Mon enfant a des problèmes de vue

Un petit ne se rend pas toujours compte des défaillances de sa vision. Or, une détection précoce en facilite la correction.

 

Bébé, à la naissance, distingue vaguement les formes, mais pas les couleurs. Sa vue est 30 fois moins développée que celle d’un adulte. Sa vision s’améliore progressivement pour arriver à maturité vers 6 ans. Parce que 80% de son apprentissage passe par la vue, il est important de s’assurer avant cet âge qu’il ne souffre pas de troubles oculaires. Il faut même redoubler de vigilance lorsque l’un ou les deux parents sont touchés par une anomalie de la vue. En effet, 30 % des défauts visuels de l’enfant sont génétiques. Détectées avant qu’il entre au cours préparatoire, ses déficiences peuvent être corrigées. Mais plus on tarde à repérer ses troubles, plus il sera difficile de lui faire recouvrer une vision normale. Et quand on sait qu’un enfant sur 4 qui entre en primaire présente un trouble visuel, mieux vaut faire un bilan avant l’entrée à l’école, au risque qu’il ne parvienne pas à apprendre à lire et à écrire correctement.

 À lire aussi : Difficultés à lire et à écrire : mon enfant est-il dyslexique ?

 

Lire dans son regard

Pas facile de décrypter l’acuité visuelle d’un enfant, surtout lorsqu’il est tout petit. Et pour cause : un enfant se plaint rarement de problèmes de vision puisque pour lui, il voit normalement et ignore que sa vue est déformée. Il revient donc à ses parents de surveiller son comportement et de s’alerter si ses yeux sont souvent rouges et larmoyants, s’il réagit fortement à la lumière, si son regard est systématiquement tourné du même côté ou s’il se cogne et tombe sans raison. Quant aux plus grands, il faut s’inquiéter lorsqu’ils plissent les yeux pour lire ou jouer, qu’ils peinent à apprendre les couleurs ou se plaignent fréquemment de maux de tête.

 À lire aussi : La douleur chez l’enfant

 

Écrans ou lecture : avec modération

Pas facile de décrypter l’acuité visuelle d’un enfant, surtout lorsqu’il est tout petit. Et pour cause : un enfant se plaint rarement de problèmes de vision puisque pour lui, il voit normalement et ignore que sa vue est déformée. Il revient donc à ses parents de surveiller son comportement et de s’alerter si ses yeux sont souvent rouges et larmoyants, s’il réagit fortement à la lumière, si son regard est systématiquement tourné du même côté ou s’il se cogne et tombe sans raison. Quant aux plus grands, il faut s’inquiéter lorsqu’ils plissent les yeux pour lire ou jouer, qu’ils peinent à apprendre les couleurs ou se plaignent fréquemment de maux de tête.

  À lire aussi : Les écrans : quelles conséquences pour les enfants ?

 

Conseils de Pharmacien : comment choisir les lunettes de votre enfant ?

Conseils de Pharmacien : comment choisir les lunettes de votre enfant ?

Le diagnostic de l’ophtalmologiste a établi que la vision de votre enfant nécessite le port de lunettes correctrices ? Pour les aider à accepter cet « accessoire », les montures doivent bien sûr être adaptées à la morphologie de son visage. Son nez n’ayant pas encore d’arête bien définie, votre choix se portera sur une monture possédant un coussin nasal amortisseur, en silicone, antidérapant et antiallergique. Avant l’âge de 1 an, les branches devront être en plastique et extraplates, afin de rester en place même quand bébé est en position allongée. En ce qui concerne les verres, seuls les organiques, résistants aux chocs, sont autorisés chez les enfants.

 

Papillotes de courgettes et tomates au barbecue

Un délicieux plat végétarien à déguster en accompagnement ou plat principal, accompagné d’une timbale de riz basmati.

