Maladie de Lyme : gare aux tiques !

Les tiques qui transmettent la bactérie responsable de la maladie de Lyme ont maintenant envahi toute la France. Soyez vigilants cet été en ballade ou en randonnée.

 

Chiffre

Chiffre

28 000,
c’est le nombre de nouveaux cas estimés en France en 2012.
Source : Réseau des médecins Sentinelles.

Jusqu’à ces dernières années, la maladie de Lyme – du nom du comté américain où a été mise en évidence la tique (du genre Ixodes) qui transmet la bactérie en cause – était peu connue en France, sauf dans l’Est, proche de l’Allemagne, de l’Autriche et de la Suisse où elle sévissait. Aujourd’hui, les tiques sont partout, tapies dans les herbes hautes, les tas de feuilles, en forêt, du printemps jusqu’à l’automne. Malheureusement, on ne se rend pas toujours compte qu’on a été piqué par une tique ou on ne fait pas le rapprochement des mois ou des années plus tard avec la maladie. Les médecins eux-mêmes n’y pensent pas toujours car les symptômes ne se manifestent pas immédiatement après la piqûre tique et ne sont pas typiques : maux de tête, douleurs articulaires et musculaires, petite fièvre, fatigue, ganglions parfois. Les tests sérologiques ne sont pas non plus fiables.

 

Rougeur évocatrice de la maladie de Lyme

En fait, il faudrait consulter au moment où une plaque rouge apparaît et s’étend, c’est-à dire 3 à 30 jours après la piqûre, car cette éruption est très évocatrice. Cela dit, elle peut passer inaperçue ou même ne pas exister… L’infection peut ensuite disparaître ou, au contraire, se propager à tout le corps, provoquant des troubles neurologiques, rhumatologiques, voire ophtalmologiques, cardiaques, cutanés, et une fatigue chronique. A ce stade, la maladie est bien plus difficile et longue à soigner, alors qu’au début un traitement antibiotique en vient à bout en quelques semaines.

 

Mieux vaut prévenir la maladie de Lyme

À lire

À lire

LA MALADIE DE LYME.
L’auteur, un spécialiste américain, soigne depuis près de 30 ans des personnes atteintes de la maladie de Lyme et d’autres maladies invalidantes transmises par des tiques.
Dr R. Horowitz. Ed. Thierry Souccar, 2014.
Comme il n’existe pas de vaccin, en promenade ou en randonnée, mieux vaut marcher ou rouler dans les sentiers, mais ce n’est pas toujours possible. Portez des vêtements à manches longues, des pantalons serrés aux chevilles et un chapeau, et appliquez des répulsifs sur la peau et les vêtements.

 

Inspectez-vous !

  • Après chaque ballade à risque, inspectez-vous (et vos enfants) soigneusement, en particulier les zones de plis, la tête, le cou et derrière les oreilles.
  • Si vous repérez une tique, ne mettez pas de produit dans l’espoir de la tuer mais utilisez une pince à épiler en tirant dans l’axe de la pince ou, mieux, un tire-tiques (en pharmacie) qui nécessite une rotation avant de soulever la tique.
  • Si vous avez peur de casser le rostre de la tique en la retirant (ce qu’il faut éviter), faites-la vite enlever par le médecin ou le pharmacien.
  • Surveillez bien la zone de la piqûre dans les semaines qui suivent ; en cas de rougeur locale, consultez rapidement.

Je redécouvre les joies de faire du vélo

Accessible à tous, la petite reine est l’un des meilleurs moyens pour se balader. Ce n’est pas un hasard si 21,4 millions de personnes la pratiquent et qu’elle est la première activité physique des Français, selon l’Observatoire du sport FPS/IPSOS 2012.

 

Pourquoi choisir le vélo ou le VTT ?

Parce que, comme la natation, le cyclisme est une discipline peu traumatisante. Le corps étant porté par le vélo, les impacts au sol sont amoindris par les pneus et les amortisseurs ; et les microtraumatismes au niveau des pieds, des chevilles, des genoux, des hanches et du dos sont évités. Quant aux luxations, elles sont inexistantes. Les principales articulations sont sollicitées dans leur axe naturel. Il n’y a ni rotation brutale ni mouvement violent pouvant entraîner tendinite, élongation, claquage ou autre déchirure musculaire. La seule résistance vient des pédales. Et le mouvement régulier de pédalage, en fait un sport d’endurance à part entière.

 

Quels bienfaits m’apporte le vélo ?

Pratiqué en moyenne intensité et de manière prolongée, le vélo augmente le rythme cardiaque et la consommation d’oxygène. Avec de l’entraînement, le cœur envoie davantage de sang dans les artères, tout en économisant l’énergie nécessaire à chaque contraction. Pratiqué régulièrement, il réduit de moitié les risques de maladies cardio-vasculaires, fait baisser la tension artérielle… Il est idéal contre les insuffisances veineuses.

 

Ça va me faire de gros mollets et des cuisses énormes !

Si vous choisissez un petit braquet, vous les affinerez. Au contraire, avec un grand braquet, vous travaillerez leur puissance. Quant aux côtes et grimpettes en danseuse, debout sur les pédales, elles raffermissent les fessiers et chassent la culotte de cheval. Pour tenir une cadence régulière, quel que soit le terrain, on tire, on pousse avec les bras sur le guidon. On serre les abdos pour garder l’équilibre. Ce travail musculaire se veut encore plus intense en VTT.

 

J’enfourche quelle sorte de vélo ?

Pour la découverte des villages pittoresques et des saveurs régionales, préférez le VTC, le vélo tout chemin. Rien de tel pour les pistes forestières ou les routes de campagne.

Hors des sentiers battus, choisissez le VTT (vélo tout terrain), l’avaleur de bosses et de creux. C’est un extraordinaire moyen de partir à l’aventure et de faire le plein de sensations.

En ville, optez pour le vélo de ville, un champion du confort.

 

Je le règle correctement avant de partir !

Vérifiez la hauteur de la selle et celle du guidon, vous éviterez des douleurs au niveau du dos et des cervicales. Veuillez à ce que vos pneus soient parfaitement gonflés. Soyez également attentif au réglage de vos freins. N’oubliez pas de jeter un œil sur les leviers de vitesse qui permettent d’adapter la puissance physique exigée au type de parcours. Ne négligez aucun détail. Le serrage des vis peut paraître futile mais c’est en l’oubliant que l’on peut se faire très mal.

À lire

À lire

VÉLO, DES PREMIÈRES SORTIES AUX CYCLOSPORTIVES
Matériel, entretien, petites réparations, nutrition, pilotage, entraînement, préparation à une compétition… ce guide est indispensable pour tous les cyclistes!
Marie-Hélène Paturel & Lionel Montico. Éditions Glénat. 192 pages. 19€