Hôtel Barrière Le Royal La Baule***** : le luxe au service du bien-être


COMMUNIQUÉ

Inspirée des marais salants et des cristaux de sel de Guérande, la nouvelle décoration des 87 chambres et suites de ce luxueux hôtel en bord de mer est une invitation au dépaysement et à la relaxation. Mais ce qui l’est encore plus, c’est ce qui attend les clients à la Thalasso & Spa Barrière Le Royal by Thalgo La Baule…

 

Une thalasso de pointe signée Barrière

Face à l’océan, le centre de thalassothérapie propose des cures de 6 jours, mais aussi des escapades allant de la demie journée à 3 jours ainsi que des soins à la carte. Le Spa rendant hommage à Diane Barrière est un véritable écrin de bien-être composé de 10 cabines de massage, 6 cabines Beauté et 2 cabines VIP de 35m2. Un havre de paix qui propose aux curistes comme à tous les clients une expertise unique et un savoir-faire reconnu.

 

Une thalasso sans cesse renouvelée

Les cures 6 jours proposées au centre de thalassothérapie englobent tout ce que les curistes peuvent désirer. Remise en Forme, Massages d’Ici & d’Ailleurs, Sport & Bien-être, Golf & Bien-être, Silhouette Minceur, Apprendre à bien maigrir, Beauté pour Elle et Lui, Future Maman, Jeune Maman, Maman Bébé, Anti-stress, Morphée, Dos, Arthrose, Jambes Légères, Sevrage tabagique…tout y est ! Ainsi que deux nouveautés en 2017 pour une offre encore plus complète. La première est une cure Be Unique, avec un séjour entièrement personnalisé sur mesure selon vos envies, et des soins se déroulant dans une suite de 35m2 qui vous est entièrement réservée. Au programme, des soins pour vous ressourcer (enveloppement reminéralisant, bain relaxant), votre beauté (gommage, cryothérapie), votre silhouette (Cellu M6), vous relaxer avec des massages du monde, votre esprit avec des séances de yoga, sophrologie ou aqua-méditation. Vous pratiquez également des activités physiques avec un coach sportif et bénéficiez d’une consultation diététique et d’un cours de cuisine. Seconde nouveauté, la cure Détox, pour se débarrasser du stress et des toxines. Un programme 6 jours et 18 soins entre douches à jets, enveloppements détoxifiants, gommage du corps sucré-salé, Shiatsu détoxifiant, drainage lymphatique énergétique, activités physiques et aquatiques, réflexologie détoxifiante ou encore méditation en pleine conscience…

 

Place au bien-être

Entre deux soins, le matin pour bien démarrer la journée ou le soir pour la finir en beauté, l’Hôtel Barrière Le Royal La Baule dispose pour ses clients du Royal Health Club. Un espace de 1000m2 dédié au sport, à la remise en forme, à la santé. La vue sur le parc rend bien plus motivante la pratique du fitness dans une salle équipée des appareils dernière technologie Technogym®, et quel bonheur d’apaiser ensuite son corps dans la piscine intérieure d’eau de mer chauffée, le jacuzzi extérieur, l’un des deux saunas ou hammam, ou encore à l’espace de relaxation…

 

Informations et réservations

Informations et réservations

Hôtel Barrière Le Royal La Baule
6 Avenue Pierre Loti
44500 La Baule – Escoublac

https://www.thalasseo.com/hotel/hotel-barriere-le-royal-la-baule/6375

 

 

5 bonnes raisons de vous mettre au gainage

Comment raffermir son corps grâce à des exercices simples ? Améliorer sa posture et éliminer ses problèmes dorsaux ? Dos renforcé, ventre plat, silhouette affinée : découvrez tous les bénéfices d’un programme de gainage.

 

Le gainage est un programme d’entraînement qui s’adresse aussi bien aux personnes sédentaires qui veulent raffermir leur silhouette qu’aux sportifs de haut niveau souhaitant améliorer leurs performances. Les exercices de gainage font travailler différents groupes musculaires en simultané en utilisant le poids du corps, et ne nécessitent pas d’autre matériel qu’un tapis de sol et assez d’espace pour vous étirer complètement. Ils font principalement travailler les muscles du tronc, mais pas que ! Quels sont les principaux avantages d’un programme de gainage ? On vous fait le topo.

 

1 – Un programme d’entraînement efficace et sûr

Les postures utilisées font travailler les muscles en isométrie, c’est-à-dire qu’ils sont constamment contractés tout au long de l’exercice, à la différence des crunchs bien connus des amateurs de fitness. On limite ainsi les risques de blessures provoquées par de mauvaises postures, tout en favorisant une musculature fine puisque les exercices isométriques font travailler les muscles en longueur et en profondeur. Plusieurs groupes musculaires sont sollicités en même temps, ce qui permet de brûler plus de calories pour le même temps d’entraînement, et de renforcer sa silhouette de manière harmonieuse.

