en fonction de votre problème spécifique, ainsi que les façons de les utiliser.

 

Insomnies, difficultés d’endormissement, cauchemars… le terme de troubles du sommeil recouvre des réalités très différentes. Souvent, le premier réflexe est de se tourner vers les somnifères. Or ces médicaments comportent de nombreux effets indésirables : sommeil peu réparateur, addiction… Il existe heureusement des solutions naturelles pour enfin mieux dormir. L’aromathérapie (l’utilisation des huiles essentielles) est particulièrement efficace.

 À lire également : Connaissez-vous le pouvoir des plantes ?

L’huile essentielle de lavande : pour se détendre avant le coucher

L’huile essentielle de lavande est un grand classique de l’aromathérapie familiale. Bien tolérée, même par les plus petits, elle est aussi facile à utiliser, et permet de soigner de nombreux bobos du quotidien, des brûlures aux piqures d’insectes en passant par les problèmes de peau. Elle possède aussi de précieuses vertus calmantes et anti-stress. C’est en ce sens qu’on peut l’utiliser en cas de troubles du sommeil : elle permet de se détendre et de chasser les tensions qui peuvent bloquer l’endormissement.

En pratique : utilisez-la en diffusion (dans un diffuseur d’huile essentielle) environ 30 minutes avant le coucher. Vous pouvez aussi en verser 1 à 2 gouttes sur votre oreiller ou bien sur un petit mouchoir que vous conserverez près de vous, tel un doudou, pour vous endormir. Autre idée : s’offrir un petit bain relaxant à l’huile essentielle de lavande (diluez 10 gouttes d’HE de lavande dans un peu de savon liquide et versez dans l’eau du bain).

 

L’huile essentielle de marjolaine : pour en finir avec les insomnies

L’insomnie est un trouble du sommeil fréquent. Certains y sont même abonnés, ce qui peut avoir des répercussions particulièrement handicapantes sur le quotidien. Heureusement, il existe des solutions naturelles pour en venir à bout. L’huile essentielle de marjolaine est une bonne solution car elle soulage les troubles nerveux qui peuvent être à l’origine du problème, et favorise un sommeil plus naturel et plus réparateur, sans réveils intempestifs. Elle est aussi particulièrement indiquée en cas de troubles de l’humeur, caractéristiques en période de préménopause, et qui peuvent avoir des conséquences sur la qualité du sommeil.

En pratique : appliquez 1 goutte d’HE de marjolaine sur le plexus solaire au moment du coucher et massez doucement.

 

L’huile essentielle de camomille romaine : pour dire stop aux cauchemars

Les cauchemars ne sont pas réservés aux enfants, les adultes aussi sont concernés, et cela peut gâcher la nuit (et la journée qui suit car, en général, on les rumine toute la journée). Pour éviter ces désagréments nocturnes, vous pouvez miser sur l’huile essentielle de camomille romaine, préconisée pour traiter tous les troubles d’origine nerveuse (comme l’agitation, le stress, l’anxiété…). Elle détend et chasse les tensions provoquées par les contrariétés.

En pratique : respirez les effluves de cette huile essentielle apaisante le soir au moment de vous coucher. Si vous vous réveillez la nuit suite à un cauchemar, vous pouvez le faire également afin de retrouver vos esprits, et de vous rendormir plus facilement.

Attention : ne la confondez pas avec l’huile essentielle de camomille allemande (matricaire) ni avec l’huile de camomille marocaine. Celle-ci (camomille romaine) est douce et facile à utiliser, ce qui n’est pas le cas des deux autres.

 À lire aussi : Des plantes pour dormir

 

Huiles essentielles : les précautions d’emploi

Huiles essentielles : les précautions d’emploi

Les huiles essentielles sont des produits très concentrés, qui ne s’utilisent pas à la légère. Respectez à la lettre les indications d’usage, et ne les utilisez jamais sans vous renseigner avant, notamment auprès de votre pharmacien. Sachez aussi que certaines huiles sont déconseillées voire interdites chez les enfants et les femmes enceintes. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.

