Faites votre rentrée en toute légèreté

Retrouvez les goûts et les couleurs de l’été en savourant toute l’année des recettes légères, pleines de goût. Au menu, poivrons, tomates, betteraves and cie !

 

Ce n’est pas parce que l’été brille de ses derniers feux que nous avons dit notre dernier mot. Requinqués par le repos, la lumière et repas d’été aux saveurs variées, continuez sur votre lancée et prolongez tout au long de l’année les bienfaits de cette saison en vous composant des assiettes tonifiantes. Et légères, qui vous éviteront de somnoler en réunion tout l’après-midi ou de vous coucher l’estomac alourdi par un repas trop riche.

 

Découvrez nos recettes légères !

 

 

Smoothie rouge c’est rouge (poivron, tomate, betterave)

Difficulté : 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10
Temps de préparation : 15 min
Temps de réfrigération : 2 heures

 

Les ingrédients pour 6 convives :

  • Tomates rouges : 3
  • Poivron rouge : 1
  • Betterave cuite : 1
  • Feuilles de menthe : 10
  • Citron : 1
  • Huile d’olive
  • Sel et poivre du moulin : à votre guise

 

La préparation :

1/ Lavez et ciselez vos feuilles de menthe.

2/ Plongez vos légumes dans l’eau bouillante puis pelez-les avant de les couper en petits dés.

3/ Dans un grand saladier, pressez le jus de votre citron, ajoutez l’huile d’olive et versez les légumes dans le mélange. Assaisonnez et mélangez bien.

4/ Passez le tout au mixeur, et réservez au frais au moins deux heures. Plus c’est frais, meilleur c’est.

5/ À l’heure de l’entrée, versez votre préparation dans des verrines, et ajoutez quelques feuilles de menthe pour la déco. Bon appétit !

Terrine de saumon aux asperges

Difficulté : 12-3-4-5-6-7-8-9-10
Temps de préparation : 10 minutes
Temps de réfrigération : 1 heure

 

Les ingrédients pour 4 convives :

  • Filets de saumon : 800 grammes
  • Asperges vertes : 800 grammes
  • Fromage frais (St Moret, Mère Loïk…) : 600 grammes
  • Œuf : 1
  • Gélatine : 3 feuilles
  • Ciboulette hachée : 50 grammes
  • Basilic : 10 feuilles
  • Sel et poivre du moulin : à votre goût

 

La préparation :

1/ Mettez votre four à préchauffer à 210°C (th. 7).

2/ Emincez finement vos filets de saumon, au préalable débarrassés de leur peau, et mettez-les à mariner avec la ciboulette, de l’huile d’olive et du poivre.

3/ Epluchez vos asperges après avoir ôté le bout dur, et laissez-les cuire 10 minutes dans une casserole d’eau bouillante avec une pincée de gros sel. Egouttez-les bien et coupez-les en deux dans le sens de la longueur.

4/ Rincez votre ciboulette et hachez-la le plus finement possible.

5/ Faites ramollir vos feuilles de gélatine à l’eau froide, et égouttez-les bien ensuite. Dans un saladier, mélangez-les avec le fromage frais, l’œuf cru et le basilic. Assaisonnez votre mélange.

6/ Beurrez avec soin un moule à cake, puis commencez à monter votre terrine. D’abord une couche de pâte au fromage frais, puis une couche d’asperges, puis une couche de saumon mariné. Renouvelez jusqu’à atteindre le haut du moule, en vous arrangeant pour terminer par une couche de fromage.

7/ Recouvrez votre moule d’une feuille de papier sulfurisé, et mettez-le dans un bain marie avant de l’enfourner pour 35 minutes.

8/ Laissez bien refroidir avant de placer votre terrine au frais au moins 12 heures.

9/ Servez bien frais, accompagné d’une mayo maison !

Stop aux personnalités toxiques

Ne les laissez plus vous empoisonner la vie et fragiliser votre confiance en vous. Apprenez à repérer ces nuisibles et construisez une stratégie de défense qui vous en protègera.

