Les cures thermales qui marchent pour être en forme

Vous avez prévu de faire une cure thermale cette année ? Après les Thermalies, petit tour d’horizon des programmes ciblés, associés aux cures de 18 jours, et des mini-cures qui se multiplient dans la plupart des stations.


Cure thermale arthrose

À savoir

À savoir

NE PAS CONFONDRE
Le thermalisme, qui utilise des eaux minérales aux caractéristiques chimiques naturelles, a essentiellement une visée curative. La thalassothérapie, à visée surtout préventive, utilise l’eau de mer.
2014 sera placée sous le signe de la médecine thermale, affirme l’Association française pour la recherche thermale, AFRETh. En 10 ans, elle a multiplié les études pour montrer, chiffres à l’appui, l’intérêt du thermalisme notamment dans les troubles anxieux généralisés, les douleurs rhumatismales ou arthrosiques, le surpoids. Et les résultats de deux autres études comparatives rigoureuses ont été récemment publiés.


Étude SPECTh

Le programme comprenant, outre des soins thermaux, des techniques cognitivo-comportementales et des ateliers psychoéducatifs, a été testé sur 70 patients accros aux psychotropes, dans 6 stations à orientation psychosomatique. Les résultats sont très encourageants : 43 % des patients ont arrêté de prendre leurs médicaments avant 3 mois et ne les ont pas repris à 6 mois.


Étude Thermes & Veines

Réalisée auprès de 425 patients suivant une cure pour des troubles veineux chroniques sévères dans les 12 stations thermales à orientation phlébologique, l’étude a montré qu’un an après une cure de 3 semaines avec une cire thermale, les douleurs étaient encore diminuées et la qualité de vie des patients améliorée.

D’autres résultats sont attendus sur le traitement de diverses pathologies : périarthrites de l’épaule, BPCO, lombalgies chroniques, prévention du déclin cognitif, et quatre études vont être lancées prochainement sur la fibromyalgie, le psoriasis et le lymphœdème du bras après cancer du sein traité.

À savoir

À savoir

SITE OFFICIEL DU THERMALISME FRANÇAIS
Toutes les réponses aux questions que vous vous posez sur les cures thermales : indications thérapeutiques, tarifs, modalités de prise en charge, organisation du séjour…

Par téléphone au 0 811 90 80 80 (n ° azur, prix d’un appel local). Site Internet : www.medecinethermale.fr


Nouveautés 2014

Les stations thermales françaises proposent aujourd’hui, en complément des cures de 3 semaines prescrites et remboursées par l’Assurance maladie, des programmes spécifiques, non pris en charge, destinés essentiellement à apprendre aux curistes à mieux se prendre en charge et à prolonger les bienfaits de la cure et en thalasso.

Ostéoporose à Bourbonne-les-Bains, Haute-Marne

En complément de la cure conventionnée rhumatologie, la cure Ostéoporose propose, pour préserver le capital osseux, 18 soins spécifiques (émanatorium, douche au jet, applications de boue à l’eau thermale, bains hydromassants ou aérogazeux…), des conseils de prévention au quotidien, des ateliers Équilibre pour prévenir les chutes, des séances de gymnastique douce, de la marche nordique et de l’aquagym relaxante.
Tél. : 04 79 35 38 50. www.valvital.fr

Post-cancer du sein à Vichy, Allier

Après les résultats positifs de l’étude PACThe (programme d’accompagnement et de réhabilitation post-thérapeutique pour les femmes en rémission complète du cancer du sein en station thermale), les Thermes de Vichy ont créé un programme spécifique, PACS, associé à une cure conventionnée. Objectif : aider ces femmes à retrouver une activité physique régulière, une souplesse du bras traumatisé, leur féminité et, à long terme, réduire le risque de récidive du cancer.
Tél. : n° vert 0 800 30 00 63. www.vichy-thermes-callou-hotel.fr

École thermale du stress, Saujon, Charente-Maritime

Spécialisés dans le traitement des troubles psychologiques et de l’anxiété, les Thermes de Saujon proposent maintenant, en complément des cures de 3 semaines, des programmes comprenant des ateliers psychoéducatifs animés par une psychothérapeute pour apprendre à apprivoiser son stress (2 niveaux), arrêter ou réduire les tranquillisants, mieux vivre sa fibromyalgie ou vivre avec un malade d’Alzheimer. En complément des séjours de 5 jours, seulement le programme antistress.
Tél. : 05 46 39 62 37. www.thermes.net