 

2 – À vous le ventre plat grâce au gainage

Le travail isométrique des muscles abdominaux fait travailler en profondeur toute la sangle abdominale et notamment le transverse, muscle profond dont la tonicité permet d’obtenir un ventre plat (après quelques séances d’entraînement tout de même). À vous aussi la taille de guêpe grâce aux exercices sollicitant les obliques (planche latérale, par exemple), qui travaillent en profondeur et en longueur.

 À lire aussi : 5 exercices pour gainer votre corps

 

3 – Adieu les douleurs de dos

Alors que 80% des Français1 sont atteints par le mal de dos au moins une fois dans leur vie, le gainage constitue un précieux antidote contre les lombalgies, dorsalgies et autres maux de cette région du corps. Il renforce les muscles du tronc, les abdominaux bien sûr, mais aussi ceux qui soutiennent la colonne vertébrale et les fessiers qui supportent toute la région lombaire. Vous améliorez ainsi votre posture et vous tenez plus droit sans avoir à y penser, ce qui diminue considérablement les risques de blessures, blocage et installation de douleurs chroniques.

 

4 – Un métabolisme dopé par le gainage

Rappelons que le métabolisme de base correspond à votre consommation d’énergie (et donc de calories) lorsque le corps est au repos. Il augmente avec la masse musculaire. Le gainage sollicitant plusieurs groupes musculaires en simultané, il permet de se muscler de manière complète et rapide si on suit son programme sérieusement. 1+1 faisant 2, votre métabolisme augmente au fil de vos efforts, boostant votre consommation de calories par la même occasion. En résumé, plus vous vous musclez, et plus vous vous affinez, à condition toutefois d’adopter une alimentation équilibrée, inutile de croire aux miracles.

 

5 – Un meilleur équilibre et plus de souplesse

Tenir les postures de gainage demande de l’équilibre et de la coordination. Lorsqu’on débute, on éprouve des difficultés à maintenir certaines positions plus de quelques secondes ; au fil des entraînements, le travail des muscles profonds permet d’améliorer la stabilité et l’équilibre. En étirant les muscles, le gainage développe aussi leur souplesse, ce qui protège les articulations et permet de gagner en mobilité. Autant d’atouts précieux sur le long terme qui contrebalancent l’effet ravageur de la sédentarité et améliorent les performances des sportifs de haut niveau en affinant encore leurs aptitudes.

 À lire aussi : 7 conseils pour retrouver votre poids santé

 

Attention, le gainage ne fait pas maigrir

Attention, le gainage ne fait pas maigrir

S’il affine les muscles et tonifie la silhouette de manière globale, le gainage ne permet pas d’éliminer la graisse stockée. Si vous souhaitez perdre du poids, complétez votre programme de gainage par des entraînements cardio afin de brûler des calories, et veillez à avoir une alimentation équilibrée, riche en légumes et pauvre en graisses et sucres.

 

  1. Source : Caisse Nationale d’Assurance Maladie des travailleurs salariés

La sarriette, une herbe fine qui nous veut du bien

Cette herbe fine, très commune sur le pourtour méditerranéen, est appréciée depuis l’Antiquité pour son goût poivré caractéristique et ses vertus médicinales. Elle assaisonne à merveille les salades, viandes en sauce ou légumes, se consomme en infusion et s’utilise aussi en huile essentielle (pour la sarriette de montagne).

 

En plus de ses vertus antiseptiques reconnues et de son apport en antioxydants, la sarriette est réputée pour ses vertus aphrodisiaques. Son nom latin « satureia » serait lié à la vigueur sexuelle des satyres, divinités mythologiques fort polissonnes, et cette réputation sulfureuse lui valut d’être jugée diabolique au Moyen Âge, avant d’être réhabilitée par Sainte Hildegarde, chaste dame qui rédigea au XIIe siècle le traité de médecine Causae et Curae dans lequel elle vante les propriétés digestives et stimulantes de la sarriette. Puisque nous pouvons aujourd’hui profiter pleinement de ses bienfaits sans risquer le bûcher, voici les bonnes raisons pour en consommer sans vous priver.

 À lire aussi : 5 huiles essentielles qui renforcent nos défenses immunitaires

 

La sarriette, une aide précieuse à la digestion

Les Allemands l’appelle « Boknenkraut » (herbe aux haricots) en hommage à ses propriétés antiflatulences. La sarriette est en effet conseillée en assaisonnement de légumineuses, comme les haricots blancs, afin de réduire les gaz qui résultent de leur consommation. Attention, pour préserver toutes les vertus de la sarriette, ajoutez-la seulement en fin de cuisson.

Prise sous forme d’infusion, elle apaise les spasmes et facilite la digestion grâce au flavonoïde qu’elle contient, l’ériodictyol, aux propriétés relaxantes et vasodilatatrices. Elle rééquilibre aussi la flore intestinale, et est conseillée en cas de diarrhée ou ballonnements.

La sarriette aide également à lutter contre la fatigue et son effet tonifiant lui a valu sa réputation d’herbe aphrodisiaque, mais sachez qu’elle donne un coup de fouet aussi intellectuel que physique : pour en bénéficier, buvez 3 tasses par jour pendant quelques jours, dont une au coucher pour réveiller votre libido.