 

L’acné chez l’adolescent

« Mon adolescent a de l’acné. Comment puis-je l’aider ? », Camille, 44 ans.

 

L’adolescence est une période de grandes mutations, autant sur le plan psychologique que physique. La puberté s’accompagne en effet de bouleversements hormonaux qui sont susceptibles de dérégler le fonctionnement des glandes sébacées. Sous l’influence des hormones, celles-ci produisent du sébum en excès. Résultat : les bactéries, dont Propionibacterium acnes, prolifèrent et l’acné apparaît. Il faut savoir que le visage compte plus de 90 000 glandes sébacées, et ce, que la peau soit de nature grasse, sèche ou mixte. Placées à 2 millimètres sous la surface de l’épiderme, ces micro-usines à sébum représentent autant d’imperfections potentielles. Par ailleurs, la peau et les poils s’épaississent pendant l’adolescence. Les orifices des follicules pileux s’obstruent et des microkystes inflammatoires se forment.

 À lire aussi : SOS pollution : comment avoir une belle peau

 

Pour venir à bout des boutons rouges ou blancs et des points noirs, le b.a.-ba des gestes qui sauvent est un nettoyage scrupuleux de la peau matin et soir. Il ne s’agit pas là de la décaper pour la sécher ou l’irriter d’avantage mais de la débarrasser de toutes les bactéries qui peuvent enflammer ou obstruer sa surface. Il faut miser sur des lotions purifiantes et des soins hydratants spécialement conçues pour les peaux grasses ou à tendance acnéique. Enrichis d’agents adoucissants et antibactériens (acide lactique), ces produits assainissent l’épiderme et contribuent ainsi à prévenir l’apparition des imperfections.

 À lire aussi : Les différents types d’acné

 

Elimination de la plaque dentaire: comment bien nettoyer entre ses dents


COMMUNIQUÉ

 

Saviez-vous que la plaque dentaire génère des bactéries qui peuvent entraîner une inflammation des gencives, voire une parodontite ? Pour prévenir ces problèmes, rien ne vaut, en plus du brossage des dents, un bon nettoyage quotidien avec du fil dentaire, une brossette interdentaire ou des bâtonnets en caoutchouc.

 

La plaque dentaire est plus dangereuse qu’on ne le croit, et la laisser s’immiscer entre les dents présente un risque. En effet, en se développant dans les espaces interdentaires, les bactéries générées par la plaque dentaire peuvent entraîner une inflammation de la gencive, appelée gingivite. D’abord localisée entre deux dents, celle-ci, si elle n’est pas traitée, risque de s’étendre et de se généraliser. Elle peut alors se transformer en parodontite : les tissus de soutien de la dent sont alors détruits, tandis que l’os alvéolaire qui entoure la dent se résorbe. Ses effets sont visibles : les dents commencent à bouger et s’écartent lorsque l’on pousse sa langue contre elles. En plus du risque de déchaussement des dents, des molécules impliquées dans l’inflammation et les bactéries en passant dans le sang, peuvent provoquer d’autres maladies.

On le comprendra, mieux vaut prévenir que guérir. C’est pourquoi, un nettoyage bucco-dentaire complet est le meilleur atout pour garder une bouche en bonne santé.

 

Comment garder une bouche en bonne santé

Pour lutter efficacement contre la plaque dentaire, un brossage de dents deux fois par jour ne suffit pas. En effet, même un bon brossage n’élimine que 50 % de la plaque dentaire. C’est pourquoi il faut savoir comment bien nettoyer entre ses dents avec des outils interdentaires appropriés. Une étape qui devient facilement une routine.

Parmi eux, les brossettes interdentaires sont disponibles en plusieurs tailles. Elles doivent se glisser avec une légère résistance et s’insérer confortablement entre les dents, afin de procéder à un léger va-et-vient. On peut en avoir besoin de plusieurs en fonction de ses espaces interdentaires. Certaines ont un manche coudable pour faciliter l’accès aux dents du fond.

