9 astuces pour soigner les hématomes

Chute, opération et autres accidents de la vie laissent de disgracieuses et douloureuses ecchymoses. Accélérez la disparition de vos hématomes, cutanés ou musculaires, avec ces conseils pratiques.

 

Les hématomes, aussi appelés ecchymoses ou plus familièrement bleus, apparaissent après un choc ou une chute sur les parties molles de notre corps. Ils résultent d’un amas de sang provoqué par la rupture d’un ou plusieurs vaisseaux sanguins. Cutanés, on les appelle « bleus » ou ecchymoses, car ils forment un douloureux gonflement d’une jolie couleur bleutée, allant du rouge au violet selon les personnes et localisations. Les hématomes musculaires, causés par un claquage ou un choc sur le muscle, entraînent douleur et un possible gonflement si l’hématome est superficiel, et un « bleu » lié à l’infiltration de sang.

Des hématomes plus profonds, invisibles de l’extérieur, peuvent survenir, comme les hématomes intracrâniens ou intracérébraaux, ou les hématomes rétro-placentaires pendant la grossesse. Ils nécessitent une intervention médicale urgente. Un hématome sous-cutané de grande taille doit aussi vous amener à consulter afin de vérifier qu’il ne contrarie pas la circulation sanguine sur la zone touchée.

Les hématomes cutanés ou musculaires sont en général sans gravité et disparaissent progressivement après quelques jours. Vous pouvez accélérer leur résorption en appliquant ces gestes simples.

 

1 – Hématome musculaire et sous-cutané : du froid juste après le choc

L’effet constricteur du froid aura pour effet de limiter l’épanchement sanguin à l’endroit du choc. Vous réduisez ainsi le gonflement et la compression qui en résulte. Utilisez pour cela une poche de glace ou tout simplement un filet d’eau froide.

 

2 – Utiliser le pouvoir de l’arnica en pommade

L’Arnica Montana est utilisée depuis l’Antiquité pour soigner les douleurs musculaires et les bleus. Juste après le choc, appliquez de la pommade à l’arnica sur la zone douloureuse, et renouvelez plusieurs fois dans les heures qui suivent. Après apparition de l’ecchymose, continuez l’application deux fois par jour jusqu’à disparition complète.

 

3 – Et de l’arnica en homéopathie

En complément de cette application externe, prenez 5 granules d’arnica montana 5CH juste après le choc, et renouvelez toutes les 15 minutes pendant une heure. Continuez vos prises pendant une semaine à raison de 5 granules matin, midi et soir.

 À lire aussi : Bleus, bosses, abracadabra avec l’arnica

 

4 – Prendre un anti-douleur, mais pas n’importe lequel

En cas de forte douleur, vous pouvez prendre un anti-douleur. Evitez l’aspirine et les anti-inflammatoires comme l’ibuprofène qui perturbent le travail des plaquettes sanguines, préférez-leur du paracétamol, dans la limite de 3 g par jour pour les adultes.

 

5 – Laisser le corps au repos

Sollicitez le moins possible la partie du corps touchée par l’hématome dans les 48 heures qui suivent le choc. Vous optimisez votre récupération et prévenez une éventuelle réaction inflammatoire. Évitez toute compression tant que l’hématome n’est pas résorbé et attendez au moins 48 heures avant de pratiquer des massages qui augmentent le débit sanguin.

 À lire aussi : Soigner les bobos du quotidien vite et bien

 

6 – Surélever le membre touché

Si vous en avez la possibilité, surélevez aussi souvent que possible la zone où se trouve l’hématome. Pourquoi ? Cela réduit l’afflux sanguin, soulage la douleur, et évite que l’ecchymose ne s’étende.

 

7 – Souffler le chaud après le froid

Attendez 48 heures afin de vous assurer que l’épanchement sanguin est stoppé, puis accélérez la phase de récupération de votre blessure en appliquant du chaud sur votre hématome. La chaleur a une action émolliente apaisante ; elle dilate les vaisseaux sanguins qui acheminent les nutriments nécessaires à la récupération des cellules et accélère l’évacuation des déchets.

 

8 – Augmenter les apports en protéines

Les protéines favorisent le renouvellement des cellules musculaires et peuvent aider à la régénération des tissus corporels. Misez sur la viande blanche, les poissons, les produits à base de lait caillé, les œufs, et les sources de protéines végétales comme les légumineuses (lentilles, haricots rouges, pois chiches, etc.), les noix et fruits oléagineux, certains légumes comme le brocoli. Avis aux végétariens, pensez à compléter vos apports en vitamine B12, nécessaire à la coagulation, qui ne sont pas couverts par les protéines végétales.

 

9 – Accélérer la réparation des tissus avec le chou

Les jeunes mamans se repassent sous le manteau ce secret de grand-mère : le chou possède en effet d’étonnantes propriétés apaisantes, décongestionnantes et régénérantes, et elles l’utilisent pour réduire l’inflammation provoquée par les montées de lait. Ses vertus sont tout aussi efficaces dans le traitement des hématomes. Pour en bénéficier, découpez quelques feuilles d’un chou frais, écrasez-les au rouleau à pâtisserie afin de libérer la sève des feuilles, et appliquez-les directement sur l’hématome. Maintenez-les avec une bande, sans comprimer, et laisser agir une nuit entière. Vous pouvez renouveler avec des feuilles fraîches tous les jours jusqu’à disparition de l’ecchymose.

 À lire aussi : Les bons réflexes en cas de brûlure légère

 

Comment apprendre à bien se relaxer ?