 

Si la présence de certains proches provoque un sentiment de bien-être et de confiance en soi grâce à l’image positive qu’ils nous renvoient, d’autres relations provoquent un sentiment de dévalorisation, de perte de contrôle. Vous êtes en présence d’une personnalité toxique, dont le sport favori est de chercher à déstabiliser les autres afin de se rassurer sur sa propre valeur. On subit souvent sans réagir les commentaires désagréables de ce collègue, les réflexions sournoises de cette amie de longue date, les remarques culpabilisantes d’un parent intrusif… Et si cette année vous sautiez le pas et preniez de la distance avec ceux qui vous empoisonnent la vie ?

 

Reconnaître les personnalités toxiques

Ils se classent en plusieurs grandes catégories, et parfois dans plusieurs à la fois. Chic chic chic. Leur principal point commun ? Un manque d’estime de soi qui les conduit à tenter de prendre l’ascendant sur les autres : en bref, ils se rassurent en les enfonçant. Le manipulateur va tenter de vous faire douter de vous-même, de vos dires et de vos opinions en maniant tour à tour la flatterie, la bouderie et l’agressivité. Le compétiteur se rassure sur sa propre valeur en vous dévalorisant sans cesse : sa plaisanterie aigre sur votre score au tir à l’arc lors du séminaire cache un double-sens acéré qui parfois, atteint sa cible. D’autres utilisent la critique : votre physique, vos choix de vie, votre nouvelle coupe de cheveux… « pour votre bien », il ou elle se permet de souligner vos soi-disantes erreurs de jugement ou fautes de goût à tout bout de champ. Certains enfin vous placent dans une situation de débiteur, grâce à des cadeaux et faveurs qu’ils ne vous laissent pas refuser – « Cela me fait tellement plaisir, tu sais » –, et l’utilisent ensuite pour vous faire culpabiliser si vous ne leur accordez pas ce qu’ils vous demandent.

 

Apprendre à écouter son instinct

Il nous prévient lorsque nous sommes confrontés à une personnalité toxique. Sentiment d’envahissement, malaise intérieur, gêne face à un discours en apparence sincère mais dont les fausses notes tintent à nos oreilles, parfois même crampes d’estomac, fourmis dans les jambes… notre inconscient nous enjoint de fuir. Mais nous restons. Pourquoi tant de difficultés à réagir ? La psychologue Isabelle Nazare-Aga, thérapeute comportementaliste et auteur de Les Manipulateurs sont parmi nous explique : « Parce que le manipulateur utilise des croyances familiales et sociales afin d’induire chez sa victime un lourd sentiment de faute morale. » Ainsi, lorsque dans un sursaut nous nous disons « Courage, fuyons », la voix de la culpabilité se fait entendre : quelle ingrate de ne pas écouter les conseils de votre mère sur votre coupe de cheveux, quel idiot de  douter de la sincérité des conseils de votre collègue que tout le monde trouve si sympa, c’est vous qui êtes tordu(e)… Eh bien non, vous êtes dans le vrai.

 

Se défendre des personnalités toxiques

Les éliminer de votre vie reste la meilleure réponse possible. On parle de votre mère ou de votre patron ? Dans ce cas, mettre la distance vous aidera à résister à son emprise. Comment y parvenir ? Commencez par faire un examen de conscience : ces nuisibles prennent l’ascendant en utilisant nos failles. Identifiez vos croyances négatives qui reviennent régulièrement dans votre quotidien : je suis bête, je suis moche, je suis égoïste, je ne suis pas à la hauteur, je ne mérite pas qu’on m’aime… et travaillez dessus afin de modifier votre angle de vue. Etes-vous vraiment égoïste ou vous a-t-on manipulé afin de vous culpabiliser de ne pas faire ce que l’autre attendait de vous ? Face à des personnalités en paix avec elles-mêmes, les toxiques sont désarmés et leur petit jeu apparaît au grand jour. Dans votre boulot, inutile de chercher à démasquer une personnalité toxique : cantonnez-vous à des rapports courtois mais lointains, et ne racontez rien de votre vie qui pourrait lui revenir aux oreilles. Elle se cherchera une autre proie plus facile à accrocher. Dans votre cercle amical, n’ayez pas peur de dire « tu es la seule personne à me renvoyer cette image négative, et je la pense erronée » en espérant provoquer un changement, et de rompre la relation s’il n’arrive pas.

