Sport aquafusion, la nouvelle manière de perdre du poids

Nous connaissions l’aquagym, l’aquabiking, l’aquaboxing, l’aquapalming… Déjà précurseur avec l’aquarunning, l’Espace Récréa, qui gère et anime des centres aquatiques partout en France, a su créer le buzz avec sa dernière activité, l’aquafusion.


En quoi consiste cette variante de l’Aqua bike ?

Le cours d’aquafusion consiste à faire du vélo piscine, des haltères, mais aussi du trampoline dans l’eau pour jouer sur les quatre différentes parties du corps. « Nous avons essayé de trouver un équilibre entre le haut et le bas, explique Cyril Chapron, responsable des activités d’Espace Recréa. Aucun muscle, aucune partie du corps ne sont négligés. Dans l’eau, la résistance est multidimensionnelle.» Avec l’atelier vélo et celui avec le trampoline, vous tonifiez les jambes, galbez vos fessiers et travaillez les abdominaux. Quant aux enchaînements avec les haltères, vous sollicitez les triceps, biceps, le dos, la ceinture scapulaire…


Je vais vraiment m’affiner avec ce vélo de piscine ?

« Préparez-vous à fondre », c’est ce qu’annonce les créateurs de ce véritable circuit training dans l’eau, en small group et à haute intensité. « Je me suis basé sur une méthode d’entraînement qu’utilisent les sportifs de haut niveau pour améliorer leurs capacités physiques générales, l’anaérobie lactique. Il s’agit de travailler sur des séries courtes, mais très intenses, avec une notion de récupération contrôlée. Vous allez donc utiliser les glucides dans le sang, les réserves et le foie. Par conséquent, exploiter toutes les réserves en glycogène et énergétiques dans le corps. » Et tout cela sans regarder votre montre.


Combien vais-je perdre de calories avec l’aquafusion ?

Difficile de connaître le nombre exact. Tout dépend des personnes, de votre métabolisme de base et de l’intensité que vous allez y mettre. « Une chose est sûre, en stimulant vos muscles, vous augmentez le nombre de leurs fibres et leur résistance. Ainsi, non seulement vous allez taper dans les lipides, mais vous dépenserez plus de calories au repos. » Qui dit plus de fibres musculaires, dit plus d’énergie pour les alimenter…

Est-ce que je risque de me blesser ?

Même si vous n’êtes pas très en forme, effectuez des sauts, sollicitez fortement votre cœur… Pas de panique ! Le prof vous propose toujours des variantes si vous êtes en difficulté. Sachez aussi que dans l’eau les chocs articulaires sont amoindris. « 25 à 30 % du poids sont utilisés. Les chocs sont donc moins violents que sur la terre ferme. Prenez aussi en compte que dans l’eau, vous exploitez environ 10 % de vos capacités cardiaques en moins. » Quoi qu’il en soit, respectez votre corps et écoutez-le !


Respectez votre niveau en aquacycling !

Cours un peu guerrier, l’aquafusion reste dans le même registre que le grit et autres crossfit des salles de fitness. Si tout le monde peut essayer, mieux vaut avoir l’esprit combatif. Alors, si vous reprenez le sport, redémarrez avec de l’aquaforme, un aquafit avec des steps ou encore un aquabalance avec des frites. Trop facile ? Montez d’un cran avec l’aquabuilding ou l’aquaboxing. Toujours trop facile ? Vous êtes prêt…

À lire

À lire

LES FONDAMENTAUX DE L’AQUAFUSION
Déjà adopté par plus de 35 000 nageurs et encadrants, cet ouvrage est un véritable best-seller dans le monde de la natation !
Michel Pedroletti, éditions Amphora, 280 pages, 24,50€ 

Quels sports quand il fait chaud ?

Si vous pratiquez une activité physique en plein air, mieux vaut prévenir que guérir. En été, que vous soyez un sportif averti ou du dimanche, attention à la surchauffe et aux bouffées de chaleur !

 

Chiffre

Chiffre

41 °C
c’est la température corporelle critique où l’on risque des convulsions cérébrales fatales.
1%
du poids corporel en eau entraîne une baisse de 10 % de ses capacités physiques.

 « L’homme est de nature homéotherme. Quel que soit le climat, l’organisme maintient la chaleur du corps autour de 37 °C. Ce que l’on appelle l’homéostasie, l’état d’équilibre intérieur des différents organes », explique Frédéric Laco, préparateur physique et formateur à l’Institut des métiers de la forme (IMF).