Comment ne pas se laisser envahir par le stress, cet ennemi de notre santé ? Comment arrêter de dire « je ne sais pas me relaxer, je suis trop stressé(e) » ? Bonne nouvelle, se relaxer, ça s’apprend ! Découvrez les bienfaits de la relaxation sur votre psychisme et votre santé, et les exercices de relaxation et de respiration qui vous rendront votre sérénité. C’est parti ?

 

Certains déclarent, à tort : « Me relaxer, moi, je ne sais pas faire. Je suis trop stressé, trop tendu, mais je fais avec. » Il est temps de faire la peau à ces idées préconçues avant que le stress n’ait la vôtre. Faut-il encore le rappeler ? Le stress chronique est l’un des pires ennemis de notre santé. En stimulant la production de cortisol, appelée « l’hormone du stress », il affaiblit à la longue le système immunitaire, épuise les glandes corticosurrénales, aggrave les maladies existantes, et favorise de nombreux troubles métaboliques, comme des ulcères, l’apparition de maladies allergiques, de diabète, l’accumulation de graisse abdominale, l’ostéoporose, le vieillissement prématuré des cellules, l’arthrite, et on en oublie. Alors que la relaxation, elle, ne nous veut que du bien.

 

Les bienfaits naturels de la relaxation

À savoir

À savoir

La relaxation : une fois que l’on a appris, c’est pour la vie ! Une fois qu’on a appris comment se relaxer, ce mécanisme s’inscrit dans notre mémoire procédurale, et devient un acquis que l’on ne peut plus perdre. Comme le vélo ! Et c’est tant mieux.
Il est amusant de remarquer que l’homme moderne a progressivement perdu sa capacité naturelle à se relaxer, alors que les animaux savent se plonger dans un état de relaxation lorsqu’ils ont besoin d’économiser de l’énergie et d’optimiser leurs phases de récupération.

Cet état de relaxation correspond à une détente musculaire complète, associée à un calme émotionnel, physiologique et psychologique profond. En plus d’aider le corps à gérer les douleurs chroniques, comme les maux de dos ou névralgies, ce relâchement total lui permet de modifier sa réponse habituelle au stress, en choisissant, plutôt que la fuite ou la lutte, le lâcher-prise ou l’acceptation calme des événements. La diminution du cortisol qui en découle réduit les risques de vieillissement accéléré, de développement de maladies inflammatoires chroniques, et autres problèmes de santé évoqués plus haut.

 

Comment se relaxer en fonction de sa personnalité ?

De nombreuses techniques permettent d’apprendre à relâcher les tensions et faire le calme dans son esprit et dans son corps. Sophrologie, yoga, méditation pleine conscience, exercices de respiration, alternance de contraction / décontraction, etc. : toutes sont efficaces à condition de les pratiquer correctement, et de choisir celle qui correspond à notre besoin et notre personnalité.

Avis aux amoureux de la performance à court terme, champions des charrettes de dernière minute, dopés aux hormones du stress, et qui, avouez-le, craignent de perdre en efficacité et en réactivité s’ils se relaxent, c’est le contraire qui vous attend. En reprenant le contrôle de ses émotions et de ses réactions, la relaxation favorise un meilleur contrôle sur les événements et les imprévus. Cela passe par de petits exercices et de nouvelles habitudes à intégrer progressivement à son quotidien. On y va ?

Des exercices de respiration à la portée de tous

Pas besoin de vous mettre d’office au yoga ou à la méditation pleine conscience pendant une heure par jour. Le simple fait de se concentrer pendant cinq minutes sur sa respiration, de prendre conscience de l’air qui entre et sort des poumons et du gonflement apaisant de l’abdomen nous permet de retrouver notre calme.

Lorsque la pression monte, isolez-vous quelques minutes et respirez profondément, en cherchant à gonfler le ventre plutôt que le thorax. Vous ressortirez de votre pause calme et prêt à affronter la tempête. On vous a sélectionné ici les meilleures applis et exercices de respiration à pratiquer aussi souvent que possible.

Pratiquer l’automassage

Quoi de mieux pour se recentrer que de s’octroyer de la douceur ? Fermez les yeux, apaisez votre respiration, et massez-vous délicatement les tempes en effectuant de petits cercles. C’est la peau qui bouge, pas le bout de vos doigts qui eux maintiennent un contact continu avec votre tête. Concentrez-vous sur la sensation de détente qui s’installe, le relâchement de vos paupières, de votre front, le réchauffement progressif de vos doigts… Ouvrez les yeux, vous êtes tout relax.

Variante : faites de même en posant le bout de vos doigts sur le plexus solaire et en effectuant de petits cercles, toujours sans bouger le bout des doigts. Vous sentez progressivement votre diaphragme et votre abdomen se relâcher, accompagnés par votre respiration ventrale paisible.

  À lire aussi : Prenez votre détente en main avec l’automassage

 

Pratiquer la contraction décontraction pour se détendre

Prenez un court moment pour vous, avant une réunion importante ou au moment d’aller vous coucher, selon le besoin ressenti. Prenez 5 à 6 respirations amples en gonflant le ventre, puis fermez les yeux et parcourez mentalement chaque partie de votre corps, en les contractant quelques secondes puis en les relâchant. Inspirée par la méthode de relaxation d’Edmund Jacobson, utilisée en sophrologie, et qui demande entraînement poussé pour être complètement maîtrisée, cet exercice favorise la prise de conscience des points de tension, et provoque un relâchement bienvenu.

Se réveiller plus tôt

Si la journée démarre sur les chapeaux de roue dès le réveil, difficile d’espérer la terminer dans la sérénité. Offrez-vous 15 à 20 minutes rien qu’à vous en programmant votre réveil plus tôt que l’heure à laquelle vous devez commencer à vous préparer, et profitez-en pour faire des exercices de respiration, voire vous essayer à la méditation pleine conscience, avant de prendre un petit déjeuner dans le calme. Vous serez surpris de votre efficacité tout le reste de votre journée. 