Sevrage tabagique à La Bourboule, Puy-de-Dôme

Aux fumeurs qui veulent profiter de la parenthèse d’une cure de 3 semaines conventionnées pour dire stop au tabac, mais ont besoin d’être aidés et soutenus, la station propose, en complément, un accompagnement personnalisé avec hypnose, coaching physique pour retrouver son souffle, atelier nutrition pour ne pas prendre de poids, sophrologie, yoga et qi gong pour apprendre à se détendre, sophrologie pour apaiser les émotions et les sensations liées à l’arrêt du tabac.
Tél. : 04 73 81 21 00 www.grandsthermes-bourboule.com

Réponses d'expert : Changer ses habitudes de vie ralentit la progression de l'arthrose

Réponses d'expert : Changer ses habitudes de vie ralentit la progression de l'arthrose

Dr Thierry Ausseil,
médecin thermal à Capvern-les-Bains, Hautes-Pyrénées.

La station de Capvern a mis au point, l’an dernier, le programme Gona’Thermes spécifique à l’arthrose du genou*.

En quoi consiste la cure Gona’Thermes thalassothérapie ?
L’objectif de ce programme, qui complète la cure thermale rhumatologie de 3 semaines prise en charge par l’Assurance maladie, est de faire comprendre aux curistes que changer ses habitudes de vie permet de prendre moins de médicaments et de ralentir la progression de leur arthrose du genou. C’est un véritable parcours de santé de sensibilisation à l’autoprise en charge thérapeutique. Après entretien et évaluation en début de cure avec le médecin thermal, il comprend 4 ateliers collectifs permettant d’acquérir les compétences nécessaires pour prolonger les bénéfices de la cure, avec atelier cuisine (pour perdre les kilos qui pèsent sur les genoux) et gym en salle (1 heure par jour).

Quel constat dressez-vous un an après ?
Pour la première saison, 5 % des curistes en rhumatologie ont suivi ce module centré sur l’arthrose du genou. Au bout de 3 semaines, ils ont gagné en mobilité, ont eu moins besoin de médicaments anti-inflammatoires et ont bien saisi l’importance de continuer à suivre les conseils d’hygiène de vie après la cure.

* 99 € non pris en charge par la Sécurité sociale.

Mini-cures et soins ciblés

Les cures de courte durée et les programmes ciblés sur une pathologie particulière ou localisée répondent à une demande croissante. De plus, les curistes ne disposent pas toujours de 3 semaines d’affilée…

Intolérance au gluten au Boulou, Pyrénées-Orientales

Le programme, très complet, comprend outre des soins thermaux et des activités physiques des séances de gymnastique abdominale, des conférences sur « comment mieux vivre sa maladie » et « le gluten au quotidien », un atelier de cuisine sans gluten, etc. Il se décline en minicures de 6 jours ou en programme de 18 jours, associés à une cure Affections digestives et maladies métaboliques, et il est adaptable aux enfants l’été.
Tél. : n° vert 0 800 05 05 32. www.chainethermale.fr

Maigrir à Brides-les-Bains, Savoie

À côté des 7 cures de 18 jours, dont une pour les enfants, avec possibilité de suivre un programme d’éducation thérapeutique (payant), les minicures de 6 jours (cure Déclic) et 9 jours (cure Métamorphose) sont idéales pour perdre quelques kilos ou amorcer une reprise en mains. Elles comprennent soins thermaux adaptés, diététique, activités physiques et relaxation. Et, en option, un suivi postcure interactif par Internet pendant 10 mois.
www.thermes.brideslesbains.fr
www.legrandspadesalpes.com

Cervicalgie et lombalgie à Jonzac, Charente-Maritime

Quelle que soit leur cause, stress, mauvaise posture ou choc traumatique, les cervicalgies font souffrir et limitent considérablement les mouvements. Quant aux lombalgies, c’est le mal du siècle… À Jonzac, deux programmes spécifiques complètent la cure rhumatologie. Le programme centré sur la lombalgie est également disponible en minicure Mal de dos de 6 ou 12 jours.
Tél. : n° vert 0 800 05 05 32. www.chainethermale.fr

Arthrose des mains et Raynaud à Royat, Puy-de-Dôme

Autre affection pénible, l’arthrose des mains (professionnels du bâtiment, opérateurs de saisie informatique, texto-addicts…). Spécialisée, grâce à ses eaux riches en gaz carbonique, dans les affections rhumatismales et cardioartérielles, la station propose des semaines santé centrées sur l’arthrose des mains et du rachis, mais aussi l’artérite et le phénomène de Raynaud (avec un soin spécifique créé à Royat).
Tél. : 04 73 29 51 51. www.thermes-de-royat.com