Le corps est un milieu ouvert qui échange en permanence avec l’extérieur. Si l’on perturbe ce système de refroidissement gare à la surchauffe ! « Le muscle fabrique plus d’énergie thermique et mécanique. Avec des conditions climatiques comprises entre 32 et 33 °C, il y a une très grosse production de chaleur et une évacuation insuffisante. » En fonction de la température extérieure, l’intensité de l’effort, le niveau de forme, d’entraînement et d’acclimatation de la personne à la chaleur, le débit sudoral peut varier de 1,5 à 2 litres par heure, et dans des conditions extrêmes jusqu’à 4 l/h. Cette déshydratation peut engendrer une hyperthermie. « En état de déshydratation, le volume d’eau contenu dans le plasma sanguin diminue, rendant ainsi le sang plus épais. Le cœur doit alors fournir plus d’effort pour le propulser dans les vaisseaux. La circulation devenant plus difficile, le taux d’oxygène et de nutriments alimentant les muscles va s’en trouver amoindri et les capacités d’élimination des toxines diminuées. Au-delà de 40 °C, vous êtes à la limite absolue de survie. À 43 °C, vous risquez de mourir. »

Même immobiles nous consommons de l’énergie : respiration, fonctions d’élimination, assimilation des aliments, digestion représentent les dépenses minimales, c’est le métabolisme de base.

 

Veillez à rester bien hydraté pendant votre sport

1/ N’attendez pas d’avoir soif pour boire

En période de grosses chaleurs, faire du sport devient délicat. L’hydratation est la clé d’une bonne condition physique. Toute perte hydrique, même minime, peut être redoutable pour les muscles, les tendons et les articulations. Gare aux mauvaises contractions musculaires, aux crampes à répétition, aux crises de tétanie ou, pire encore, aux problèmes cardiovasculaires.

2/ Buvez avant, pendant et après l’effort

Avant, cela permet un engrangement hydrique. Pendant, avec des boissons dites pour le sport, vous palliez les déficits en minéraux dus à la transpiration. Boire après facilite la reconstitution de la perte en eau et favorise une bonne récupération. « En redonnant un volume sanguin adéquat, vous améliorez la transmission des différents nutriments et oxygène dans tous les organes. »

3/ Misez sur la variété

Une simple eau plate est insuffisante pour recharger l’organisme en minéraux. Le sodium est essentiel au maintien de l’équilibre hydrique de l’organisme et facilite la récupération. Les glucides sont le carburant du muscle pendant l’effort et sont indispensables pour retarder l’apparition de la fatigue.

4/ Pesez-vous le soir

Si vous constatez que vous avez perdu un kilo en montant sur la balance, ne vous réjouissez pas. Cela signifie que vous ne vous êtes pas assez hydraté. « Arrêtez de penser que perdre des calories c’est perdre du gras. Vous brûlez de l’énergie dont une partie de lipides, mais aussi des glucides, des protéines… Sous des fortes chaleurs, c’est surtout de l’eau que vous éliminez. »

5/ Quelles activités choisir ?

Écoutez votre corps. « Le choix reste propre à chacun. Il faut que vous soyez dans une aisance sportive et physiologique. Vous ne devez pas être à la peine. Si vous êtes dans la difficulté, vous êtes en surrégime. Le système cardiaque est au-delà de ce qu’il peut fournir et de la chaleur qu’il peut supporter. Évitez les sports nécessitant une forte puissance aérobie, un métabolisme qui demande beaucoup d’oxygène : fractionné, interval-training… » Préférez toutes les activités aquatiques. Attention ! Dans l’eau, vous vous déshydratez aussi, même si le phénomène est moins rapide. Optez aussi pour les salles climatisées.

Réponses d'expert

Réponses d'expert

laco_expertFrédéric Laco,
préparateur physique et formateur à l’Institut des métiers de la forme (IMF)

Au-delà de 25-26 °C, surtout, évitez de courir avec des kways pantalons et autres combinaisons de sudation.

C’est une faute très grave et très dangereuse. Une perte hydrique importante est néfaste pour l’organisme lors de fortes chaleurs. Elle peut entrainer une hypervolémie. N’oubliez pas que le sang et le plasma sont constitués d’eau. En cas de très forte déshydratation, le volume sanguin s’épaissit. Le cœur est obligé de monter en régime pour répondre à la demande afin d’augmenter le flux sanguin dans les muscles concernés. La circulation devenant de plus en plus difficile, elle peut provoquer une insuffisance cardiaque, une gêne respiratoire, un œdème du poumon, voire une fibrillation ou une crise cardiaque. Alors ajouter à cela une combinaison de sudation… vous mettez votre vie en danger pensant perdre du poids alors que c’est surtout de l’eau que vous éliminez. »