Difficulté : 1-2-3-4-5-6-7-8-9
Temps de préparation : 20 minutes
Temps de cuisson : 15 à 20 minutes

 

Les ingrédients pour 4 papillotes :

Courgettes : 3
Tomates : 4
Sauge : quelques brins
Herbes de Provence : 2 cuillères à café
Vin blanc : 2 cuillères à soupe par papillote
Huile d’olive : 3 cuillères à soupe
Gros sel : 1 pincée
Sel et poivre du moulin : à votre goût

La préparation :

1/ Lavez vos légumes. Coupez les courgettes en dés et ôtez l’opercule des tomates.

2/ Placez vos courgettes dans un saladier, et ajoutez le vin blanc puis la sauge.

3/ Dans un plat creux, versez l’huile d’olive, puis trempez vos tomates. Ajoutez les herbes de Provence.

4/ Dans des feuilles d’aluminium, versez un mix de vos deux préparations, et placez directement dans les braises du barbecue pour la cuisson.

5/ Laissez cuire environ 20 minutes, et dégustez !

Pêches cuites sous la braise

Un dessert d’été qui étonnera vos amis et cuira tranquillement sous la braise pendant que vous dégustez votre repas.

Difficulté : 1-2-3-4-5-6-7-8-9
Temps de préparation : 15 minutes
Temps de cuisson : 20 minutes

 

Les ingrédients pour 6 desserts :

Pêches : 3
Sucre roux : 3
Framboises : 1 barquette
Crème chantilly
Rouleau de papier aluminium

La préparation :

1/ Préparez 12 carrés de papier d’aluminium d’environ 10 cm de côté.

2/ Lavez vos pêches avant de les couper en deux et d’ôter le noyau.

3/ Disposez chaque moitié de fruit dans deux feuilles d’alu superposées, une seule ne suffirait pas à retenir le jus.

4/ Sur chaque papillote, disposez quelques framboises un petit morceau de sucre.

5 / Refermez vos papillotes en serrant bien le papier pour éviter les fuites de jus.

6/ Posez vos papillotes sur la grille déjà chaude du barbecue, et laissez cuire environ 20 minutes.

7/ Service avec une cuillère de crème chantilly pour les plus gourmands !

Brochettes de poulet marine au citron, cumin et huile d’olive

Un délicieux plat d’été qui enchantera la tablée par ses saveurs colorées.

Difficulté : 1-2-3-4-5-6-7-8-9
Temps de préparation : 15 minutes la veille du repas
Temps de cuisson : 10 à 15 minutes

 

Les ingrédients pour 6 brochettes :

Blancs de poulet bio : 8
Oignons nouveaux : 8
Poivron rouge et jaune : 1 de chaque
Gousses d’ail : 3
Citrons : 2
Cumin en poudre : 2 cuillères à café
Thym frais : 5 à 6 brins
Huile d’olive : 4 cuillères à soupe
Graines de sésame : 2 pincées
Sel et poivre du moulin : à votre goût

La préparation :

1/ La veille de votre barbecue, coupez les blancs de poulet morceaux d’environ 2cm d’épaisseur.

2/ Hachez finement vos gousses d’ail. Pressez vos citrons.

3/ Dans un plat creux, disposez les morceaux de poulet, l’ail, le jus de citron et le thym, recouvrez d’huile d’olive et assaisonnez. Mélangez bien jusqu’à ce que chaque morceau de poulet soit bien enrobés de marinade.

4/ Recouvrez et placez au frais jusqu’au lendemain. Sortez la viande du réfrigérateur une heure avant de la faire cuire.

5/ Le lendemain, coupez vos oignons jeunes en 4. Taillez vos poivrons en tranches de 1,5 cm environ, et composez vos brochettes en intercalant le poulet, les oignons et les poivrons.

6/ À l’aide d’un pinceau, badigeonnez vos brochettes de marinade, laissez reposer 30 minutes, puis placez-les sur la grille du barbecue déjà bien chaud.

7/ Faites cuire 4 à 5 minutes chaque côté des brochettes, et servez-les accompagnées d’une belle salade composée.

Initiez-vous au yoga simplement

Débutant ou confirmé, découvrez cette méthode qui propose des exercices et séances adaptés à votre niveau et aux différents moments de la journée.