 

À lire

À lire

Envie de creuser le sujet ? Voici quelques ouvrages inspirants :

Les manipulateurs sont parmi nous – Isabelle Nazare Aga (Les Editions de l’Homme, mai 2013, broché), dont vous trouverez un avant-goût ici.

Savoir gérer les personnalités toxiques, de Christophe Médici  (Editions Dangles, 2015, 206 pages, broché) : l’auteur part du principe que 80% des gens naissent dans des familles dysfonctionnelles, avec des parents dont les comportements négatifs nuisent à leurs enfants, et que cela continue ensuite avec les amis, le travail, les amours… Inclus : des tests pour repérer les nuisibles de votre entourage. Tout un programme.

Je résiste aux personnalités toxiques et autres casse-pieds, de Christophe André et Muzo (Editions Point, 2011, broché) : un kit de survie bien utile pour résister à ces personnalités toxiques qui vous empoisonnent la vie, comprendre ce qui les attire, ce qui les repousse, et surtout comment agir face à eux.

 

5 conseils coquins pour entretenir le désir

Les vacances ont mis un coup de fouet (sans mauvais jeu de mots) à votre libido : comment entretenir cette dynamique jusqu’aux prochaines ? Suivez le guide.

 

Ah, les vacances, période bénie pour notre libido qui, loin du train-train quotidien, reprend soudain des couleurs, comme notre teint. En cause ? Les tenues plus légères, les journées passées ensemble, la disponibilité d’esprit, le temps de faire des siestes à deux, l’envie de s’accorder du temps pour soi… Beaucoup de couples réussissent à se reconnecter pendant l’été : c’est un signe de bonne santé de la relation, et un encouragement à maintenir ce lien une fois de retour à la maison.

 

Conseil n°1 : s’accorder du temps à deux

Tous les ans, vous vous le dites, cette année, faites-le. Une sexualité épanouie nécessite du temps et de l’attention : promettez-vous de vous accorder au moins un week-end tous les deux mois à deux, loin des obligations familiales ou amicales. Balades main dans la main, dîner en amoureux, grasse matinée… : vous recréez ainsi des conditions favorables à l’éveil du désir.

 À lire aussi : Comment échapper à la lassitude ?

 

Conseil n°2 : faire de gros dodos

La fatigue est l’un des pires ennemis du désir, ex-aequo avec les chaussettes pour dormir. Soyez attentifs l’un à l’autre et ménagez-vous des moments de repos pendant vos semaines. Evitez de vous coucher trop tard : en plus de vous réveiller en meilleure forme, vous serez moins crevé si l’autre vous pose un baiser suggestif dans la nuque. Et évidemment, profitez de la moindre occasion de partager une sieste à deux : les galipettes sont aussi tonifiantes qu’un petit somme réparateur.

 

Conseil n°3 : montrez-vous

Si le désir monte plus vite en été, c’est aussi parce que le corps est davantage dénudé. Intérieur velouté d’une cuisse, galbe de cheville, chemise entrouverte, bretelle de soutien-gorge entraperçue… autant d’invitations à déposer une caresse sur le corps de l’autre. Quand arrive l’hiver, les jeans, pulls et bottes cachent ces sources de tentation aux regards de l’autre. Dommage. Mesdames, investissez dans des jupes (ou si vous avez trop froid, de jolis pulls décolletés en cachemire, ça tient chaud) qui attiseront le désir de ces messieurs. Monsieur, faites tomber la cravate au retour du bureau et déboutonnez vos premiers boutons, invitation à glisser une main sous votre chemise.