À éviter

À éviter

  • La radiation du soleil qui cuit la peau et chauffe le sang, faisant transpirer beaucoup plus. Appliquez des crèmes solaires à indice 100 qui résistent à l’eau, spéciales sport.
  • De pratiquer un sport au moment de l’ensoleillement maximal, entre 11h3O et 16 heures, quand la chaleur est la plus intense.
  • De boire des boissons trop froides sinon gare aux conséquences sur le transit intestinal.
  • De porter des vêtements collants, de couleurs foncées qui retiennent la chaleur. Misez sur le clair et sur les fibres qui évacuent la chaleur.
  • Les insolations et les coups de chaleur. Portez chapeau, casquette ou foulard sur la tête, sans oublier les lunettes de soleil pour protéger les yeux.
À lire

À lire

LE GUIDE SPORT ET SANTE
Vous découvrirez en détail les différentes activités sportives ainsi que des conseils clairs sur l’alimentation, l’hydratation… pour ne pas mettre sa santé en danger.
Ds Gilbert Pérès et Denis Barrault, 432 pages, éditions Vidal, 24 €.

Maladie de Lyme, une inconnue

La maladie de Lyme, transmise par une tique, est très souvent diagnostiquée trop tard. Or elle est difficile à soigner une fois qu’elle s’est propagée à tout le corps.

 

Chiffre

Chiffre

15 000 nouveaux cas comptabilisés chaque année. La maladie de Lyme est en plein développement en France.

On l’appelle maladie de Lyme, du nom du comté américain où fut mis en évidence son responsable, une tique du genre Ixodes, ou bien borréliose de Lyme parce qu’elle est en fait causée par une bactérie de la famille des Borrelia transmise par des tiques infectées.

 

Transmission dans les hautes herbes

La maladie est largement répandue dans l’hémisphère nord, Europe comprise. En France, l’Est et le Centre sont les plus touchés, mais à l’exception du littoral méditerranéen et des zones situées à plus de 1 500 m, ces tiques sévissent sur tout le territoire, dans les endroits boisés et humides et même sur les terrains de golf.

 

Répulsifs et pince à tiques

En randonnée, soyez vigilants entre mars-avril et octobre. Protégez-vous avec chaussettes, chaussures montantes, pantalons serrés aux chevilles, manches longues, chapeau et appliquez des répulsifs sur la peau et les vêtements. Redoublez d’attention avec les enfants car les tiques sont en général à moins d’un mètre du sol. Faites une inspection au retour de ballade et si vous en repérez une déjà incrustée, utilisez délicatement une pince à tiques ou faites-la vite enlever par le médecin ou le pharmacien.

 

Traitement lourd de la maladie de Lyme

Malheureusement, la majorité des piqûres de tique passent inaperçues, les signes d’infection ne sont pas toujours immédiats et les co-infections (par la même piqûre) sont fréquentes. Résultat, les symptômes font penser à une sclérose en plaques, une fibromyalgie, une polyarthrite, un lupus, une dépression… et le diagnostic est souvent tardif, d’autant que les tests sérologiques ne sont pas très fiables. La maladie s’aggrave. Au stade 3, le traitement est beaucoup plus difficile, pénible et doit être répété.

 

Trois phases pour cette maladie

Stade 1. Une plaque rouge s’étend peu à peu quelques jours ou semaines après la morsure, tandis que la partie centrale s’éclaircit. Maux de tête, douleurs articulaires et musculaires, petite fièvre, fatigue, ganglions peuvent aussi apparaître. Mais tous ces signes ne sont pas systématiques.

Stade 2. L’infection se propage et des manifestations neurologiques, rhumatologiques, plus rarement ophtalmologiques, cutanées ou cardiaques apparaissent.

Stade 3. Un an ou plus après la piqûre, la maladie est disséminée dans tout le corps, devient chronique, les symptômes et les douleurs s’aggravent, se multiplient et épuisent.

 

Thalasso et spa à Quiberon pour se ressourcer et se relaxer

Vous recherchez une revitalisation profonde et durable ? Promesse tenue au Thalassa sea & spa de Quiberon avec l’air vivifiant de la Bretagne en plus !

 

En Bretagne Sud, au bout de la presqu’île de Quiberon, le Sofitel Thalassa sea & spa concrétise la promesse d’une évasion bien-être. Face à la mer, il bénéficie d’une situation unique. Dans un environnement particulièrement préservé et naturel, ce centre de thalasso d’exception vous invite à une pause détente pour retrouver la forme qui vous fait défaut.