Bien-être à Néris-les-Bains, Allier

En marge des cures conventionnées (rhumatologie, neurologie, affections psychosomatiques), des modules complémentaires (Parkinson, névralgie pudendale) et des séjours de 6 jours (stress, sommeil, douleurs), la station a ouvert cette année, dans un ancien bâtiment de style mauresque entièrement repensé, un vaste spa thermal, les Nériades, voué exclusivement au bien-être. Week-end ou semaines minceur, antiâge ou bien-être… à prix raisonnables.
Tél. : 04 70 03 11 11 www.neriades.com


Cure mode d’emploi

  • Prescription. C’est votre médecin traitant qui doit prescrire la cure et préciser, dans le questionnaire de prise en charge par l’Assurance maladie, son orientation thérapeutique ainsi que la station recommandée dans votre pathologie. Consultez-le, si possible, au plus tard au cours du trimestre qui précède votre départ en cure.
  • Accord de la caisse d’Assurance maladie. Il est acquis si vous n’avez pas de réponse dans les 15 jours.
  • Frais pris en charge. Le taux de remboursement est de 65 % pour le traitement thermal, de 70 % pour les honoraires médicaux, mais de 100 % pour les maladies professionnelles et les accidents du travail. Tous les établissements thermaux appliquent le tiers payant.
  • Frais d’hébergement et de transport. Remboursés sous condition de ressources, dont le plafond est fixé chaque année.
Infos

Infos

12 domaines thérapeutiques reconnus par la Sécurité sociale : rhumatologie, voies respiratoires, maladies cardioartérielles, phlébologie, neurologie, affections psychosomatiques, affections urinaires, gynécologie, affections digestives et maladies métaboliques, troubles du développement de l’enfant, dermatologie, affections des muqueuses buccolinguales.

Pour perdre du poids pas de secret il faut bouger et se mettre au sport

Pour prévenir certaines maladies, bien vieillir, résister à la fatigue, lutter contre le stress, ou encore perdre du poids rapidement, l’activité physique est gage d’une bonne santé.


Comment perdre du poids

Le docteur Jacques Girardin, médecin du sport et de l’équipe de France de rugby féminin s’écrie : « Nous avons deux bras et deux jambes. Ce qui n’est pas fait pour rester couché dans son lit, affalé dans son canapé, ou être assis sur une chaise toute la journée. À l’origine l’Homme est une personne nomade. » Au quotidien, il devait chasser pour se nourrir, se défendre. Aujourd’hui, il s’est englué dans le confort. Entre la voiture, les transports en commun, les ascenseurs, les escalators, les portes automatiques, la plupart des efforts physiques quotidiens sont réduits. Or la sédentarité nuit gravement à la santé. Sachant que les muscles représentent 50 % du poids du corps, nous avons besoin d’exercice pour rester en forme.

« Qui dit activité physique ne veut pas forcément dire faire du sport. Promener son chien est une activité physique. À un rythme de deux heures hebdomadaires à l’école, nous sommes plutôt dans la première catégorie. Ensuite, vient le sport de loisir qui dure un peu plus longtemps et il est un peu plus intense, avec d’autres contraintes. Puis le sport de compétition qui peut nuire à la santé. » Une chose est sûre, plus le corps fournit d’effort, plus il devient vigoureux et résistant. À l’inverse, moins il est actif, moins il est apte à l’être : c’est le déconditionnement à l’effort. Les muscles s’affaiblissent, les os perdent de leur densité, les articulations se grippent et le système immunitaire se dégrade. D’où l’importance de se bouger. Toutes les occasions sont bonnes. « Chaussez vos baskets ou vos rollers pour aller travailler. Prenez votre vélo et les escaliers. Tondez la pelouse. Accumulés, tous ces petits efforts sont incroyablement efficaces », même dans une salle de sports pas cher !


Pourquoi choisir le sport pou perdre du poids ?