Utiliser le pouvoir des huiles essentielles

Certaines huiles essentielles, comme la lavande, le petit grain bigarade, la camomille romaine, l’orange douce, agissent sur le système nerveux et favorisent l’état de relaxation. Lorsque vous rentrez après une journée difficile, allumez votre diffuseur et imprégnez-vous des senteurs apaisantes de l’HE de votre choix. Si vous êtes sujet aux brusques montées en pression dans la journée, versez quelques gouttes d’HE sur un mouchoir en tissu que vous tirerez de votre poche en cas de besoin qui restaurera votre calme avec quelques profondes inspirations parfumées.

 À lire aussi : 7 huiles essentielles indispensables à votre intérieur

 

Faire des câlins

Ce n’est pas une blague : 30 secondes de contact physique avec un autre être humain (ou un animal, ça marche aussi) constituent une puissante aide à la relaxation et favorisent le bien-être. Pourquoi ? Ce contact agréable stimule la production d’ocytocine, aussi appelée « hormone du bonheur », et de dopamine, hormone de la récompense, équilibre notre système nerveux, apaise les tensions, bref, remplit notre réservoir d’énergie de bons ingrédients. Câlinez sans modération, c’est bon pour la santé !

Pratiquer une activité sportive

Indispensable à notre équilibre physiologique, le sport est un pilier de notre bien-être. Il stimule notamment la production d’endorphines, hormones qui nous plongent dans un état d’agréable béatitude. Trente minutes de marches quotidiennes sont un minimum requis pour se sentir bien et aider le corps à évacuer les tensions, l’idéal étant de réussir à se bouger une heure deux fois par semaine. Avant de prendre un abonnement à la salle de gym, commencez par prendre l’habitude de terminer vos trajets quotidiens en marchant plutôt qu’en roulant, vous verrez qu’on y prend vite goût.

À vous de jouer ensuite pour explorer des techniques plus poussées de relaxation, le yoga et la méditation étant les deux pratiques douces les plus populaires permettant d’atteindre cet état de manière presque « automatique ».

Cruralgie : comment la soulager ?

Provoquée par une compression du nerf crural, la cruralgie provoque de vives douleurs, qui irradient du bas du dos jusque dans l’avant de la jambe. Exercices, traitements : découvrez comment la soulager et quelles bonnes habitudes prendre pour éviter les récidives.

 

Parfois confondue avec son homologue la sciatique en raison de la similarité des symptômes, la cruralgie se manifeste surtout après 50 ans. On l’appelle souvent « sciatique du devant », car la douleur occasionnée par le nerf crural dans l’avant de la jambe est du même acabit que celle occasionnée par compression du nerf sciatique dans la fesse et l’arrière de la cuisse, avec une localisation différente.

 À lire aussi : Quels symptômes pour quel mal de dos ?

 

Une compression du nerf crural en cause

Le nerf crural, situé entre la troisième et la quatrième vertèbre lombaire, peut se retrouver comprimé lorsqu’on souffre d’une hernie discale ou d’arthrose de la colonne vertébrale, les deux causes les plus fréquentes de cruralgie. Une sténose du canal lombaire, une tumeur, un kyste, une fracture de vertèbre, etc., peuvent aussi, plus rarement, provoquer un pincement.

Cette compression entraîne une vive douleur qui part du bas du dos et descend dans la face antérieure de la cuisse ensuivant le chemin du nerf crural : on parle alors de cruralgie. La douleur peut être ressentie jusque dans le genou, le tibia et même le bord externe du pied. Elle est souvent plus difficile à supporter que la sciatique, et peut provoquer une paralysée temporaire de certaines parties de la jambe.

 

Le traitement de la cruralgie

Dans la majorité des cas, le médecin prescrit des anti-inflammatoires et des antalgiques qui agissent sur la douleur. Si cela ne suffit pas, une prescription de dérivés morphiniques peut être envisagée. Cela ne suffit toujours pas ? On recourt alors à une infiltration de corticoïdes dans les lombaires, assortie d’une période de repos complet afin de favoriser la réussite du traitement. Dans les cas les plus difficiles, la chirurgie peut être proposée, mais pas avant plusieurs mois de douleur ininterrompue, sauf si la cruralgie provoque une paralysie. L’opération consiste à soulager la compression en libérant le nerf, en réalisant l’ablation de la hernie discale. Le taux d’échec et de récidive reste élevé après une opération, la chirurgie supprimant la cause immédiate de la douleur, mais pas les déséquilibres et faiblesses qui ont provoqué la pathologie.

 À lire aussi : 5 exercices sur ballon pour vaincre le mal de dos

 

Les exercices pour soulager la cruralgie

Comme nous le répète la Sécurité Sociale dans sa dernière campagne, contre le mal de dos, le bon traitement c’est le mouvement ! Rester allongé en position antalgique ne fera qu’aggraver les symptômes et compliquer la situation. En accord avec votre médecin, la pratique (en douceur) de la natation ou du vélo sollicite le corps en douceur et prévient l’apparition de contractures musculaires douloureuses. Le kinésithérapeute pourra également recommander des étirements doux qui soulagent la douleur.

Sur le long terme, les exercices de kinésithérapie préviennent la récidive en corrigeant les déséquilibres et faiblesses musculaires dorsaux qui provoquent le pincement discal. Il faudra s’armer de patience car les progrès sont lents et laborieux, mais finissent par payer ! Au quotidien, la pratique régulière d’un sport et une vigilance accrue sur les sollicitations du dos permettent également de préserver le dos et limiter les récidives.