 

Un cocon de tranquillité au cœur de Quiberon

Vaste, lumineux et ouvert sur l’océan, l’Institut a été repensé par deux architectes français de renom, Marc Hertrich et Nicolas Adnet, pour optimiser votre bien-être. Il préserve, tel un cocon, la tranquillité et l’intimité de chacun. Tout au long de votre séjour, une équipe d’hydrothérapeutes, de masseurs-kinésithérapeutes, d’éducateurs sportifs et d’esthéticiennes est à votre écoute et vous dispense des soins au sein de cabines individuelles ou de piscines d’eau de mer chauffée. Entre les soins, des espaces de relaxation propices au ressourcement contribuent à votre revitalisation profonde et durable.

 

La cure Prestige & Liberté avec cette thalasso Quiberon

Info

Info

Cure Prestige & Liberté au Sofitel Quiberon Thalassa sea & spa : renseignements au 02 97 50 48 88 ou sur www.thalassa.com
Ce programme vous permet de composer votre séjour sur mesure. Chaque jour et au choix, deux soins de thalassothérapie et deux soins d’exception, modelage ou massage et soin de beauté. Outre votre cure de 24 soins individuels sur 6 jours, vous profitez de deux rituels exclusifs en début et fin de séjour.

Parmi les soins essentiels, 12 soins à choisir entre les enveloppements revitalisant, amincissant, hydratant, détoxifiant, aux boues marines, mais aussi le modelage sous affusion ainsi que la fameuse douche sous-marine détente ou minceur.

Parmi les soins d’exception, vous aurez le choix entre 6 soins dont les massages thérapeutiques, énergétiques, aux huiles essentielles, réalisés par les masseurs-kinésithérapeutes, mais aussi les modelages aux pierres chaudes et de galet.

Sans oublier les soins beauté, visage, corps, cheveux, mais aussi pieds, qui redonnent éclat et jeunesse à votre peau.

 

Bienfaits des actifs marins

Tout au long de la cure, les thérapeutes respectent votre rythme et vous apprennent à mieux écouter votre corps et à en prendre soin grâce au meilleur de la thalassothérapie, les actifs marins que sont l’air, l’eau et les algues.

L'air, l'eau, les algues !

L'air, l'eau, les algues !

  • L’air marin, vivifiant et tonifiant, est réputé pour son action antistress et revitalisante.
  • L’eau de mer offre une triple action bénéfique pour la santé. Elle contient près d’une centaine de sels minéraux et d’oligoéléments indispensables à l’organisme. Lors des soins, la portance de l’eau de mer facilite le mouvement et soulage les articulations. Enfin l’eau de mer chauffée permet de réguler la circulation sanguine et procure des effets relaxants.
  • Les algues sont de véritables concentrés de minéraux et d’oligoéléments. Appliqués sur le corps, les enveloppements chauds à base d’algues offrent de multiples bienfaits, contribuent à revitaliser l’organisme et procurent un sentiment profond de bien-être et de détente.

Karine Le Marchand : “Je suis sûre de ce que je vaux !”

L’animatrice vedette de L’Amour est dans pré est doublement heureuse. Elle a reçu dernièrement le trophée des Femmes en Or et son émission séduit sur M6 des millions de Français.

 

Pendant plusieurs années vous étiez aux commandes des Maternelles sur France 5. Quelles raisons vous ont poussée à aller voir ailleurs ?

J’ai quitté Les Maternelles parce que, au bout de 5 ans d’émissions quotidiennes, je connaissais toutes les réponses des spécialistes. Ce qui fait que je mentais aux téléspectateurs en faisant semblant d’être surprise et je ne me trouvais plus sincère avec eux. Dans ce métier, il faut avoir la même candeur que ceux qui vous regardent.

On peut dire aujourd’hui que L’amour est dans le pré obtient en grande partie grâce à vous des records d’audience. Comment expliquez-vous ce succès grandissant ?

Les agriculteurs sentent que je m’intéresse vraiment à eux. On en revient à la sincérité : quand j’écoute quelqu’un, je l’écoute. Nous sommes dans une société où nous ne sommes plus considérés. Dans notre travail, on ne nous dit pas assez c’est bien ce que tu fais. Le fait de dire à quelqu’un : nous t’avons choisi pour écouter ta souffrance, c’est déjà un onguent sur sa blessure et il se livre tel qu’il est vraiment. C’est cette sincérité qui touche les gens.

Le fait que les agriculteurs portent une attention particulière au physique de leurs futures partenaires ne vous agace-t-il pas et n’auriez-vous pas envie de leur dire qu’il y a autre chose que le physique dans la vie ?