 

Le yoga, vous voudriez bien essayer, voire approfondir si vous avez déjà pratiqué quelques séances. Véritable art de vivre, le yoga nous invite à ralentir, à nous recentrer sur nous-mêmes et nos besoins vitaux pour profiter pleinement de chaque instant de la vie et préserver notre santé. Jacqueline Sigar et Cyrus Fay, professeurs de hatha yoga très expérimentés, ont consacré un livre à leur passion, Yoga vitalité, à découvrir dès que vous avez envie de vous offrir un moment de détente.

 

Une méthode pour découvrir le yoga à son rythme

Conscient que la pratique du yoga demande du temps que tout le monde n’a pas (ou pas tout le temps), les deux auteurs ont élaboré des séances adaptées aux besoins et au niveau de chacun. Séance du matin ou du soir avec des enchaînements avec dix à douze postures, ou séance exprès pour se recentrer et évacuer la pression sans avoir besoin de quitter son bureau, à vous de choisir celle qui répond à votre agenda du jour.

Chaque posture est expliquée en détail grâce à une photo, des indications précises sur le mouvement, des informations sur les contre-indications et des conseils pour améliorer son mouvement.

 À lire aussi : Et si je mettais mes enfants au yoga ?

 

La pratique du yoga, une philosophie de vie

Ces séances très détaillées sont précédées d’une introduction très complète qui présente l’origine du yoga et ses fondamentaux, ainsi que des conseils sur l’hygiène de vie, la méditation, la relaxation avec des explications sur la manière d’atteindre un état de relâchement complet.

Arrêtez-vous sur le chapitre consacré à l’alimentation, qui détaille les effets néfastes d’une alimentation moderne trop acide, et liste les ingrédients alcalins à mettre au menu aussi souvent que possible. Yoga vitalité vous donne aussi des conseils pour bien dormir, créer une ambiance paisible autour de vous, dynamiser votre espace vital : bref, que du très utile pour améliorer son bien-être et prendre soin de soi.

 

 À lire aussi : 10 questions pour tout savoir sur le yoga

 

À lire

À lire

Yoga vitalité

YOGA VITALITÉ, UN PROGRAMME QUOTIDIEN POUR ALLIER BIEN-ÊTRE ET ÉNERGIE, de Jacqueline Sigaar et Cyrus Fay, éditions La Martinière, 136 pages, 19.50 €.

Dans ce livre, 50 postures photographiées et expliquées pas à pas, des exercices de respiration, avec les conseils, les bienfaits et les contre-indications.

Jacqueline Sigaar pratique le yoga depuis 20 ans. Formée à la Fédération française de Hatha Yoga, diplômée en 2010, elle enseigne le yoga depuis 6 ans auprès d’élèves de tous niveaux.

Cyrus Fay a été formé auprès de Shri Mahesh et a travaillé à ses côtés pendant 40 ans à la Fédération française d’Hatha Yoga en tant que responsable de la formation de professeurs de yoga. Il a été formé à la sophrologie par le Dr Jacques Donnars et à la méditation zazen par Maître Taisen Deshimaru.

 

Les 10 secrets d’une sieste réussie

Que ce soit une micro sieste ou une maxi, bien faire la sieste nécessite de l’entraînement pour profiter de tous ses bienfaits. Suivez notre mode d’emploi d’une sieste réussie.

 

Plus personne, hormis votre manager peut-être, ne nie les bienfaits la sieste. Plusieurs études1 ont montré que faire la sieste rimait avec une augmentation des performances cognitives et psychomotrices, améliorait la mémoire, le dynamisme et la créativité. Une sieste de 10 à 20 minutes permet de récupérer l’équivalent de 1 à 2 heures de sommeil lorsqu’on la pratique tous les jours, et améliore nos défenses immunitaires en contribuant à la réduction du cortisol, l’hormone du stress. Alors comment apprendre à siester correctement et surtout à la demande ?