 À lire aussi : Quel sport choisir lorsqu’on a mal au dos ?

 

Les conséquences de l’endométriose

« Je souffre d’endométriose. Peut-elle entraîner des complications ? », Agathe, 33 ans
 

On appelle endomètre la muqueuse recouvrant la face interne de la cavité utérine. Au début de chaque cycle menstruel, l’endomètre s’épaissit pour faciliter l’éventuelle nidation d’un ovule fécondé. À la fin du cycle, s’il n’y a pas eu fécondation, une grande partie de l’endomètre se nécrose et est évacuée : ce sont les règles. L’endométriose correspond à la présence de muqueuse utérine en dehors de l’utérus, le plus souvent sur les ovaires, les trompes ou le péritoine (membrane qui tapisse abdomen, pelvis et viscères). Les raisons de cette « migration » ne sont pas encore élucidées. Une des hypothèses : des fragments d’endomètre refluent vers le haut via les trompes, se fixent sur certains organes et y prolifèrent. Tout comme l’endomètre, ces fragments colonisateurs sont régis par les hormones. Le hic : lors des règles, ils ne trouvent pas de sortie. Ils peuvent alors constituer des kystes ou des adhérences. Les principales conséquences sont des douleurs, parfois très fortes mais non spécifiques, et des problèmes de fertilité.

 À lire aussi : NOTRE DOSSIER – Une prise en charge de la douleur au cas par cas

 

Le diagnostic de l’endométriose peut prendre du temps

Cette pathologie est souvent diagnostiquée après une longue période d’évolution car les symptômes sont très hétérogènes. Troubles digestifs et urinaires (dont des douleurs à la défécation ou à la miction), crampes intenses, maux de dos au niveau des vertèbres lombaires ou sacrées… Le diagnostic est rendu difficile par la présence de ces manifestations « non gynécologiques ». Les douleurs pelviennes chroniques, entre les règles, constituent le critère principal pour le poser.

 À lire aussi : CONSEIL DE PHARMACIEN – Les symptômes de l’endométriose qui doivent alerter

Endométriose et fertilité : une équation complexe

L’accolement des organes par des cellules endométriales peut provoquer une infertilité – l’endométriose est d’ailleurs souvent diagnostiquée au décours d’un bilan ayant l’infertilité pour motif. Ces tissus anormaux empêchent en particulier le bon fonctionnement des ovaires et y favorisent la formation de kystes. Lesquels peuvent se rompre, occasionnant de violentes douleurs nécessitant une consultation en urgence. Les manifestations au niveau de la vessie se traduisent dans certains cas par la présence de sang dans les urines ou des accès de coliques néphrétiques. Les atteintes rectales ou intestinales provoquent parfois des rectorragies ou des constipations rebelles. Plus rarement, peuvent survenir des épisodes d’occlusion intestinale et de péritonite.

 À lire aussi : Fertilité en baisse : le point sur les causes

 

Zoom sur... Endofrance, l’association française de la lutte contre l’endométriose

Zoom sur... Endofrance, l’association française de la lutte contre l’endométriose

EndoFrance est une association de patientes, reconnue d’intérêt général.

Le contenu de ce site s’adresse aux femmes atteintes d’endométriose et à leur entourage, au grand public et à toute personne souhaitant obtenir des informations générales sur la maladie.

Créée en 2001, l’association avait pour premier objectif de faire connaître cette maladie. C’est désormais chose faite. Elle réoriente aujourd’hui ses objectifs et ses actions vers le soutien et l’information avec un slogan clair : « soutenir, informer et agir ».

Pour en savoir plus : www.endofrance.org

 

Les flocons d’avoine, nos alliés santé et minceur

Riches en protéines, glucides et surtout en fibres, souvent aux abonnées absentes dans notre alimentation quotidienne, le flocon d’avoine est la nouvelle star de nos assiettes. Découvrez ses bienfaits et des idées recettes pour le déguster sans vous lasser.

 

L’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’environnement et du travail) ne cesse de le répéter : avec seulement 20 grammes par jour au lieu des 30 recommandés, les Français ne mangent pas assez de fibres. Et pourtant, elles sont indispensables au bon fonctionnement de notre système digestif et contribue à notre bonne santé générale.

 

Le flocon d’avoine, au top sur les fibres et les protéines

Pour améliorer notre ration quotidienne de fibres insolubles (celles qui gonflent) le flocon d’avoine est un allié de choix. Riche en protéines, qui contribuent à la construction de nouvelles fibres musculaires en complément des protéines complètes (viande, œuf, poisson), le flocon d’avoine cumule un indice glycémique bas (c’est-à-dire qu’il maintient un faible niveau de sucre dans le sang) et une intéressante richesse en fibres avec un apport moyen de 9 grammes pour 100 grammes de flocons d’avoine, sans oublier de nombreux sels minéraux et vitamines. Prenez garde, car l’avoine absorbe tous les liquides présents dans le bol alimentaire et doit donc être accompagnée de beaucoup d’eau.

 

Les bienfaits des flocons d’avoine pour maigrir, digérer, etc.

Leurs apports en protéines et en fibres insolubles, favorisent et prolongent la sensation de satiété, prévenant ainsi les fringales et le grignotage. Riche en bêta-glucane, une fibre soluble, l’avoine contribue à réduire le taux de cholestérol dans le sang en piégeant une partie du cholestérol qui est évacué au lieu d’être absorbé par l’organisme. L’avoine participe aussi à l’entretien des cellules nerveuses grâce aux vitamines B qu’elle renferme, et est réputée depuis l’Antiquité pour ses vertus cosmétiques conférées par sa richesse en vitamine E, un puissant antioxydant présent dans le germe. Les bains ou soins à base d’avoine sont excellents pour apaiser et hydrater les peaux abîmées ou sensibilisées.