C’est très masculin. L’homme a besoin d’une stimulation visuelle alors que la femme intellectualise beaucoup plus la relation. La femme n’accorde pas d’importance au physique. C’est pour moi une sorte d’immaturité de la part des hommes.

Et vous le leur dites facilement ?

Je le leur dis mais j’ai l’impression de n’être pas entendue. C’est vrai qu’une relation ne pourra pas se bâtir s’il n’y a pas de sensualité. Mais je trouve dommage de s’attarder à autant de critères physiques et de si peu exprimer des exigences morales. Parce qu’à long terme, c’est ce que la personne a au fond d’elle-même qui fait que le couple va durer.

Vous avez publié en 2009 Devenir heureux, un livre dans lequel vous nous faites des confidences très personnelles notamment quand vous abordez les relations avec votre père ainsi que votre anorexie. Est-ce que ce sont ces failles que vous avez connues dans votre vie qui font la femme à l’écoute des autres que vous êtes aujourd’hui ?

Sans aucun doute. Être née métisse dans une famille de blonds aux yeux bleus, à Nancy, dans une région où j’étais pratiquement la seule avec ma sœur, fait que j’aime les gens différents, ceux qui ont eu du mal et qui sont en difficulté.

En matière de santé, êtes-vous préventive ou bien vous soignez-vous en fonction des bobos qui passent ?

Je suis très préventive. Je prends des oméga 6 et fais ma cure de vitamine C. Quand je sens que je vais attraper froid, je prends le taureau par les cornes et je vais faire du sport. Parce que j’ai remarqué que lorsque je transpire, à ce moment-là, je prends un bon bain et je casse le mal. Quand je sens que je suis malade, je me mets en état de jeûne. Pratiquer le jeûne de temps en temps met vos intestins au repos et cela vous libère l’esprit. Maintenant, c’est un discours qui peut être dangereux s’il est mal interprété.

Quelle relation entretenez-vous avec votre pharmacien ?

Je suis très à l’écoute de mon corps. Je sens immédiatement quand je défaille, que je ne dors pas assez, ou quand je mange mal… c’est une hygiène de vie qu’il faut respecter. Je considère mon pharmacien comme un excellent conseiller dans le domaine notamment des oligoéléments ou de l’homéopathie. Je suis plutôt médecines douces !

Que pensez-vous des régimes ?

J’ai toujours une raison de suivre un régime. J’aime le chocolat ainsi que les sucreries, aussi pour ne pas grossir tout en me permettant ces excès, le reste du temps je gère, car il faut avoir du plaisir dans la vie. Je n’aime pas que l’on m’impose des obligations ! Mais il est prouvé que l’on vit plus vieux lorsque l’on est plus mince.

Comment entretenez-vous votre forme ?

J’ai la chance d’habiter à côté d’un bois, aussi je cours environ deux à trois fois par semaine et je pratique la barre au sol parce que je sens qu’avec l’âge je me raidis. L’été, je m’adonne à la natation.

Que vous inspire le temps qui passe et quelles sont vos astuces pour être bien dans votre
peau ?

C’est horrible ! J’adore vieillir dans le sens où je mûris. Avec le temps, je suis plus en paix avec moi qu’à 20 ans. J’adore cette sérénité que j’acquiers. Ne plus être en conflit avec les gens ou dans la rébellion. Avant j’étais rebelle pour moi, maintenant je suis rebelle pour les autres. Mais, le vieillissement physique me fait peur. J’essaie d’avoir une hygiène de vie pour lutter contre. J’avoue que je me ferai lifter quand ma peau tombera un jour !

Quelles sont les astuces beauté que vous aimeriez donner à nos lectrices pour les aider dans leur quotidien afin de se mettre mieux en valeur ?

Tout est lié au regard que l’on a porté sur vous enfant. Je n’ai pas eu un regard paternel bienveillant qui me disait que j’étais une jolie fille. Aujourd’hui, je suis sûre de ce que je vaux, mais je ne suis pas sûre de moi !

 

Astuces bien-être de Karine

Astuces bien-être de Karine

  • Je ne maquille jamais ensemble la bouche et les yeux, c’est l’un ou l’autre. Ensuite, je trouve qu’une femme bien coiffée, c’est la base de tout.
  • Quand on n’est pas bien dans sa peau, il faut aller chez le coiffeur ou faire du sport, car cela règle tous les problèmes.
  • Pour avoir le corps sain, il faut avoir l’esprit sain. Et puis, je fais du rangement. Quand on range sa maison, on range sa tête.