 

1 – Choisir son lieu de sieste

Contrairement aux idées reçues, la sieste se fait de préférence ailleurs que dans son lit, réservé pour la nuit. Au bureau, à la maison ou dans un hamac, l’essentiel est d’être le plus détendu possible. Un fauteuil confortable, un canapé seront idéaux, mais un siège de métro convient aussi, le tout est de trouver la bonne position. Isolez-vous du bruit, ou si ce n’est pas possible, munissez-vous de bouchons d’oreille.

 

2 – Se sentir en confiance

Faire la sieste nécessite de s’abandonner au sommeil en se relâchant rapidement, sans crainte d’être dérangé, réveillé ou surpris. Eteignez votre téléphone, fermez la porte à clé, bref, demandez à ne pas être dérangé pendant une vingtaine de minutes. Votre endormissement en sera facilité.

 À lire aussi : Retrouvez le sommeil grâce aux huiles essentielles

 

3 – Soigner sa position

Pour réussir à vous endormir, votre corps doit être le plus relâché possible, mais pas en position allongée, pour favoriser un réveil sans douleur. Vous pouvez siester dans le bus ou le métro en plaçant vos coudes sur vos genoux et votre tête entre vos mains, à votre bureau en posant vos avant-bras sur une table et en posant votre tête dessus. Important : ne croisez pas les jambes ! Pensez à dénouer votre cravate ou/ou déboutonner votre pantalon, jupe ou chemise afin d’être le plus à votre aise possible.

 

4 – Gérer la luminosité

Pour vous réveiller frais et dispo, il est important de ne pas envoyer de signaux contradictoires à l’organisme en le plongeant dans le noir. Laissez les volets ouverts, et contentez-vous d’utiliser un masque si vous avez des difficultés à vous endormir dans la lumière.

 

5 – Choisir son moment

Le moment idéal pour faire la sieste n’existe pas vraiment, chacun doit être à l’écoute de son horloge biologique. On se sent souvent somnolent entre 14h et 15h : si le lieu s’y prête, il faut en profiter pour se laisser glisser dans le sommeil. En revanche, pas de sieste après 17h sous peine d’avoir des difficultés à vous endormir le soir.

 

6 – Programmer son réveil

Si une sieste de 10 à 20 minutes a un effet reboostant, dormir plus longtemps vous laisserait embrumé le reste de la journée et perturberait votre endormissement nocturne. Fatigué ou pas, n’oubliez pas de mettre votre réveil (pas trop fort) pour ne pas rater le coche et vous endormir sans stress.

 

7 – Se mettre en condition

Les novices de la sieste éprouvent souvent des difficultés à se laisser glisser dans le sommeil. Les experts ès sieste le savent, tout se joue sur la respiration. Installez-vous confortablement, fermez les yeux, et prêtez attention à votre respiration. Inspirez profondément, jusqu’à gonfler votre ventre, et expirez le plus lentement possible. Espacez de plus en plus les respirations, en veillant à ce qu’elles restent naturelles, sans à coup. Une fois votre respiration posée, relâchez les tensions dans les différents groupes musculaires en remontant en pensée depuis les pieds jusqu’à la racine des cheveux. Bref, relaxez-vous

 À lire aussi : Différentes méthodes de relaxation et bien-être

 

8 – Astuces pour faciliter l’endormissement

Vous ne vous êtes pas endormi avant d’atteindre le haut du front ? Rien n’est perdu. Visualisez un petit personnage de votre choix muni d’un panier ou un quelconque récipient, et confiez-lui mentalement les pensées qui vous agitent, afin qu’il en prenne soin le temps de votre sieste. Votre esprit en sera allégé. Faites ensuite tourner vos yeux derrière vos paupières fermées plusieurs fois dans le sens des aiguilles d’une montre, puis dans le sens inverse avant de les laisser partir vers le haut. Si malgré tout cela, vous ne réussissez pas à vous endormir, restez dans cet état de semi-veille jusqu’à la sonnerie du réveil, vous sortirez revigoré de cette petite pause, et continuez à vous entraîner, la prochaine tentative sera la bonne.

