Légumineuses : la viande de demain ?

Il est temps de redécouvrir les qualités nutritionnelles de ces aliments parfois dépréciés et de leur donner une place régulière dans nos menus.

 

Longtemps, fèves, haricots, lentilles et autres pois ont été considérés comme de précieux légumes de garde. Ces plantes sont faciles à acclimater et à cultiver (elles enrichissent le sol en azote), et leurs « fruits » à conserver. Les légumineuses permettaient la confection de mets rassasiants et réconfortants, même lorsque légumes verts ou viandes manquaient. Mais toute gloire a son déclin, et cette « viande du pauvre » assimilée aux privations est tombée en désuétude.

 À lire aussi : Les secrets du régimes crétois

 

Au centre des menus

Il faudra attendre la mode des cuisines « régionales » et son cortège de produits de « terroir » pour que les légumineuses sortent de l’oubli. Leur apparition familière se fait alors à travers des plats célèbres comme le cassoulet de Castelnaudary ou le petit salé aux lentilles du Puy. Aujourd’hui, au regard des évolutions démographiques, alimentaires, sanitaires et environnementales, les légumes secs répondent à nos aspirations à une alimentation durable, garante des ressources naturelles. En proclamant 2016 « Année internationale des légumineuses », l’Organisation des Nations unies (ONU) affirme la place centrale de ces végétaux dans l’alimentation planétaire du XXIe siècle. En Occident, les mouvements comme le végétarisme, le vegan, l’écologie ainsi que le discours diététique hostile à une forte consommation de viande replacent les légumineuses au centre de nos assiettes.

 À lire aussi : 5 fruits et légumes par jour, quelles portions ?

 

Liaisons fructueuses

De viande du pauvre, les légumineuses pourraient bien devenir, demain, une source importante de protéines végétales – par choix et par plaisir. Non seulement ce sont les ingrédients d’une cuisine économique, gourmande et rapide (on apprend vite à s’organiser), mais les bases d’une alimentation de qualité et d’un bon équilibre nutritionnel. Elles constituent une formidable source de fibres, de minéraux (magnésium, fer, phosphore, potassium…), de vitamines du groupe B. Elles sont reconnues pour leur faible index glycémique et leur rôle antioxydant. Dépourvues de matières grasses, leur valeur calorique est raisonnable (tout dépend de la façon de les cuisiner). Les nutritionnistes les plébiscitent pour prévenir de nombreuses maladies chroniques comme le diabète, l’obésité, les maladies cardiovasculaires et certains cancers (colorectal). Pour améliorer la qualité de leur apport protéique, il est judicieux de les marier aux céréales complètes (blé, riz, pain) ou aux viandes (chili con carne par exemple). Ainsi, en Asie le riz est souvent associé au soja ; en Amérique Latine on consomme des haricots rouges avec du maïs ; en Afrique du Nord on combine riz et lentilles, ou blé et pois chiches.

 À lire aussi : Des végétaux à l’envi

 

Le trempage c’est magique

Le trempage c’est magique

Revers de leurs nombreux atouts, les légumineuses contiennent des « anti-nutriments » – acide phytique, lectines, etc. Ces éléments protègent la plante des parasites mais entraînent quelques désagréments pour le système digestif humain. L’Homme a trouvé une parade : le trempage (une nuit, par exemple) avant cuisson, qui ramollit l’enveloppe des grains. Si lentilles et pois cassés peuvent s’en passer, c’est indispensable pour les pois chiches, les fèves et haricots secs ou le soja. On jette bien sûr l’eau de trempage, on rince encore, on dépose dans la cocotte (en fonte), on ajoute de l’eau et des aromates « digestifs » (oignon piqué de clous de girofle, feuille de laurier, morceau d’algue kombu…). Après l’ébullition, on met à feu tout doux, et on surveille régulièrement le niveau d’eau et le degré de cuisson.

Gérer les nausées

« Ma grossesse commence par des nausées très handicapantes… », Isabelle, 24 ans.

 

Ce n’est pas un passage obligé de la grossesse mais il est très fréquent que les débuts soient difficiles en raison de l’état nauséeux qu’ils provoquent. Sachez que les nausées et les vomissements sont dus aux chamboulements hormonaux qui s’opèrent dans l’organisme. Rien d’inquiétant. Au contraire. C’est le signe que bébé se développe comme il faut. L’importante concentration de l’hormone de grossesse (HCG) dans le sang provoque cependant chez certaines femmes des nausées particulièrement importantes. On appelle cela l’hyperémèse gravidique. Encore une fois, rien de grave ! Seulement très incommodant, même si on sait que cette pathologie disparaît généralement d’elle-même à la fin du troisième mois de grossesse, soit au moment où le placenta s’est formé et prend le relais pour subvenir aux besoins hormonaux du fœtus.

