Gare au froid, il fait des dégâts

Votre peau a plus que jamais besoin d’être protégée en hiver. Agents hydratants, nourrissants cicatrisants, apaisants, rien n’est trop bien pour protéger vos mains, vos lèvres, votre visage, vos pieds et l’ensemble de votre de corps.

 

L’hiver n’est pas le meilleur allié de notre peau et il est loin d’être fini. Certains d’entre vous vont même faire un saut en montagne et se confronter encore plus directement au froid. Soyez prévenant si votre peau va bien et soigneux si elle connaît déjà quelques inconforts.

 

Que fait le froid à votre peau ?

À savoir

À savoir

Votre peau déteste les chauds froids  ! Ces variations de températures sont violentes pour la peau alors, en plus des soins nourrissants à appliquer généreusement, pensez à bien vous couvrir en sortant et à ne pas surchauffer vos intérieurs.
La peau est une barrière imperméable et protectrice qui a, entre autre, pour objectif de conserver la température du corps autour de 37°C. C’est sa fonction thermorégulatrice : lorsque les températures diminuent, le diamètre des vaisseaux sanguins suivent le mouvement, ce qui permet cette conservation de la chaleur. Mais autre conséquence du froid, le film hydrolipidique, cette fine pellicule constituée d’eau et de graisse à la surface de la peau, s’affine. La peau devient alors plus sensible et plus fragile, raison pour laquelle il faut lui prodiguer des soins particuliers lorsque le froid se fait sentir. Sinon, gare à la sécheresse, aux gerçures, crevasses ou autres engelures. On vous guide zone par zone avec une sélection de produits tous disponibles en pharmacie.

 

Hydrater sa peau pour la protéger des agressions du froid. Explications et choix de la rédaction.

Le mot d’ordre est hydratation. Utilisez des soins riches en agents nourrissants et apaisants, choisissez des baumes cicatrisants qui sauront réparer vos épidermes malmenés. N’ayez pas peur d’être généreux et n’oublier pas d’être régulier. Le soir en particulier, car c’est durant la nuit que votre peau entre en phase de régénération. Côté application, massez et massez encore afin de faire pénétrer le produit, mais également pour activer la circulation.

Mains et lèvres : des zones à risques

Les extrémités qui dépassent sont en première ligne face aux basses températures. Pourvues d’un très mince film protecteur, vos lèvres manifestent avant les autres parties de votre corps leur intolérance au froid. Lèvres desséchées, voire gercées ou fendillées… ne les laissez pas prendre l’air sans protection. À vous les sticks à lèvres nourrissants et protecteurs. Et n’oubliez pas les enfants qui, en plus d’avoir également des lèvres sensibles, se passent très souvent la langue sur les lèvres, un geste particulièrement desséchant.

Souriez, votre bouche est hydratée

Souriez, votre bouche est hydratée

Pour tous les jours et à tout moment, le laboratoire Dermophil revient sur le devant de la scène (pharmaceutique) avec son Stick protection quotidienne qui contient des actifs de bourgeons de cassis et des extraits de Joubarbe (l’aloe des neiges), et bien sûr des agents hydratants (huile de lin, de macadamia, de noyaux d’abricot, etc.). Autre chouchou pour tous les jours : le Cold cream baume à lèvres d’Avène. Riche en cold cream, il contient de l’eau thermale qui apaise et un actif, le sucralfate, qui répare.

Pour celles et ceux qui ont besoin de plus de soin, Dermophil toujours propose un Stick spécifique réparation forte avec cette fois des extraits de pin cembro et de centella réparateur. Un autre stick réparateur fait des merveilles : le Baume Lèvres soin TR de Vita citral. Sa composition fait rêver et apportera tout le soin nécessaire à vos lèvres : beurre de karité, cire d’abeille, huile d’echium, huile d’argousier et vitamine E.

 

Les mains aussi souffrent bien souvent. En plus des agressions courantes, les voilà qui dépassent de nos manteaux et affrontent les vents hivernaux. Résultat : tiraillement, dessèchement… Car elles aussi sont pourvues d’une peau fine peu généreuse en sébum. Commencez par adopter les bons réflexes en les lavant avec des produits au ph neutre et en appliquant après chaque lavage une noisette de crème hydratante. Le soir, soyez plus généreux et allez chercher des produits aux propriétés émollientes (cold cream, vaseline…), hydratantes (huiles végétales, cires, beurres), apaisantes (allantoïne). Si vos mains sont abimées, allez jusqu’à enfiler des gants en coton pour la nuit après les avoir dûment enduites.

Notre top 3 pour des mains toutes douces par grand froid

Notre top 3 pour des mains toutes douces par grand froid

Mavala Crème de Nuit Réparatrice.  Elle contient de l’acide hyaluronique et des acides aminés de la soie hydratants, de l’allantoïne, du beurre de karité nourrissant et réparateur. Les gants en coton sont inclus. On vous conseille une petite cure tous les soirs jusqu’à ce que vous retrouviez des mains aussi douces que belles.

La Crème Mains d’Uriage est une crème réparatrice qui nourrit et protège. Ses 30 % d’eau thermale n’y sont pas pour rien : l’eau thermale d’Uriage étant reconnue pour ses propriétés apaisantes, adoucissantes et hydratantes. À appliquer régulièrement.

La Crème Mains Nourrissante de Rogé Cavaillès. Avec sa formule à l’amidon de riz, elle réduit les rougeurs et apaise les irritations. Sa texture enveloppante et onctueuse pénètre rapidement pour une action hydratante immédiate. À utiliser sans modération !

