L’aryuvedique : puisez dans les ressources de l’eau !

Purifier son corps par une détoxination complète grâce à un cocktail de soins drainants, relaxants et énergisants pour restaurer vos flux vitaux.

 

Éliminez vos tensions avec l’Aryuvédique

Laissez-vous aller sous la brise marine et le soleil de Djerba en testant une cure à l’Athénée thalasso ou à l’Ulysse thalasso incluant les soins communs à toutes les cures (bains et douches, relaxation en bassin, enveloppement d’algues, etc.) auxquels s’ajoute ce petit plus à l’orientale : des gommages, des massages et des modelages inspirés de cultures plus ou moins lointaines dont les connaissances ancestrales sont des sources inépuisables de bien-être et de sérénité.

Vous pourrez ainsi avoir un teint lumineux et une peau saine grâce à un massage Kobido qui vous procure une merveilleuse sensation de relaxation, ou agir sur les couches profondes de votre peau avec le Volto Piu, le must des soins antirides, à moins que vous ne soyez plus attiré par le massage Tuina qui rééquilibre votre énergie vitale. Vous emprunterez à la tradition avec un enveloppement d’algues recelant de prodigieux secrets avant de vous abandonner aux délices d’une relaxation marine par le Watsu. Vous éliminerez vos tensions physiques et psychiques dans ces deux centres qui ressuscitent à merveille l’esprit des thermes antiques où les soins du corps étaient associés au délassement de l’esprit. Relaxation, remise en forme ou détox : à vous de choisir la cure qui vous convient le mieux.

 À lire aussi : Se relaxer avec le Watsu

 

Rééquilibrez vos énergies vitales avec l’aryuvédique

Infos

Infos

RENSEIGNEMENTS
par mail info.resa@thalassopornic.com ou par téléphone au 02 40 82 91 73
Depuis le mois de janvier 2014, Alliance Pornic est le seul centre de thalassothérapie en France qui propose une cure ayurvédique. Reconnu par l’OMS, l’ayurveda est la plus ancienne et la plus répandue des médecines traditionnelles de l’Inde. Un système de santé ancestral toujours pratiqué de nos jours qui intervient sur les plans physique, mental, psychique et spirituel. La cure ayurvédique permet le rééquilibre des énergies selon les 3 doshas : Vata, Pitta, Kapha. Temps privilégié de soins, massages traditionnels, de nutrition adaptée, d’utilisation de plantes et de pratiques respiratoires, cette cure de 6 jours comprend 12 soins thalasso, 6 séances ayurvédiques, 3 ateliers de relaxation et 2 consultations. La pension complète est vivement conseillée afin d’assurer la continuité de la diététique ayurvédique.
 À lire aussi : Alliance Pornic Hôtel Thalasso et Spa**** : plein phare sur les nouveautés

 

Réponses d'expert : L'ayurveda est une analyse de soi

Réponses d'expert : L'ayurveda est une analyse de soi

Dr Sylvie Tanguy
Médecin généraliste

« Avec mes connaissances en ayurveda, je sais maintenant ce que mes patientes ont comme problème. L’ayurveda est une analyse de soi qui est née en Inde, mais en Inde il n’y a pas l’eau de mer. L’essentiel est de définir le déséquilibre de la personne afin de l’orienter vers les bons soins. Les massages ainsi que les soins d’hydrothérapie suivis du hammam et du sauna, mais aussi le yoga et les étirements, la méditation, la sophrologie, l’hypnose et la diététique contribuent à conserver ou à rétablir l’équilibre des énergies. »

 À lire aussi : Massage du corps pour se relaxer ou à but médical

 

Tout connaitre sur la toux

En hiver, rien de plus banal que de tousser. Mais il y a toux et toux. Sèche ou grasse ? C’est ce qu’il faut savoir pour pouvoir la traiter correctement.

 

L’hiver, rhume, laryngite, bronchite et grippe sont les causes les plus fréquentes. Mais toutes les toux ne se soignent pas de la même façon. Ce n’est pas si simple. Votre toux est-elle sèche ou grasse ? C’est toujours la question posée par le pharmacien quand vous lui demandez un sirop pour la toux ou des pastilles pour vous soulager.