 À lire aussi : Ces huiles essentielles qui réveillent le désir

 

Un cocktail de vitamines, minéraux et oligo-éléments

La sarriette est proche du romarin, avec qui elle partage l’acide rosmarinique, un principe actif aux propriétés antioxydantes qui aide à lutter contre les radicaux libre, responsables du vieillissement accéléré de l’organisme, de l’apparition de maladie cardiovasculaires et certains cancers. Une étude suggère qu’elle serait efficace contre certains types de cancers du foie ; de plus amples recherches doivent toutefois être menées pour préciser son action.

La sarriette contient aussi de nombreux nutriments essentiels, fer, calcium, magnésium… qui jouent un rôle essentiel dans l’équilibre de l’organisme. Elle apporte de la vitamine B6, impliquée entre autres dans la fabrication des globules rouges, qui participe au bon fonctionnement du système immunitaire. Riche en vitamine K aux propriétés coagulantes, elle doit toutefois être consommée avec précaution par les personnes prenant des traitements anti-coagulants.

 

Un puissant agent anti-infectieux

Cette herbe fine est aussi efficace contre les infections comme les cystites, mycoses, tout comme les maux de gorge ou rhinites si vous la consommez en infusion. L’huile essentielle de sarriette des montagnes contient des phénols, comme le thymol et le carvacrol, des molécules anti-infectieuses, qui agissent sur certaines bactéries et virus, comme Escherichia Coli (bien connu des abonnés aux infections urinaires). De manière plus générale, la sarriette renforce les défenses immunitaires.

 

Comment consommer la sarriette ?

En aromate, elle peut s’acheter fraîche, mais se consomme en général séchée ou moulue. Son goût poivré remplace agréablement le poivre dans vos assaisonnements et relève bien viandes, salades et poissons. En infusion, vous pouvez en boire plusieurs tasses par jour afin de profiter de ses effets antiseptiques et tonifiants. Après dilution à 10% dans une huile végétale, son huile essentielle s’applique par friction en évitant le contact avec les muqueuses. Par voie interne, diluez deux gouttes dans du lait, par exemple. Son utilisation est déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes et aux enfants de moins de 6 ans.

 À lire aussi : Les antioxydants, nos alliés pour longtemps

 

Quelles solutions en cas de fuites urinaires ?

« Depuis ma ménopause, j’ai parfois des fuites urinaires. J’en ignore la cause. Que me conseillez-vous ? » Florence, 52 ans.

 

Quel que soit l’âge, le risque de fuites est deux fois plus élevé chez la femme que chez l’homme, pour des raisons anatomiques. La carence œstrogénique à la ménopause est un facteur favorisant. La perte de tonus musculaire a un impact sur les sphincters de la vessie ainsi que sur le périnée. Une impériosité, c’est-à-dire un besoin pressant d’uriner, peut cohabiter avec une incontinence urinaire d’effort. Celle-ci correspond à une perte involontaire survenant lors d’un effort ponctuel (rire, toux…).

 À lire aussi : La ménopause, c’est la vie !

 

La rééducation périnéale

Grossesse, ménopause, constipation chronique, surpoids… sont autant de facteurs aggravant le problème. Le retentissement sur la qualité de vie au quotidien peut être important. Or, il existe des solutions adaptées à chaque cas. Le traitement diffère selon l’âge de la personne et son état général, le type d’incontinence ainsi que le degré de gêne que celle-ci occasionne. La rééducation périnéale est proposée en première intention.

 

À savoir

À savoir

La rééducation périnéale vise à… rééduquer le périnée qui a perdu en tonicité. Plusieurs techniques sont proposées aujourd’hui, qui peuvent même se compléter.

Les exercices du plancher pelvien :

La patiente apprend ou réapprend à contracter les muscles du périnée, afin de les renforcer, de les tonifier et de retrouver une certaine souplesse. Le principal muscle du périnée est le muscle releveur de l’anus, il est celui qui va devoir être contracté encore et encore. Plusieurs possibilités pour travailler ces exercices : le renforcement manuel – on contracte ces muscles autour du doigt de la sage-femme ou du kinésithérapeute (tous les kinésithérapeutes ne proposent pas de rééducation périnéale) – ou le biofeedback qui utilise une sonde vaginale : cette sonde permet un enregistrement électrique qui génère un programme sonore ou visuel qui lui-même guide le travail.

La rééducation ne s’arrête pas là. Des exercices à pratiquer quotidiennement sont proposés. Ce n’est pas si contraignant : quelques minutes par jour peuvent suffire.

L’électrostimulation :

L’électrostimulation périnéale peut-être pratiquée chez soi mais également ou en cabinet chez une sage-femme ou un kinésithérapeute. Cette fois, c’est la sonde vaginale qui fait le travail en stimulant les nerfs des muscles du périnée. Ce sont de légers courants électriques qui forcent les muscles à se contracter.