 À lire aussi : Les secrets des couples heureux

 

Conseil n°4 : variez les plaisirs

A la faveur d’une promenade à deux dans un endroit isolé, les vacances sont l’occasion de faire l’amour dans des lieux inhabituels : plage, cabine de bateau, chambre d’hôtel inconnue… Le changement de cadre attise le désir, on se surprend à essayer de nouvelles positions. De retour à la maison, créez une rupture avec vos habitudes : changez la disposition de votre chambre, investissez dans une tête de lit (fort pratique pour certains jeux sexuels), repeignez un mur, bref, vous avez compris l’idée.

 À lire aussi : Quand les huiles essentielles réveillent le désir

 

Conseil n°5 : oubliez la performance

Parce qu’on a le temps et qu’on sait qu’on pourra recommencer dans quelques heures si on en a envie, les vacances aident à se laisser aller.  Pas d’obligation de performance, pas de nécessité de jouir en même temps, on se laisse porter par l’émotion du moment et, oh, surprise, c’est quand même beaucoup mieux comme ça. Mettez-vous dans les mêmes dispositions d’esprit une fois rentrés : Monsieur a une furieuse envie de quickie avant de partir travailler, mais pas le temps pour des préliminaires très soignés ? Faites. Madame se rattrapera le soir en vous chevauchant tout son soûl.

En voilà de bonnes raisons de se réjouir que les vacances soient finies, n’est-ce pas ? Ça vous laisse toute l’année pour explorer de nouveaux horizons. Sur ce, bonne rentrée…

 

Gratin de légumes du soleil au comté

Difficulté : 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10
Temps de préparation : 15 minutes
Temps de préparation : 45 minutes

 

Les ingrédients pour 6 convives :

  • Courgette : 1
  • Aubergine : 1
  • Tomates : 4
  • Oignon jaune : 1
  • Penne : 150 grammes
  • Gousses d’ail : 2
  • Comté : 150 grammes
  • Huile d’olive
  • Sel et poivre du moulin : à votre guise

 

La préparation :

1/ Faites préchauffer votre four à 200°C.

2/ Dans une casserole d’eau bouillante salée, faites cuire les penne en ajoutant une cuillère à soupe d’huile d’olive dans l’eau. Egouttez-bien et réservez après les avoir passées à l’eau froide pour arrêter la cuisson.

2/ Epluchez et hachez menu votre oignon et vos gousses d’ail.

3/ Rincez votre courgette et votre aubergine avant de les couper en morceaux de taille moyenne. Faites-les cuire à la vapeur pour conserver leur saveur.

4/ Coupez vos tomates en morceaux.

5/ Dans un grand saladier, mélangez vos pâtes, vos légumes, les tomates, et ajoutez du sel, du poivre et une généreuse rasade d’huile d’olive. Transférez votre mélange dans un plat à gratin allant au four, et saupoudrez de comté préalablement râpé.

6/ Enfournez et laissez cuire 45 minutes, en surveillant régulièrement.

7/ Servez dès la sortie du four : votre gratin sera délicieux avec une viande blanche.

Bien préparer leur rentrée des classes

La rentrée des enfants, ça ne s’improvise pas : rythme, fournitures, activités… comment les aider à se remettre dans le bain après les grandes vacances ?

 

Après ces deux mois de liberté, de soleil, de repos, nos enfants sont presque retournés à l’état sauvage. Ils ont poussé comme des bambous et ont oublié toute notion de discipline ou d’horaire. Comme vous. Le retour à la réalité va être difficile pour toute la famille… Chaque rentrée est un rite de passage important, qui conditionnera en partie leur année scolaire : afin qu’ils l’abordent dans de bonnes conditions, il est important de préparer la transition en douceur.

 

Reprendre un rythme plus classique

Les vacances sont l’occasion de leur lâcher la bride sur l’heure du coucher… et du lever (sans excès toutefois), histoire que les parents se reposent aussi pendant leurs congés. De la même manière que vous pouvez anticiper un décalage horaire afin de mieux l’amortir, le retour aux horaires cadrés de l’année scolaire se fait de manière progressive. Une semaine avant la rentrée, annoncez-leur une heure maximum pour aller au lit, et le lendemain, réveillez-les en douceur plus tôt que pendant leurs vacances. Le lendemain, répétez la manœuvre en avançant de 15 minutes le coucher et le lever. Objectif, deux jours avant la rentrée : les avoir recalés sur leurs horaires de l’année scolaire. Ils partiront d’un pied reposé rejoindre leurs copains le D-Day.