 

Toux sèche, improductive

Comme son nom l’indique, une toux sèche ne produit pas de glaires, autrement dit les voies respiratoires sont irritées, mais il n’y a pas de mucus qui encombre les poumons.

Irritante et fatigante

Elle peut se manifester au début d’un rhume, d’une otite ou d’une laryngite, mais peut aussi être provoquée par une allergie ou de l’asthme. Elle fait mal, fatigue et réveille la nuit.

Apaiser c’est tout

Pour soulager et limiter l’inflammation de la gorge, due à la toux elle-même qui favorise sa persistance, un vrai cercle vicieux, le pharmacien prescrira un sirop antitussif. Les sirops et pastilles classiques agissent directement au niveau du cerveau, précisément dans le bulbe rachidien, le centre nerveux qui commande le réflexe de la toux. Ils apaisent mais ne soignent pas la cause qu’il faudra rechercher : une otite par exemple mérite une consultation.

Connaître les contre-indications

à base de codéine ou de dérivés opiacés (à faibles doses), ils sont à éviter en cas de grossesse, d’asthme et d’insuffisance respiratoire et peuvent rendre somnolent. Les sirops homéopathiques n’ont pas ces inconvénients.

 

Toux grasse et mucus

Si vous ne crachez pas après avoir toussé, c’est une toux grasse, productive de sécrétions, mélanges d’eau et de mucus épais et collant; elle est fréquente en cas de bronchite ou de rhume à un stade avancé.

Surtout pas de sirop qui supprime la toux, mais, au contraire, un sirop fluidifiant ou des pastilles expectorantes pour favoriser l’évacuation des glaires et des crachats qui encombrent les poumons. Plusieurs fois par jour pendant 4 ou 5 jours.

Si la toux persiste, parlez-en à votre médecin car il est important de trouver la cause sans retard.

Conseils de Pharmacien

Conseils de Pharmacien

Attention aux toux qui s’éternisent et/ou rendent la respiration très difficile. Une pathologie peut être en cause.

  • Pneumonie ou coqueluche. Les quintes ressemblent à celles d’une bronchite. Ou tuberculose.
  • Reflux gastro-œsophagien (RGO). C’est la cause de remontées acides, d’irritations de la gorge, de voix enrouée et de toux sèche, souvent nocturne.
  • Broncho-pneumopathie chronique (RGO) ou cancer du poumon. Deux maladies dues essentiellement au tabac.
  • Certains médicaments antihypertenseurs. Ils peuvent donner des accès de toux.
  • Corps étranger coincé dans la gorge. Cela se produit en particulier chez les jeunes enfants et c’est une urgence.
  • Origine psychologique. En cause : tension, stress, angoisse.

Vive le thermalisme pour tous

Découvrez les bénéfices des eaux thermales, et leurs vertus médicinales et relaxantes.

Lumière sur la cataracte

Environ 600 000, c’est le nombre d’opérations de la cataracte réalisées chaque année en France, un chiffre qui continue d’augmenter avec le vieillissement de la population. Que faut-il connaître de cette maladie, très répandue après 65 ans, et est-il possible de s’en préserver ? On fait le point pour vous.

 

Éblouissements, vision floue, altération de la perception des couleurs… Ces symptômes peuvent indiquer l’apparition d’une cataracte, cette maladie de l’œil qui touche une personne sur cinq à partir de 65 ans… Et deux personnes sur trois après 85 ans. Au vu de ces statistiques élevées, nous avons tous une chance d’être concerné un jour.

 

L’effet de l’âge sur le cristallin

Le cristallin, petite lentille souple et bombée, située juste derrière la pupille, est transparent pour laisser passer la lumière et obtenir une image bien nette. Mais en vieillissant, il s’assèche, entraînant l’accumulation de protéines et de sucres, et donc une opacification progressive. A terme, le patient éprouve la sensation désagréable de regarder en permanence à travers des verres de lunettes sales ou une vitre en verre dépoli. Il a ainsi des difficultés à distinguer certains reliefs et est plus facilement ébloui.

 

Guérir de la cataracte ? 30 minutes

La cataracte évolue relativement lentement. Mais si elle n’est pas soignée, elle peut déboucher sur une cécité complète car l’opacité continue à se développer. L’œil atteint semble alors couvert d’une taie blanchâtre. Aucun traitement ne soigne la cataracte : la seule solution pour récupérer une vision correcte est de se faire opérer pour remplacer le cristallin malade par un cristallin artificiel. Cette opération très fréquente se pratique sous anesthésie locale et dure moins de 30 minutes.