 

9 – Soigner son réveil

Les bénéfices de la sieste tiennent presque autant à la manière de se réveiller qu’au sommeil lui-même. Lorsque sonne le réveil, n’ouvrez pas immédiatement vos yeux, remettez d’abord votre esprit en alerte. Passez en revue les tâches qui vous attendent dans la prochaine heure, tout en faisant de petits étirements des poignets et des chevilles et en respirant profondément. Une fois votre corps bien réveillé, ouvrez les yeux.

 À lire aussi : Comment bien se réveiller

 

10 – Chercher la régularité

Il n’y a pas de secret : plus vous ferez de siestes, et plus vous vous endormirez et réveillerez facilement. Le corps s’accoutume à cette pause dans sa journée, et se relâche avec beaucoup plus de facilité au fil des semaines. Vous pourrez même à terme être capable de vous réveiller sans mettre de réveil, en fixant mentalement la durée maximum de votre sieste, et réussir progressivement à faire de micro siestes de 3 ou 4 minutes lorsque le besoin s’en fait sentir à d’autres moments de la journée.

Les super pouvoirs de l’Ylang ylang

Aphrodisiaque, apaisante, ré-équilibrante, l’huile essentielle d’Ylang ylang a de multiples vertus, à découvrir d’urgence.

 

Cette plante au nom qui résonne agréablement à nos oreilles est cultivée en Asie du Sud-Est. En Indonésie, on l’appelle « la fleur des fleurs » en hommage à son parfum exotique et puissant. Distillée, sa fleur donne une huile essentielle que l’on retrouve en parfumerie et cosmétique dans de nombreux soins, et qui est aussi utilisée dans différents rituels de relaxation.

 

La différence entre ylang ylang extra et totum

Si vous vous êtes déjà intéressé à cette plante, vous avez dû remarquer qu’il existe deux types d’huiles essentielles (HE). Les termes « extra » ou « totum » indiqués sur l’étiquette font référence au processus de distillation.

Dans le cas d’une HE Ylang ylang extra, le processus de distillation entraîne uniquement les molécules aromatiques les plus volatiles, et est très délicat à mener à bien sans brûler les fleurs. Peu de producteurs le choisissent.

L’HE Ylang ylang totum est distillée en utilisant un plus grand volume d’eau pour faire une distillation intégrale des fleurs. Lors de cette distillation, plusieurs fractions sont extraites (ylang ylang I, ylang ylang II, et ylang ylang III) qui sont ensuite réunies dans l’HE Ylang ylang Totum.

 À lire aussi : Les huiles essentielles pour retrouver le sommeil

 

Les vertus thérapeutiques de l’huile essentielle d’Ylang ylang

 Une fois distillée, la fleur a d’excellentes propriétés antispasmodiques si on l’utilise en frictions localisées. C’est aussi un bon hypotenseur, surtout si on l’associe à de l’HE de lavande, ainsi qu’un calmant efficace. Son HE suscite aussi une puissante activité de régénération dans l’organisme, favorisant le bien-être et le calme. Utilisée en massage, elle est efficace pour dénouer les tensions.

 

Les usages cosmétiques de l’Ylang ylang

Apaisante et ré-équilibrante, son huile essentielle aura une action bénéfice sur les cheveux secs. Elle favorise leur pousse et leur brillance. Elle s’utilise en masque aromatique en synergie avec de l’HE de sauge, à laisser poser sur les cheveux toute la nuit, pour ralentir leur chute et leur redonner de la vitalité. L’Ylang ylang est aussi efficace sur les affections cutanées, les peaux fatiguées, ternes, qu’elle apaise et revitalise.

 À lire aussi : Test – Etes-vous au parfum sur les huiles essentielles ?

 

Les effets de l’Ylang ylang sur notre psychisme

Cette plante est un intéressant calmant naturel, qui suscite de la légèreté et réveille les appétits intellectuels et sexuels. Elle est recommandée aux personnes souffrant d’insomnie, d’anxiété, de baisse de désir. Pour profiter de ses bienfaits, l’HE d’Ylang ylang peut être mélangée à l’eau d’un bain, ou être utilisée en diffuseur. Pour réveiller vos penchants coquins, appliquez 2 à 3 gouttes en bas du dos et frictionnez.