Le visage

En voilà un qu’on ne veut surtout pas voir desséché ou tiraillé. Votre visage est précieux… et sensible. Et la cagoule étant peu seyante, on a tendance à le laisser à l’air libre, aussi froid soit ce dernier. Pour prévenir des désagréments, il va vous falloir user de soins particulièrement nourrissants.

Un visage nourri et apaisé malgré les frimas

Un visage nourri et apaisé malgré les frimas

Notre coup de cœur : la Crème Hydratante à l’Orange d’Embryolisse. Parfaite pour les peaux normales et déshydratées, elle est enrichie en huile d’amande douce de sésame, cire d’abeille, vitamine E et agrémentée d’extraits naturels d’orange. À utiliser matin et soir sans modération !

Sanoflore Miel Suprême, une crème nutritive sublimatrice, n’est pas en reste. Certifiée bio, elle nourrit les peaux normales à sèches souffrant de sécheresse passagère. Appliquez-la et vous retrouverez souplesse et douceur. On aime aussi le léger parfum aux notes délicatement miellées.

Soins anti-rougeur. Nombreux sont celles et ceux qui voient apparaître quelques rougeurs quand la saison refroidit. On parle alors de peaux réactives. Mais pas de panique, Avène propose toute une gamme de soins anti-rougeurs, à commencer par sa Crème Apaisante Antirougeurs qui contient notamment un décongestionnant, le sulfate de dextran, qui agit sur la microcirculation cutanée. En cas de rougeurs intenses, il y a Rosaliac AR Intense de La Roche-Posay, un concentré intensif pour lutter contre les rougeurs localisées.

Le corps

S’il est couvert lorsque nous sortons, notre corps n’en est pas moins sensibilisé par l’hiver. À nous de le nourrir pour conserver une peau douce et parfaitement nourrie sous peine de voir sa peau craqueler, ce qui en plus d’irriter est fort disgracieux.

Un corps nourri pour l’hiver

Un corps nourri pour l’hiver

Si votre peau ne réclame pas d’attention particulière, il vous suffit de l’hydrater (quotidiennement) avec, par exemple, cette huile qui nous a plu, beaucoup, vraiment. Bio, l’Huile d’Argan Pure de Laino, est naturellement riche en omégas 6 et 9, et nourrit consciencieusement toutes les peaux. Mais elle ne s’arrête pas là : appliquée en sérum avant une crème de jour ou en masque nourrissant pour les cheveux, elle est tout aussi efficace et agréable. Pour les peaux plus sensibles, l’huile d’amande douce vierge est également disponible.

Pour les amateurs de lait, le Lait Corps Confort à l’Amande Douce de Weleda nourrit et va même apaiser les peaux sujettes aux irritations. On le sait, l’amande adoucit, nourrit et protège. Ajouter à cela un peu de cire d’abeille et votre peau vous remerciera.

Si votre peau a tendance à se craqueler, le Baume Corporel Hydratant Quotidien Cicabiafine sera votre allié. Ses propriétés réparatrices lui viennent de l’acide hyaluronique et du panthénol ; quant à la glycérine, elle joue les agents hydratants.

Pour les peaux à tendance atopique, la gamme Exomega d’A-Derma est une bénédiction et le Baume Emollient Exomega Control est un must. Deux atouts : premièrement une seule application par jour suffit à espacer les pics d’irritation ou les sensations de démangeaisons, deuxièmement, il peut être utilisé dès la naissance. Sa texture extra riche incite à une application plutôt le soir pour une nuit 100 % confort.

À savoir : Vous avez froid aux pieds ?

À savoir : Vous avez froid aux pieds ?

akiléine Crème Réchauffante pieds

On vous présente l’arme fatale anti pieds froids : la Crème Réchauffante Pieds Froids d’Akiléine. De l’huile de pépins de raison, du gingko biloba, un massage léger et vous voilà avec des pieds réchauffés (convient aux individus présentant un syndrome de Raynaud).

 

Hum, des sauces légères !

Pour des salades goûteuses mais légères sur la balance, passez à la vinaigrette allégée, garantie d’un assaisonnement aussi savoureux que diététique.

 

La salade sans vinaigrette, on est d’accord, c’est tristoune, tristoune… Mais huile et mayonnaise représentent un poids calorique non négligeable lorsqu’on essaie de perdre du poids : c’est elles que l’on va réduire au maximum dans la vinaigrette allégée. Comment faire ? On choisit des vinaigres moins acides (cidre, balsamique, xérès, riz, etc.) ou des jus d’agrumes, riches en vitamine et en goût, et pauvres en calories. On supprime la mayonnaise au profit de fromage blanc 0% ou de yaourts 0% aussi. Et si on a besoin de rallonger sa sauce, on verse une cuillère d’eau plutôt que d’huile. Voici le mode d’emploi détaillée pour les sauces les plus courantes !

 

La classique sauce vinaigrette, version allégée

Idéale en accompagnement de toutes vos salades, elle se prépare en un tournemain et vous apporte moitié moins de calories que sa version « non allégée ».

 

sauce vinaigrette

Les ingrédients :

Vinaigre de cidre : 1 cuillère à soupe
Moutarde de Dijon : 1 cuillère à soupe
Huile d’olive vierge extra : 2 cuillères à soupe
Eau : 1 cuillère à soupe
Sel et poivre du moulin : 1 tour de chaque

La préparation :

1/ Dans un bol, versez le vinaigre, et ajoutez un tour de sel.
2/ Ajoutez la moutarde en mélangeant énergiquement à l’aide d’une fourchette.
3/ Incorporez ensuite l’eau, puis l’huile, et fouettez de nouveau jusqu’à obtention d’une sauce lisse.
4/ Apportez la touche finale avec un tour de poivre noir.