Les personnes qui ont des espaces interdentaires sont très étroits peuvent utiliser du fil dentaire. Des bâtonnets en caoutchouc sont également disponibles.

Enfin, terminez avec un bain de bouche pour compléter le nettoyage des dents. Des bains de bouche et des dentifrices ciblés peuvent être recommandés pour lutter contre certains problèmes bucco-dentaires.

« La Parent’aise » un podcast imaginé par Calmosine pour accompagner les familles


COMMUNIQUÉ

 

Le format Podcast devient petit à petit le format préféré des femmes qui en sont les premières consommatrices. Elles aiment ce format en parfaite adéquation avec leur quotidien… Il s’écoute en toute discrétion, dans l’intimité, n’importe où, n’importe quand.

 

Le podcast se consomme à la demande et permet de garder les mains libres. C’est une belle proposition pour garder l’esprit éveillé et proposer des perspectives en laissant à celui ou celle qui l’écoute sa liberté de penser et de choisir.

 

Un rendez-vous audio pour répondre à toutes les questions que les parents se posent

Les premiers mois de la vie et les premières années d’un enfant sont aussi merveilleux qu’éprouvants. Après l’amour qu’un enfant reçoit, le sommeil et l’alimentation sont les deux facteurs clefs pour qu’il soit apaisé et qu’il ait des parents heureux. C’est pourquoi les laboratoires Laudavie ont imaginé « La Parent’aise » : comme une pause pour adoucir le quotidien.

Le podcast Parent’aise aborde sans tabous et sans jugements tous les sujets sensibles du quotidien avec un tout-petit, tout ce qu’on omet de dire aux parents avant qu’ils ne soient immergés dans le bain de la parentalité : les premières tétées, la période des coliques, les pleurs du soir, les nuits hachées puis les premiers cauchemars…

De l’allaitement à la digestion du tout-petit, en passant par le sommeil de l’enfant, « La Parent’aise » distille des conseils de spécialistes (pédiatres, consultante en lactation, conseillère pour le sommeil de l’enfant, et autres experts de la petite enfance…), et partage des expériences touchantes de parents. La qualité et la variété des points de vue (parents et experts) font la richesse de ce podcast.

Ces personnalités et ces vécus de parents, tous tellement différents, permettent de découvrir des sujets plus larges ou plus intimes : le couple, la place du père à l’arrivée d’un enfant, le besoin de soutien des jeunes parents, les choix et les dilemmes éducatifs qui se dessinent dès le plus jeune âge, l’instinct maternel ou paternel, le rôle de l’entourage, etc.

Des entretiens intimes menés par Marine Deffrennes

Marine Deffrennes est journaliste, fondatrice du site internet Les Louves, qui s’adresse aux femmes avant de s’adresser aux mères. Elle-même maman de deux jeunes enfants, une fille de 2 ans et un garçon de 8 mois, elle a prêté sa voix au podcast et échange avec les experts et les parents en toute intimité.

Pour découvrir le podcast Parent’aise, imaginé par @calmosine , rdv dans l’appli podcast de votre téléphone ou sur la page https://www.laudavie.com/parentaise

« La Parent’aise » sera disponible sur toutes les plateformes de podcasts et sur le site des laboratoires Laudavie à partir de début septembre.

 

Quelques exemples d'épisodes

Quelques exemples d'épisodes

• Laetitia, surprises et magie de l’allaitement – Témoignage
Confiance et soutien : les clefs pour un allaitement heureux – Avec Candice Levy, naturopathe et Myriam Panard, Consultante en lactation

• Marion, deux enfants et 17 mois sans nuit complète – – Témoignage de Marion Roucheux, co-fondatrice des Louves
Après un an, quand le sommeil ne vient pas – Avec Marie-Josèphe Challamel, Pédiatre et Sandra Menoni, consultante sommeil bébé enfant