 À lire aussi : Quand les huiles essentielles réveillent le désir

 

On a trouvé la recette du bonheur

Comment être heureux ? Et si vous essayiez de vous doper à l’hormone du bonheur, ou plutôt aux hormones du bonheur ? Happyness, mode d’emploi.

 

Plutôt que de courir après le bonheur sans bien savoir quel cap suivre, on vous propose de prendre conscience de la formidable réserve de bonheur que vous portez en permanence avec vous et qu’il vous suffit de débloquer, un peu comme votre découvert exceptionnel en période de soldes, sauf que là, le banquier, c’est votre cerveau. Plaît-il ? Mais oui, notre matière grise a la capacité de produire à la demande et sans limitation de durée des hormones qui dopent notre joie de vivre et nous donnent la patate. Sérotonine, ocytocine, dopamine, endorphine… autant de -ine au service de notre bien-être et notre dynamisme, et dont on peut modifier la sécrétion en agissant sur notre mode de vie et nos gestes du quotidien. En résumé, la recette du bonheur est à votre portée, il vous suffit d’apprendre à activer les bons circuits.

 

La dopamine, l’hormone de récompense

La dopamine est l’une des méga stars de la bande des hormones du bonheur. Elle commande directement le système de gratification du cerveau, c’est un peu la glace au chocolat de nos neurones.

Ce neurotransmetteur important est associé à des plaisirs et des récompenses comme la nourriture, la drogue, le sexe. Il conditionne notre motivation et notre excitation, et nous rend vite accroc : une fois qu’on a testé quelque chose qui provoque une montée de dopamine, on a envie de recommencer, encore et encore. Plutôt que de vous gaver de glace au chocolat (ou d’autre chose), stimulez votre production de dopamine en vous fixant des objectifs faciles à atteindre et gratifiants : ranger votre bureau, appeler votre mère, courir 25 minutes au lieu de 20.

Expérimentez aussi le frisson musical. Des chercheurs canadiens ont démontré en 20111 qu’écouter une musique qu’on aime, en particulier les morceaux qui nous donnent des frissons, relance la production de dopamine. Vous avez désormais une excuse en or massif pour écouter le duo Céline Dion et Jean-Jacques Goldman (ou tout autre péché mignon inavouable) à tue-tête toute la journée.

Sortir de sa zone de confort, se lancer dans l’inconnu booste aussi notre dopamine : nouveau continent ou nouvelle activité, l’important, c’est de créer de la nouveauté.

 

La sérotonine, notre alliée bonne humeur

Cette hormone produite par un groupe de neurones sérinotergiques situés dans le tronc cérébral est le garde-fou de notre humeur. Les scientifiques s’accordent sur le fait qu’une baisse de l’activité de ces neurones serait associée à plusieurs formes de dépression, et les antidépresseurs ISRS (Inhibiteurs Spécifiques du Recaptage de la Sérotonine) font justement augmenter le niveau de sérotonine du cerveau.

Comment stimuler ce précieux pilier de notre équilibre, qui agit aussi sur notre sommeil, notre désir sexuel, notre appétit et bien d’autres fonctions ?
L’activité physique quotidienne semble être le meilleur moyen de réveiller nos fameux neurones sérinotergiques : course à pied, yoga, marche rapide, à vous de choisir votre style. Le niveau de sérotonine augmente aussi avec la prise de glucides : plutôt que de vous gaver de sucreries, optez pour des salades de quinoa ou du pain complet, et mettez du tryptophane dans votre assiette – un acide aminé précurseur de sérotonine –, que vous trouverez dans le poulet, les légumineuses ou encore les poissons. La lumière transmise par le nerf optique via l’hypothalamus augmente la sérotonine : installez-vous deux heures en pleine lumière, de préférence de bon matin et sans lunettes de soleil, pour recharger votre batterie intérieure.