 

Sauce piémontaise allégée

Parfait pour vos salades de pommes de terre ou de céleri, cet assaisonnement vous surprendra par sa texture agréable et son goût relevé juste ce qu’il faut.

 

Sauce piémontaise

Les ingrédients :

Vinaigre balsamique : 1 cuillère à soupe
Moutarde de Dijon : 1 cuillère à soupe
Fromage blanc 0% : 2 cuillères à soupe
Huile d’olive vierge extra : 1 cuillère à soupe
Sel et poivre du moulin : 1 tour de chaque

La préparation :

1/ Dans un bol, mélangez le vinaigre et la moutarde en fouettant énergiquement à la fourchette.
2/ Incorporez le fromage blanc, puis l’huile, en mélangeant à l’aide d’un fouet pour bien lisser le mélange.
3/ Assaisonnez à votre goût, et servez aussitôt !

 

Vinaigrette aux agrumes et à la ciboulette

Délicieuse avec une salade d’été, cette sauce apporte une touche vitaminée à toutes vos préparations. On l’aime particuliètement avec une salade à base de thon !

 

Vinaigrette aux agrumes et à la ciboulette

Les ingrédients :

Jus de pamplemousse ou de citron : 6 cuillères à soupe
Ciboulette : 10 brins
Crème fraîche liquide 5% : 25 centilitres
Echalote : 1
Sel et poivre du moulin à votre goût

La préparation :

1/ Dans un bol, versez la crème fraîche liquide et le jus d’agrumes. Mélangez bien.
2/ Lavez et ciselez finement la ciboulette, puis ajoutez-la à votre sauce.
3/ Emincez l’échalote, puis mélangez-la au reste avant de rajouter un tour de sel et de poivre.

 

Vinaigrette allégée version Ch’tit

Cette sauce s’associe à merveille avec les fruits et légumes du Nord, comme les endives (ou plutôt, chicons), patates et pommes !

 

Vinaigrette allégée version Ch’tit

 Les ingrédients :

Huile d’olive vierge extra : 2 cuillères à soupe
Échalote : 1 échalote
Moutarde de Dijon : 1 cuillère à soupe
Fromage blanc 0% : 1 cuillère à soupe
Eau : 1 cuillère à café (ou plus si besoin de rallonger)
Sel et poivre du moulin : à votre goût

La préparation :

1/ Dans un grand bol, mélangez l’eau, la moutarde et le vinaigre de cidre.
2/ Émincez finement l’échalote et ajoutez-la au mélange.
3/ Incorporez l’huile et le fromage blanc en mélangeant bien, sans oublier d’assaisonner pour apporter la touche finale.

Relevez votre salade de quelques noix concassées et de roquefort émietté, vous allez vous régaler.

Comment vaincre ces ballonnements qui nous gonflent (le ventre) ?

Ventre gonflé, flatulences provoquées par les gaz intestinaux ? Vous pouvez vous débarrassez de ces désagréments à condition d’adopter quelques bonnes habitudes. Découvrez nos conseils.

 

Nous sommes nombreux à expérimenter de manière épisodique ou quotidienne l’inconfort provoqué par les ballonnements, les femmes étant plus sujettes que les hommes à ce trouble digestif. Qu’est-ce qui provoque cette sensation de ventre gonflé ? En cause, une accumulation de gaz dans l’intestin grêle, qui crée une distension abdominale, et une furieuse envie d’expulser ces gaz superflus au prix de notre dignité. Les causes sont multiples, tout comme les remèdes pour réduire voire faire disparaître ces désagréments.

 

Identifier la ou les causes de vos ballonnements

Les ballonnements peuvent être provoquées par des maladies, des dysfonctionnements de l’appareil digestif ou tout simplement de mauvaises habitudes de vie.

Les dysfonctionnements de l’appareil digestif

Si, comme certains adultes, vous avez développé une intolérance au lactose une fois votre croissance terminée, la consommation de produits laitiers provoque une fermentation à l’origine de l’apparition de gaz intestinaux. Les personnes sujettes à la constipation, au reflux gastro-œsophagien, ou qui souffrent du syndrome de l’intestin irritable sont également plus sujettes aux ballonnements chroniques. Une intoxication alimentaire ou une infection gastro-intestinale s’accompagnent toujours de flatulences et de crampes intestinales, qui restent toutefois ponctuelles.

Les habitudes de vie

L’hygiène de vie joue un rôle clé dans l’apparition de ballonnements. Lorsqu’on mange trop vite, que l’on consomme beaucoup de boissons gazeuses ou de chewing-gum, on avale de l’air qui provoque des flatulences une fois arrivé dans notre intestin. Les fumeurs sont plus touchés par les ballonnements à cause de la nicotine qui augmente l’acidité du contenu de l’estomac.

Le manque d’activité sportive, et notamment de tonicité de la sangle abdominale, peut provoquer des ballonnements puisqu’il n’y a pas assez de contractions au niveau du côlon pour aider le bol alimentaire à progresser dans l’intestin. A l’inverse, un excès d’activité physique est parfois responsable de ballonnements, car l’effort sportif assèche la muqueuse de l’estomac.

Côté alimentation, manger trop sucré, trop gras, trop épicé, provoque des irritations du système digestif et des gaz intestinaux. Certains aliments favorisent la fermentation, comme les crucifères, les féculents, les céréales, les alliacés, et donc l’apparition de ballonnements.