 À lire aussi : La grossesse en 10 maux

 

En attendant, à défaut de subir, il est possible d’agir pour se soulager. En allopathie, certains médicaments contre les vomissements sont autorisés chez la femme enceinte et sont délivrés sur ordonnance. Seul un médecin peut évaluer la nécessité d’y avoir recours. Il existe aussi des traitements homéopathiques sans danger pour la maman et le futur bébé. Là aussi, c’est au médecin ou à la sage-femme de conseiller ce qui conviendra le mieux.

 À lire aussi : Grossesse : quel sport et comment ?

 

Autre recours contre les nausées : la phytothérapie. En effet, le gingembre est connu pour les atténuer. Il peut être mâché frais si la future maman apprécie le goût, ou consommé sous forme de gélules. Il faut veiller cependant à ne pas dépasser la dose maximum de un gramme par jour. Enfin, pour celles qui préfèrent opter pour des astuces de grand-mère, elles doivent éviter les réveils trop dynamiques car un corps à jeun, donc en hypoglycémie, donne mal au cœur. Elles doivent aussi veiller à ne pas rester dans des atmosphères surchauffées ou enfumées et ont tout intérêt à se passer pendant quelques mois d’aliments trop relevés.

 À lire aussi : 5 bons réflexes contre l’hypoglycémie

 

Gagnez 40 minutes de sommeil par nuit en dormant sur un matelasHYPNOVE


COMMUNIQUÉ

 

Qu’apporte un sommeil réparateur ?

Le bien-être est au cœur de nos vies. Nous lui consacrons chaque jour de plus en plus d’instants. Activités physiques, nutrition saine, séances de relaxation… Mais saviez-vous que notre équilibre passait aussi et surtout par le sommeil ? Un sommeil réparateur permet la régénération du cerveau, la réparation du corps, l’évacuation du stress, le repos du cœur, la mémorisation, le renforcement du système immunitaire, mais aussi la régulation de l’appétit …, il est donc important de bien choisir son matelas.

 

Pourquoi avoir créé les matelas HYPNOVE ?

En 25 ans de création de matelas, chez Thiriez-Literie, fabricant français situé dans le Nord de la France, nous avons vu l’importance et la qualité du sommeil s’amoindrir considérablement. Nuits plus courtes, difficultés d’endormissement, réveils nocturnes…Parce qu’un sommeil récupérateur est essentiel, nous avons imaginé Hypnove : des matelas technologiques et innovants qui accélèrent l’endormissement et offrent un sommeil plus profond, plus longtemps.

 

Comment les matelas HYPNOVE améliorent-ils le sommeil ?

Ils sont dotés de 3 innovations technologiques :

 

INTENSE : les coutils des matelas HYPNOVE intègrent un tissage ultra-fin en fibre de carbone multi filamentaire qui capture les électrons et les libère dans l’air. Ainsi le corps est libéré de l’électricité statique et des tensions accumulées pendant la journée permettant un sommeil plus profond et plus relaxant.

THERMIC : Les variations de température de notre corps comptent parmi les principaux facteurs de réveil. La technologie Thermic, micro-capsules à changement de phase, régule la température et garantit un climat de sommeil optimal.

SMARTGEL : micro-particules de gel procurant une sensation de fraîcheur et de bien-être favorisant l’endormissement.

 

Quel est le type de confort des matelas HYPNOVE ?

Les matelas HYPNOVE se déclinent en 3 types de confort : mousse à mémoire de forme, latex naturel ou ressorts ensachés combinés à une couche de latex, afin de satisfaire les besoins de chacun.

 

Est-il prouvé que les matelas HYPNOVE améliorent considérablement la qualité du sommeil ?

Oui, l’alliance des technologies innovantes et des conforts des matelas HYPNOVE permet de gagner 40 minutes de sommeil par nuit tout en dormant le même laps de temps. En effet, une étude clinique réalisée par le Centre du Sommeil et de la Vigilance, Hôtel-Dieu à Paris, a prouvé qu’en dormant sur un matelas HYPNOVE l’endormissement est plus rapide, le sommeil est plus profond plus longtemps, les micro réveils et les mouvements nocturnes sont diminués … ce qui permet de gagner au total 40 minutes de sommeil par rapport à un matelas traditionnel.

Plus d’informations sur www.hypnove.com