 

Stimuler leurs neurones

Leurs cerveaux ne sont pas restés en jachère pendant ces deux mois de vacances, loin de là : ils ont assimilé de nouvelles expériences, acquis de nouvelles compétences – vélo, natation, connaissance des plantes ou des oiseaux etc…, mais n’ont pas toujours suivi avec beaucoup d’assiduité le programme de leur carnet de vacances… Un retour trop brutal à la discipline scolaire pourrait susciter un coup de blues, voire chez certains, une réaction de rejet. Profitez des derniers jours de vacances pour discuter avec eux de leurs souvenirs de l’an passé, faites des concours de calculs mentaux qui vous aideront à passer le temps dans les bouchons du retour : ils seront ainsi plus alertes le jour où ils retrouveront le tableau noir. Vos derniers jours de congés en commun sont aussi l’occasion de partager des sorties culturelles : spectacle, expo, théâtre… réactivent leur capacité à se concentrer.

 

Préparer leurs affaires

Que vous ayez bouclé les courses de fourniture en juin ou que vous n’ayez pas commencé à trois jours de la rentrée, associez votre enfant aux dernières étapes. Achat d’un nouveau stylo plume, de son agenda, d’une nouvelle trousse : effectuez ensemble quelques achats clés et personnalisés qui l’aideront à se projeter dans sa nouvelle année. L’envie d’étrenner ses nouvelles affaires suscitera chez lui un agréable sentiment d’anticipation, favorable à une rentrée réussie !

Avec tout ça, ils attaqueront leur nouvelle année avec entrain et envie : que demander de mieux ?

Comment favoriser la cicatrisation des plaies superficielles ?

Michèle, 27 ans : Brûlure, écorchure, coupure… : comment éviter les risques d’infection des petites plaies et favoriser leur cicatrisation ?

Chaque plaie, même très superficielle, doit être traitée avec soin : une infection peut naître d’une banale écorchure, et la qualité de la cicatrisation dépendra des précautions employées.

Comment bien désinfecter ?

Toute plaie, même les plus insignifiantes, doit être nettoyée à l’eau et au savon, rincée à l’aide d’eau ou de sérum physiologique, puis séchée délicatement, idéalement en la tamponnant avec une compresse stérile. Elle est ensuite désinfectée avec un antiseptique, de préférence incolore, comme la chlorhexidine aqueuse, qui ne pique pas. Ne pas rincer. Il est préférable d’utiliser les unidoses qui restent stériles au moins jusqu’à la date de péremption (elles doivent être jetées après ouverture) ou les formes sprays qui évitent de toucher la lésion. Évitez les antiseptiques colorés qui gênent la surveillance de l’évolution de la plaie.

Quels pansements utiliser ?

De nombreux pansements sont disponibles. Ils sont adaptés aux différents types de plaies et à leur localisation. Le pansement sec, facile à poser et économique, protège la plaie mais ne favorise pas la cicatrisation. Il est adapté aux coupures et aux écorchures superficielles de petite taille. Le pansement hydrocolloïde forme un gel protecteur qui maintient la plaie en milieu humide et facilite ainsi la cicatrisation. Il doit rester en place jusqu’à ce qu’il se décolle de lui-même. Le pansement hémostatique est imprégné d’une substance qui forme une couche gélifiée au contact du sang : il convient aux plaies avec saignement modéré.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Il faut être patient car une cicatrice évolue durant un à deux ans. La masser à l’aide d’une crème hydratante permet de l’assouplir, d’éviter la formation d’adhérences et d’améliorer son aspect. Tant qu’elle est inflammatoire, une cicatrice doit être protégée du soleil en raison du risque de pigmentation définitive. Toute rougeur accompagnée de douleurs nécessite une consultation médicale pour prévenir ou traiter une infection naissante.