 À lire aussi : Comment lutter contre la constipation

 

Les facteurs temporaires

Les femmes qui ont vécu une grossesse le savent bien : attendre un enfant peut s’avérer très gonflant… au sens propre ! L’action des hormones provoque un relâchement des parois intestinales et un manque de tonicité du côlon qui favorise la constipation et donc la fermentation, sans parler des compressions créées par la pression exercée sur l’intestin par l’utérus.

Avancer en âge rime également avec ballonnements. La perte de tonus musculaire et la diminution de la lubrification intestinale ralentissent le trajet du bol alimentaire, ce qui favorise les ballonnements, tout comme la chute du taux d’œstrogènes chez les femmes ménopausées.

Enfin, les grands anxieux et les stressés chroniques souffrent aussi souvent de ballonnements, causés par leur aérophagie (ils mangent trop vite, respirent mal, etc.), et la contraction des intestins provoquées par le stress.

 

Que faire pour se débarrasser des ballonnements ?

Une fois qu’on a réussi à identifier la ou les causes de ses propres ballonnements, vous avez à votre disposition un arsenal de bonnes habitudes et de modifications de votre alimentation qui permettent de soulager voire faire disparaître vos troubles.

Booster votre consommation de fibres insolubles

Commencez par augmenter la part de fibres insolubles dans votre alimentation. Kézaco ? Dans la famille des fibres, celles dites « insolubles » sont contenues dans les légumes verts, les céréales complètes, la peau des fruits et des oléagineux, les légumineuses comme les lentilles, les pois chiches, les haricots rouges, etc. Leur fort pouvoir de gonflement accélère le transit, ce qui favorise un bon fonctionnement du système digestif et prévient la constipation… et les ballonnements !

 À lire aussi : Les bienfaits des fibres solubles et insolubles

 

Supprimez les sources extérieures provoquant les flatulences

Veillez à bien mâcher et à manger doucement pour ne pas avaler d’air. Évitez les gommes à mâcher, les boissons gazeuses, les plats épicés et l’alcool, qui irritent le système digestif. Si vous avez identifié les aliments qui provoquent des ballonnements, comme les produits laitiers ou les crucifères, réduisez votre consommation.

Reprenez une activité sportive

30 minutes de marche par jour participent à un bon transit intestinal et limitent les ballonnements. Renforcez aussi votre sangle abdominale grâce à des exercices de gainage quotidiens, afin de favoriser les contractions de votre intestin.

 À lire aussi : 5 bonnes raisons de vous mettre au gainage

 

Faites-vous aider par la nature

Certaines plantes ont la capacité d’absorber les gaz intestinaux. Les compléments alimentaires à base de charbon noir, capable d’absorber jusqu’à 1000 fois son volume en gaz (!) s’avèrent très efficace, tout comme le fenouil, que l’on peut consommer en graines, infusion ou huile essentielle. Les pansements à l’argile, verte et surfine de préférence, tapissent la muqueuse de l’estomac et limitent aussi l’apparition de gaz intestinaux. Attention toutefois à ne pas les prendre en même temps qu’un autre médicament, car ils ralentiraient aussi son absorption.

Vous avez tout noté ? À vous la légèreté, et fini le ventre scié par la ceinture à partir de la mi-journée !

Connaissez-vous les gestes qui sauvent ?

Position latérale de sécurité, massage cardiaque… maîtrisez-vous les bases du secourisme ? Testez vos connaissances !

 
En cas d’accident, d’AVC, de malaise cardiaque… maîtriser les gestes qui sauvent, les bons réflexes à avoir et les erreurs à éviter peut sauver la vie de la victime. Si vous arrivez sur le lieu d’un accident, avant toute chose, assurez-vous d’éliminer les dangers potentiels (flammes, fils électriques, etc.) dans l’environnement avant de vous approcher pour secourir la victime, et appelez les secours au plus vite, chaque seconde compte.

L’incontinence urinaire chez les hommes

«Quelles sont les incontinences urinaires les plus fréquentes chez l’homme ?», Pascal, 54 ans.

 

Chez les hommes, les fuites urinaires sont associées à des troubles liés à la miction : difficulté à initier celle-ci, flux amoindri, égouttement post-mictionnel.

La prostate grossit : adénome prostatique

Avec l’âge, la prostate grossit (adénome prostatique), elle comprime la vessie et gêne l’évacuation de l’urine. Celle-ci s’accumule dans la vessie mais se met à fuir au goutte-à-goutte en permanence. On parle d’incontinence par regorgement, c’est la forme la plus fréquente chez l’homme. Elle provoque des envies fréquentes d’uriner et de petits jets. L’incontinence liée à un effort physique provoque une émission soudaine d’urine. Elle peut survenir après une opération ou un traitement de la prostate (radiothérapie).

 À lire aussi : Les cancers au masculin

Une émission urgente ou à retardement : mictions fréquentes ou difficiles

L’incontinence par impériosité se traduit par l’envie urgente et irrépressible d’uriner, même lorsque la vessie n’est pas pleine, les muscles de la vessie se contractant anormalement. L’incontinence post-mictionnelle se traduit, après la miction, par l’émission incontrôlée de quelques gouttes d’urines, dénommées gouttes retardataires. C’est la qualité du jet qui est en cause. Ce problème se rencontre souvent chez des personnes jeunes et anxieuses.