• Troubles du sommeil de l’enfant : quel parent êtes-vous ? – Avec Hélène De Leersnyder, pédiatre et Vanessa, Research Director
Entrer dans son rôle de père – Avec Gilles Vaquier de Labaume, fondateur de l’Atelier du futur papa

Lecomparateurassurance.com : premier comparateur d’assurances géolocalisé


COMMUNIQUÉ

 

Le choix d’une assurance peut s’avérer complexe, notamment dans le domaine de la santé. Comment choisir une mutuelle adaptée à vos besoins et à votre budget, tout en vous assurant une couverture optimale ? Lecomparateurassurance.com vous accompagne pour faciliter votre choix : découvrez comment.

 

Mutuelle santé : l’exigence d’un comparatif indépendant

Si la multiplication des mutuelles et des complémentaires santé offre un choix varié aux consommateurs, ces derniers peuvent rapidement se voir submergés par un océan de formules différentes. Alors que de nouveaux acteurs s’installent progressivement dans le secteur, les offres sont de plus en plus nombreuses, étayées par des formules de lancement et des promotions exceptionnelles. Dans ce contexte, comment être sûr de choisir la bonne mutuelle santé ? En comparant, bien sûr ! C’est le parti pris du site Lecomparateurassurance.com, qui vous permet de comparer près de 8 000 agences locales et plus d’une centaine d’assureurs différents. Entièrement indépendant, votre comparateur en ligne vous permet ainsi de découvrir les formules disponibles, mais aussi de comparer leur coût, leurs garanties et leurs spécificités.

 

Assurances : quels critères de choix pour trouver la bonne offre ?

Parce que le choix d’une bonne complémentaire santé doit reposer sur des critères objectifs, Lecomparateurassurance.com vous offre la possibilité de renseigner un formulaire complet pour sélectionner les offres les plus adaptées. En utilisant l’outil en ligne, vous pourrez donc préciser quels sont vos besoins en matière de couverture santé. Vous choisissez ainsi les niveaux de garanties dont vous souhaitez bénéficier, des soins médicaux aux hospitalisations, en passant par les frais optiques et dentaires. Vous renseignez également des informations sur votre profil, et notamment sur votre situation familiale, afin de bénéficier d’un comparatif pertinent pour l’ensemble de votre foyer. Et après ?

 

Lecomparateurassurance.com : la géolocalisation au service de l’e-santé

Le principal atout de votre comparateur d’assurances en ligne réside dans la géolocalisation. En effet, Lecomparateurassurance se démarque par une fonctionnalité indispensable et innovante : les offres qui vous sont proposées correspondent à celles des agences locales les plus proches de chez vous. De cette façon, vous ne bénéficiez pas seulement d’un comparatif général, peu utile si vous n’avez pas accès à l’ensemble des agences comparées, mais bien d’une sélection sur mesure. L’outil en ligne présélectionne les assureurs facilement accessibles depuis votre lieu de résidence, afin de simplifier vos démarches. Cette fonctionnalité exclusive vous permet ainsi de gagner du temps, tout comme la consultation de devis en ligne ou encore la mise en relation avec le prestataire de votre choix, sans quitter votre domicile.

 

Prenez l’apéro avec les enfants

Tomate cerise and cie : découvrez des recettes d’apéro saines, ludiques et savoureuses à réaliser avec vos petits cuistots, et à partager avec eux et les amis.

 

« Maman, je peux rester pour l’apéro ? » Nos enfants adorent ce moment convivial où les adultes se détendent autour de mets aussi fascinants que délicieux, installés sur la table basse pile à leur portée, et où ils peuvent enfourner les gressins par poignée de 10 sans (trop) se faire gronder. Et si vous profitiez de cet enthousiasme et mettiez leur talent de cuisiniers à contribution pour réaliser votre apéro maison ?

Dans son recueil de recettes Food avec les Kids (éditions la Martinière), Carrie Solomon propose de délicieuses recettes d’apéritif faciles à réaliser avec les petits. Suivez le guide !