 

« To Do » canicule pour les tous petits

Les tout-petits sont connus comme des êtres adorables et attendrissants… L’été est une période rêvée pour eux qui leur permet de partir à l’aventure ! Cependant, ils sont surtout fragiles et particulièrement exposée aux risques d’insolation notamment lors de canicule. Rappelons les basiques à connaitre lors de grandes chaleurs.

 

 Précautions contre la chaleur

1/ Les vêtements

Le nourrisson comme le jeune enfant doivent être vêtus légèrement. Pour les vêtements en contact direct avec la peau, le coton est préférable (une brassière sans manches plutôt que torse nu) : il absorbe la sueur éventuelle. Pas de vêtements trop serrés. Jamais de tissus synthétiques.
Prévoir un gilet, en cas de rafraîchissement (l’enfant est moite après avoir transpiré).

 

2/ À l’extérieur

Pas d’exposition à la chaleur directe, jamais e présence à la plage entre 10 heures et 18 heures, même à l’abri d’un parasol, où l’enfant se trouverait comme dans un four.
Promenade aux heures fraîches à l’abri du soleil, avec une ombrelle sur la poussette ou le landau.

 

3/ Le sommeil

Pour la sieste, comme la nuit, ne jamais laisser l’enfant dormir au contact direct d’une alèse. Si sa couche est sèche au lever, un biberon d’eau froide immédiat, en plus des biberons normaux (si on lui donne trop à boire, il éliminera facilement le surplus). Même attitude s’il est grognon, chaud, a un comportement « inhabituel ».Si la mère le trouve encore chaud après le biberon d’eau, elle lui donnera un bain.

 

4/ Le faire boire

Le faire boire régulièrement, par petites quantités, toutes les ½ heures. Il accepte plus facilement un liquide frais. Les biberons de lait devront être tièdes et pas chauds.

 

5/ En voiture

Equiper la vitre exposée au soleil d’un pare-soleil, installer une housse en coton éponge sur le siège-auto.

 À lire aussi : Les bons réflexes pour résister à la chaleur

 

 

Matériel à prévoir pour les dangers du soleil

  • Thermomètre médical (auriculaire de préférence)
  • Thermomètre d’ambiance pour sa chambre
  • Thermomètre de bain
  • Ventilateur pour sa chambre
  • brumisateur manuel
  • Baignoire portative (sinon le lavabo fera l’affaire)

 

 

Cas particuliers d’insolation

Il a de la fièvre

Deux explications possibles : elle peut traduire une infection, mais elle peut aussi être due à la chaleur ambiante. L’enfant était peut-être trop couvert, ou situé dans un lieu trop chaud (ex : à la plage, en voiture …). Il peut être aussi bien pâle que rouge. Les précautions doivent être renforcées.
Si la chaleur est en cause, la température doit baisser assez rapidement. Si elle ne baisse pas, appeler le médecin pour décider avec lui de la marche à suivre.
Devant l’apparition de signes de gravité – vomissements, absence de mouvements – appeler le médecin.

 

Il a la diarrhée

La perte d’eau (et de sels minéraux) due à la diarrhée, conjuguée à celle de la transpiration, nécessite une réhydratation intense. Plus l’enfant est jeune, plus la déshydratation est rapide et peut mettre sa vie en danger.
Réhydratez-le sans restriction avec tout ce qui se présente sous forme de liquide buvable non alcoolisé. Appelez votre médecin.

 

Il vomit

C’est une situation d’urgence absolue. La réhydratation indispensable est devenue impossible : une prise en charge médicale s’impose en urgence, de préférence dans une structure hospitalière car une perfusion peut devenir nécessaire.
Appeler les pompiers est la priorité. Votre médecin doit être informé et participer à la prise en charge.