 À lire aussi : 5 remèdes naturels contre le stress

 

Traitements et dispositifs médicaux contre les incontinences urinaires chez l’homme

Plusieurs traitements sont disponibles. Ils font appel aux médicaments pour diminuer l’activité de la vessie, à la rééducation en cas d’affaiblissement de la région pelvienne et périnéale, à la chirurgie lorsque la prostate est trop volumineuse. Les dispositifs les plus courants sont les poches, les systèmes de collecte ou d’écoulement et les protections absorbantes, dont il existe un grand choix de marques en pharmacie (Abena, Hartmann Molimed, Ontex, Tena). L’étui pénien installé autour du pénis s’évacue via un sac ou une valve. Les coquilles sont préconisées en cas de fuites légères. Il est aussi possible d’utiliser des cathéters de façon temporaire ou permanente.

Zoom sur la prostate

Zoom sur la prostate

On en parle beaucoup mais on la connaît peu. La prostate est un organe, et plus précisément une glande, que seuls les hommes possèdent ; elle appartient au système reproducteur masculin.

Située au-dessous de la vessie, sa partie centrale entoure le canal de l’urètre qui sert à conduire les urines de la vessie vers l’extérieur. Elle produit du liquide prostatique qui se mélange au liquide séminal en son sein. C’est ainsi, en apportant du volume au sperme émis et des enzymes qui facilitent le passage à travers le col de l’utérus, qu’elle favorise la fécondité. C’est au moment de l’éjaculation qu’elle se contracte et à l’inverse se rétracte durant la miction.

Son volume augmente au fil de l’enfance et de l’adolescence avant de se stabiliser à l’âge adulte où elle fait environ la taille d’une noix. C’est plus tard qu’elle tend à grossir, on parle alors d’hypertrophie, et qu’elle peut alors entrainer des complications comme les troubles urinaires. Certaines affections sont cependant plus graves comme la prostatite ou encore un cancer de la prostate.

 À lire aussi : Ne négligez pas votre prostate

 

Les Thermalies Lyon : du 2 au 4 mars à la Sucrière


COMMUNIQUÉ

3 jours pour découvrir les dernières tendances en matière de santé et bien-être.

 

Le bien-être est devenu un enjeu de premier plan avec une évolution progressive de la santé vers la prévention. Soins, activité physique, gestion du stress ou de la douleur, nutrition, programme d’éducation thérapeutique : la notion de santé globale s’est peu à peu imposée et les cures constituent de véritables alternatives aux diverses problématiques.
Techniques de soins exotiques, cures bio, soins privilégiant la santé ou cures destinées aux familles en passant par les nouvelles orientations thermales… Le Salon des Thermalies propose un très large panorama de l’offre bien-être et santé !

Du 2 au 4 mars, pour sa seconde édition, et avec ses 150 exposants, le salon Thermalies Lyon vous fera découvrir les nouvelles tendances de soin par l’eau sous toutes ses formes : eau de mer, eau thermale, pour se soigner ou se détendre. Seul salon dédié à l’eau et au bien-être, les Thermalies mettent en lumière les nouveautés en matière de Thalassothérapie, de Thermalisme et de Spa, parmi les plus belles destinations en France et à l’étranger.

3 jours pour solliciter l’expertise des exposants et vous orienter vers les cures dont vous avez besoin : retrouver un capital santé, gérer son stress, soulager les douleurs articulaires, se ressourcer… Les centres de thalassothérapie et les établissements thermaux seront à votre disposition pour vous proposer un éventail de nouvelles cures permettant de vous accorder des moments détente et de vous soigner.

Saisissez l’occasion pour prendre soin de vous, en bénéficiant durant le salon d’offres exclusives et de tarifs préférentiels. Un programme riche et varié vous attend : assistez à des conférences thématiques animées par des experts en santé et bien-être, ou encore profitez d’animations au fil des stands : ateliers Do In, massages assis, massage Tui Na, réflexologie plantaire, maquillage axé sur le teint…

À noter sur votre agenda

À noter sur votre agenda

Les Thermalies Lyon : du 2 au 4 mars 2018 à La Sucrière – Lyon 69

Plus d’infos et invitation gratuite sur demande sur : www.les thermalies.com/lyon

Préparez votre visite en découvrant la liste des exposants, les animations, les infos pratiques et téléchargez votre invitation gratuite sur le site du salon : www.les thermalies.com/lyon

Pas d’impasse sur les protéines

Pourquoi est-ce important de manger des protéines ? Connaissez-vous le rôle des protéines, essentielles à notre santé ? Et l’apport journalier recommandé ? Où en trouver lorsqu’on est végétarien ? On répond à toutes vos questions.

 

On entend souvent parler des glucides et lipides, dont la surconsommation a un impact sur notre santé, tandis que les protéines se font discrètes. Pourtant, elles jouent un rôle crucial dans de nombreux mécanismes de l’organisme : transport de l’oxygène, digestion, système immunitaire, préservation de la masse musculaire… Pourquoi sont-elles si importantes ? Comment savoir si vous en mangez assez ou trop ? On vous fait le topo.

 

Pourquoi les protéines sont-elles si importantes ?

Glucides, lipides et protéines sont les trois familles de macronutriments indispensables au bon fonctionnement de notre organisme. Qu’elles soient d’origine animale ou végétale, les protéines, qui se présentent sous la forme de longues chaînes, participent au renouvellement et à la réparation des os, des tissus musculaires, des ongles, cheveux et poils, de la peau, etc.