 

Les recettes du quotidien aux flocons d’avoine

Faciles à trouver en grande surface, les flocons d’avoine se mangent à tous les repas, et accompagnent aussi bien vos plats sucrés que salés.

Porridge traditionnel anglais

Un classique de la cuisine britannique, à adopter pour faire le plein d’énergie au petit-déjeuner.

Les ingrédients pour 1 personne :

Flocons d’avoine : ½ tasse
Lait : 15 centilitres
Sucre vanillé : 1 cuillère à café
Cassonade : 1 cuillère à soupe
Fruits secs (abricots, pruneaux, raisins) : 1 petite poignée
Fruits frais (au choix fruits rouges, banane, etc.) : 1 cuillère à soupe
Oléagineux (amandes ou pistaches) : 1 petite poignée

La préparation :

1/ Faites chauffer ensemble les flocons d’avoine, le sucre et le lait sans oublier de les remuer régulièrement. Portez jusqu’à ébullition.

2/ Une fois arrivé à ébullition, continuez à faire cuire votre mélange à feu doux pendant 4 à 5 minutes tout en mélangeant. Sortez du feu quand vous avez atteint la consistance qui vous convient.

3/ Dans un bol, versez votre porridge puis saupoudrez de fruits secs et de fruits frais. Savourez sans attendre.

 

Galettes apéritives aux flocons d’avoine et courgettes

De délicieux cookies galettes salés pour égayer vos apéritifs.

GALETTE

Les ingrédients pour 6 personnes :

Flocons d’avoine : 150 grammes
Courgette : 1
Oignons jaunes : 2
Œufs : 2
Curcuma (ou cumin, ou curry, à votre goût) : 1 cuillère à café
Persil plat : 1 poignée
Sel et poivre du moulin : à votre goût
Huile d’olive

La préparation :

1/ Émincez vos oignons et faites-les blondir dans l’huile d’olive.

2/ Râpez votre courgette et coupez-les lanières pour obtenir de petits morceaux très fins.

3/ Dans un saladier, mélangez les flocons d’avoine, le persil ciselé et les lanières de courgette.

4/ Battez les œufs en les mélangeant à 10 centilitres d’eau.

5 / Incorporez-les à votre mélange de flocons, et ajoutez les oignons. Mélangez avec énergie et laissez refroidir.

6/ Confectionnez des petites boules pour faire vos galettes.

7/ Faites-les cuire quelques minutes à la poêle à feu doux, en n’oubliant pas de les retourner, et dégustez-les encore chaudes.

 

Biscuits à l’avoine parfumés à la coco et à l’amande

Faites une pause gourmande et énergétique avec ces savoureux biscuits.

cookies

Les ingrédients pour une quinzaine de biscuits :

Flocons d’avoine : 50 grammes
Farine de blé : 60 grammes
Noix de coco râpée : 50 grammes
Cassonade : 60 grammes
Lait : 5 centilitres
Purée d’amande : 60 grammes
Sel : 1 pincée 

La préparation :

1/ Faites préchauffer votre four à 180°C (th. 6)

2/ Dans un saladier, mélangez le sucre, la purée d’amandes et le lait.

3/ Ajoutez ensuite la farine et les flocons d’avoine, sans oublier la pincée de sel. Bien battre l’ensemble.

4/ Intégrez la noix de coco, et mélangez bien.

5/ Sur votre plaque de four, formez de petites boules façon cookies à l’aide de deux cuillères à soupe.

6/ Enfournez et sortez du four quand vos biscuits sont dorés. Surveillez de près à partir de 10 minutes de cuisson pour que ceux du fond ne brûlent pas.

Laissez refroidir avant de déguster !

L’EMDR, ou comment soigner ses traumatismes en bougeant les yeux

Dans la famille des thérapies brèves, l’EMDR occupe une place à part depuis sa création dans les années 80. Son principe : soigner les troubles du comportement, comme la dépression, l’anxiété, et autres phobies par des séances de mouvements oculaires volontaires, guidé par un praticien. Guérir en bougeant les yeux, que faut-il en penser ? On fait le tour de la question.

 

Inventée dans les années 80 par la psychologue américaine Francine Shapiro, qui avait remarqué que les mouvements saccadés et involontaires de ses yeux l’aidaient à éloigner ses idées noires, l’EMDR, pour eye movement desensitization and reprocessing, ou Intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires, dans la langue de Molière, fait partie de la famille des thérapies brèves.

 

Devenue chercheuse, Francine Shapiro a reçu en 2002 le prestigieux prix Sigmund Freud, distinction internationale en psychothérapie, et sa méthode est aujourd’hui appliquée dans le monde entier. En France, c’est le psychiatre David Servan-Schreiber qui l’a fait connaître dans son livre Guérir (éditions Robert Laffont, 2003). L’EMDR a fait l’objet de nombreuses études pour évaluer son efficacité, reconnue par la communauté scientifique dans les cas de stress post-traumatique. C’est même la seule thérapie cognitivo-comportementale recommandée pour ces états de stress post-traumatiques par la Haute Autorité de Santé (HAS) depuis 2007. Mais alors, comment ça marche et à qui l’EMDR s’adresse ?

 

À qui l’EMDR est-elle conseillée ?