 

À lire

À lire

Cet article est extrait du livre « CANICULE ET FROID HIBERNAL – COMMENT SE PROTÉGER », éditions du Rocher, de Jean-Louis San Marco, professeur de médecine à l’Université d’Aix-Marseille, ancien président de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé.

Il revient sur les plus importants accidents climatiques survenus en France, et sur les conséquences de la chaleur et du froid en matière de morbidité et mortalité. Il passe en revue les modalités de défense dont nous disposons pour y faire face et les gestes protecteurs.Tout savoir sur le sport: écarter les idées reçues et connaître les astuces pour faire du sport au bon moment et éliminer graisse et stress !

Hôtel le Biarritz et thalasso Thalmar : Sport et Anti-âge au programme !

Près du centre-ville de Biarritz, à environ 300m de la plage de Marbella, célèbre pour son côté sauvage qui attirent les surfeurs, faites de l’Hôtel Biarritz votre havre de paix durant votre cure thalasso.

 

49 chambres confortables et fonctionnelles, une vue sur l’océan à couper le souffle, la chaine des Pyrénées qui se profile à l’horizon, la douceur et l’art de vivre de Biarritz, le restaurant le Ponton avec sa cuisine traditionnelle faite de produits de la mer et du Pays Basque ; autant de raison de choisir l’Hôtel Biarritz pour votre cure thalasso. La station balnéaire dispose d’un parcours de golf et un casino !

 

Le centre de thalasso Thalmar

579fff02289e8---biarritz

À 150m de l’hôtel, le centre Thalmar vous attend pour des soins d’une qualité exceptionnelle dont Biarritz, l’une des Mecque du bien-être, a le secret. Il faut dire que dans cet environnement naturel d’exception, tout invite au bien-être et à l’apaisement. Dans les 350m2 de l’espace aquatique l’Archipel, naviguez dans une eau à 33° entre jets sous-marins, sièges à bulles, cours d’aquagym, sauna, hammam et jacuzzi. Pour une remise en forme totale, direction le Carré Fitness pour des séances de musculation et de cardio-training. Des efforts largement récompensés par la superbe vue sur l’Atlantique dont bénéficie le lieu ! Place aux soins ensuite, et tout particulièrement aux cures thalasso. Energie Marine, Santé Beauté, Côté Homme, Bulle de détente, Harmonie du Dos, 3D (détox, drainage, dynamisme), Horizon Minceur, Flash Minceur, Maman Bébé, Essentiel Thalasso, et surtout deux petites nouvelles : les cures Anti-âge et Sport.

 

La cure Anti-âge du médi Spa Thalmar à Biarritz

6 jours et 22 soins, c’est ce qui vous attend lors de cette cure dont le but est de préserver votre capital jeunesse en atténuant et retardant les signes du vieillissement, qui commence par un relâchement de la peau ainsi que l’apparition de petites ridules et tâches pigmentaires. Parmi les soins proposés : 1 bilan médical et esthétique, 1 peeling visage médical (attention, pas d’exposition au soleil durant les 15 jours suivant), 2 soins visage anti-âge, 1 soin corps galbant, 1 séance de zumba, 3 enveloppements raffermissants…

579fff0240056---piscine-interieure

 

La cure Sport au Carré Fitness de Thalmar à Biarritz

Rien de mieux que le sport pour redonner de l’énergie à votre corps et votre esprit ! Après avoir fait un point sur vos objectifs avec un coach sportif et un bilan général avec le médecin du centre, le programme de 6 jours et 22 soins peut commencer. Il comprend : marche nordique en bord de mer, aquabike, body soft, séance drainante cellu M6, massages kiné corps drainant, boues marines, cryothérapie, douches à jets, enveloppements d’algues raffermissantes, séance personnalisée sur plateau et en bassin d’eau de mer, séance de TRX, gommage de corps et enfin pédiluve.

En cure anti-âge ou en cure sport, votre corps vous dira MERCI après votre séjour ici !

Infos

Infos

Pour plus d’informations ou réservez votre séjour cliquez ici

Hôtel Le Biarritz
30 Avenue de la Milady
64200 Biarritz

Enregistrer