 

 À lire aussi : CONSEIL DE PHARMACIEN – hyperactivité vésicale

 

Les protections absorbantes comme palliatif

Si les protections ne permettent pas de guérir l’incontinence, elles apportent un certain confort et évitent les situations gênantes. Les produits sont de plus en plus discrets. Les protections anatomiques sont conseillées pour les incontinences légères à modérées. Les culottes absorbantes s’adaptent à tous les degrés d’incontinence. Les changes complets sont réservés pour les fuites très abondantes et chez les sujets à mobilité réduite (gammes Tena, Confiance, Molicare…).

 À lire aussi : CONSEIL DE PHARMACIEN – L’incontinence urinaire : les différents types de protection

 

Les thermalies : découvrez les bienfaits de l’eau et ses plus beaux centres !


COMMUNIQUÉ

Les Thermalies vous invite à découvrir les bienfaits de l’eau et ses plus belles destinations en terme de bien-être, en France ou ailleurs !

 

Pendant 4 jours, faîtes un tour d’horizon des soins de thalassothérapie les plus innovants et des traitements thermaux les plus adaptés à vos besoins et vos envies. En 2018, le salon ouvrira ses portes au Carrousel du Louvre à Paris du 1er au 4 février et à La Sucrière à Lyon du 2 au 4 mars.

Seul salon dédié à l’eau et au bien-être, les Thermalies s’affirme depuis plus de 35 ans comme le révélateur des tendances  en matière de santé et de bien-être.

Il met à jour les nouvelles tendances du secteur, comme les mini-cures thermales qui permettent de prendre soin de soi sous la surveillance d’un médecin, en conjuguant les vertus de l’eau thermale et les soins actifs de la cure traditionnelle.

Véritable tendance pour soigner son corps et son esprit, les instituts de thalassothérapie et les centres thermaux proposent également des programmes très pointus pour diminuer les troubles du sommeil pouvant être, notamment causés par le stress. Le sommeil est une nécessité physiologique puisqu’il permet de régénérer nos cellules grâce à l’hormone de croissance, sécrétée de manière importante à ce moment-là.

Ainsi, les centres de thalassothérapie et de cures thermales offrent un remède naturel au stress, omniprésent dans nos vies. L’eau marine et l’eau thermale possèdent des vertus connues depuis l’Antiquité et particulièrement dans la prévention et le traitement du stress.

Les instituts de la thalassothérapie et les centres thermaux proposent un éventail de nouvelles cures qui permet de s’accorder des moments détente rien que pour soi et favorisent le lâcher prise.

Alors prenez soin de vous et venez rencontrer 300 experts en thalassothérapie, thermalisme, spa, santé et bien-être pour organiser au mieux vos cures et séjours.

Bénéficiez durant le salon d’offres exclusives et de tarifs préférentiel.

Pour tout savoir sur les exposants, les animations, les infos pratiques et télécharger votre invitation, connectez-vous sur le site du salon : www.les thermalies.com

 

 

 

Sport : pourquoi faut-il s’échauffer et s’étirer ?

Souvent zappés par les sportifs amateurs, l’échauffement avant le sport et l’étirement musculaire sont essentiels pour améliorer les performances, éviter les blessures et favoriser la récupération. Mais pas dans n’importe quel ordre ! On vous explique.

 

Par manque de temps ou d’information, nombreux sont les sportifs amateurs qui font l’impasse sur l’échauffement avant leur footing ou leur foot entre copains, et oublient de s’étirer, ou alors le font mal. Dommage, car ces deux routines améliorent la performance sportive, limitent le risque de blessure et favorisent la récupération musculaire. On vous explique le pourquoi et le comment.

 

L’échauffement, une mise en condition indispensable avant le sport

Lorsque nous sommes au repos (devant la TV, à notre bureau, etc…), nos muscles sont plutôt raides et notre organisme tourne à la vitesse minimale. Notre respiration est lente, les battements du cœur aussi, bref, on se la coule douce. Demander au corps de fournir sans transition un effort en partant de cet état de calme revient à vous jeter tout habillé dans une piscine froide sans vous avoir demandé votre avis. Pas très sympa, on est d’accord.

L’échauffement va permettre à votre corps de se préparer progressivement à l’effort en augmentant sa température et son rythme cardiaque. La chaleur assouplit les muscles, accélère la transformation de vos réserves d’énergie en énergie mécanique, lubrifie les articulations et augmente la vitesse de transmission dans le système nerveux, vous rendant plus performant et plus agile. Le débit sanguin s’accroît avec les battements cardiaques, améliorant l’oxygénation des muscles. Bilan : moins de risques de foulures, de déchirures ou d’élongation, meilleure coordination motrice et meilleure résistance aux chocs.

 À lire aussi : Les sports qui font rimer sexy et exercice, ça existe

 

Faut-il s’étirer, oui ou non ?

Si la question de l’échauffement n’en est pas une, les étirements suscitent davantage de débats. Certains sportifs de haut niveau les accusent de réduire les performances en fragilisant les muscles et en réduisant leur capacité de contraction, les autres soutiennent qu’ils les assouplissent et réduisent le risque de courbatures. Difficile de trancher, mais tout le monde s’accorde sur un point : les étirements ne doivent jamais être pratiqués à froid, sous peine de traumatiser le muscle. Pas question non plus de sur-étirer un muscule au-delà d’un point qui le rend douloureux, ce qui favorise les blessures.