La thérapie EMDR est recommandée aux personnes souffrant de perturbations émotionnelles, dépression, addiction, crises de panique, phobies, angoisse, tendance à l’isolement, troubles du comportement alimentaire, somatisations, régressions, etc. Ces perturbations peuvent être le résultat d’un choc traumatique causé par des violences physiques ou psychologiques, des abus sexuels, un accident, un décès, un attentat, ou encore une IVG, un licenciement, une séparation… Lorsque le choc est tel que le cerveau ne parvient pas à traiter l’information correctement, il reste bloqué sur l’événement, ce qui engendre les troubles. La thérapie EMDR aide le cerveau à se débloquer et à digérer le traumatisme pour les faire disparaître. Enfant, adolescent ou adulte, il n’y a pas d’âge pour mener cette thérapie, qui peut intervenir de nombreuses années après le traumatisme.

 À lire aussi : DOSSIER – Apprenez à déstresser

 

Comment se déroule une thérapie brève d’EMDR ?

Alors non, on n’arrive pas chez un praticien, et hop, on se met à faire des mouvements des yeux bizarres dans tous les sens. Un à plusieurs entretiens préliminaires sont nécessaires pour établir une relation de confiance entre thérapeute et patient, et identifier le(s) traumatisme(s) à l’origine des troubles. Ces souvenirs pénibles sont ensuite traités un par un lors des séances, dont le nombre varie selon la nature du traumatisme et les difficultés rencontrées. Parfois, une seule suffit à régler le problème. Chez l’adulte, une séance dure entre 60 et 90 minutes, chez l’enfant plutôt autour de 45 minutes. Les parents peuvent bien sûr être présents pendant la séance.

 À lire aussi : Thérapies brèves, mode d’emploi

 

À quoi s’attendre pendant une séance d’EMDR

Le thérapeute active des mécanismes conscients chez le patient, qui est acteur de sa guérison. Il lui demande d’abord de se concentrer sur le souvenir traumatisant, en réactivant les souvenirs sensoriels de l’événement : sons, odeurs, perceptions physiques… ainsi que les émotions et pensées associées. Le praticien démarre ensuite des stimulations visuelles bilatérales, tactiles ou sonores, et demande au patient de lui dire ce qui lui vient à l’esprit entre chaque série. Il n’a rien d’autre à faire, et le cerveau retraite seul l’événement au fil des séries. Bien souvent, ces stimulations font vivre des émotions intenses au patient, qui ressent une amélioration dès la fin de la séance. Le praticien poursuit les séries de stimulations jusqu’à ce que le patient ne ressente plus de perturbation au souvenir de l’événement, et réussisse à l’associer à des pensées calmes et constructives.

 

Mais… comment ça marche ?

Francine Shapiro, fondatrice de l’EMDR, reconnaît que cette technique emprunte à d’autres thérapies cognitives, comme la sophrologie ou l’hypnose. La démarche tourne autour du traitement de l’émotion. Elle aide à mettre de la distance avec cette émotion liée au souvenir traumatique, sans l’effacer, mais en supprimant sa dimension douloureuse et en lui donnant au contraire une dimension positive, constructive. David Servan-Schreiber explique que chaque événement douloureux laisse une marque dans le cerveau, et qu’en cas de traumatisme, les pensées, sons et émotions associées se réactivent au moindre rappel. L’EMDR permet de réactiver le mécanisme de guérison naturelle du cerveau pour qu’il termine la digestion de l’événement.

L’efficacité du balayage des yeux, défendus par les praticiens EMDR, est contestée par certaines études et renforcée par d’autres : autant dire qu’il est difficile de trancher aujourd’hui. Francine Shapiro évoque une analogie (non prouvée scientifiquement à ce jour) avec les phases de sommeil à mouvements oculaires rapides, pendant lesquelles les rêves permettent de procéder à la répartition mémorielle.

Mais les résultats sont là : nombreux sont les témoignages de patients souffrant de dépression, troubles du comportement, phobies, etc., que l’EMDR a libérés de leurs troubles là où d’autres thérapies, incluant souvent des médicaments, avaient échoué.

 À lire aussi : Comment utiliser la luminothérapie ?

 

Quelle formation suivent les praticiens EMDR ?

Le développement de cette thérapie est surtout porté par des associations, l’EMDRIA aux États-Unis, et EMDR Europe, qui délivrent un titre de praticien EMDR accrédité EMDR Europe à ceux qui suivent le niveau requis de formation. Il existe en France trois organismes de formation délivrant ce titre, et le site de l’EMDR tient à jour un annuaire des praticiens accrédités.

Votre intérêt est éveillé ? Pour plus d’informations sur l’EMDR, direction le site de l’association EMDR France : www.emdr-france.org, et quelques lectures passionnantes pour se plonger dans les méandres du cerveau et des émotions.

À lire

À lire

Guérir le stress, l’anxiété et la dépression  Des Yeux pour guérir

GUÉRIR LE STRESS, L’ANXIÉTÉ ET LA DÉPRESSION, de David Servan-Schreiber, éditions Robert Laffont, 2003, 21€.

DES YEUX POUR GUÉRIR, de Francine Shapiro, éditions Point, 2014, 11.50 €

 

10 sports pour mincir vite et bien

L’été approche, on veut des cuisses fermes, un ventre plat, une silhouette qui tient la ligne, et vite de préférence ! Boxe, footing, fitness, natation et cie, on vous a sélectionné le top 10 des sports ou exercices qui vous feront fondre tout en tonifiant votre silhouette.

 

Vous aimeriez vous débarrasser de vos quelques kilos en trop, faire disparaître ce bourrelet disgracieux ou ces capitons sur les cuisses ? Certains sports sont particulièrement recommandés pour brûler des calories et tonifier la silhouette, à condition de les pratiquer au moins 2 à 3 fois par semaine. Si vous ne voulez pas vous échiner en vain, adaptez votre alimentation en réduisant les apports en sucres et graisse le temps de perdre les kilos qui vous chagrinent, et n’oubliez pas de vous hydrater en buvant au moins 1.5 litre d’eau par jour.