 À lire aussi : Comment apprivoiser le stress et l’anxiété

 

L’endorphine, la drogue des sportifs mais pas que

Les endorphines, qui agissent sur les récepteurs opiacés, sont sécrétées lors d’activités physiques intenses, après un orgasme ou en cas de forte douleur. Elles réduisent la quantité de cortisol, hormone du stress, et améliorent notre bien-être. Comme les opiacés et notamment la morphine, elles ont des vertus analgésiques et procurent une agréable sensation d’euphorie. Vous en voulez ? Rien ne vous oblige à vous lancer dans un marathon ou à vous taper sur les doigts avec un marteau, dix minutes quotidiennes de marche rapide et / ou une partie de jambes en l’air, qui constitue une autre forme d’activité physique, seront suffisantes pour augmenter votre taux d’endorphine. La méditation régulière (à raison de deux fois par semaine pendant 8 semaines) stimule aussi la production d’endorphine : une bonne raison de vous mettre enfin à la méditation.

 À lire aussi : Test – Quelle technique de méditation vous correspond ?

 

L’ocytocine, l’hormone de la tendresse

À la fois hormone et neurotransmetteur, l’ocytocine joue un rôle important dans nos relations sociales. Elle agit sur notre sécurité affective, notre sociabilité, notre confiance en nous, notre sentiment d’attachement, et notamment dans le lien qui se crée entre une mère et son enfant. On l’appelle aussi hormone des amoureux, car elle est massivement diffusée dans le corps lors du premier rapport amoureux, et stimulée par le son de la voix de notre moitié ou même une simple pensée amoureuse.

Comment la booster ? Rien de plus simple : faites des câlins ! Vingt secondes de contact suffisent à déclencher sa production, et libre à vous de rester collés plus longtemps. Si vous n’avez pas d’humain sous la main, sachez que cela marche aussi avec les animaux de compagnie. Accomplir des actes de gentillesse et de bienveillance stimule également la production d’ocytocine : vous savez ce qu’il vous reste à faire !

 À lire aussi : 3 choses que vous ignoriez sur les câlins

 

Reconnaître et soigner le muguet de bébé

« Mon bébé souffre de muguet dans la bouche. Il pleure et refuse de s’alimenter. Que faire ? » Lydia, 31 ans 

 

Le muguet, ou candidose buccale, est une infection fréquente et bénigne chez les nourrissons. Elle se manifeste par l’apparition de plaques blanches visibles dans la bouche, à l’intérieur des joues et sur la langue.

 

Les causes du muguet

En cause, une levure appelée Candida albicans qui prolifère à l’intérieur de la bouche (joues, gencives, langue). Elle peut envahir l’ensemble du tube digestif du bébé en provoquant des selles molles ou des diarrhées. Elle peut même atteindre l’anus, avec formation d’un érythème qui majore l’inconfort du bébé.

Un traitement local au niveau de la bouche

Heureusement, la levure est très sensible, elle ne peut pas survivre dans un milieu alcalin (basique). Avant chaque repas, badigeonnez l’intérieur de la bouche de votre bébé à l’aide d’une compresse imbibée d’eau bicarbonatée ou d’eau de Vichy, que vous aurez enroulée autour de votre index. Les lésions disparaissent en général au bout d’une semaine, voire quinze jours. Si l’affection persiste, votre pédiatre prescrira un gel buccal ou une solution antifongique. Il faut l’appliquer, après les repas, avec le doigt, sur les gencives et l’intérieur des joues. Le produit descend le long du tube digestif et il le désinfecte quand bébé avale sa salive.

Des règles d’hygiène strictes

Cette levure se transmet aisément par les mains et la salive. Pour éviter une nouvelle infection, lavez-vous les mains soigneusement avant de vous occuper de bébé comme après. Nettoyez, à l’eau chaude et au savon, les tétines, les biberons et tout le matériel nécessaire à la préparation des repas. Faites de même pour tous les jouets que l’enfant peut porter à la bouche, et lavez ses peluches à 60 °C.