Constituées de 20 acides aminés différents, dont 9 ne peuvent être fabriqués par l’organisme en quantité suffisante pour couvrir nos besoins, elles sont aussi impliquées dans de nombreux processus physiologiques, comme la digestion, le transport de l’oxygène dans le corps, ou la réponse immunitaire à une agression. Bref, on en a besoin ! Sans compter que les acides aminés qui les composent sont nos seules sources d’apport d’azote, un gaz indispensable à notre croissance et notre développement. Point important : la composition des protéines végétales et animales diffère, ces dernières étant les seules contenant la totalité des acides aminés essentiels (les 9 que l’on ne peut pas fabriquer tout seul). Les muscles sont les principaux consommateurs de protéines, dont ils ont besoin pour se développer et s’entretenir, et concentrent environ 40% des protéines présentes dans le corps.

 

Quel est l’apport journalier recommandé ?

Pour préserver la bonne santé de ses tissus osseux et musculaires, un apport journalier suffisant en protéine est essentiel. Les recommandations varient en fonction du profil de chaque personne et de son âge.

Chez un adulte en bonne santé, l’apport nutritionnel en protéines conseillée est de 0.83g/kg/jour, soit environ 50 grammes chez une personne de 60 kg. Chez les femmes enceintes, l’apport minimum grimpe à 1.2g/kg/jour, soit un peu plus de 70 grammes pour une femme de 60kg, afin de couvrir ses besoins et ceux du fœtus. Attention toutefois à ne pas tomber dans une consommation excessive de protéines, qui peut s’avérer nocive pour le fœtus.

Chez les personnes âgées, la masse musculaire a tendance à fondre, et le tissu osseux à moins bien se renouveler, entraînant des pathologies comme la sarcopénie et l’ostéoporose. Il leur est donc conseillé d’augmenter leurs apports journaliers en protéines à 1g/kg/jour, soit 70 grammes pour un poids de 70 kg afin de préserver leur tonus musculaire et leur capital osseux.

Et si on mange plus de protéines que ce dont on a besoin, que se passe-t-il ? Le surplus est filtré par les reins, et éliminé dans les urines.

 

Comment savoir si mes apports journaliers en protéines sont suffisants ?

Commençons par un petit rappel des bases d’une alimentation équilibrée, sans excès énergétique : 11 à 15% de protéines, 50 à 55% de glucides, et 30 à 35% de lipides1.

Si l’on suit les recommandations du site Manger Bouger, 100 à 150 grammes de viande, poisson ou œuf dans la journée suffisent à couvrir ces besoins, en les consommant en une à deux fois. La quantité d’accompagnement doit être supérieure à celle de produit animal, avec cette composition idéale de l’assiette pour un repas équilibré : 25% de protéines, 25% de féculents et 50% de légumes. L’Inserm recommande2 par ailleurs de ne pas consommer plus de 500 grammes de viande rouge et charcuterie par semaine, en privilégiant le poisson et les œufs comme sources de protéines.

 À lire aussi : Le détail de nos besoins nutritionnels

 

Quels aliments choisir pour assurer l’apport en protéines ?

Afin de couvrir les besoins journaliers, voici quelques exemples d’aliments riches en protéines. 100 à 150 grammes de viande, poisson ou œuf apportent entre 20 et 30 grammes de protéines. Cela correspond à une cuisse de poulet, une escalope de dinde, un petit pavé de saumon ou de maquereau, deux œufs, ou un steak haché.

Les protéines végétales étant aussi intéressantes sur le plan nutritionnel, il est conseillé de consommer un produit céréalier à chaque repas pour garantir 17 grammes de protéines par jour. On le mange sous forme de pain ou de céréales non transformées (environ 8% de protéines), et de féculents (environ 2% de leur poids cuit).

Enfin, on ne fait pas l’impasse sur les produits laitiers, puisque 3 produits laitiers par jour assurent eux aussi 17 à 20 grammes de protéines : un grand verre de lait, un yaourt de 125 grammes et 30 grammes de fromage couvrent ces apports.

Si vous voulez plus d’idées d’aliments riches en protéines pour composer des menus variés, direction le site de l’Anses qui établit une liste bien pratique.

 À lire aussi : À nous les aliments riches en iode

 

Quid des régimes végétariens et végétaliens ?

Afin de couvrir les besoins en acides aminés à partir de protéines végétales, végétariens et végétaliens doivent associer plusieurs aliments végétaux dans leur ration quotidienne. Les graines de légumineuses (fèves, pois, lentilles, haricots, etc.) et les céréales complètes (seigle, quinoa, avoine, boulgour, millet, etc.) constituent de bonnes sources de protéines. À noter aussi que les graines de sésame, courge, tournesol, ainsi que les graines germées ont une bonne densité protéique. À vous les grandes salades et les délicieux mélanges de saveurs !

 À lire aussi : Nos meilleures recettes végétariennes et végétaliennes

 

1 –Source ANC : Apports nutritionnels conseillés pour la population française, éditions Tec & Doc, 2001.

2 – Source : Cancer et nutrition – Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM).

5 jeux coquins à essayer sans attendre

Vous avez envie d’explorer de nouvelles facettes de votre sexualité, d’enrichir votre vie amoureuse de nouvelles pratiques ? Faites souffler un vent de fraîcheur sur vos joutes amoureuses en transformant des jeux anodins en jeux… très coquins !