  • L’exercice physique renforce le cœur. Pour répondre à la demande, il s’accélère, augmentant le flux sanguin. Grâce à l’entraînement, il se muscle et éjecte une plus grande quantité de sang à chaque contraction.
  • Il régule la tension artérielle. Avec un travail régulier, les artères coronaires se dilatent mieux. Le cœur bat moins vite et le pouls est plus lent, donc la pression sanguine baisse.
  • Il améliore le retour veineux. Par l’écrasement de la semelle veineuse plantaire et les contractions des muscles qui compriment les veines, le sang remonte mieux au cœur.
  • Il augmente les dépenses énergétiques, équilibre les apports et les dépenses d’énergie, modifie la répartition de la masse grasse et de la masse maigre (muscle).
  • Il abaisse le taux de sucre sanguin. Les muscles consomment du glucose, entraînant une diminution du taux de sucre dans le sang.
  • Il transforme le mauvais en bon cholestérol. En brûlant les graisses du sang, le taux de mauvais cholestérol (LDL et triglycérides) baisse et celui du « bon » (HDL) augmente.
  • Il draine les sécrétions bronchiques et sinusiennes. Son effet vasodilatateur, surtout après l’entraînement, aide à diminuer le nombre de crises d’asthme, leur intensité et la consommation de bronchodilatateurs.
  • Il lutte contre l’ostéoporose. À chaque contraction musculaire, on sollicite les points d’attache osseux, stimulant ainsi la formation d’os nouveau.
  • Il renforce le système immunitaire grâce à une augmentation des médiateurs chimiques qui le stimulent.

A quelle cadence pour une bonne remise en forme ?

« L’important est d’avoir une activité physique dite d’endurance peu intense (marche, vélo, natation), régulière (au moins égale à trente minutes par jour). Nul besoin d’en faire deux heures par jour pour avoir de bons résultats sanitaires. » Comme les blessures, le surentraînement est l’ennemi du sportif. Si la fréquence cardiaque se veut un bon indicateur du type de consommation énergétique et du type d’exercice (endurance ou résistance), pour le docteur Jacques Girardin « rien ne vaut le seuil ventilatoire, moment à partir duquel vous n’arrivez plus à parler avec la personne avec qui vous faites du sport. Chacun a le sien, c’est pourquoi les entraînements doivent être personnalisés.

Au-dessous de celui-ci, vous consumez de la graisse et maigrissez (exercice en endurance).

Si vous courez au-dessus, vous brûlez du sucre et vous repoussez vos limites (exercice en résistance). N’oubliez surtout pas que la résistance fatigue très vite et perturbe le système immunitaire ! »

À éviter

À éviter

  • – Faire du sport intensément lorsqu’il fait très chaud (+30 °C) ou très froid (-5 °C).
  • – En cas de malaise, si vous n’allez pas bien, ne dites pas « c’est un coup de fatigue, ça ira mieux demain. » Consultez immédiatement votre médecin traitant et faites un bilan, voire un test d’effort.
  • Attention fumeurs! Ne grillez plus de cigarette à partir deux heures avant la séance et jusqu’à deux heures après l’effort. Le risque d’infarctus du myocarde serait très augmenté.
  • Ne prenez pas une douche chaude juste après votre activité physique. Attendez plutôt vingt minutes que les vaisseaux sanguins aient retrouvé leur débit habituel vers le cœur.

Tout savoir sur les abdominaux

Critère de séduction dans nos sociétés, avoir un ventre plat ne se résume pas à de longues séries de relevés de buste les pieds coincés sous le lit ou l’armoire. Explications.


Tout savoir sur la ceinture abdominale

Des carrés de chocolat à croquer ou des abdos en béton… Nous en rêvons tous. Pour y parvenir, il suffit d’un minimum de volonté, sans pour autant passer par la liposuccion ou dépenser des fortunes dans des interventions chirurgicales. Contrairement à ce que l’on croit, les abdominaux ne sont pas uniquement devant. Véritable courroie de transmission entre la cage thoracique et le bassin, le système abdominal se compose de cinq couples de muscles principaux, dont les faisceaux se croisent sur plusieurs plans. Le grand droit, qui sert à fléchir le buste, forme une bande plate et verticale allant des dernières côtes jusqu’au pubis. Situé devant et visible sous la peau, c’est à lui que nous devons les jolies tablettes de chocolat. Latéralement, les petits obliques partent de la crête iliaque vers les côtes. Inversement, les grands se dirigent des côtes vers la crête iliaque. Nous les utilisons pour nous tourner ou nous incliner. C’est à eux que nous devons notre taille de guêpe ou en V. Plus en profondeur, le transverse s’accroche sur les vertèbres et tapisse tout le ventre. Il a pour rôle de contenir les viscères et de pousser vers le haut le diaphragme lors d’une expiration. Enfin le carré des lombes, de forme aplatie, s’insère sur les transverses des vertèbres lombaires et sur les bords inférieurs de la crête iliaque. En contraction bilatérale, il maintient la lordose lombaire en équilibre. Et de manière unilatérale, il permet l’inclinaison latérale du buste.