 

Le running, efficace pour brûler des calories sans forcer

Excellente pour renforcer le système cardio-vasculaire, la course à pied sollicite tous les muscles. Pratiquée régulièrement, elle permet de faire fondre les capitons résistants et de tonifier la silhouette dans son ensemble. Combien de calories brûle-t-on lorsqu’on débute ? Environ 400 calories pour 30 minutes de course. Ce qui correspond à 100 grammes de chips salées ou une barre chocolatée (ou à un repas léger…). Une fois que vous aurez pris le pli, essayez de maintenir un rythme de 2 à 4 sessions de running par semaine, et vous constaterez des résultats au bout de quelques semaines.

 À lire aussi : 5 conseils pour prévenir et soulager les courbatures

 

Le squash, aussi intense qu’efficace

Très complet, le squash améliore la souplesse, les réflexes, l’endurance et bien sûr renforce la musculature. Une séance de squash permet de brûler en moyenne 800 calories par heure, ce qui le positionne très haut sur la liste de sports qui font maigrir ! Ce sport sollicite fortement le cœur, il est donc déconseillé aux personnes souffrant d’une fragilité cardiaque. Dans tous les cas, il nécessite d’augmenter progressivement l’intensité de vos entraînements.

 

La corde à sauter pour faire sauter les calories

Non, la corde à sauter n’est pas réservée aux cours de récré, bien au contraire. Ce sport qui demande un investissement minimal en temps et en matériel améliore la respiration et l’endurance, tout en tonifiant les muscles rapidement. Pour une heure de corde à sauter, vous brûlerez en moyenne 700 calories : voilà de quoi vous donner envie de renfiler vos baskets !

 

La zumba, activité reine pour s’affiner en s’amusant

Accessible à tous, la zumba consiste à effectuer des mouvements répétitifs en musique et sollicite tous les muscles du corps. Entre danse et fitness, elle se pratique en groupe, et permet en moyenne de brûler 800 calories en une heure. Au fil des séances, vous augmentez l’intensité de votre entraînement : résultats garantis en quelques semaines !

 

La natation et l’aquabiking pour s’affiner en douceur

Idéale pour les personnes ayant des articulations fragiles, la natation renforce et affine toutes les parties du corps, et plus particulièrement les bras, les abdominaux et les jambes. En plus de faire travailler tout le système cardio-vasculaire, une heure de natation à vitesse modérée permettra de brûler 400 à 500 calories. La nage papillon remporte la palme de la plus forte dépense énergétique, suivie par le crawl et le dos crawlé. L’aquabiking, session de vélo pratiquée dans un bassin en piscine, sollicite fortement les muscles et le système cardio vasculaire pour une jolie addition calorique en fin de séance.

 

Le fitness pour s’affiner vite fait et surtout bien fait

Le fitness reste l’une des disciplines plébiscitées lorsqu’on veut perdre du poids rapidement et obtenir une jolie silhouette tonique. En version bootcamp, hiit training ou cardio training, le fitness sollicite tous les groupes musculaires et le système cardio-vasculaire pour brûler des graisses rapidement. Selon l’intensité de votre entraînement, vous éliminez 300 à 600 calories en une heure.

 À lire aussi : Quoi de neuf au rayon fitness ?

 

L’aviron pour perdre du poids sans ramer trop longtemps

Ce sport très complet fait travailler de concert les bras, les jambes, la ceinture abdominale, le dos, les fessiers, bref, la totale ! Et permet de brûler en moyenne 700 calories par heure tout en prenant l’air sur les plans d’eau près de chez vous. Vous avez la flemme de vous mouiller les pieds chaque semaine ? Investissez dans un rameur, le résultat sera tout aussi efficace.

 

Le vélo pour maigrir des cuisses et tonifier les fessiers

Lorsqu’on pédale, on fait travailler les jambes, les fesses, les abdos et tout le système cardio-vasculaire. Ce sport accessible à tous a l’avantage de ménager les articulations, et se pratique à son rythme, en version indoor ou outdoor. Selon la durée de votre session de vélo et l’intensité de votre pédalage, vous brûlez entre 500 et 700 calories par heure : idéal pour reprendre une activité physique en douceur et accélérer une fois que votre corps se sera dérouillé.

 

La boxe pour envoyer les calories au tapis

La boxe joint l’utile à l’agréable : vous apprenez à vous défendre en cas de besoin, vous vous défoulez, et vous brûlez des calories à vitesse grand V, l’entraînement sollicitant tous les muscles du corps de manière très intense. Comptez en moyenne 700 calories envolées pour une heure de boxe, et donnez-vous en à cœur joie en tapant dans votre punching-ball !

 

Exercice pour maigrir en version concentrée : le 7 minute Workout pour les pressées

Vous courez après les minutes tout au long de la journée ? Installez sans attendre l’appli 7 Minutes Work Out, qui propose un training quotidien de 7 minutes, aussi efficace dans la durée qu’un entraînement plus long. En alternant des séquences de 30 secondes avec 10 secondes de récupération, vous travaillez les jambes, les bras, les abdos, les fessiers, bref, la totale, et commencez à voir les résultats au bout de quelques semaines seulement. Application gratuite, dispo sur Google Store et App Store.

Bon entraînement !

 À lire aussi : La recette minceur est dans l’assiette !