 À lire aussi : Sport en salle, les erreurs à ne pas commettre

 

Les étirements, avant ou après le sport ?

Les partisans des étirements recommandent de s’étirer plutôt après le sport, et pourquoi pas aussi avant, à condition de s’être échauffé au préalable pour améliorer la souplesse et la flexibilité des muscles. Après le sport, s’étirer relaxe les muscles, favorise la récupération musculaire et réduit aussi les mini contractures qui subsistent après un effort important en aidant le muscle à se relâcher.

 

Les règles d’un étirement musculaire réussi

Trois règles pour réussir ses étirements : on étire uniquement en expirant, le plus lentement possible pour ne pas « brusquer » le muscle et les tendons, et en augmentant progressivement l’amplitude, sans jamais forcer ni aller jusqu’à ressentir une douleur. La durée recommandée d’un étirement post-activité sportive est de 10 minutes, en sollicitant à deux reprises chaque groupe musculaire, et en laissant 10 secondes de récupération entre chaque exercice. Évitez de vous étirer dans une position déséquilibrée, contre-productive puisque vous êtes obligé de maintenir votre équilibre en contractant vos muscles. Tenez-vous à un mur ou un banc afin de bien les relâcher.

Un sportif averti en vaut deux, bonne séance à vous !

 À lire aussi : Quel sport choisir quand on a mal au dos ?

 

Le jeûne intermittent, idéal pour purifier son organisme

Que vous soyez coutumier des excès ou pas, le jeûne intermittent permet de nettoyer le foie, purifier et détoxiner l’organisme en profondeur. Comment vous y mettre ? On vous explique les bienfaits et les clés d’un jeûne intermittent réussi.

 

Jeûne intermittent, mais qu’est-ce que c’est que ce concept étrange ? Peut-on jeûner sans jeûner ? Oui, et non. Le principe du jeûne intermittent est simple : permettre à l’organisme de profiter des bienfaits du jeûne, en instaurant de longues tranches horaires où l’on ne mange rien afin de laisser notre système digestif se purger et l’organisme se décrasser. Pourquoi ça fait du bien ? Comment faire concrètement ? Vous allez voir, c’est assez simple et surtout, tout bénef.

 

Les bienfaits du jeûne pour détoxiner

Avis à ceux qui pensent que le jeûne est une toquade dans l’air du temps, sachez qu’Hippocrate (460-375 av. J.-C.) himself* aurait déclaré « il faut […] soigner ses petits maux par le jeûne plutôt qu’en ayant recours aux médicaments ». À l’époque déjà, on avait compris que jeûner a de multiples effets positifs sur l’organisme. Manger à intervalles rapprochés fatigue le corps, qui consacre une énergie importante à la digestion des aliments. Le repos imposé au système digestif lui permet de se reposer et se régénérer, et restaure l’équilibre général du corps, favorisant ainsi l’auto-guérison. Le foie en profite pour se purger en profondeur et éliminer toutes les toxines qui l’encrassent. Le jeûne enclenche aussi des mécanismes d’autophagie, c’est-à-dire de « cannibalisme cellulaire », en détruisant en priorité les cellules défectueuses, malades ou vieillissantes pour continuer à produire l’énergie nécessaire au fonctionnement du corps. Le japonais Yoshinori Ohsumi a d’ailleurs reçu en 2016 le prix Nobel de médecine pour ses travaux sur le sujet, car l’explication des mécanismes de l’autophagie ouvre de phénoménales perspectives dans la prévention des maladies dégénératives (Alzheimer, Parkinson et autres…), du diabète de type 2, et dans le ralentissement du vieillissement de l’organisme.

 À lire aussi : 10 règles d’or pour rester jeune plus longtemps

 

Le principe du jeûne intermittent

On pense souvent que jeûner implique de ne pas manger pendant plusieurs jours, mais ce genre de cure n’est pas facile à combiner avec une vie professionnelle, familiale et sociale et nécessite d’être encadrée pour ne pas dépasser la limite des privations que le corps peut supporter sans souffrir.

Le jeûne intermittent consiste tout simplement à jeûner un peu chaque jour, en espaçant de 15 heures deux de ses repas. Par exemple, si vous dînez à 20h, vous ne mangerez plus rien avant midi le lendemain. Si vous êtes un inconditionnel du petit déjeuner que vous prenez à 8h, vous attendrez 23h pour prendre votre deuxième repas (pas hyper pratique, on vous l’accorde). Vous pouvez réduire à 12 heures cette amplitude, mais pas moins, sinon vous perdrez les effets bénéfiques. La plupart des adeptes du jeûne intermittent préfèrent éliminer le petit déjeuner, dont la disparition impacte moins leur vie sociale et professionnelle que le dîner ou déjeuner.

 

Comment démarrer son jeûne intermittent ?