 

Que l’on soit en couple depuis des lustres ou au démarrage de son histoire, désir et sexualité occupent une place centrale dans la relation… qu’ils soient à leur zénith ou en petite forme. Si la recette d’une sexualité épanouie est propre à chacun, les experts s’accordent sur le fait qu’un peu de nouveauté fait du bien et redonne un nouvel élan aux partenaires. Parce que tout le monde ne verbalise pas avec la même facilité ses désirs et envies cachées, quoi de mieux que d’aborder la question sous l’angle du jeu ? Lancez-vous dans une vraie partie de jambes en l’air !

 

Le strip poker, un classique à décliner selon vos envies

Que celui ou celle qui n’a pas déjà fait une partie de strip poker me jette la première dame de cœur ! Ah bon, vous n’avez jamais essayé ? Profitez d’une soirée au calme avec votre amoureux(se) et lancez-vous dans une partie de cartes. Poker, black jack, crapette rapide, Uno… on a envie de vous dire que peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse. L’idée est simple : vous choisissez un jeu de cartes, et chaque fois que l’un d’entre vous perd une partie, il enlève un vêtement. On vous laisse imaginer le faible niveau de concentration des joueurs après une quinzaine de parties… Le barbu ou le tarot sont moins conseillés compte tenu de l’obligation d’être au moins trois, mais on a envie de dire que ça ne regarde que vous !

 À lire aussi : Les symptômes de l’amour naissant

 

Sextoy, cache-toi si tu peux

Si vous êtes amateurs de sextoys, amusez-vous à en cacher chacun un (ou plusieurs, tout dépend de votre forme ce jour-là), à plusieurs endroits de la maison. Si vous en trouvez un le premier, l’autre doit l’utiliser sur vous en se pliant à vos envies, avant de reprendre la quête pour trouver les suivants. Ce jeu est réservé aux couples habitués aux accessoires sous peine de voir votre session coquine perturbée par des fous rires ou des questions sur le mode d’emploi, peu compatibles avec un niveau d’excitation maximale.

 

Les Zamours version jeu coquin

On connaît tous le célèbre questionnaire réservé aux participants des Zamours, le célèbre jeu de France 2, où trois couples de candidats doivent répondre à des questions censées évaluer la connaissance de leurs partenaires respectifs… et qui révèlent parfois de sacrées failles dans ladite connaissance ! Appropriez-vous les règles et cherchez à piéger votre partenaire en lui posant des questions très intimes sur vous. Chaque fois qu’il /elle ne connaît pas la réponse, il/elle doit effectuer un gage. Vêtement à ôter, caresse à prodiguer… à vous de décider ensemble comment il/elle se fera pardonner sa méconnaissance ou ses oublis ! Vous nous direz jusqu’à combien de questions vous avez réussi à arriver…

 À lire aussi : La médecine douce au secours de notre libido

 

Miroir, mon chaud miroir

Voilà un jeu fort utile pour faire découvrir à l’autre vos désirs inavouables. Le principe ? Tour à tour, chacun prodigue à l’autre une caresse qu’il aimerait recevoir, dévoilant ainsi avec volupté ses envies et désirs. Pour que le jeu dure plus de trois minutes et apporter davantage de piquant, fixez-vous un minimum de caresses à offrir avant de vous autoriser à aller plus loin.

 À lire aussi : 5 conseils pour épater votre homme au lit

 

Bonne soirée à vous !

 

Comment pratiquer la marche nordique

Aussi tonique que le jogging mais plus douce pour nos articulations, la marche nordique est le sport idéal des amoureux de nature et d’exercice. Elle se pratique aussi facilement à la montagne, la campagne qu’en ville, à condition d’avoir le bon matériel. Conseils pour une pratique harmonieuse, clubs où trouver d’autres aficionados : trouvez vos bâtons, et on vous donne les clés de la marche nordique.

 

Originaire de Finlande, la marche nordique ressemble beaucoup au ski de fond, dont les pratiquants s’entraînent l’été à l’aide de bâtons pour améliorer leur force et leur endurance. Le principe ? Les bâtons permettent de propulser le corps en allongeant les bras vers l’avant et d’accélérer la vitesse de marche. Plus on pousse sur les bâtons, et plus on augmente sa vitesse, exactement comme en ski de fond.

Sport très complet qui sollicite 90% des groupes musculaires et renforce le système cardio-respiratoire, la marche nordique se pratique en toute simplicité partout où ça vous chante une fois que l’on a réussi à coordonner ses mouvements de bras et de jambes. Mode d’emploi pour marcher façon nordique là où vous voulez, et y gagner une meilleure endurance ainsi qu’une silhouette tonifiée et affinée.

 À lire aussi : 8 raisons de se mettre à la marche nordique

 

L’équipement pour bien commencer

Ce n’est pas parce que l’on ne court pas qu’il ne faut pas utiliser un matériel adapté à votre pratique. Que vous marchiez en ville, à la montagne ou à la compagne, vous aurez besoin d’une paire de bâtons de marche nordique, une bouteille d’eau et une barre de céréales en cas de coup de mou : vous risquez d’être surpris par l’intensité de l’effort fourni ! De bonnes chaussures de sport résistantes sont également indispensables, car même si les articulations sont soulagées par les bâtons, les pieds sont très sollicités et les appuis doivent être solides.

 

La marche nordique en ville

Vous ne partez pas tous les quatre matins en week-end ou en vacances, mais vous aimeriez vous lancer quand même ? Exploitez les parcs, voies piétonnes et autres promenades urbaines autour de chez vous, en profitant des nombreux obstacles urbains pour pimenter votre parcours.