1/ Connaître le rôle des abdominaux

« Les abdos ne jouent pas seulement un rôle déterminant dans les mouvements de flexions, rotations, d’inclinaison du buste… ou encore dans le maintien et l’équilibre de la posture, en synergie avec les muscles spinaux, les fessiers ou les ischions jambiers. Ils assurent aussi la transmission des forces entre le bas et le haut du corps, ainsi que le placement en musculation, course à pied… tous les sports mobilisant le buste et les jambes. »

2/ Éviter les risques et les douleurs

« Une faiblesse de cette zone entraîne l’hyperlordose avec des douleurs dans la région lombaire dues à un mauvais alignement des vertèbres. Un manque d’équilibre et de stabilité engendre une certaine perte d’énergie lors de la réalisation de mouvements sollicitant le haut et le bas du corps. Résultat c’est la contre-performance assurée ou le tour de reins… » David Costa, coach sportif de 27 ans hautement diplômé et modèle fitness d’origine hispano-portugaise, sait de quoi il parle. Depuis dix ans, il pratique la musculation dans un but d’esthétisme et de performance.

3/ Renforcer les abdos, pourquoi ?

Ce n’est pas un hasard si les disciplines telles que le yoga, Pilates, qi gong… accordent à l’abdomen une grande importance. Il est la source de l’énergie vitale, Chi, Ki, Qi, le centre du pouvoir du corps. Certes, nous les sollicitons en permanence sans nous en rendre compte. Mais cela reste insuffisant. Il faut les renforcer. Si nous naissons avec un capital musculaire fait de fibres rapides et lentes, avec l’âge, la vie sédentaire, les fluctuations de poids, les grossesses… ces fibres perdent de leur qualité.

4/ Lutter contre la fonte musculaire

« La dégénérescence des cellules nerveuses et son impact sur les cellules musculaires entraînent naturellement une réduction de la masse musculaire et une perte de force. Le nombre de fibres de type II, dites rapides avec un gros potentiel de force et une capacité de contraction, tend à diminuer. Alors que celles de type I, lentes avec une grande capacité oxydative, idéales pour les efforts d’endurance, augmentent. »

5/ Réussir sa remise en forme abdominale

Tout commence par une nourriture équilibrée et variée. David précise : « Contrôlez les apports en glucides selon vos besoins. Limitez ceux à fort index glycémique, pâtes, riz, pain et sucre blancs, corn flakes, fruits secs (dattes), carottes, purée de pommes de terre, miel, etc. Maintenez un apport suffisant de protéines, environ 1,5 g/ kg de poids de corps pour les sportifs et plus pour les pratiquants de musculation. Conservez une quantité satisfaisante en graisses mono et polyinsaturées : huiles végétales 1re pression à froid, oléagineux, amandes, noix, noisettes, etc., et les poissons gras, saumon, maquereaux, sardine, thon. » Côté exercices, « Crunch, soulevé de bassin, relevé de buste, oblique, gainage facial. En mobilisant les nombreuses fibres musculaires des abdos, vous les renforcerez sous tous les angles. » Attention aux séances excessives. Mieux vaut faire des petites choses de qualité plutôt que des grands mouvements qui partent dans tous les sens.

À éviter

À éviter

  • Tirer sur la nuque. Utilisez les mains uniquement comme support. Levez moins haut, mais décollez les épaules.
  • Relâcher au moment de la descente. Gare aux lombaires qui se creusent. Plaquez-les bien au sol et rentrez le ventre.
  • Prendre de l’élan ou les phénomènes d’à-coups. Contrôlez le mouvement et l’amplitude.

Réponses d'expert : le cardiotraining n'est pas le secret des abdos saillants !

Réponses d'expert : le cardiotraining n'est pas le secret des abdos saillants !

David Costa
Coach sportif*

Si vous l’incluez dans votre entraînement, faites-le après le renforcement musculaire. Il est possible d’atteindre 5 % de graisse corporelle, question d’alimentation et de séances de musculation bien pensées. Selon de nombreuses études, les longues séries ne font pas perdre de manière localisée. La clé est dans la nutrition. Si vous débutez, évitez les mouvements de battements de jambes, des relevés de buste avec les pieds sous le lit… Sollicitant le psoas iliaque, ils exercent des tensions au niveau lombaire. Vous pourrez également vous servir d’un appareil abdo pour des résultats visibles rapidement.

* Modèle fitness et ambassadeur pour Reebok, Reebok Crossfit, ES Collection et Remington France.

À lire

À lire

ADBOMINAUX, ARRÊTEZ LE MASSACRE
À quoi servent les abdominaux ? Comment travaillent-ils ? Comment les faire travailler en respectant la physiologie et en se faisant du bien ? Comment contrôler le résultat de sa pratique ? Vous saurez tout avec ce livre.
Dr Bernadette de Gasquet, éditions Marabout, 224 pages, 15 €.