Pour réussir votre jeûne intermittent, choisissez les horaires qui correspondent le mieux à vos contraintes personnelles. Ensuite, consacrez un jour par semaine à ce jeûne, et attendez de vous sentir bien avant de passer progressivement à deux, puis trois, puis quatre… Jusqu’à réussir, idéalement, à transformer vos habitudes alimentaires en faisant du jeûne intermittent votre routine quotidienne. Si en semaine c’est vraiment compliqué, utilisez les week-ends ou vacances pour jeûner. Ne vous laissez pas décourager par les gargouillis de votre ventre : il ne vous réclame pas de nourriture, il est tout simplement en train de profiter du vide pour passer l’aspirateur et ça fait un peu de bruit.

 

Faut-il modifier son alimentation quand on pratique un jeûne intermittent ?

Veillez à boire beaucoup d’eau (pure ou en infusion) afin d’éviter la déshydratation, mais pas de laits, de jus de fruits ou autres boissons sucrées. Évitez les aliments trop gras lorsque vous brisez le jeûne, histoire de ne pas surcharger d’emblée votre système digestif. Attention, ce n’est pas parce que vous supprimez les tartines au petit déjeuner que vous pourrez manger davantage de frites. Conservez – ou instaurez – une alimentation équilibrée sur l’ensemble de la journée, qui vous apporte suffisamment de nutriments essentiels dans les repas qui vous restent, en respectant les proportions de lipides / glucides / protéines recommandées par les nutritionnistes.

 

Ce qui change grâce au jeûne intermittent

Vous serez surpris de constater les nombreux effets visibles du jeûne intermittent. Une fois votre rythme de croisière trouvé, la sensation de faim disparaît dans la période horaire que vous vous êtes fixé. Vous perdez un peu de poids (pas 10 kilos, ne rêvez pas), vous sentez plus en forme, moins fatigué, la peau est plus nette, les cheveux plus brillants… en résumé, vous avez tout à y gagner à essayer !

 À lire aussi : Les régimes les plus stupides de l’année

 

*lui-même

À la (véritable) découverte du (vrai) sexe féminin

Voici la merveilleuse occasion de découvrir enfin le sexe de la femme, de balayer ardemment les idées reçues qui l’entourent  de se débarrasser une bonne fois pour toutes des clichés, préjugés et illusions qui lui collent à la peau. 448 pages savantes, joyeuses, utiles s’offrent à vous. Foncez.

 

 

Plus que jamais en 2017, le clitoris s’est retrouvé sur le devant de la scène. On découvrait – enfin ? –, sa taille, sa forme ; un « vrai » clitoris, correctement et entièrement représenté, arrivait même dans un manuel scolaire (aux éditions Magnard, que l’on salue). « Formidable », ont dit certain(es), « accablant » se sont écriés d’autres (d’avoir tant attendu).

En 2018, il y a fort à parier que l’on va aller plus loin. Grâce à un livre. Un ouvrage écrit par deux jeunes Norvégiennes qui ont d’abord œuvré sur un blog, « Le territoire génital », avant de concentrer leurs riches savoirs dans ce livre débordant d’informations et d’énergie. Ces deux futures médecins ont fait une plongée abyssale dans le monde du sexe féminin et livrent le fruit de leurs recherches en prenant soin de balayer les folles idées reçues qui circulent sur cet incroyable appareil génital.

 

Clitoris, hymen, orgasme vaginal… les idées reçues sur l’organe sexuel féminin tombent comme des mouches

Ceux (qui englobent « celles ») qui pensent encore que le clitoris est un « petit bouton » vont tomber de leur chaise ; ceux qui imaginaient l’hymen comme une sorte de film étirable qui se déchirerait lors du premier rapport sexuel – et qui serait donc garant de la virginité des femmes – risquent la stupéfaction ; ceux encore qui sont convaincus que l’on naît soit fille soit garçon, autrement dit, soit XX soit XY, seront décontenancés.

Encore ? Vous pensez que l’orgasme vaginal est différent de l’orgasme clitoridien ? Bah non. Vous découvrirez que la chouette remarque (sexiste) « t’as tes règles ou quoi ? » est aussi bête qu’impropre. Bref, il y a fort à parier que vous vous couchiez moins bête après cette lecture.

 À lire aussi : Quiz – L’orgasme, mode d’emploi

 

Une lecture qui vous emmène aussi à la rencontre de tout ce que peut produire le sexe féminin en terme de sécrétions et autres événements on ne peut plus naturels ; vous plongerez au cœur de la sexualité, des appréhensions de la première fois au sexe anal, en passant par les préliminaires et l’utilité d’échanger quelques mots sur le sujet avec son/sa partenaire ; vous découvrirez les secrets de la libido et toute une partie sacrément bien documentée sur les (11) moyens de contraception.

 À lire aussi : Choisir sa contraception

 

Des joies mais aussi des peines

S’il s’agit essentiellement des joies d’en bas, sont également abordées les peines d’en bas car l’appareil génital féminin peut rencontrer quelques dysfonctionnements… Mais autant les connaître – les savoir, pas les vivre – pour ne pas être surprise si ça vous tombe dessus. Car les règles peuvent disparaître, être douloureuses ou très abondantes. Car l’endométriose est un mal assez courant, le syndrome des ovaires polykystiques, les myomes, les chlams, les mycoses et vaginoses, sont des troubles qui peuvent croiser votre chemin. Plus vous en saurez, plus vous serez maître de votre corps et de vous-même.