 

Poussée dentaire du bébé

« Mon bébé commence à faire ses dents. Quels sont les bons gestes pour le soulager ? », Françoise, 27 ans

 

Les gestes qui atténuent les douleurs des gencives de bébé

Le plus souvent quelques mesures simples suffisent pour soulager les symptômes d’une poussée dentaire. Pensez tout d’abord à un massage doux de la gencive avec un baume « premières dents ». Enrichi en substances anti-inflammatoires et apaisantes, il calme les gencives et soulage les douleurs. Autre bonne idée : un objet souple (jouet ou hochet rond), en caoutchouc par exemple, conçu pour être mâchouillé, permet à bébé de se masser les gencives. Encore plus fort : allier le mâchouillement et les effets anesthésiants du froid. Un anneau de dentition, préalablement placé quelques heures au réfrigérateur, rafraîchit la gencive irritée et surchauffée. En revanche, ne le mettez jamais au congélateur !, il serait trop froid et pourrait blesser l’enfant.

 À lire aussi : Bébé, une hygiène adaptée

 

Les solutions médicamenteuses pour soulager les poussées dentaires

L’homéopathie est une option très efficace, quelle que soit la dilution, en particulier les souches Chamomilla vulgaris en granules ou en doses. Une présentation plus pratique sous forme d’unidoses prêtes à l’emploi permet d’administrer le médicament sans avoir à le dissoudre dans le biberon. Un suppositoire de paracétamol (dosage pédiatrique) aide à atténuer les pleurs et évite le réveil nocturne.

 À lire aussi : L’homéopathie est-elle vraiment efficace ?

 

En revanche, certains gestes sont proscrits comme masser la gencive avec de l’alcool ou un anesthésique local, ou percer la gencive « pour aider la dent à sortir ». Et attention aux colliers d’ambre en raison d’un risque d’étranglement.

Zoom sur... L’hygiène des dents de lait : on l’oublie trop souvent !

Zoom sur... L’hygiène des dents de lait : on l’oublie trop souvent !

Les dents des bébés ne sont pas à négliger : la prévention de la carie et donc l’hygiène des dents commence avant même que la première dent n’apparaisse. À savoir : les dents de lait présentent un risque de carie dès leur première apparition. La « carie du biberon », ainsi qu’elle a été surnommée est une carie dentaire qui apparaît chez les nourrissons ou les toutes-petits. Les incisives supérieures sont les plus souvent touchées. Heureusement, ce type de carie précoce peut être évité. L’hygiène des dents des bébés passent par quelques gestes simples et efficaces. Dès sa naissance, vous pouvez essuyer ses gencives avec une compresse humide. C’est à partir du moment où les premières dents apparaissent qu’elles doivent être délicatement brosser à l’aide d’une brosse à dent adaptée à l’âge de l’enfant. Le dentifrice lui ne devrait faire son entrée qu’à partir de de 2 ans, un dentifrice adapté également et au fluor, et que votre enfant ne doit pas avaler !

 À lire aussi : CONSEIL PHARMACIEN – Nettoyer les dents de bébé

 

Gratin de fenouil parfumé au chèvre

Associez les vertus détox du fenouil aux saveurs du chèvre dans ce délicieux gratin qui régalera toute la famille.

Difficulté : 1-2-3-4-5-6-7-8-9
Temps de préparation : 20 minutes
Temps de cuisson : 30 à 40 minutes

 

Les ingrédients pour 4 personnes

Fenouil : 4
Fromage de chèvre allégé en bûche : 1
Œufs : 2
Comté râpé : 30 grammes
Crème fraîche liquide allégée : 20 centilitres
Huile d’olive
Sel et poivre du moulin 

La préparation :

1/ Mettez votre four à préchauffer à 210°C (thermostat 7) et faites bouillir de l’eau salée.

2/ Lavez vos fenouils puis ouvrez-les en deux avant de les plonger dans l’eau pendant 15 minutes. Égouttez bien et réservez.

3/ Séparez le jaune des blancs d’œufs, et mélangez-les avec la crème fraîche. Assaisonnez le mélange à votre goût.

4/ Découpez votre bûche de chèvre en rondelles.

5/ Dans un plat à gratin à haut bords, beurrez le fond avant d’y disposer vos fenouils sur une seule couche.

6/ Recouvrez des tranches de chèvre, puis nappez de votre préparation à base d’œufs et crème.

7/ Ajoutez un filet d’huile d’olive sur l’ensemble, avant de saupoudrer d’une petite poignée de comté.

8/ Enfournez et laissez cuire 20 à 25 minutes, sortez votre plat quand les fenouils et le chèvre sont bien dorés.

Savourez bien chaud !

 

Salade du soleil aux poivrons et dés de brebis

Des couleurs et des saveurs prononcées pour cette salade à déguster en entrée ou en accompagnement de votre plat principal, du printemps jusqu’à la fin de l’été.

Difficulté : 1-2-3-4-5-6-7-8-9
Temps de préparation : 15 minutes

 

Les ingrédients pour 6 personnes :

Dés de feta marinés aux herbes : 250 grammes
Poivrons : 1 rouge, 1 vert, 1 jaune
Huile d’olive : 1 cuillère à soupe
Concombre : 1
Ciboulette
Sel et poivre du moulin

La préparation :

1/ Faites chauffer votre four en position grill.

2/ Lavez soigneusement vos poivrons, puis découpez-les en fines lanières que vous disposez dans un plat avant de les enfourner 10 minutes. N’oubliez pas d’ajouter un filet d’huile d’olive.

3/ Lorsque la peau commence à brunir, sortez les poivrons, et laissez-les refroidir.

4/ Lavez votre concombre, puis coupez-le en fines rondelles.

5/ Épluchez vos poivrons et découpez-les en lamelles que vous disposez au fond d’un plat.

6/ Ajoutez les dés de feta, puis les rondelles de concombres.

7/ Apportez la touche finale en saupoudrant de persil et ciboulette.

Vous pouvez assaisonner votre salade avec une vinaigrette à l’ail ou aux échalotes en suivant l’une de nos recettes.