 

Pour protéger vos yeux, nourrissez-les

S’il est bien sûr indispensable de protéger ses yeux des rayons ultra-violets en portant des lunettes protectrices, le contenu de nos assiettes a un impact important sur eux. Les scientifiques ont identifié la lutéine et la zéaxanthine, deux caroténoïdes capables d’absorber les radiations lumineuses bleues, les plus nocives pour les yeux. Ruez-vous sans attendre sur le chou et les épinards, excellentes sources de lutéine et de zéaxanthine. Une étude* a démontré que les individus possédant beaucoup de zéaxanthine dans le plasma voient leur risque de cataracte diminuer de 47% par rapport à ceux qui en ont peu. Enfin, pour les fumeurs, n’oublions pas que le tabac favorise le vieillissement prématuré de la peau comme des yeux : c’est l’occasion de relire notre article sur le sevrage tabagique pour vous aider à sauter le pas.

* Etude POLA (Pathologies oculaires liées à l’âge) portant sur 2 600 personnes de plus de 60 ans.

Rejoignez le côté green de la force !

« Be veggie ! », c’est le mantra d’Alexandra Chopard, l’auteur du livre intitulé Manger végétarien : un peu, beaucoup, passionnément ! Pharmacienne de formation et passionnée par les médecines douces et les liens entre alimentation et santé, l’auteur partage son savoir. Que vous souhaitiez devenir végétarien ou simplement manger moins de viande, vous n’avez plus qu’à suivre le guide.

Ce livre vous dévoile toutes les clés pour changer vos habitudes alimentaires en évitant idées préconçues et carences. En 9 chapitres, vous allez devenir végétarien et peut-être même vegan.

 

Sur le chemin du végétarien

  • Étape 1 & 2 : zoom sur votre alimentation actuelle (certains sont veggies à temps partiel sans même le savoir !).
  • Étape 3 : on se penche sur la dimension santé de l’alimentation végétarienne. On découvre quels sont les bénéfices précis que l’on peut en tirer, sachant que ce type d’alimentation peut s’adapter à chaque profil (très actif, femme enceinte, sportif, enfant, …). C’est également l’occasion d’en finir avec la fameuse question des protéines (« mais où vas-tu les trouver, si tu ne manges plus de viande ? ») et l’ensemble des craintes de carences liées à l’absence de produits d’origine animale.
  • On rentre dans le vif du sujet à l’étape 4 qui détaille les différentes classes d’aliments composants les repas végétariens (la question du remplacement de la viande y est spécifiquement abordée).
  • L’étape 5 est celle de la transition : adepte de la méthode radicale ou d’une évolution douce, vous trouverez votre manière de mettre moins (ou plus du tout) de chair animale au menu… et de l’aide pour vous y tenir.
  • Étape 6 : pour celles et ceux qui veulent aller plus loin – vers le tout végétal –, vous découvrez de nombreux ingrédients peu courants en cuisine conventionnelle.
  • Étape 7 : on continue d’avancer vers le 100 % végétal.
  • Étape 8 : à vous la visite du magasin virtuel et les produits incontournable.
  • Enfin, étape 9 : une semaine de menus végétariens avec une version printemps été et la version automne hiver.

 

À la santé des végétariens !

Loin du simple livre de cuisine, c’est le mode de vie végétarien qui est décrypté. Alexandra Chopard est un guide et un vrai soutien pour celles et ceux qui, quelles que soient leurs raisons, souhaitent devenir végétarien.

Le troisième chapitre, celui consacré à la santé, est très éclairant. Quelques mots de l’auteur herself. A la question « Peut-on vivre en bonne santé sans manger de viande ? », voilà ce que l’on peut lire : « Oui, sans hésiter ! La référence mondiale scientifique en matière de végétarisme est l’Association américaine de diététique (ADA). Cette association met à jour régulièrement sa position vis-à-vis de l’alimentation végétarienne, en tenant compte des dernières études publiées au niveau international sur le sujet. Voici un extrait de sa dernière communication officielle, parue en 2009 : “La position de l’Association américaine de diététique est que les alimentations végétariennes (y compris végétaliennes) bien conçues sont bonnes pour la santé, adéquates sur le plan nutritionnel et peuvent être bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Les alimentations végétariennes bien conçues sont appropriées à tous les âges de la vie, y compris pendant la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance et l’adolescence, ainsi que pour les sportifs.” »

Et comme elle le rappelle, sur le sujet de l’alimentation végétarienne, beaucoup de pays ont une approche plus ouverte qu’en France.