 À lire aussi : Conseils de pharmacien – Les symptômes de l’endométriose qui doivent alerter

 

Mesdames, on vous invite vivement à vous procurer ce livre pour mieux vous connaître, mais aussi mieux vous faire connaître. Messieurs, on vous invite à venir découvrir ces joies d’en bas pour votre culture et votre émerveillement. Jeunes gens, pour votre éducation et votre avenir, ce livre doit être vôtre.

 

À lire

À lire

Les joies d’en bas – Tout sur le sexe féminin

LES JOIES D’EN BAS – TOUT SUR LE SEXE FÉMININ
de Nina Brochmann et Ellen Støkken Dahl paru aux éditions ACTES SUD dans la collection Questions de santé (janvier 2018 ; 448 pages ; 22,50 euros)

5 applis qui vous veulent du bien

Yoga, course à pied, méditation, musculation, nutrition… on vous a sélectionné les meilleures applis bien-être pour prendre soin de vous et de votre santé toute l’année.

 

Comment transformer notre addiction au smartphone en élément positif pour votre bien-être ? On a sélectionné les applis qui transformeront votre smartphone en coach du quotidien.

 

1 – Se mettre à la méditation avec l’application Petit Bambou

Devenue en peu de temps la référence des applis de méditation pleine conscience, Petit Bambou continue à séduire de nouveaux adeptes grâce à son ergonomie simple, ses séances de 10 minutes dont les 8 premières sont gratuites, et ses 21h de programme. Stress, relation à soi, parentalité bienveillante… : les programmes de Petit Bambou s’intéressent à différents aspects de notre vie quotidienne pour nous aider à trouver calme et sérénité. On aime aussi Zenfie, une appli pour tout changer en 10 minutes par jour grâce à des séances et exercices adaptés à votre niveau : découverte, initiation et avancé. Les 10 premières sont gratuites.

  • Petit Bambou, disponible sur GooglePlay et AppStore
  • Zenfie, disponible sur GooglePlay et AppStore

 

2 – Décompresser grâce au coloriage sur Colorfly

Non, le coloriage n’est pas réservé aux enfants, il est même recommandé aux adultes qui ont besoin de diminuer leur stress et se vider la tête. Choix du motif, des couleurs, précisions des traits… absorbent l’esprit, lui permettant de se détendre en ne pensant à rien d’autre que son dessin. Faire du coloriage favorise la concentration, diminue le stress, aide à être dans le moment présent et entretient la mobilité des bras, mains et doigts chez les seniors, bref, loin d’être un loisir futile, c’est un passe-temps aux vertus réelles.

Puisqu’on n’a pas toujours une boîte de crayons de couleur à portée de main, l’application Colorfly transforme notre smartphone en livre de coloriage pour adultes. Fleurs, animaux, mandalas… : la version gratuite vous offre le choix entre différents motifs, et vous pouvez ensuite acheter de nouveaux motifs au gré de vos envies.

 À lire aussi : 7 conseils pour booster votre énergie

 

3 – Faire le chien tête en bas avec les applis yoga

Du côté du yoga aussi, les applis se multiplient comme des petits pains, avec de nombreuses applications gratuites qui permettent de faire ses séances à la maison, avant d’aller dormir ou d’aller bosser. À la clé, renforcement musculaire, amélioration de la souplesse, diminution du stress… c’est tout bénèf ! Pour vous y mettre, on a repéré 5 minutes de Yoga : comme son nom l’indique, l’appli propose de faire 5 minutes de yoga par jour avec des postures variées et accessibles pour les débutants, expliquées dans le détail. Pratique, elle vous envoie un rappel à l’heure de votre séance quotidienne. On adore aussi Gotta Joga et son super design : cette appli propose des séances adaptées à chaque niveau et offre 15 séances pour voir si vous accrochez avec la méthode. Même principe avec l’appli Yoga au Quotidien, qui compte plus de 400 postures expliquées en vidéo, un large choix de musique de fond et un espace communautaire très motivant. Alors, on va le saluer ce soleil ou pas ?

 À lire aussi : Et si je mettais mes enfants au yoga ?

 

4 – User ses semelles avec les applis de course à pied

Courir à son rythme entretient l’appareil cardio-vasculaire, tonifie la silhouette et aide à évacuer le stress. Pour s’y mettre, on installe Runtastic, véritable coach qui nous fixe des objectifs adaptés à notre niveau (marathon ou débutant), enregistre nos performances et suit notre courbe de progression. Mention spéciale à la boussole qui permet de visualiser notre itinéraire de course sur Google Earth. Les débutants aimeront aussi l’appli multisport Nike Training Club, qui mixe cardio, yoga et renforcement musculaire. Grâce à des bilans réguliers et un suivi précis des calories brûlées, elle aide à ne pas se décourager et à tenir ses bonnes résolutions.