La Fédération Française d’athlétisme a créé des parcours de marche nordique citadins, qui utilisent des voies interdites aux véhicules motorisés. Vous y trouverez des panneaux d’échauffement, d’exercice et d’étirements afin de favoriser une bonne pratique. Évitez la marche nordique en ville en cas de pic de pollution pour préserver la santé de vos poumons. Ceux qui ont des genoux fragiles privilégieront la marche dans les parcs, moins traumatisante pour les articulations que la pratique sur bitume ou autre revêtement dur.

 À lire aussi : Les bienfaits de la marche pour garder la forme

 

La marche nordique à la montagne ou à la campagne

Venue des vastes étendues finlandaises, la marche nordique prend tout son sens lorsqu’on peut la pratiquer en pleine nature. On profite alors pleinement de l’effet bénéfique de l’activité physique tout en s’offrant un bol d’air frais face à de beaux paysages. Les bâtons s’avèrent très utiles en montagne pour gravir des chemins escarpés, freiner sa descente et avancer à plein régime sur les plats. À la campagne, si vous évoluez dans un paysage plutôt plat, pensez à changer d’allure régulièrement pour travailler votre souffle, et cherchez des obstacles à enjamber qui égaieront votre randonnée : tronc d’arbre, pont de rivière, talus, etc.

La marche nordique est moins adaptée au bord de mer et aux terrains sablonneux, les bâtons ayant besoin d’un sol relativement ferme pour apporter l’effet de propulsion recherché, mais rien ne vous empêche de faire une balade dans les terres pendant votre prochain séjour balnéaire, ou de profiter de la marée basse pour arpenter le sable mouillé (et dur) de la plage.

 

Débuter la marche nordique en groupe et vivre un moment convivial

Pour bien comprendre le mouvement des bras et des jambes, utiliser correctement ses bâtons et trouver d’autres passionnés de marche nordique, renseignez-vous sur les groupes de marcheurs près de chez vous. Face au succès croissant de ce sport, les clubs fleurissent un peu partout en France. Les sites marchenordique.net, de la Fédération Sport pour Tous ou de la Fédération Française d’Athlétisme vous aideront à trouver l’instructeur ou le groupe plus proche de chez vous ou de votre lieu de vacances pour partager de bons moments sportifs.

 À lire aussi : Comment prévenir l’ostéoporose ?

 

Solutions anti nausées

« Enceinte, je commence à avoir des nausées. Comment les atténuer ? », Angélique, 29 ans

 

Les nausées survenant au premier trimestre de la grossesse s’expliqueraient par la quantité importante d’hormone chorionique gonadotrophine (HCG) dans le sang. Produite par le placenta dès la nidation, l’HCG voit son taux croître en général jusqu’à la 8e semaine d’aménorrhée. Cette hormone stimule la production ovarienne d’œstrogènes, lesquels favorisent les nausées. L’odorat particulièrement développé de la femme enceinte pourrait aussi être en cause. La bonne nouvelle, c’est que les nausées s’accompagneraient d’un moindre risque de fausse couche ! Et il est possible d’en atténuer les désagréments.

 À lire aussi : La grossesse en 10 maux

Des solutions naturelles

Le gingembre est conseillé pour les nausées de grossesse car c’est le produit qui présente le meilleur rapport efficacité/sécurité. Son utilisation est reconnue par la Haute Autorité de santé (HAS). La femme enceinte peut le prendre sous forme de gélule, à raison de 2 g maximum par jour (Arkogélules gingembre, Nauséflash, Nausélib…) ; un produit qui lutte également contre le mal des transports. Il est également possible de le consommer frais ou confit : dans ce cas, la vigilance sur sa provenance et sa qualité est conseillée. En homéopathie, il est préférable de consulter un spécialiste pour un conseil personnalisé.

 Zoom : L’homéopathie contre les nausées de grossesse

Zoom : L’homéopathie contre les nausées de grossesse

L’intérêt de l’homéopathie dans ce cadre-là est bien entendu l’absence de contre-indications. Ajoutons à cela que, s’ils sont prescrits, les médicaments homéopathiques sont partiellement remboursés (35 %) par la Sécurité sociale.

L’homéopathie étant une médecine douce qui prend en compte l’être dans sa globalité, il est préférable de s’en remettre à des spécialistes (sage-femme, pharmacien ou médecin spécialisés en homéopathie) qui sauront guider au mieux les patientes en identifiants les symptômes avec précisions. En effet, la prescription diffèrera selon que les nausées sont accompagnées ou non de vomissements, selon le moment où elles surviennent, si d’autres symptômes sont concomitants (constipation), etc.

Plus encore si l’on parle des nausées du premier trimestre ou des nausées qui peuvent apparaître en fin de grossesse, dues cette fois, non pas à une variation hormonale mais à l’espace qu’occupe bébé.

 À lire aussi : L’homéopathie est-elle vraiment efficace ?

Les petits gestes qui soulagent

  • Dormez suffisamment : la fatigue augmente les nausées.
  • Ne vous levez pas à jeun : le soir, préparez une biscotte près de votre lit et mangez-la avant de poser le pied par terre.
  • Fractionnez vos repas. Le but est de ne jamais avoir l’estomac ni trop vide ni trop plein – sans tomber dans le grignotage !
  • Évitez le stress, l’agitation, ainsi que les lieux enfumés et les mets qui écœurent (aliments gras, épicés, vinaigrés) ou qui fermentent (choux, haricots…).
  • Fuyez les odeurs qui vous dérangent : parfums, cosmétiques, certains aliments…

Si les nausées persistent malgré vos précautions, un avis médical s’impose.

 À lire aussi : Sport et grossesse, le cocktail gagnant