Pour l’instant !

À lire

À lire

Manger_vegetarien_cest_malinMANGER VÉGÉTARIEN, UN PEU, BEAUCOUP, PASSIONNÉMENT !

Pour en savoir plus, retrouvez des extraits du livre :

Végétarien et en bonne santé ?
(Bien) manger végétarien lorsqu’on est enfant, enceinte ou sportif

Alexandra Chopard, éd. Leduc, 208 pages, 15 €

Les douleurs neurologiques dues au zona

Esther, 33 ans : J’ai fait un zona et depuis je souffre de douleurs violentes. Mon médecin m’a parlé de douleurs post-zostériennes difficiles à traiter. Dois-je me résigner ?

 

Chiffre

Chiffre

300 000
c’est le nombre de personnes touchées, chaque année en France, par un zona
Le zona est une maladie infectieuse qui s’accompagne parfois de douleurs neurologiques sévères dites post-zostériennes (DPZ). Celles-ci peuvent persister plusieurs mois, voire des années après la phase aiguë. Elles ont un retentissement important sur le plan physique et psychologique. Elles altèrent la qualité de vie et peuvent causer des troubles du sommeil, une diminution de l’appétit, voire l’anorexie, avec perte de poids. Elles conduisent parfois à un repli social et à un isolement.

 

Pas de prévention

Pour les maladies infectieuses les plus courantes, telles que grippe ou tétanos, des vaccins existent. Malheureusement, pour le zona dont la fréquence augmente dès 50 ans, aucune vaccination n’est pour l’instant disponible. La prise en charge thérapeutique vise à gérer la douleur du patient afin de préserver ses activités au quotidien. L’amélioration de l’état général de la personne pourrait lui permettre de mieux se défendre contre la maladie.

 À lire aussi : Zona, mode d’emploi

Traitements peu satisfaisants

La douleur chez le senior ne doit pas être banalisée, elle n’est pas une composante normale du vieillissement. La prise en charge des DPZ nécessite des associations médicamenteuses comprenant antalgiques, certains antiépileptiques et antidépresseurs. Ces traitements ne peuvent être que partiellement efficaces, difficiles à manier, et la situation reste parfois non résolue. C’est pourquoi les acteurs de santé se mobilisent pour mettre à disposition des solutions de prévention prenant en compte le vécu douloureux du patient afin qu’il conserve son autonomie. Si la douleur est trop intense ou intolérable, l’hospitalisation est la seule solution.

 

Soutien psychologique

L’approche non pharmacologique a également un rôle à jouer. L’accompagnement médical par un renforcement positif permet une optimisation de la thérapeutique antalgique, et éventuellement antidépressive. L’accompagnement psychologique, voire neuropsychologique du patient, réunissant psychologues, ergothérapeutes et sociologues, est essentiel. Les mots employés par l’équipe soignante, ainsi que sa gestuelle, son langage sont autant de voies d’approche qui se développent.

Vous êtes plutôt précrastination ou procrastination ?

On peut associer la précrastination au fait d’assurer une tâche aussi rapidement que possible, même si ça nous coûte plus d’effort. Autrement dit, précrastiner c’est perdre de l’énergie. Et ça ne vaut donc pas beaucoup mieux que la procrastination .

 

On sait tous ce qu’est la procrastination qui va du plaisir coupable à remettre une petite chose au lendemain à la catastrophe qui arrive à force d’avoir procrastiner. Mais le précrastinateur est un autre énergumène, pas exactement son opposé, disons plutôt son cousin.