 À lire aussi : 5 bonnes raisons de se mettre au running

 

5 – S’offrir un moment de détente avec Treatwell

Parce que vous le valez bien, l’appli Treatwell recense les meilleures adresses beauté et bien-être dans les grandes villes de France, avec photos, prix, carte de soins, et bien sûr avis clients. Spa, massage, pédicure, épilation, l’offre est complète.  En bonus, vous bénéficiez de tarifs préférentiels en heures creuses, et trouvez en deux clics de bonnes adresses près de chez vous.  

 

1 – Enquête de Deloitte (« Global Mobile Consumer Survey 2016 ») menée sur 30 pays, auprès de 49 000 répondants. Les données présentées dans l’édition française sont basées sur un échantillon de 2 003 répondants français âgés de 18 à 75 ans entre mai et juin 2016 par Ipsos MORI.

Les bonnes résolutions soufflées par 3 pharmaciens

Au menu, du bien-être & de la santé : une formule detox pour bien démarrer l’année, un peu d’activité de physique, et deux formules homéopathiques pour démarrer du bon pied !

 

 

Le conseil n°1 : La semaine détox au naturel

Une petite détox naturelle pour éliminer les graisses accumulées pendant les fêtes et apaiser votre foie qui a dû œuvrer ardemment…

Mélangez :

  • 30 gouttes d’HE de citron
  • 20 gouttes d’HE de menthe poivrée
  • 20 gouttes d’HE de romarin à verbénone

Prenez 1 goutte de ce mélange sur 1 comprimé neutre ou avec une cuillerée à café de miel, 3 fois par jour pendant une semaine.

Attention les HE sont contre-indiquées chez les femmes enceintes et allaitantes.

Une formule du Dr Corinne Bompard de la Pharmacie Bompard à Saint-Mamert-du-Gard (30730), validée par l’aromathérapeute Françoise Couic-Marinier.

 À lire aussi : Les 8 aliments spécial détox

 

Le conseil n°2 : La marche pour préserver sa santé

Info

Info

Rappel : En France, la recommandation diffusée depuis 2002 par le ministère chargé de la Santé, dans le cadre du Programme national nutrition santé (PNNS) conseille de pratiquer l’équivalent d’au moins 30 minutes de marche rapide par jour au minimum 5 fois par semaine aux adultes. Et l’équivalent d’au moins 60 minutes par jour pour les enfants et adolescents.
On ne le répètera jamais assez, l’activité physique a de fabuleuses vertus. Running, gym suédoise, aquabiking, boxe, fit ballet ? À vous de choisir ! Et pourquoi ne pas tout simplement se tourner vers la marche ? À la portée de tous, vous pouvez la pratiquer partout et à votre rythme !

Pour vous motiver, voilà quelques rappels de ses bienfaits (à raison de 30 minutes / jour) :

  • amélioration du moral et affinement  du corps
  • stimulation du cœur et des artères
  • diminution des taux de glycémie et du cholestérol
  • mobilisation en douceur des articulations et prévention de l’ostéoporose
  • légèreté des jambes grâce au retour veineux

Et bien d’autres encore…

Alors même s’il fait un peu froid, allez marcher! Tel est le mantra du Dr Florence Boile, La pharmacie Boile à Saint-Rémy-en-Rollat (03110).

 À lire aussi : Les bienfaits de la marche

 

Le conseil n°3 : Contrôler ses défenses mais aussi son niveau de stress et d’anxiété : l’homéopathie à la rescousse des débuts d’année

Il est l’heure de prendre soin de l’énergie qui est en vous en augmentant ses réactions de défense et son tonus, mais également en contrôlant son niveau de stress et son anxiété.

Commencez votre cure de soluté magnésien aux oligoéléments

Une cure d’un mois et vous serez requinqué et prêt à affronter l’année !

La formule a été élaborée par Eugène Jacq pharmacien homéopathe qui a consacré toute sa vie à l’homéopathie. En voici les éléments :

  • Chlorure de magnésium sec 75g
  • Gluconate de Co, Cu et Mn aa 0.1 mg
  • Gluconate de Ni et de Mg aa 0.1 mg
  • Glycérine 25g
  • QSP 250ml d’eau distillée

Posologie : 1 cuillère à café le matin à jeun dans un peu d’eau. N’hésitez pas à ajouter un peu de jus de citron, pour atténuer le goût, s’il vous déplaît.

Pour lutter contre le stress et l’anxiété la formule homéojacq trac

Également élaborée par Eugène Jacq, cette formule pourra vous servir en ce début d’année mais également toute l’année, à chaque fois que vous en ressentirez le besoin !

  • Gelsenium sempervirens 4CH,
  • Ignatia amara 4CH,
  • Anacardium orientale 4CH,
  • Argentum nitricum 5CH. QSP un tube granule

Posologie : 3 à 5 granules à la fois, à renouveler aussi souvent que nécessaire.

Deux formules donc, pour une belle année 2018 de la part d’Eric Myon de la Pharmacie homéopathique de l’Europe à Paris (75008)

 À lire aussi : 5 remèdes naturels contre le stress