Le leurre du plaisir immédiat

Parce qu’anticiper rassure, nous précrastinons trop souvent et ça ne nous rend pas très intelligent. Démonstration. Une équipe de chercheurs américains (en psychologie, à l’université de Pennsylvanie) a mené une expérience* fort instructive. Ils ont pris quelques jeunes personnes – des étudiants – et ont posé deux seaux d’eau emplis d’eau entre un point de départ, appelons-le A, et un point d’arrivée, appelons-le B. Le seau 1 est posé plus près du point A et le seau 2 plus près du point B. Nos brillants chercheurs ont alors invité ces jeunes individus à partir du point A et à prendre un des deux seaux pour l’amener au point B de la manière la plus facile qui soit. Et ça n’a pas loupé : une large partie d’entre eux a pris le premier seau. Et a donc choisi de porter un seau plein d’eau plus longtemps. Pas plus facile et absolument pas logique, donc. La « justification » de ces jeunes gens résidait dans l’idée d’« en finir au plus vite ». Ce qui, on l’aura compris, est une fausse vue de l’esprit. Mais que s’est-il passé dans la tête de nos étudiants qu’on s’interdit de penser majoritairement maso ou stupide ? Tout simplement le sentiment de soulagement qu’apporte l’idée d’en avoir terminé avec quelque chose. Le bénéfice psychologique immédiat l’emporte sur le bénéfique physique. C’est ça, la précrastination.

 

Un stress permanent à l’horizon

On est à l’opposé de l’efficacité et parfois même pas très loin de la bêtise… Que celui qui n’a pas appuyé 25 fois sur un bouton d’ascenseur pour le faire venir plus vite lève la main. Et le précrastinateur va plus loin : il s’empare de toutes les tâches qui lui tombent dessus dans la seconde, il s’interrompt lui-même. Une réaction immédiate est souvent dépourvue de réflexion… Le précrastinateur ne juge plus de l’importance ou de l’urgence d’une tâche, il fonce et s’épuise et peine alors à accomplir ces tâches. L’erreur ? Penser que se saisir d’une tâche c’est l’accomplir. Et la conséquence : le stress permanent.
Donc vaut-il mieux repousser au dernier moment ce que l’on a à faire, à l’image de notre bon vieux procrastinateur qui, comme chacun sait, a cette fâcheuse tendance à remettre au lendemain ce qu’il pourrait faire le jour même ? Et bien c’est plus compliqué, car la précrastination cache finalement notre tendance à procrastiner. Explication. Si on répond à 183 mails dans la journée ou plus exactement à chaque mail reçu dans la seconde à laquelle on les reçoit – précrastination –, on ne traite pas le dossier marqué « urgent » déposé par votre boss le matin même sur votre bureau. Pire, on a la satisfaction du travail accompli grâce à tous ces mails qui ont été traités… jusqu’à ce que le boss vienne vous voir en fin de journée pour savoir où en est son dossier. Le procrastinateur va donc jusqu’à se donner bonne conscience d’avoir accompli tant (183 réponses à ses mails tout de même) ce qui constitue une bonne excuse de n’avoir pas fait ce qu’il eut dû. Bref, il se ment, se leurre, prend des risques et va passer par la case stress, tout comme son le précrastinateur.

 À lire aussi : La procrastination est-elle un si vilain défaut ?

 

La solution ?  D’après nos chercheurs émérites, il faudrait fractionner nos grands travaux en petits travaux moins effrayants voire plus attirants pour y aller avec envie.

*David Rosenbaum, Lanyun Gong et Cory Adams Pott, «  Pre-Crastination. Hastening subgoal completion at the expense of extra physical effort », Psychological Science, ?vol. XXV, n° 7, juillet 2014

10 préliminaires pour l’exciter sans les mains

Rien de pire que la routine dans la vie sexuelle d’un couple. Pour fouetter son désir, surprenez-le avec des préliminaires qui feront grimper en flèche la température… et pas que. Découvrez 10 idées à pratiquer sans les mains.

 

1/ Osez le french kiss

Pour le mettre dans l’ambiance, roulez-lui une grosse pelle sensuelle et volontaire. Les hommes l’avouent : ils raffolent du vrai baiser avec la langue, celui qui en dit long sur votre envie de l’exciter.

 

2/ Allumez le feu sous la douche

Invitez-le à vous rejoindre sous la douche, et obligez-le à garder ses distances. Utilisez ensuite le pommeau de la douche pour caresser son corps d’une manière inédite et éveiller ses zones érogènes.

 

3/ Utilisez votre crinière

Quoi de plus sensuel que la caresse de vos cheveux sur sa nuque, son torse, et même son pénis une fois que vous lui aurez enlevé le bas (pour cette étape vous avez le droit d’utiliser vos mains, c’est quand même plus pratique).

 

4/ Prenez votre pied

Les préliminaires peuvent durer toute une soirée… Et commencer pendant un dîner au restaurant ou chez des amis. Sous la table, enlevez votre chaussure et caressez-le du bout des pieds. Effet garanti : vous pouvez être sûre qu’il ne demandera pas de digestif.

 

5/ Soufflez le chaud et le chaud

Utilisez votre souffle pour lui communiquer votre désir, en le promenant un peu partout sur son corps, ses oreilles, ses lèvres… Accélérez et ralentissez le rythme pour faire monter la pression.

 

6/ Soyez mordante

Pimentez vos baisers passionnés de morsures légères en insistant sur ses zones érogènes : mamelon, intérieur des cuisses, bas-ventre… Suivez ses réactions pour ajuster le curseur en fonction.

 

7/ Dites-lui des gros mots

Osez verbaliser vos désirs, et parlez tout en le caressant de ce que vous aimeriez qu’il vous fasse, de ce que vous avez envie de lui faire… Soyez crue si vous le sentez, tendre si vous préférez : l’essentiel est de lui donner une furieuse envie de joindre l’acte à la parole.

 

8/ Tirez la langue

Les demoiselles bien élevées ne tirent pas la langue, mais sous la couette, on peut abandonner ses bonnes manières. Titillez sa libido de petits coups de langue bien ajustés sur ses oreilles, ses lèvres, son bas du dos, ses fesses… Attention toutefois à ne pas tomber dans le syndrome du labrador : les grands aplats de langue n’ont pas du tout le même effet.

 

9/ Caressez-le avec vos seins

Une fois qu’il est déshabillé, survolez son corps en l’effleurant de la pointe de vos seins qu’il a bien sûr interdiction de toucher, sinon ce n’est pas drôle. Passez sur sa bouche, son torse, son bas-ventre, remontez, insistez, promenez-vous jusqu’à sentir qu’il n’en peut plus. Gageons qu’à la fin de cette caresse vous serez aussi excitée que lui grâce au contact de sa peau sur vos mamelons.

 

10/ Racontez-lui une histoire

Et choisissez une nouvelle érotique que vous lui lirez à voix haute, en prenant votre temps et en y mettant du sentiment. Au fil de votre lecture, vous pouvez commencer à vous caresser : il y a de grandes chances qu’il ne vous laisse pas terminer votre chapitre.

Avez-vous vraiment terminé votre crise d’ado ?

Quel adulte êtes-vous aujourd’hui ?

L’adolescence est une période délicate où chacun se construit en repoussant ses limites. Que ce soit à 30 ou à 50 ans, en êtes-vous vraiment sorti ? Découvrez quel adulte vous êtes aujourd’hui et le chemin que vous pouvez encore parcourir.

1.Lors d’un dîner chez des amis, la discussion s’oriente sur le réchauffement climatique. L’un des invités ne partage pas vos convictions et vous le dit sans ménagement.
2.Lorsque vous évoquez votre adolescence, vos souvenirs sont plutôt :
3.La phrase que vous entendez le plus souvent aujourd’hui :
4.Vos relations avec vos parents aujourd’hui sont :
5.Vous êtes un amoureux
6.Après une soirée avec des amis, ils vous proposent de les accompagner en boîte pour mettre le feu à la piste de danse. Votre réaction ?
7.Avec votre meilleur(e) amie, vous aimez :
8.Vous avez fait une bonne année au travail. Votre banque vous contacte pour vous proposer un nouveau placement.
9.Si l’un de vos collègues manifeste son souhait de vous prendre votre poste :
10.Ces derniers temps, votre meilleur(e) ami(e) semble éprouver le besoin de prouver qu’il est meilleur que vous sur tous les sujets. Votre réaction ?

Flatulences, rots, gargouillis : pourquoi tous ces bruits ?

Pets, rots, ronflements et autres bruits gênants et incontrôlables de notre corps mettent parfois à mal notre dignité.